Pourquoi la nouvelle commande de "Dreamliner" d'ANA redonne du crédit au Boeing 787

 |   |  442  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
All Nippon Airways a commandé de 11 Boeing B787 supplémentaires d'une valeur de 2,68 milliards de dollars. ANA étant la compagnie qui dispose du plus important retour d'expérience de cet appareil mis en ligne l'an dernier, cette commande traduit sa satisfaction. Une bonne nouvelle pour Boeing qui collectionne depuis quelque temps les annulations de commande de Dreamliner.

Toutes les commandes d?avions ne se valent pas aux yeux des transporteurs. Selon l?importance de la compagnie (influente ou pas), du timing de l?annonce, et bien sûr de l?ampleur du contrat, certaines sont en effet plus importantes que d?autres. C?est le cas de la commande de 11 Boeing B787-9 d?All Nippon Airways (ANA) d?une valeur de 2,68 milliards de dollars annoncée ce vendredi. Outre le montant du contrat toujours bon à prendre pour l?avionneur, cette commande est une excellente nouvelle pour Boeing qui, depuis quelque temps, collectionne les annulations de commandes de B787.

ANA est la compagnie qui exploite le plus de B787

Car elle émane d?une compagnie stratégique pour ce programme qui a dérapé de plus de trois ans sur son plan de marche initial en raison de nombreux déboires industriels. ANA est en effet la compagnie de lancement du programme avec une commande de 50 appareils signée en 2004 à laquelle s?est ajoutée en 2009 un autre contrat portant sur cinq exemplaires. Surtout, en raison de ce statut, elle est la compagnie qui, un an après la première livraison de l?appareil, opère aujourd?hui le plus grand nombre du B787 (13 sur 21). Fortement associée au programme, ANA grâce à son retour d?expérience est cruciale. Et même si les premiers appareils n?ont pas forcément atteint les performances promises, le fait de passer une nouvelle commande d?avions après un an d?exploitation, traduit la satisfaction de la compagnie. Surtout, à un moment où les transporteurs manquent de visibilité en raison de la morosité de l?économie, en particulier au Japon.

De quoi relancer les ventes?

Malgré ces incertitudes liées à la conjoncture, la commande d?ANA peut ainsi convaincre les compagnies qui hésitaient à s?engager sur le B787 à franchir le cap. Ce qui permettrait de relancer les ventes de cet appareil (824 commandes) qui depuis 2009 voit le bénéfice des prises de commandes initiales pénalisé par les annulations (60 depuis janvier, 32 en 2011, 41 en 2010, 35 en 2009)

Version 900 du B787

Cette commande supplémentaire d?ANA porte sur la version 900 du 787 (d?une capacité de 250 à 290 sièges, contre 210 à 250 sièges pour la version 800), un modèle que la compagnie a déjà commandé (19 exemplaires). La compagnie disposera donc de 66 B787, soit 36 787-800 et 30-900. Les derniers exemplaires commandés seront livrés entre 2018 et 2011. Cette version sera lancée en 2014.

Boeing continue de monter progressivement en cadences. Celle du B787 est aujourd?hui de 3,5 avions par mois. 21 exemplaires ont été livrés à cinq clients : ANA, JAL, Lan, Air India et Ethiopian Airlines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2012 à 18:57 :
Pour l' heure la seule expérience connue du B787 est celle de sa rentabilité qui n'est pas au rendez vous et il s' en faut de 10% ! Boeing et ANA sont dans le même bateau et ANA bénéficie d' un traitement de compensation très avantageux . Nous ne savons pas encore , mais l' A350 ne pourra pas faire plus mal .
Réponse de le 22/09/2012 à 10:09 :
Puisque vous en connaissez un rayon en rentabilité de programme, parlez-nous de la rentabilité de l'A380 SVP -)
Réponse de le 23/09/2012 à 1:01 :
je pense qu'ici on parle de la rentabilite pour ANA pas pour Boeing... mais ne connaissant pas les chiffres exacts je ne ferai pas de speculation
a écrit le 21/09/2012 à 16:52 :
Tout à fait logique puisque la production du Dreamliner repose en partie sur la technologie japonaise (FJH, Mistubishi, Kawasaki).
a écrit le 21/09/2012 à 15:34 :
Chacun tente d'assaisonner le plat à sa manière. ANA commande des Boeing car seule cette gamme est rentable en "petit" avion dans une exploitation internationale moderne et le 787 est le seul disponible pour le moment. Ceci dit les livraisons se feront dans ... 10 ans ? Ou peut-être jamais. En effet l'un des motifs de commandes désormais, comme souvent expliqué sur ce fil, est le crédit qui l'accompagne. On paie après exploitation. Perspéctive recherchée lorsque l'on est en faillite. Pour le reste tous les opérateurs devront laisser progressivement leurs modèles moins rentables. Air France passera ainsi du A320 au A350.
Réponse de le 21/09/2012 à 18:43 :
Ah bon ? Airbus prépare un 350 court/moyen courrier ??? ou bien Air France est complètement... à côté de la plaque... en utilisant des gros LC pour remplacer de petits MC ???
Réponse de le 22/09/2012 à 9:26 :
Bien vu PM
Il y en a qui ont de l'humour. Quand on ne sait pas mieux vaut s'abstenir.
Réponse de le 28/09/2012 à 8:52 :
je pense plutôt que Corso voulait parler des Airbus LR A330/A340...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :