Fintech de l'année, Stratumn aide à réduire les coûts des banques grâce à la Blockchain

 |   |  520  mots
Ingénieur californien spécialiste de la Blockchain, Richard Caetano a fondé Stratumn à Paris en 2015.
Ingénieur californien spécialiste de la Blockchain, Richard Caetano a fondé Stratumn à Paris en 2015. (Crédits : Stratumn)
La startup parisienne, créée par Richard Caetano, vient de remporter le prix de la Fintech de l'année décerné par le pôle de compétitivité Finance Innovation. Elle a développé une technologie qui couple Blockchain et cryptographie afin d'assurer la confidentialité des données et la sécurité des échanges entre les entreprises, voire entre les départements d'une même entreprise.

Réinventer les relations inter-entreprises, grâce à la technologie Blockchain. C'est ce que propose la startup parisienne Stratumn, qui vient d'être élue Fintech de l'année, ce jeudi 31 janvier, par le pôle de compétitivité Finance Innovation. Créée à Paris en 2015 par l'ingénieur californien Richard Caetano, Stratumn a développé, après deux années de recherche et développement, un protocole baptisé Proof of Process. Celui-ci mixe Blockchain et cryptographie pour assurer la sécurité des échanges entre les entreprises, voire entre les départements d'une même entreprise, et la confidentialité des données.

« Nous avons constaté que, dans les processus métiers, la donnée était souvent partagée de manière asynchrone et parcellaire. Cela crée de la latence et donc une certaine inefficacité et un problème de transparence », expose Séraphie De Tracy, en charge du marché assurance chez Stratumn. « Dans certaines entreprises, les procédures liées à la connaissance du client sont parfois dupliquées car les différents départements métiers n'ont pas assez confiance dans la procédure effectuée par les autres départements. Cela devient un centre de coûts très important », poursuit-elle.

Quatre projets industriels en cours

Pour répondre à cette problématique, la solution de Stratumn propose de digitaliser la collecte de données grâce à des interfaces (API) sécurisées qui viennent se connecter aux différents systèmes d'information, puis de rendre le processus traçable par plusieurs entités. Pour résumer, le protocole de Stratumn promet à tous les participants d'avoir confiance dans un processus commun en enregistrant de manière immuable qui a fait quoi, quand, où et comment. La Blockchain est utilisée pour établir un horodatage précis de chacune des étapes.

Aujourd'hui, la Fintech mène quatre projets dans le secteur de la banque et de l'assurance et en espère une dizaine d'ici à la fin de l'année. Au cours des prochains mois, elle souhaite accélérer ses activités à l'étranger et s'attaquer à d'autres secteurs industriels.

« Notre solution est particulièrement adaptée aux processus métiers qui impliquent d'importants échanges de documents, ce qui est par nature très fréquent dans le milieu de la banque et de l'assurance. Toutefois, nous retrouvons ces spécificités au niveau des fonctions d'achats des autres industries où la réglementation exige une connaissance fine des fournisseurs », détaille Séraphie de Tracy.

Stratumn ne communique pas son chiffre d'affaires, mais indique que sa solution est commercialisée à travers des abonnements annuels de plusieurs centaines de milliers d'euros. Pour soutenir sa croissance, la Fintech prévoit de réaliser un nouveau tour de table dès l'année prochaine. Elle a déjà levé près de 8 millions d'euros depuis sa création et compte parmi ses investisseurs C. Entrepreneurs, le fonds de BNP Paribas Cardif, Open CNP, le programme de capital-risque du premier assureur vie français, le fonds français Otium Venture, mais aussi  les Américains Nasdaq et Digital Currency Group. Stratumn emploie actuellement une vingtaine de personnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :