Près de 550 emplois menacés par le dépôt de bilan des Verreries de Masnières

 |   |  280  mots
L'entreprise a pour clients des entreprises comme LVMH, Yves Rocher ou L'Oréal.
L'entreprise a pour clients des entreprises comme LVMH, Yves Rocher ou L'Oréal. (Crédits : Frédéric Bisson. Via Flickr CC License by.)
Cette entreprise nordiste, spécialisée dans la production de flacons pour la parfumerie de luxe, emploie quelque 480 personnes et sa filiale environ 70.

Plus de 500 emplois en jeu. Les Verreries de Masnières (Nord), avec pour clients des entreprises comme LVMH, Yves Rocher ou L'Oréal, ont déposé le bilan mardi 14 octobre, selon une source syndicale, et pourraient être placées en redressement judiciaire mercredi.

4,6 millions d'euros de créances

Cette entreprise, spécialisée dans la production de flacons pour la parfumerie de luxe, emploie quelque 380 CDI, 35 CDD et 65 intérimaires, soit 480 personnes au total, selon Frédéric Valez, délégué syndical CGT et élu au CE. Sa filiale STD (Stölzle décors), également concernée par la procédure, emploie selon la même source 55 personnes en CDI et une quinzaine d'intérimaires.

"Je pense que la volonté de la direction est d'aller au redressement judiciaire, ça leur permettra de faire prendre en charge une partie des salaires par les AGS (régime de garantie des salaires: NDLR) et de geler les créances", a déclaré à l'AFP Frédéric Valez, qui évalue ces dernières à 4,6 millions d'euros.

Absence d'investissements

Le délégué syndical estime que l'entreprise cherche à "renégocier un nouveau plan de compétitivité et ne pas respecter les engagements pris en décembre 2013". Ceux-ci prévoyaient notamment "la reconstruction du four numéro 3 dès 2014 avec des investissements de 16 millions d'euros dès 2014", avec en contrepartie un gel des salaires en 2013 et 2014 et de la modération salariale en 2015 et 2016.

D'après la CGT, il n'y a eu "aucun investissement, rien eu de fait pour améliorer la rentabilité de l'entreprise, tout a été laissé un peu à l'abandon".

Photo : Travail du verre par Frédéric Bisson. Via Flickr CC License by.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2014 à 8:38 :
Quand on voit les marges que font les clients parfumeurs, c'est indécent qu'un de leur fournisseur n'arrive pas à gagner sa vie.
Tout çà parce que, vraisemblablement, leurs services achats ont trouvé 2% moins cher ailleurs, à l'étranger
Le tissu industriel est détruit peu à peu par les acheteurs des grands groupes, et donc l'économie du pays. C'est pire que nul : c'est typiquement français.
a écrit le 15/10/2014 à 8:33 :
Qu'est ce vous croyez ! il faut plus de CGT et plus de Taxe ... on ira plus vite dans la tombe comme ça .
a écrit le 15/10/2014 à 7:46 :
Mais QUELLE MISERE !!!! quelle tristesse de voir partir tout ça! on brade, on vend, on met à genoux, on démentèle, on sacrifie, on fait crever....! ceux qui sont à la base de tout ce marasme auront toute cette m...de sur la conscience !!! dégueulasse!
a écrit le 14/10/2014 à 20:48 :
Le jeu de massacre continue....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :