Utocat veut digitaliser le PEA grâce à la blockchain

 |   |  652  mots
(Crédits : Utocat)
La fintech lilloise a développé un logiciel de gestion numérique des titres non cotés basé sur la blockchain. Commercialisé auprès des banques, il permet de réduire significativement les délais de traitements administratifs liés au Plan d'épargne en actions (PEA). À terme, Utocat compte décliner son approche sur d'autres produits d'épargne comme le PEE, le Perco ou encore l'assurance-vie.

La startup lilloise Utocat, spécialisée dans la blockchain, s'était notamment fait connaître en 2017 grâce à la solution d'assurance en ligne Fizzy, développée en partenariat avec Axa, qui permet d'indemniser automatiquement les assurés dès qu'un retard de vol d'avion est constaté. La jeune pousse, qui emploie 17 salariés, concentre désormais son activité sur une tout autre application de la blockchain : la digitalisation du Plan d'épargne en actions (PEA). Ce produit bancaire permet d'acquérir un portefeuille d'actions d'entreprises européennes, tout en bénéficiant d'une exonération d'impôt, sous certaines conditions. Fin 2017, la France comptait un peu plus de 6 millions de détenteurs de PEA.

« Lorsqu'un particulier souhaite investir dans une startup à travers un PEA, il doit fournir un certain nombre de documents sur l'entreprise en question, comme son Kbis. L'investisseur doit également indiquer le nombre d'actions qu'il prévoit d'acheter et à quel prix. Il doit aussi remplir un formulaire indiquant qu'il comprend les engagements à respecter. De son côté, l'entreprise doit fournir une lettre à la banque dans laquelle elle s'engage à lui adresser chaque année une attestation de propriété des titres », expose Clément Francomme, cofondateur et directeur général d'Utocat. D'après l'entrepreneur, l'ensemble de ce traitement administratif prend en moyenne trois semaines. Utocat entend le ramener à seulement quelques jours, voire quelques heures.

Diminuer les délais de traitement administratif de 70%

Dans cette optique, la Fintech a développé un logiciel de gestion numérique des titres non cotés baptisé Catalizr basé sur la blockchain qu'elle commercialise auprès des banques. Celui-ci est destiné aux investisseurs particuliers, les clients des banques, dans une logique de selfcare« Notre solution indique quels documents doivent être réunis pour être conforme et réaliser cette opération d'investissement. Nous faisons signer en une seule fois tous ces documents qui sont ensuite adressés automatiquement au bon interlocuteur au sein de la banque en une seule liasse », détaille Clément Francomme.

Selon la startup lilloise, cette fluidification des échanges offerte par la blockchain permet aux clients des banques de gagner en autonomie et aux banques d'améliorer leur productivité, Utocat garantissant la validité juridique des documents en amont. « Nous estimons que notre solution permet de réduire le temps de traitement administratif de 70% », indique Clément Francomme. Pour les entreprises qui ont cédé des actions, l'enregistrement de ces informations dans la blockchain permet de certifier la bonne possession des titres. De quoi renforcer la confiance auprès des investisseurs. Cette transparence et ce point d'entrée unique visent également à faciliter les transferts de propriété sur ces titres et donc à favoriser l'émergence d'un marché secondaire.

Trois banques déjà clientes et des ambitions européennes

Trois groupes bancaires ont déjà adopté la solution d'Utocat «et plusieurs investissements dans des startups ont déjà été réalisés à travers notre solution », précise Clément Francomme. Utocat commercialise cette offre sous la forme d'un abonnement annuel proposé à partir de 20.000 euros. Selon les estimations d'Utocat, le nombre d'investissements utilisant le PEA en France oscille entre 10.000 et 20.000 opérations par an sur des entreprises non cotées. À moyen terme et selon les évolutions réglementaires, la startup lilloise prévoit de décliner son approche sur d'autres produits d'épargne comme le PEE, le Perco ou encore l'assurance-vie « afin d'insérer des titres non cotés dans tous ces supports ».

En octobre dernier, Utocat a finalisé une levée de fonds de 1,6 million d'euros auprès de plusieurs acteurs, dont Bpifrance, la Métropole européenne de Lille (Mel) et BNP Paribas. « Notre ambition est de devenir un acteur incontournable au niveau européen dans le domaine de l'investissement non coté. Nous envisageons ainsi de conquérir de nouveaux marchés, notamment en Italie, Portugal, Pologne, Allemagne, Pays-Bas, Estonie ou encore en Suisse », avait alors déclaré son dirigeant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :