Premier vol réussi pour l'A400M

 |   |  313  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Pour son premier vol d'essai, l'avion militaire construit à Séville aura volé près de quatre heures. "Il ne suffit pas que l' A400 M vole, faut-il encore que les sept pays partenaires de ce programme trouvent un accord avec EADS", a souligné Hervé Morin, ministre français de la Défense.

Trois heures et quarante-cinq minutes, c'est le temps qu'aura finalement duré le premier vol d'essai de l'A400M. L'avion s'est posé à 14h02 (13h02 GMT) sur le site d'Airbus à Séville. EADS, maison-mère d'Airbus, avait annoncé ce matin que ce vol d'essai durrerait entre une et trois heures. Cette phase cruciale a été menée par une équipe de six personnes: deux pilotes (un Britannique et un Espagnol) et quatre ingénieurs navigants français. L'avion était équipé pour l'occasion de 15 tonnes d'instruments d'essai en vol. L'équipage devait notamment vérifier le fonctionnement des moteurs et effectuer des évaluations des systèmes de bord.

Le ministre français de la Défense a profité de sa présence à Séville pour revenir sur le dossier du financement des surcoûts de ce programme qui a pris un an et demi de retard. "C'est une grande journée mais il ne suffit pas que l' A400 M vole, faut-il encore que les sept pays partenaires de ce programme trouvent un accord avec EADS", a expliqué Hervé Morin. Pas question ni pour la France, ni pour les autres commanditaires de payer l'intégralité des surcoûts de ce programme. "L'effort doit être partagé entre les Etats et les industriels et notamment EADS", a martelé le ministre. 

Le montant de ces surcoûts restent d'ailleurs à définir précisément. Selon un cabinet d'audit indépendant commissionné par les pays acheteurs de l' A400 M, le report de ce projet devrait générer 11 milliards d'euros de surcoûts potentiels dont 5,3 milliards liés aux coûts de production. C'est cette somme qu'EADS souhaite faire payer aux sept pays ayant signé des contrats pour acheter au total 180 exemplaires de l'A400M. "Il n'y a pas d'avion aussi compétitif que l' A400 M même avec le surcoût du programme", a-t-il encore fait valoir.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2010 à 19:54 :
Cet appareil est très attendu par l'Armée de l'Air française et surtout par la Base d'ORLEANS-BRICY appelée à effectuer sa maintenance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :