Y a-t-il un shérif dans le Far West des cryptos ?

HOMO NUMERICUS. La correction du marché des crypto-actifs se poursuit. Au-delà de leur sophistication technologique, ces actifs virtuels ne s'apparentent pas encore à de véritables monnaies fiduciaires, c'est-à-dire dignes de confiance. Par Philippe Boyer, directeur relations institutionnelles et innovation à Covivio.
Philippe Boyer

6 mn

Les corrections en cours depuis sept mois sur le marché des cryptos montrent que les fondamentaux de ces actifs virtuels sont fragiles, pour ne pas dire inexistants : qu'en est-il de leur valeur intrinsèque ? Et que dire de leur stabilité ou de leur prétendu caractère de « réserve de valeur » ?
Les corrections en cours depuis sept mois sur le marché des cryptos montrent que les fondamentaux de ces actifs virtuels sont fragiles, pour ne pas dire inexistants : qu'en est-il de leur valeur intrinsèque ? Et que dire de leur stabilité ou de leur prétendu caractère de « réserve de valeur » ? (Crédits : via Pixabay)

Voilà un clip publicitaire que l'acteur Matt Damon - alias Jason Bourne à l'écran pour incarner le héros des films d'action « La mémoire dans la peau », « La mort dans la peau », etc. - aurait sans doute aimé passer sous silence. Seulement voilà, le cours des cryptomonnaies en octobre 2021, date de diffusion de cette publicité intitulée « Fortune Favors The Brave[1] » (« La chance sourit aux audacieux ») et destinée à dire tout le bien qu'il pensait du site Crypto.com, n'est plus tout à fait le même. C'est le moins que l'on puisse dire depuis que l'effondrement des cours des crypto-actifs[2] a eu pour conséquence de faire s'évaporer des centaines de milliards de dollars.

Un effondrement des cours de 67.000 à 19.000 dollars

S'il y a six mois, le marché global des crypto-actifs pesait plus de 3.000 milliards de dollars, sa valeur est d'à peine 1.000 milliards en ce milieu du mois de juin. Et celle-ci s'est encore amenuisée au cours de ces derniers jours, notamment sous l'effet des récentes mesures prises par les banques centrales pour juguler l'inflation galopante.

La chute de ces valeurs crypto  - et singulièrement, celle du Bitcoin, dont la valeur est passée d'un plus haut de 67.000 dollars en novembre 2021 à 19.000 dollars mi-juin 2022 -, est à l'image des cascades de Jason Bourne : vertigineuses.

Pour mesurer l'ampleur des dégâts, le compte Twitter MarketWatch concluait en allant droit au but :

« Si, au moment de la sortie du clip de Matt Damon "Fortune Favors the Brave", vous aviez acheté pour 1.000 $ de bitcoins, ils valent aujourd'hui environ 481 $ [3]. »

Si ce message, daté du 13 mai 2022, devait être actualisé en ce milieu du mois de juin, il faudrait se contenter d'à peine 250 dollars... Et quelques internautes de plaisanter : "Matt Damon était dans Ocean's 11, 12, 13. Vous, les gars des crypto, vous venez d'être victimes de son dernier braquage."

Un contexte de bulle financière

Dans son ouvrage de vulgarisation, « Économie du bien commun », Jean Tirole, prix Nobel d'économie, rappelle qu'une « bulle existe lorsque la valeur d'un actif financier excède le « fondamental » de l'actif, c'est-à-dire la valeur actualisée des dividendes, intérêts ou loyers qu'il rapportera aujourd'hui et dans le futur[4]. ».

Rapporté au contexte macro-économique de ces dernières années (l'argent facile du fait des taux d'intérêt bas voire nuls - phénomène largement entretenu par le quantitative easing des banques centrales -, la faible inflation, la croissance des valeurs des entreprises technologiques...), il est facile, a posteriori, de constater que tous les ingrédients de cet enchaînement (accès au crédit, spéculation, transactions) étaient réunis pour qu'une bulle se forme.

Les cryptos, valeur refuge ? Le voile de l'illusion se lève, le roi est nu

Dans le cas des crypto-monnaies, il aura suffi que plusieurs indicateurs macro-économiques se dérèglent pour que tout l'ensemble vacille.

Ici, le ralentissement économique mondial, la conjoncture incertaine ainsi que les tensions inflationnistes contrées avec force par les banques centrales mettent au grand jour le fait que ces crypto-actifs ne constituent pas les valeurs refuges tant vantées par certains.

Pour simplifier à l'excès, on pourrait dire que « le roi est nu ». Car les corrections en cours depuis sept mois sur le marché des cryptos montrent en fait que les fondamentaux de ces actifs virtuels sont fragiles, pour ne pas dire inexistants : qu'en est-il de leur valeur intrinsèque ? Et que dire de leur stabilité ou de leur prétendu caractère de « réserve de valeur » ?

Les réponses de marché à ces quelques questions sont connues : effondrement des cours et quasi-défaillances de plusieurs plates-formes de transaction : Celsius, Babel Finance, TerrasUSD ou encore Coinbase qui a récemment annoncé la suppression de 18% de ses effectifs (environ 1.100 postes)[5]...

Paru en 2016, « Économie du bien commun », de Jean Tirole, tirait déjà cette conclusion presque prophétique :

« Si un jour le marché décide que Bitcoin n'a aucune valeur - si les investisseurs perdent confiance dans Bitcoin -, Bitcoin n'aura effectivement aucune valeur, car il n'y a pas de valeur fondamentale derrière Bitcoin, contrairement à une action ou à une propriété immobilière. »

Y a-t-il un shérif dans le Far-West des cryptos ?

Il se pourrait bien que cette crise de confiance qui touche les crypto-actifs, dont singulièrement tous les supports de monnaies numériques, laisse des traces durables. Peut-être pas un hiver glacial qui congèlerait toutes formes de développement de ces technologies innovantes, mais plutôt, et en tout cas à court terme, un certain rafraîchissement du fond de l'air...

Outre que cette crise des crypto-actifs a démontré que la promesse initiale d'être de nouveaux intermédiaires dignes de confiance permettant au passage de se libérer de toutes les institutions financières institutionnelles (banques, banques centrales, voire les États), relevait plus d'une utopie libertarienne que d'une réalité économique, les concepteurs de ces supports numériques vont devoir s'adapter à de nouvelles formes de réglementations destinées à mieux encadrer ce Far-West des cryptos.

En Europe, le projet de règlement MiCA (Market in Crypto Assets) devrait prochainement harmoniser le contexte légal et règlementaire afin d'imposer aux émetteurs de ces actifs numériques un cadre dans lequel inscrire le développement de ces nouvelles technologies. En clair, tenter de réglementer pour mieux protéger et, surtout, parvenir à instaurer ce dont ces actifs numériques manquent encore cruellement : la confiance. Sans ce « fiducia », ingrédient essentiel à toute l'histoire monétaire depuis le début de l'humanité, l'édifice des cryptos continuera à vaciller. Le dicton est connu :

« La confiance se gagne en gouttes, mais se perd en litres. »

Il est grand temps que cette fuite-là soit colmatée pour que tous ces litres perdus soient peut-être un jour retrouvés.

___
NOTES

1 https://youtu.be/9hBC5TVdYT8

2Les crypto-actifs représentent des actifs virtuels stockés sur un support électronique permettant à une communauté d'utilisateurs les acceptant en paiement de réaliser des transactions sans avoir à recourir à la monnaie légale.

3 https://twitter.com/MarketWatch/status/1524898004167274496

4 Jean Tirole, Économie du bien commun, PUF. (On se reportera au chapitre 11 « À quoi sert la finance ? »)

5 https://www.npr.org/2022/06/14/1105026558/coinbase-cryptocurrency-layoffs?t=1655718921410

Philippe Boyer

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 21/06/2022 à 17:04
Signaler
Les créateurs du BTC ont créé un actif reposant sur aucun actif, une belle histoire (technologie, cryptographie, indépendance, liberté, un créateur inconnu, ...) et une rareté programmée soit un prix d'émission égal à zéro. En conséquence, seule la...

à écrit le 21/06/2022 à 10:46
Signaler
Tout cela est les la poudre de perlimpinpin ou du ponzi qui dit pas son nom … tant pis pour ceux qui investissent bêtement et à risque … perso je fuis ce type d’ arnaque dont on ne sait qui tire les ficelles et pourquoi …

à écrit le 21/06/2022 à 7:18
Signaler
Dans cet article, pas un mot sur le désastre écologique que sont ces cryptos, de par leur consommation d'électricité. Pas un mot sur les pénuries de cartes graphiques induites par ces mêmes crypto monnaies

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.