Afghanistan : un retrait qui coûte cher au budget de la défense

 |   |  970  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le coût du retrait sera équivalent à la présence française en Afghanistan, selon le chef d'état-major des armées. En revanche, il n'y aura jamais aussi peu de militaires français engagés dans les opérations extérieures fin 2012. Ils ne seront que 5.000 contre 12.600 en moyenne sur les 20 dernières années.

A ceux qui pensaient faire des économies avec le retrait des troupes françaises d'Afghanistan dès 2012, c'est raté. "Le coût du retrait d'Afghanistan sera variable en fonction des contrats d'affrètement, a averti le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, lors de son audition devant les députés de l'Assemblée nationale. Cette année, j'estime qu'il sera équivalent au coût de notre présence. Autrement dit, les surcoûts OPEX (opération extérieure, ndlr) liés à l'Afghanistan resteront sensiblement équivalents". Soit près de 500 millions d'euros. Pour autant, a expliqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le montant des frais liés au retrait logistique n'est pas encore fixé".

Selon un rapport du Sénat publié en juillet, le montant prévisionnel du surcoût OPEX lié à l'Afghanistan s'élève à 481 millions d'euros en 2012. Le ministre de la Défense Jean-Yves, Le Drian, a estimé que ce coût "devrait être ramené à 500 millions pour 2012". Car en 2011, les surcoûts avaient atteint un pic de 518 millions d'euros (contre 482 millions en 2010) en raison de l'augmentation du coût de transport stratégique et de la mise en place d'équipements individuels destinés à améliorer la protection du combattant et d'effets vestimentaires mieux adaptés aux spécificités climatiques de cette zone.

1.400 soldats français au 31 décembre 2012

Pourtant 2012 est marquée par une forte réduction des troupes françaises en Afghanistan. Le dispositif passera de 3.600 militaires au 1er janvier 2012 à 1.400 au 31 décembre 2012. Cette diminution concerne principalement la Task Force "La Fayette" et les conseillers insérés dans l'armée afghane. Les avions de combat Mirage 2000 sont eux déjà rentrés de Kandahar. "Le désengagement du matériel et des équipements associés prendra plus de temps et devrait s'étaler jusqu'à l'été 2013, la réouverture de la voie terrestre par le Pakistan nous permettant d'être plus sereins sur la tenue du calendrier et la sécurité mise au premier plan par le Président de la République", a précisé l'amiral Guillaud.

Il ne restera aux côtés des Afghans jusqu'à la fin de 2014, date du retrait total de la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS) que 400 à 500 soldats français. Ils seront affectés à la formation de l'armée afghane (environ 150 militaires), à la garde armée de l'hôpital militaire de Kaboul (une centaine), à la gestion de l'aéroport de Kaboul (une cinquantaine) et, enfin, quelques personnels seront insérés dans les états-majors (une centaine).
Enfin, s'agissant de l'aide civile, qui prendra le relais à compter de 2014, le ministre des affaires étrangères a annoncé à Tokyo la semaine dernière un effort français de 300 millions d'euros sur cinq ans.

Un retrait des matériels coûteux

Aux 400 à 500  militaires français présents jusqu'à fin 2014, s'ajouteront environ un millier d'entre eux qui travailleront au retour des matériels vers la France. Dont 300 hommes qui seront là pour assurer le dispositif de protection. Tous ces soldats rentreront dans le courant de 2013 au fur et à mesure des avancées du départ des conteneurs. Selon le rapport sénatorial, il reste plus de 900 véhicules, dont 500 blindés,14 hélicoptères et près de 1.400 conteneurs. Selon le rapporteur, le coût de rapatriement d'un conteneur peut être multiplié par plus de 10 selon les différentes options. Par voies aériennes : directe Afghanistan-France (de 33.000 à 58.000 euros), voie multimodale (maritime et aérienne) par les Émirats arabes unis (de 21.000 à 30.000 euros), voie multimodale par le Kazakhstan (de 11.000 à 16.000 euros). Par voies principalement terrestres : par le Nord, la voie kazakhe (aérienne puis ferrée) de 11.000 à 16.000 euros ; par la voie ouzbèke : 7.000 à 8.000 euros ; par le sud : voie routière jusqu'à Karachi (Pakistan) puis voie maritime : 5.000 euros.

Depuis la fin de l'année 2011 et les premiers désengagements de soldats français, 250 véhicules et 200 conteneurs ont déjà été retirés. Les deux voies principales de sortie actuellement utilisées sont : la voie aérienne directe depuis la métropole (la plus coûteuse) et la voie multimodale (maritime et aérienne) via les Émirats Arabes Unis.

Fin 2012, il n'y aura plus que 5.000 soldats français en OPEX

Parallèlement au retrait des troupes d'Afghanistan, la France allège également ses dispositifs au Liban et dans les Balkans. "Grâce à la passation progressive des actions de sécurité aux forces armées libanaises, notre participation à la FINUL est passée, cette année, de 1.350 à 850 soldats - nous étions encore 1.600 il y a deux ans", a expliqué le chef d'état-major des armées. Au Kosovo, "le dispositif évoluera en fonction de la situation politique", a-t-il précisé. Ce pays "dispose en effet désormais de la totalité des attributs d'un pays indépendant mais sa situation est fragile", a rappelé l'amiral Guillaud.

"Au bilan et dans les circonstances actuelles, nous devrions être, à la fin de l'année, à un étiage historiquement bas depuis vingt-cinq ans, avec moins de 5.000 hommes en opérations extérieures - à conditions constantes, bien sûr. Je rappelle que 13.500 hommes ont été engagés en OPEX au plus fort de l'année 2011, que ce niveau d'engagement n'a jamais été inférieur à 10.000 au cours des dix dernières années et qu'il s'établit à 12.600 en moyenne sur les vingt dernières années", a constaté le chef d'état-major des armées. Du coup, le moral des troupes baisse, a-t-il affirmé : "c'est humain et nous en sommes conscients mais je fais confiance au chef d'état-major de l'armée de terre. Cela dit, nos armées restent déployées sur un certain nombre de théâtres". Actuellement, il reste 3.400 sont déployés en Afghanistan (moins de 1 400 au 1er janvier prochain) 900 au Liban, 900 au Tchad, 500 en océan Indien et 300 au Kosovo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2012 à 0:13 :
@ Memeprix vous me semblez bien sur de vous, vous qui êtes dans le secret de la politique de M.Hollande ou va il les mettre nos courageux soldat grande question n'est-ce pas
a écrit le 23/07/2012 à 21:26 :
Vous savez lors que l?on licencie 8000 bonhommes des PSA sa fait du bruit, mais quant on licencie 52 000 Soldats sa ne fait pas de bruit?.
Alors le prix d?un départ anticipé d?Afghanistan au mépris des engagements de la France vie a vie de nos alliés, on sans tape les flans. Le moins drôle c?est la perte de crédibilité de la France, cela n?as pas de prix? Malheureusement.
Réponse de le 23/07/2012 à 22:19 :
@Roger: 1) ils ne vont pas être licenciés, mais rapatriés et assignés à d'autres tâches. 2) On a pas demandé l'avis du contribuable français
Réponse de le 24/07/2012 à 12:38 :
Il parle des 54000 postes supprimés par du retrait des troupes Patrick b, ils n' étaient que 4000 sur les terres Afghanes. Et effectivement ça n'a pas fait de bruit.
a écrit le 23/07/2012 à 19:58 :
Si tu te retires trop vite, t'en fout partout...
Et en plus la madame elle n'est pas contente ...
Après elle tweete de travers ...
a écrit le 23/07/2012 à 19:49 :
Encore un mensonge de hollande ...
a écrit le 23/07/2012 à 18:34 :
Et ce n'est rien à coté du coût des sonneries des socialos qui prêchent maintenant le partage du patrimoine de ceux qui travaillent avec ceux qui attendent. Tout ça après plus de 20 ans de la doctrine du partage du travail (35 heures payées 40). ENFERMEZ LES DANS DES CAMPS DE TRAVAIL QU'ILS SACHENT CE QUE CE VERBE VEURT DIRE
a écrit le 23/07/2012 à 17:09 :
Je vois que la censure est à l' ordre du jour à la Tribune ; il faudra donner un autre titre à votre journal pour qu' il devienne un vecteur démocratique et surtout un véritable journal indépendant
Merci pour votre objectivité, elle reflète sans aucun doute votre appartenance .
Les torchons ne se lisent pas , ils sont utilisés en vaisselle !
Réponse de le 23/07/2012 à 19:50 :
Dans quel sens ls censure ?
C'est l'un des rares à accepter des commentaires ...
Réponse de le 23/07/2012 à 21:59 :
Bonsoir anti neus pour parler de censure il faut voyager alors oui la censure existe les torchons aussi, mais combien de citoyens du monde aurait plaisir à lire La Tribune, des millions. Je comprends que l'on soit aigri par des articles mais ils ne sont pas là pour faire plaisir aux lecteurs mais pour apporter une information. Peut-être êtes vous friands de journaux démocratiques!!!!! L'Humanité bon pour les camarades ou de Minute bon pour les chemises de couleurs. Au revoir et au plaisir de vous avoir lu, et suite à votre commentairepour la dernière fois dommage, vous avez un certain humour noir j'ai pas dis démocratique. bonne soirée.
Merci La Tribune pour vos infos.
a écrit le 23/07/2012 à 16:54 :
Je comprends cette réflexion sur le coût juste avancée pour ne pas être au chômage? "continuons le combat et occupons les locaux". C'est trop drôle et désarmant quand on connaît le niveau d'étude de ce cadre;
Réponse de le 23/07/2012 à 19:53 :
Quel niveau ?
a écrit le 23/07/2012 à 13:48 :
On fout le camp et on se concentre sur nos zones traditionnelles d'intervention : l'Afrique. Qu'est ce qu'on est allé faire en Afganisthan ? L'américanisme nous a coûté assez cher...
Réponse de le 23/07/2012 à 19:51 :
Trop tard les chinois paient déjà tout rubis sur l'ongle ...
a écrit le 23/07/2012 à 12:59 :
Ne vous inquiétez pas M. chef d'état-major des armées, les coûts vont baisser très vite avec la fin des primes non imposables versées aux officiers en opération.
Réponse de le 23/07/2012 à 19:54 :
Peut être mais en France ils ne servent pas à grand chose pour l'image de la France !
a écrit le 23/07/2012 à 12:55 :
BRAVO Shannamus, et c'est aussi sans compter, les jours de campagnes militaires qui comptent double ou triple!!!!!!
a écrit le 23/07/2012 à 12:49 :
L'attrition des budgets militaires et le mépris pour les militaires qui mettent en jeu leur vie pour les autres, seuls vrais fonctionnaires d'un pays avec les juges, les policiers ou encore les pompiers, est l'un des aspects les plus scandaleux de l'Etat providence socialiste, comme le montrent certains commentaires. L'Etat providence socialiste, qui s'invente des fonctions illégitimes et immorales pour soumettre la population, est décidément à l'exact opposé de l'Etat régalien minimal dont la fonction se limite à offrir la sécurité au service de la population.
a écrit le 23/07/2012 à 12:41 :
Complètement stupide cet article. Evidemment que cela coûte cher de retirer le matériel tout comme le fait de le faire venir. Dans votre "chapeau", vous écrivez "Le coût du retrait sera équivalent à la présence française en Afghanistan, selon le chef d'état-major des armées." depuis 5 ans? Sur un an? Sur deux ans? Ce qui coûte cher c'est de faire la guerre, surtout si elle ne rapporte rien au pays qui la fait. Et pour ce qui est du gain pour la France, tout reste à démontrer.
Réponse de le 23/07/2012 à 13:00 :
Whaouuuuu, vous êtes sur les nerfs... Faut prendre de la verveine le matin Matlac...
a écrit le 23/07/2012 à 12:26 :
Il y a un truc que je ne comprends, il aurait bien fallu se retirer à un moment ou un autre ... alors que ce coût soit supporté maintenant ou plus plus tard, il aurait fallu le supporter malgré tout. De plus, dire que le coût du retrait est équivalent au coût du maintien c'est supposer que l'on ne serait resté qu'une année. Le coût du retrait est à supporter une seule fois alors que le cout d'un maintien dépend du nombre d'années. CQFD ?? ou alors je ne suis pas vraiment doué pour le calcul ...
Réponse de le 24/07/2012 à 9:52 :
Tout à fait d'accord avec vous. De plus, lorsque l'on voit le différentiel de coût de rapatriement d'un container entre la voie aérienne (jusqu'à 58 000 euros) et la voie maritime par le Pakistan (5 000 euros) soit un rapport de 1 à 10 environ, je ne suis pas sûr que nos brillants gradés optent pour les solutions les plus économiques pour le budget de la République.
a écrit le 23/07/2012 à 11:41 :
Les responsables politiques de notre pays feraient mieux de s'intéresser à la conception d'une bonne Europe capable de s'affirmer comme les vraies grandes puissances (USA, Russie, Chine, Inde, Brésil etc.) plutôt que de jouer aux caïdes, alors qu'elle n'en n'a pas les moyens et que le niveau de vie de ses citoyens ne fait que baisser. On gargarise les français avec le Tour de France et des commémorations sans fin pour faire oublier les réalités et l'absence totale de projets pour les générations futures. LAMENTABLE !
Jean-Claude Meslin
a écrit le 23/07/2012 à 11:33 :
PRIMO: Patrickb a-t-il un esprit plus petit que celui d'une fourmi chez qui règne une organisation sociale solidaire et interdépendante. N'est-il "con-passionné" que pour la solidarité sociale qui lui profite directement ?
SECUNDO: Bien sûr qu'il faut comparer la valeur de la chose à rapatrier avec le prix de son transport. Petit travail de fourmi pour les grands esprits du ministère de la Défense. Mais pas simple car il faut choisir entre le détruire ou le donner à des belligérants potentiels locaux.
TERTIO : De toute manière c?est au moins une économie (de tués) d?une année de présence (départ prévu en 2013) mais avec le même problème de rapatriement à l?issue.
a écrit le 23/07/2012 à 11:06 :
La facture du retrait est la dernière salve des lobbyistes qui auraient bien voulu que cette opération dure encore des décennies. Il va rester 5000 hommes en Opex et c?est encore bien trop pour un pays comme la France qui n?a plus les moyens financier d?entretenir des aventures « coloniales » sans valeur ajoutée pour nos exportations d?armes. Il faut certes, garder le budget de la défense en l?état mais en « recalibrant » les besoins. Nous avons besoin de matériels nouveaux plus que de sur encadrement et d?hélicoptères plus que de chars lourds. Enfin il faudra bien un jour admettre que nous avons trop de régiments parachutistes non utilisés depuis plus de quarante ans dont le coût est du double que les autres composantes.
Réponse de le 03/08/2012 à 9:57 :
À vous entendre, on dirait que la plupart de nos parachutistes sont restés dans leurs casernes, depuis 1980 ... la France n'a-t-elle donc déployé aucun régiment para depuis cette date ? :-/
a écrit le 23/07/2012 à 10:28 :
Le coût du retrait, aurait de toutes façons existé, même si la période s'était allongée, alors pourquoi en faire un problème, je pense qu'il y a des région du monde où la présence des forces armées Françaises sont légitimes mais pas l'Afghanistan, je pense à la Guyane Française où un problème avec les orpailleurs est manifeste, et puis pourquoi de pas remettre le service militaire pour ces jeunes qui sont au chômage, en son temps celui-ci à donné l'occasion à beaucoup de trouver leur métier, mais aussi d'avoir le sens de la hiérarchie et du respect, ça permettrai de donner aussi aux militaires de carrière un sens à leur engagement vis à vis de la nation, (formation, engagement , cohésion sociale et apprentissage de la vie collective) Napoléon avait raison, c'est pour ça, qu'il avait crée la conscription obligatoire entre autre !!!!!!!
a écrit le 23/07/2012 à 10:08 :
Je me trompe peut-être mais ce coût de désengagement serait de toute façon arrivé s'il avait eu lieu 3 ans après. Il n'y a pas lieu de se plaindre. La participation à cette guerre n'apporte de toute façon rien à la France.
a écrit le 23/07/2012 à 8:58 :
Meme si le coût est identique, le retrait est important car nous n'avons plus rien a faire en Afghanistan.
Même si ces soldats savent à quoi s'en tenir puisque ils sont professionnel, ils restent néanmoins des femmes et des hommes français.
Cette cause afghane n'est plus la notre
a écrit le 23/07/2012 à 8:57 :
Vu l état et l ancienneté de notre matériel militaire , il serait moins coûteux de le laisser sur place et d en racheter ( ou pas) , jeep de 25 ans qui consomment 19 litres au 100 .... Hélicoptères complètements en ruines ... J en passe .... Ou du moins ne rapatrier que ce qui a moins de 15 ans ( soit 20 %) ... Quand aux soldats en op. , je les soutiens car cela reste dangereux ( même si leur paye est surmultiplié quand ils sont en mission extérieure)
Réponse de le 23/07/2012 à 10:50 :
Je pense que vous avez une mauvaise idée de l ancienneté de notre matériel. La jeep à été retirée du service dans les années 80........ par contre concernant la paye d un soldat en opération est loin d être surmultipliee. À titre info renseignez vous bien avant d émettre des propos comme ceux la. Solde des militaires et ancienneté du matériel.
a écrit le 23/07/2012 à 8:46 :
Voilà ou va notre argent, dans l'esbroufe et la mégalomanie! La France est un petit pays qui veut jouer dans la cour des grands, nos dirigeants se croient encore au temps de l'Empire Napoléonien! Combien d'hommes avons nous dans de nombreux pays d'Afrique et moyen orient, pour soit disant défendre nos intérêts? Les intérêts de qui ? Pas les nôtres en tous cas!
Combien cela coûte au budget de la nation? Et pendant ce temps les hôpitaux sont en ruine, l'école ne fonctionne plus et nos politiques paradent, tout va bien !
Réponse de le 23/07/2012 à 10:29 :
C'est vrai que les manifs parcequ'on a pas protege ces pauvres Afgans dans les rues de Paris coutent moins cher a l'etat mais en fin de compte ca revient au meme pour le francais moyen qui doit se racheter une voiture parceque la sienne a brulee.
Réponse de le 23/07/2012 à 12:33 :
Vous représentez parfaitement ce que les gouvernants ont voulu faire des français depuis 40 ans : des veaux sans ambitions. "Petit pays", "plus d'intérêts", "hôpitaux en ruine". Eh bien, c'est exact. La France fout le camp parce que notre modèle social n'a pas été mis à jour. Réformons tout le système et nous ne serons plus un "petit pays qui ne compte pas". Mais pour ça, il faudrait que les gens arrêtent de ne penser qu'à leur gueule et à leurs petits intérêts, leurs petites primes, allocations, et j'en passe. Plus tout le reste. Le travail est titanesque. Et ce n'est pas l'équipe en place qui va s'y attaquer. Français, vous manquez gravement d'ambitions pour vous-mêmes et pour votre pays. Les minables que vous avez portés au pouvoir reflètent ce manque flagrant. Dommage. Regrettable. Triste. Heureusement que de vrais patriotes ambitieux pensent dans l'ombre à faire les réformes nécessaires et voient les choses en grand. "Think out of the box" disent les anglais.
Réponse de le 23/07/2012 à 13:23 :
A part que je suis un Americain d'origne Polonaise qui a servi 5 ans dans l'armee francaise avant de partir aux USA, dont le pere s'est battu dans les Ardennes et en Allemagne, qui a ete prisonnier des nazis, oui c'est normal que je n'y connaisse rien. Et "think outside the box" est le produit d'une pub faite par Taco Bell dans les annees 90 (pour clin d'oeil). Bien que je n'ai supporte aucune guerre Francaise ou Americaine depuis les annees fin soixante (quand j'ai eu 18 ans) je supporte celle ci et serait pres a y aller malgre mon "Disability".
Réponse de le 03/08/2012 à 10:01 :
Je pense que paracelse s'adressait à hector31.
a écrit le 23/07/2012 à 8:06 :
Amiral le coût ne représente pas que le "financier," la vie humaine n'a aucun prix ....
Réponse de le 23/07/2012 à 8:14 :
@val..: on ne les oblige pas à y aller. Eussent-ils été appelés, je compatirais, mais ce sont des engagés qui connaissent les risques du métier.
Réponse de le 23/07/2012 à 8:47 :
@patrickpb
Ridicule, cela me rappelle les gens qui parlent des militaires français comme étant "payes pour mourir"
Comme leur nom l indique , ces personnes la sont engagées sous le drapeau( pour la France pour faire simple même si tout le monde n'a à pas le même objectif).. D autres ne s engagent que lors de commentaires affligeants de bêtise .
Donc ayez un minimum de respect
Réponse de le 23/07/2012 à 9:09 :
Bien raison, aucune compassion pour les"accidentés du travail"qui connaissent les risques du metier: pompiers, marins,pilote, guides de montagne etc...:(
Réponse de le 23/07/2012 à 10:16 :
Vous oubliez par exemple : "les dessinateurs" la mine de crayon dans la main est aussi un accident du travail.... un peu de sérieux !!!!
Réponse de le 23/07/2012 à 11:33 :
@ val de saire : pour rappel ces hommes qui partent en OPEX sont volontaires et connaissent parfaitement les risques encourus. Et si vous voulez vraiment faire dans le "larmoyant", vous devriez vous offusquer du nombre de morts sur nos routes qui lui est largement plus élevé que celui de nos soldats en opérations et qui, pour le coup est vraiment inadmissible et qui coûte très cher à la société. Alors donner des leçons de morale en tentant de démontrer que "C'est pas beau la guerre" est juste ridicule lorsque l'on appose les vrais chiffres des vrais fléaux de notre société.
Réponse de le 23/07/2012 à 12:55 :
Au lieu d'ânonner le marketing étatique escrologiste anti-automobile, vous feriez mieux de vous préoccuper du nombre de morts, des dizaines de fois plus important, par perte de chance dans les hôpitaux publics (erreurs médicales, maladies nosocomiales, iatrogénie médicamenteuse, sans même parler de l'IVG), bien plus nombreux que les morts sur la route dont le nombre résiduel tient de la fatalité (et les variations de l'aléa statistique), considérant le nombre de km parcourus.
Réponse de le 23/07/2012 à 12:57 :
@PatrickB, oui d'accord avec vous, on ne les a pas obligé. Rien à avoir avec une armée forcée et un service miliatire obligatoire. Ce qui ne veut pas dire qu'on doit ignorer les morts aux combats, pas d'amalgame siou plè, mais comme dit patrick b, ils savent au départ en signant le contrat les risques.
Réponse de le 23/07/2012 à 13:18 :
... Les morts sur les routes ne sont pas le fait de la fatalité lorsque l'alcool, la vitesse, le portable et certaines substances illicites en sont la principale cause. Quant au système hospitalier et son inertie évidente, dont les causes sont la vétusté des locaux et des matériels, le manque d'encadrement du personnel, une mauvaise gestion permanente depuis des décennies et malheureusement un personnel dont le niveau est largement en dessous de ce que l'on pourrait en attendre, il reste néanmoins largement performant au regard des manques précités. Penser que l'hopital est responsable de plus de décès par son incompétence et ses manques de moyens n'engage que vous. Il n'empêche que le problème des accidents reste un fléau et qu'il n'est pas du a la fatalité mais à l'irresponsabilité de nombre de personnes au volant ...
Réponse de le 23/07/2012 à 14:05 :
@imaginr oui tout à fait d'accord avec ce point, on devrait même retirer le "accident" de la route, car la plupart du temps, rouler très vite avec un gsm et une cigarette au bec, dépasser les stops et priorités et j'en passe, c'est prémédité et non plus accidentel.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :