La France, l'adieu aux armes ? (5/5)

 |   |  1584  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Respectée pour ses compétences par ses alliés, l'armée française appartient encore au club restreint des puissances militaires autonomes. Mais elle est aujourd'hui face à un tournant pour maintenir ses ambitions opérationnelles pourtant déjà en mode de "juste suffisance". La très forte contrainte budgétaire et surtout la rédaction d'un nouveau Livre Blanc vont avoir certainement des conséquences sur ses moyens, et donc son fonctionnement. C'est ce qui ressort des auditions à l'Assemblée nationale des quatre grands patrons de l'armée française réalisées en juillet. Le dernier volet des cinq états des lieux proposés par "latribune.fr" montre que le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud est prêt à monter au front pour défendre la cohérence opérationnelle des armées.

Les quatre grands patrons des armées sont inquiets. Inquiets de l'avenir au moment où le nouveau gouvernement a lancé cet été des "travaux déterminants pour notre outil de défense" - la révision du livre blanc, déjà démodé alors qu'il ne date que de 2008, et la préparation d'une nouvelle loi de programmation militaire. "Nous savons que ces travaux seront conduits dans un contexte économique et financier difficile, très difficile", souligne le chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, qui estime que la révision du livre blanc "imposera des choix conséquents". "Nous sommes à nouveau à l'heure des choix", explique-t-il. Tout en rappelant que "la guerre ne se prévoit pas toujours et la guerre que l'on imagine est rarement celle que l'on fait". "Nous serons surpris, c'est certain, estime-t-il. Nous serons impliqués dans d'autres crises, c'est également certain. Comme il est certain que la physionomie de nos engagements futurs bousculera nos références".

"Le monde réarme mais l'Europe désarme"

C'est pourquoi les grands patrons des armées ne veulent pas renoncer, en dépit des très fortes contraintes budgétaires qui s'annoncent, à certaines des ambitions opérationnelles de l'armée française. D'autant comme le rappelle l'amiral Guillaud, "le monde réarme mais l'Europe désarme : elle ne consacre plus que 1,6 % de son PIB à ses dépenses de défense, à comparer aux 5 % des Etats-Unis et aux chiffres imposants de la Chine (...). L'Europe désarme alors que la nouvelle posture stratégique américaine est en train de basculer vers la zone Asie-Pacifique". Du coup, le chef d'état-major des armées demande des clarifications sur "l'ambition politique mais aussi l'ambition opérationnelle" que le gouvernement en attend. "Quel rôle souhaitons-nous pour notre pays sur la scène internationale ? Quel rôle à l'Union européenne et dans l'Alliance atlantique ? Quelles opérations souhaitons-nous pouvoir mener ? Autant de questions structurantes car si nos ambitions déterminent notre outil, inversement notre outil contraint nos ambitions". Voici les ambitions sur lesquelles ils s'accrochent.

Quels moyens financiers ?

Les propos de l'amiral Guillaud sont clairs, très clairs. Il met en garde le gouvernement d'une logique comptable. "S'agissant de l'effort financier, il y a deux façons de voir les choses : soit l'on obéit à une logique strictement comptable - une photo noir et blanc, à un instant donné -, soit l'on regarde la vie avec les trois dimensions géométriques, plus le temps, plus les trois couleurs, plus la biologie. Vous pouvez vivre soit au jour le jour, soit avec une perspective. Je sais bien sûr où va ma préférence, mais c'est un choix qui ne dépend pas de moi". Et de s'interroger "où faut-il mettre le curseur et que faut-il sanctuariser". Selon lui, "toute diminution du budget se traduira mécaniquement par un abandon de capacité. Il est difficile de demander à un militaire de choisir s'il préfère qu'on lui coupe la main droite ou la main gauche en admettant qu'il soit ambidextre". Et d'insister pour que "budget 2013 et la prochaine Loi de programmation de finances publiques n'obèrent pas l'avenir".

Le prépositionnement des troupes françaises indispensable

Pour le chef d'état-major des armées, si la France veut "conserver une certaine influence", le "prépositionnement me semble une bonne chose". C'est d'ailleurs la solution "historique française, qui permet l'acculturation des troupes déployées". Ce que confirme le chef de l'état-major de l'air, le général Jean-Paul Paloméros. Présente au Tchad avec des avions de chasse, l'armée de l'air peut opérer ainsi au Sahel, notamment pour des missions de renseignement. "Une vraie puissance aérienne montre toute son utilité sur un théâtre aussi vaste", explique-t-il.

Le général Paloméros estime que "la prévention passe par le prépositionnement - six Rafale sont ainsi installés de façon permanente aux Emirats arabes unis, à Al Dhafra". Cette posture, précise-t-il, contribue "à la stabilisation du Golfe persique sans compter que ces avions pourraient au besoin intervenir très rapidement en Afghanistan". "Le prépositionnement à Djibouti permet lui aussi d'assurer un soutien aux nombreuses opérations dans la région, tout en contribuant à sa stabilisation", assure le général Paloméros. C'est également vrai dans les départements et collectivités d'outre-mer (DOM-COM), notamment en Guyane, en Nouvelle-Calédonie... Ce qui a permis à l'armée de l'air d'acquérir « une dimension internationale » grâce à la reconnaissance de la part de pays étrangers.

Un constat partagé par la marine. Car "la plupart des opérations militaires se déclenchent très vite, nécessitant la projection rapide d'un dispositif qui fait ensuite l'objet d'une planification plus élaborée, souligne le chef d'état-major de la marine, l'amiral Bernard Rogel. Cela impose de notre part d'avoir, dans des zones de crise ou d'intérêt stratégique, des bâtiments prépositionnés". Ainsi la marine assure une présence en dans l'est méditerranéen, l'Océan indien ou le Golfe de Guinée. Ce qui permet à la marine de surveiller les 11 millions de kilomètres carrés de zone économique exclusive (ZEE) de la France. "Si nous ne surveillons pas notre ZEE et ne montrons pas notre pavillon, nous serons pillés". En outre, il rappelle que "l'une des forces de la France repose sur son dispositif de bases mondiales, lequel repose sur les DOM-COM et les accords de défense que nous avons avec des pays comme le Gabon, la Côte d'Ivoire ou les Emirats arabes unis". Ce réseau a permis à la marine de disposer de "capacités d'action quasiment immédiates un peu partout". Ainsi, lors du séisme en Haïti, le fait d'avoir une base à Fort-de-France nous a offert un point d'appui très utile". Même stratégie pour l'armée de terre. J'ai souhaité capitaliser sur les infrastructures militaires des DOM-COM afin d'entretenir une formidable culture de projection", explique le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract Madoux.

La coopération oui mais elle a ses limites

"Il ne faut pas attendre des miracles de ces coopérations", avertit le chef d'état-major des armées. Un exemple de coopération inabouti : la brigade franco-allemande. "Cela fait des années, explique l'amiral Guillaud, que l'on essaie de déployer la brigade franco-allemande (dans une opération extérieure, ndlr). Nous n'avons pas réussi à le faire en Afghanistan pour deux raisons : d'abord, les Allemands étaient dans le nord du pays alors que nous étions dans l'est ; ensuite, les règles d'engagement, donc les consignes d'ouverture du feu, n'étaient pas les mêmes pour les Allemands et pour les Français (...) Si l'on veut que cette brigade fonctionne, il faut l'utiliser et non la laisser dans un camp d'entrainement ».

D'une façon générale, il estime ce serait « un leurre » de « tout miser sur les partages et mutualisations capacitaires ». Car la « smart defence » de l'Otan et « pooling and sharing » de l'Union européenne sont des opportunités intéressantes mais elles ne rempliront le vocation que si elles sont vécues par tous comme un atout pour faire plus ensemble et non comme une excuse pour faire moins chacun ».  Et de rappeler que « l'envie des Européens pour une défense commune reste faible. L'idée d'une Europe puissance ne fait guère d'émules ». Le général Paloméros y croit. « Cette approche de plus en plus capacitaire, interarmées et internationale, devrait nous permettre de limiter les impasses auxquelles nous serons contraints ». Il estime d'ailleurs que le développement de la défense et de l'Otan impliquera également que « nous passions par l'étape difficile du renseignement ».

Dans ce contexte, l'amiral Guillaud plaide lui pour des "coopérations renforcées", qui sont "le chemin le plus réaliste". A l'image de la coopération franco-britannique, « validée dans les faits lors de la crise libyenne ». « Elle doit être poursuivie avec détermination et réalisme parce que nos armées affichent des ambitions et un niveau comparables ». C'est ce que pense aussi l'amiral Rogel.  « Pour mutualiser, il avoir une valeur d'échange, estime le chef d'état-major de la marine. Or, nous avons des capacités navales que nous sommes les seuls à maintenir en Europe, ce qui limite les possibilités en la matière. Enfin, l'amiral Guillaud recommande de renforcer la coopération avec Berlin « indispensable » ainsi que trois autres pays (Italie, Espagne et Pologne).

Le renseignement essentiel

Le renseignement est la "mission la plus essentielle", estime le général Paloméros. L'armée de l'air dispose "d'une vraie culture en la matière", rappelle-t-il. Ainsi le premier avion qui a survolé l'Afghanistan en 2001 était un Mirage IV. Le renseignement a été aussi indispensable en Libye. "Le renseignement, dont il nous faudra renouveler les moyens avec les dernières technologies disponibles, fera d'ailleurs l'objet d'une réflexion dans le cadre du futur livre blanc".

 

Retrouvez les épisodes précédents :

> France, l'adieu aux armes (1/5) "L'armée française ne peut tenir certains de ses contrats opérationnels"

> France, l'adieu aux armes (2/5) "En matière d'équipements militaires, la France oscille entre grandeur et décadence"

> France, l'adieu aux armes (3/5) "Les déficiences dans l'entretien des matériels français"

> France, l'adieu aux armes (4/5) "Seuil d'alerte pour le moral des armées"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2012 à 8:35 :
Nous nous reposons sur les américains, c'est le leurre du servage, se croire protégé par le suzerain alors qu'on en paye notre liberté ainsi que des coûts cachés.
Je crains que l'europe, et d'abord l'europe de la défense ne naisse réellement dans la douleur, dans une guerre mondiale avec l'islam, parce que justement si elle était née avant, de nombreuses crises n'arriveraient pas.
Un état qui ne peut pas se défendre est un état qui ne mérite pas d'exister. Le fondement d'un état c'est l'armée, ça a toujours été l'armée, un état correspond à ce que la puissance de son armée peut défendre.
Regardez l'Egypte et les frères musulmans qui ont pris le pouvoir, pour l'instant ils n'ont toujours pas renoncé à leur projet, celui de recréer le grand califat, de détruire Israël, et de conquérir le monde, on a là l'équivalent du programme de Mein Kampf et tout le monde s'en fiche( comme dans les années 20 jusqu'en 1938 quand il était trop tard).
Les russes développent une armée moderne en puissance et en organisation, elle sera totalement prête dans quelques années, et aura en réserve tout le matériel d'origine soviétique stocké qui lui sera suranné encore quelques années plus tard.
Demandez à un historien militaire, il vous répondra qu'il n'y a eu au cours de l'histoire que de très rares cas où il y a une telle disproportion militaire des forces, et c'est super dangereux.

Nous approchons d'une guerre mondiale et ils désarment, les c.. mais peut-être que c'est ce qu'ils veulent.
a écrit le 03/09/2012 à 6:37 :
Il a toujours fallu montrer la force pour se faire respecter et ce depuis toujours ça commence dans les cours de recréations et ça fini avec la vieillesse sur un banc de bus ou avec le voisinage.
Force ou argent sont indispensables.
a écrit le 31/08/2012 à 18:15 :
les chefs d'EM font leur travail d'information des politiques, cela est tout à fait dans l'ordre des choses
a écrit le 31/08/2012 à 14:51 :
au passage, votre photo c'est l'armée américaine...
a écrit le 31/08/2012 à 13:45 :
il y a quand meme un oubli sur les propbleme u prepositionnement : quand le pays hote va mal, on ramasse des eclaboussure
par exemple en cote d ivoire ou nous avons du nous meler du conflit gabo/ouattara
De meme demain, avec des avions aux EAU, quelle sera la reaction de l armee francais en cas de revolte de la population (ou de repression du gouvernement comme en syrie).
a écrit le 31/08/2012 à 9:56 :
Je me demande encore ce que l'on fait en Afghanistan et surtout combien ça coûte à notre budget.
Nos gouvernants devraient dépenser "notre argent" pour nos besoins, plutôt que de le dilapider pour l'esbroufe. La France est un petit pays qui veut jouer dans la cour des grands, mais elle n'a plus les moyens de ses ambitions.
L'arrogance de nos dirigeants n'a d'égal que leur irresponsabilité.
a écrit le 31/08/2012 à 9:46 :
Un pays à qui nos chers nouveaux et anciens politique trouve encore de la grandeur, se doit d'avoir une armée, une police et une justice à la mesure de ses prétentions et obligations. L'armée à Marseille oui, comme pour viviparité, et chaque équipe avec un agent de police et rérouillage et contrôle des barres d'immeuble des quartiers des parc... Le seul problème en France c'est que notre délinquante est d'origine étrangère à 80% et donc on entre tout de suite dans ce que les journal eux bien pensant et les politicards gauchisant considèrent comme de la stigmatisation. Et ses pas demain que l'une des petites copines de hollande va se faire démonter l'épaule par un arrachage de sac dans la rue
a écrit le 31/08/2012 à 9:33 :
"Le monde réarme mais l'Europe désarme" et oui en europe on a choisit entre social et financement de l'armée. l'armée rapporte de l'argent a long terme et le social achete la paix a court terme. un choix politique mais avant tout du peuple.
a écrit le 31/08/2012 à 9:33 :
"Le monde réarme mais l'Europe désarme" et oui en europe on a choisit entre social et financement de l'armée. l'armée rapporte de l'argent a long terme et le social achete la paix a court terme. un choix politique mais avant tout du peuple.
a écrit le 31/08/2012 à 7:56 :
Eh oui, nos chers Présidents ( Sarkozy, Hollande), incapables la plupart du temps d'influer sur l'économie intérieure ( être libéral-conservateur ou social libéral revient au même puisqu'aucune remise en cause du fond ne peut être effectuée sans affecter le dogme) ont tendance à privilégier les rodomontades à l?international. Sauf qu'en toute illogisme, ils baissent dans le même temps les moyens du seul secteur, l'armée, qui peut les faire apparaître comme efficaces... Cherchez l'erreur...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :