En 2019, les actionnaires n'ont jamais été autant gâtés, la France toujours championne en Europe

 |   |  394  mots
Photo d'illustration. Sur le seul quatrième trimestre, les dividendes ont progressé de 4,6%.
Photo d'illustration. Sur le seul quatrième trimestre, les dividendes ont progressé de 4,6%. (Crédits : Gary Cameron)
L'an dernier, les dividendes versés aux actionnaires dans le monde ont atteint un nouveau record : 1.430 milliards de dollars. Si les marchés émergents et le Japon ont tiré la croissance des dividendes à la hausse, l'Asie pacifique hors Japon, l'Europe et le Royaume-Uni ont en revanche été à la traîne par rapport à la moyenne mondiale. Sur le Vieux Continent, la France a été le seul pays à battre son record annuel : +1,3% à 63,9 milliards de dollars.

Les dividendes versés aux actionnaires dans le monde ont atteint en 2019 un nouveau record de 1.430 milliards de dollars (+3,5%), mais leur croissance a marqué le pas et devrait se maintenir au même niveau en 2020, selon un rapport publié lundi.

Le taux de croissance enregistré en 2019 ressort "au plus bas depuis 2016, en raison de la complexité de l'environnement économique mondial" et en particulier de la solidité du dollar, précise l'étude de référence de la société de gestion Janus Henderson Investors.

Sur le seul quatrième trimestre, les dividendes ont progressé de 4,6% pour atteindre le montant record de 291,8 milliards de dollars en dépit d'un ralentissement de la croissance des bénéfices en Amérique du Nord.

Si les marchés émergents et le Japon ont tiré la croissance des dividendes à la hausse l'an passé, l'Asie pacifique hors Japon, l'Europe et le Royaume-Uni ont en revanche été à la traîne par rapport à la moyenne mondiale, constate la société de gestion, l'une des principales dans le monde avec 333,9 milliards d'euros d'actifs sous gestion.

Les dividendes versés aux États-Unis ont augmenté de 4,7% à 490,8 milliards de dollars en 2019, un nouveau record, mais ont chuté en Europe de 2% à 251,4 milliards de dollars.

2020 : vers une nouvelle année record ?

En Europe, la France - principal payeur de dividendes sur le Vieux Continent - a été le seul pays à battre son record annuel (+1,3% à 63,9 milliards de dollars) grâce aux importants dividendes extraordinaires de Natixis et d'Engie.

Lire aussi : Dividendes : nouveau record en France

Le Japon a de nouveau enregistré la plus forte croissance des dividendes à l'échelle mondiale (+6,3% à 85,7 milliards de dollars) alors que "dans le reste de l'Asie, le ralentissement de la croissance économique mondiale et l'impact des tensions commerciales ont eu un effet négatif", note Janus Henderson.

Par ailleurs, "le secteur pétrolier est celui qui a généré la plus forte croissance, ses dividendes augmentant d'un dixième, alors que le secteur des télécommunications a vu ses dividendes diminuer".

Pour 2020, Janus Henderson estime que la baisse des dividendes extraordinaires, en raison de la croissance modérée des bénéfices attendue, devrait peser, même si la faiblesse du dollar pourrait être un atout.

Il prévoit une hausse de 3,9% des dividendes totaux, à 1.480 milliards de dollars par rapport à 2019, soit une cinquième année consécutive de record.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2020 à 18:17 :
pourquoi macron ne nous dit pas que les actionnaires des grands groupes se goinfres a s'en faire péter le vente .
de plus il nous faut se serrer la ceinture , (réduction des promos alimentaires maxi 1/3 soit 33/34 % . carburant 25/30 centimes de trop ,assurance habitation ,voiture mutuelle santé , et en plus interdit de se plaindre
ceux qui nous gouvernent se foutes vraiment des français .
a écrit le 18/02/2020 à 13:41 :
Quelle idée d'être salarié aujourd'hui, soyez actionnaire tout simplement.
a écrit le 18/02/2020 à 8:35 :
Comment fonctionne vos financement
a écrit le 18/02/2020 à 7:07 :
L'on nous parle d'auguementation des dividendes ... Se n'est pas avec les 20 centimes de dividendes par action et par ans que l'ont risque de s'enrichir ...
Donc îls faut tout revoir tout , car l'argent est diriger vers la spéculation au lieu de l'investissement réelle ...
Donc se systeme economique ne peux fonctionner ...
a écrit le 18/02/2020 à 0:07 :
C'est François Villeroy de Galhau de la Banque de France (lol) qui paye avec sa monnaie simiesque !
Donc, allez-y ! C'est "Open Bar", comme pourrait le dire Benjamin Grimaux !
a écrit le 17/02/2020 à 23:12 :
Bienvenue dans le monde de "Oui-Oui", un monde des 1% où les dividendes augmentent, où les milliardaires français progressent rapidement dans le classement Forbes des plus grandes fortunes...
Pour les autres 99% du monde à "Oui-Oui", l'argent disparaît avant même d'être touché à coup de P.A.S, à coup de C.S.G variable, de baisse des APL, de baisse des retraites, de hausse de la fiscalité en tout genre avec un appauvrissement des français masqué par des indices Insee de plus en plus bricolés (Cf Emmanuel TODD qui explique très bien ce sujet).
a écrit le 17/02/2020 à 22:38 :
Et tt ce baratin qu'on entend ou qu'on lit ds les médias économiques sur ces gdes entreprises qui soit disant investissent à tour de bras pour "verdir" leur impact environnemental ou pour " financer" leur transition énergétique ou pour "atténuer" leur bilan CO2 ou pour "réduire" leur empreinte carbone ou pour "financer" des actions respectueuses ( ou en faveur) de l'environnement...avec des formules incantatoires bien ronflantes et bien calibrées... Mais, est - ce vraiment compatible avec tjrs plus de dividendes ??? peut on s'interroger à posteriori à bon escient ?
Ou comment prendre le Pékin moyen pour un attardé de la feuille en lui faisant gober tt et son contraire !!
a écrit le 17/02/2020 à 21:28 :
Donc on a des revenus du capital qui se montent à 64 milliards de dollars, des revenus sociaux et d'assistanat qui représentent 649 milliards d'euros et impossible de trouver combien représente la somme des revenus du travail (salaires, primes, ...) n'ont-ils pas battu un record eux aussi en 2019 ??
Réponse de le 18/02/2020 à 9:19 :
Ces chiffres sont publiés par l'INSEE et sont disponibles pour les 3 premiers trimestres 2019.

Revenus des entepreneurs individuels: 86 milliards d'euros.
Les salaires bruts: 707 milliards d'euros.
Revenus du capital: 62 milliards d'euros.
Les prestations sociales en espèces: 387 milliards d'euros.

P.S.
Les revenus du capital concernent les dividendes, les intérêts et les revenus des placements.
Les prestations sociales en espèces n'incluent pas les remboursement par la Sécurité sociale pour la santé.
Réponse de le 18/02/2020 à 20:48 :
Des milliards partout ..et u en a plus
une dizaine qui traine pour les retraites franchement .. de qui se moque t'ont
a écrit le 17/02/2020 à 21:03 :
Réponse à Gonzague:
L'an dernier les Français ont déposé sur des livrets défiscalisés 16 MILLIARDS d'Euros. Dans ce lot il y en a forcément plein de gens qui ont plus d'un livret plein à ras bord. Donc rien n'empêche ces gens d'investir en actions et d'avoir un intérêt commun avec tous les bénéficiaires de dividendes. En fait tout un chacun nous raconte que la bourse rapporte beaucoup d'argent mais tout un chacun préfère remplir les livrets d'épargne rapportant des clopinettes et continuer à se plaindre que d'autres prêts à prendre des risques soient mieux rémunérés.
a écrit le 17/02/2020 à 17:58 :
Ça ne me gêne pas que les actionnaires touchent des dividendes, ce qui est par contre insupportable, c'est leur réticence au consentement à l'impôt, à toujours essayer de minimiser leur contribution, à utiliser tous les moyens d'optimisation fiscale, les paradis fiscaux pour payer toujours moins d'impôts. Insupportable.
Réponse de le 17/02/2020 à 19:17 :
En effet. Mais notez qu'en France, pour les particuliers, hors PEA, l'impôt sur les dividendes au taux de 30% est prélevé directement à la source: donc pas de fraude possible.
Réponse de le 17/02/2020 à 22:20 :
Trop d'impôt tue d'impôt. Nous ne sommes pas pas un pays communiste que diable.
Réponse de le 18/02/2020 à 20:51 :
Tombear
Ha c est que les communistes pui pique l argent ?
Trop drôle
a écrit le 17/02/2020 à 17:18 :
Il est superbe ce monde, ceux qui ont le capital travaillent le moins et gagnent le plus, tout en faisant la morale au petit peuple !
Réponse de le 17/02/2020 à 19:19 :
C'est une généralite qui ne veut rien dire. Il y a aussi pas mal d'actionnaires particuliers qui travaillent (et même beaucoup).
Réponse de le 18/02/2020 à 10:50 :
Pour avoir du capital il faut beaucoup travailler car l'argent ne tombe pas du ciel.
a écrit le 17/02/2020 à 17:02 :
Argent qui s'accumule dans les paradis fiscaux, argent devenant ainsi inutile tout comme ses propriétaires donc.

Mais ce sont eux qui guident pourtant quand même l'humanité alors que pires parasites qu'il soit.

Et de ce seul fait le monde s'écroule.

Ils ne nuisent pas parce qu'ils sont méchants, parce qu'ils ont une revanche à prendre, quoi que mais cela est forcément inconscient, contre l'humanité, ce qui au moins pourrait se justifier, non ils nous anéantissent parce qu'ils s'ennuient.

"Seul devrait posséder celui qui a de l'esprit: autrement, la fortune est un danger public. Car celui qui possède, lorsqu'il ne s'entend pas à utiliser les loisirs que lui donne la fortune, continuera toujours à vouloir acquérir du bien: cette aspiration sera son amusement, sa ruse de guerre dans la lutte avec l'ennui. C'est ainsi que la modeste aisance, qui suffirait à l'homme intellectuel, se transforme en véritable richesse, résultat trompeur de dépendance et de pauvreté intellectuelles. Cependant, le riche apparaît tout autrement que pourrait le faire attendre son origine misérable, car il peut prendre le masque de la culture et de l'art: il peut acheter ce masque. Par là il éveille l'envie des plus pauvres et des illettrés - qui jalousent en somme toujours l"éducation et qui ne voient pas que celle-ci n'est qu'un masque - et il prépare ainsi peu à peu un bouleversement social : car la brutalité sous un vernis de luxe, la vantardise comédien, par quoi le riche fait étalage de ses "jouissances de civilisé" évoquent, chez le pauvre, l'idée que l'argent seul importe, - tandis qu'en réalité, si l'argent importe quelque peu, l'esprit importe bien davantage".

Nietzsche
Réponse de le 19/02/2020 à 0:08 :
le grand Albert a dit : Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue.
Albert Einstein
Réponse de le 21/02/2020 à 9:33 :
Einstein était un grand scientifique, et donc un cerveau génial mais c'était d'abord un scientifique avant d'être un penseur parce que la bêtise du peuple et donc sa profonde crédulité est obligée si l'humanité veut avancer.
a écrit le 17/02/2020 à 17:01 :
Il ne faut pas oublier qu'une bonne partie de ces dividendes vont aux fonds de pension car dans la totalité des pays du globe hors France, les pensions sont à capitalisation et les dividendes leur servent à payer les pensions. Comme chez nous il n'y a pas de fond de pension, une partie des bénéfices engendré par notre travail sert à payer les pensions des retraités des autres pays.
a écrit le 17/02/2020 à 16:56 :
Et tout ces gens espèrent que nous avons un intérêt commun?

En fait, si l'on regarde les chiffres, disons que l'on comprend mieux aussi la politique actuelle.

Cela montre aussi que le politique a présent travaille pour eux..... Et les lois de macron permettent aussi de comprendre comment ils nous vend ainsi que le pays a ses amis.....
a écrit le 17/02/2020 à 16:43 :
Comme toujours, les chiffres de Janus Henderson ne veulent rien dire pour 2 raisons, qui sont souvent oubliées et qui font toute la différence.

- Ces chiffres ne concernent que les sociétés cotées.

Or, dans certains pays, comme en Allemagne, beaucoup de sociétés ne sont pas cotées.
Ainsi, Bosch, Bertelsmann et le groupe Schwarz (qui posséde les magasins Lidl) ne sont pas cotés.

- Ensuite, additionner les dividendes revient parfois à compter plusieurs fois les mêmes dividendes.

Beaucoup de sociétés ont pour actionnaires d'autres sociétés.

Or, comme l'explique Rémy Prud'homme, professeur d'économie, comptabiliser les dividendes que les sociétés "se versent entre elles (...) revient à compter deux ou trois fois la même chose".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :