BAE Systems a plus à gagner que EADS dans une fusion...

 |   |  584  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avec son rachat par EADS, BAE Systems s'offre un avenir à long terme. Le groupe britannique va profiter des investissements massifs du groupe européen dans l'aéronautique. Le britannique va également s'abriter sous le très imposant carnet de commandes d'EADS (550 milliards d'euros).

A qui profite la fusion BAE Systems/EADS ? Au groupe britannique principalement. Même EADS le dit sans le dire. "C'était l'occasion ou jamais de faire cette opération", évoquent souvent des sources proches du dossier. En dépit d'un rachat par EADS qui devra payer une prime de contrôle - d'où cette parité 60-40 -, BAE Systems et ses salariés s'achètent finalement un très joli avenir industriel et commercial en se jetant dans les bras du groupe européen. Car EADS a continué à faire l'effort d'investir dans le renouvellement de la gamme Airbus (A380, A350, A400M), des hélicoptères avec les prototypes X2 (successeur du l?Ecureuil), X3 (démonstrateur d?un hélicoptère hybride),  X4 (successeur du Dauphin), X6 (successeur du Super Puma), et enfin des satellites (Astrium). Ce qui permet au groupe européen d'afficher un très impressionnant carnet de commandes de 551,7 milliards d'euros à fin juin 2012 contre... à peine 50 milliards d'euros pour BAE Systems.

EADS, un rééquilibrage des activités civiles et militaires

Bien sûr, EADS a quelques intérêts dans ce rapprochement. En cas de succès, cette opération lui permettrait notamment de rééquilibrer ses activités civiles et militaires (Airbus représentait encore 67 % du chiffre d'affaires d'EADS fin 2011 et 63,4 % sans Airbus Military), de se renforcer très sérieusement aux Etats-Unis où BAE Systems réalise environ la moitié de son chiffre d'affaires et enfin de profiter du florissant cash-flow dans les activités services récurrentes du groupe britannique dans la défense. Mais en terme de programmes, BAE Systems offre beaucoup moins de perpectives à long terme que EADS en raison de moindres investissements.

BAE Systems en retrait dans l'aéronautique de combat

Le groupe britannique continue de jouer un rôle important dans l'aviation de combat. Mais avec un bémol. En partenariat avec EADS (46 % du programme Eurofighter Typhoon), BAE Systems (33 %) a développé cet avion de combat, qui a été souvent battu par le Rafale... En revanche l'avion d'entrainement Hawk, qui a été modernisé, est bien sorti des bureaux d'études de British Aerospace (devenue BAE Systems)... au début des années 70. Enfin, BAE Systems est partenaire dans le programme américain F-35, qui accumule les déboires technologiques... et financiers. Pas de quoi pavoiser pour un groupe qui était leader dans les années 70 dans l'aéronautique de combat.

BAE Systems touché par les retraits d'Irak et d'Afghanistan

Dans le domaine terrestre, BAE Systems Land and Armaments a pris une ampleur à partir de 2004 à la suite de rachats de deux entreprises, l'une britannique (Alvis Vickers), l'autre américaine (United Defence Industries). Aujourd'hui, BAE Systems fabrique notamment pour le compte de l'armée britannique le char de combat Challenger II, l'obusier M777 howitzer et le véhicule de commandement et liaison Panther. Il fournit à l'armée américaine entre autres les véhicules de combat de la famille Bradley (M2 et M3). Des activités qui vont décliner avec la décision des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne de se retirer d'Irak et d'Afghanistan... à l'exception d'un nouveau conflit projetant des forces terrestres. Enfin, les grands projets navals comprennent les sous-marins nucléaires de classe Astute, qui ne sont pas exportables, ainsi que, au travers de BVT Surface Fleet, le destroyer anti-aérien type 45 ainsi que les porte-avions de classe Queen Elizabeth. BAE Ssytems produit aussi le Mark 41 Vertical Launching System, un système de lancement vertical employé notamment par la US Marine.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2012 à 18:26 :
La fusion va certainement profiter à ... Thalès. Ce type d'opération se juge avec un peu de recul, en général 3 ans, si elle se fait en totalité. Il est probable que seule la division aéronautique soit de toutes manières concernée.
a écrit le 22/09/2012 à 12:12 :
Associer EADS et BAE ensemble sans que les états clients se fusionnent leur spécifications pour la défense et acceptent une organisation industrielle efficace ... c'est comme faire l'Euro sans avoir signer de traiter budgétaire et sans avoir fait un semblant de convergence fiscale ... On voit le résultat pour l'Euro et cela annonce une décennie "intéressante" en terme d'annonce négative de dépassement de délais et de couts pour le marché Européen de la défense en berne ... Qu'on les laisse s'allier (en protégeant Ariane, la dissuasion Française, Eurocopter) ...qu'on se prépare en ayant une organisation du secteur français efficace (Dassault/Thales/Safran) il y aura moyen de récupérer quelques cendres dans quelques temps ... en attendant vendez EADS et BAE !!
a écrit le 22/09/2012 à 12:04 :
Bizarre dans les annonces les Anglais ont déjà annoncé avoir négocier la préservation de leurs intérêts industriels, les Allemands aussi , Tom Enders s'est engagé à ce que les emplois Allemands et et les sites Allemands soient préservés ... Bref cela rappelle les premières négociations autour de l'Eurofighter ... le budget Allemand de la défense est très faible , les perspectives anglaises affreuses (c'est dit dans l'article) et ils espèrent les deux en s'alliant et en procédant de la même façon qu'avec l'Eurofighter avoir de meilleurs résultats que l'Eurofighter défini à minima (grâce à l'Allemagne et sa gestion au plus juste pour ne pas dire radine) et avec une organisation industrielle ubuesque (merci aux Anglais de toujours bien défendre leur intérêt particulier) ??? Non soyons sérieux , le résultat sera du niveau de l'Eurofighter ... très cher pour pas grand chose ...
Réponse de le 22/09/2012 à 12:46 :
Les français critiquent toujours leur produits pourtant le Rafale c'est plus de fonctions , pour un prix équivalent à l'Eurofigher voir moins cher selon les Indiens avec pourtant deux fois moins d'exemplaires produits (dans l'industrie en théorie plus on produit moins c'est cher ... sauf pour l'Eurofighter) ... Les couts de coordination technique et industrielle de groupement multi nationaux façon EADSBAE éloignés de la technique s'avèrent sous estimés ... Bref plus c'est gros plus c'est cher ... contrairement a ce que certains voudraient faire croire, notamment a nos états surendettés ... surtout qu'à un moment quand il ne reste qu'un seul gros sur une zone économie , les règles de concurrence libérale sont bafouées ... contrairement aux intérêts financiers qui eux sont maximisés ...
a écrit le 22/09/2012 à 10:24 :
Investissement hasardeux !!!! nous aimons vivre dangereusement....on pourra toujours faire appel dans quelques années aux contribuables !
Réponse de le 22/09/2012 à 16:33 :
C'est comme GM , il suffit d'arriver a une taille "critique" pour qu'en cas de mauvaise conjoncture le chantage à l'écroulement fonctionne sur les états afin qu'ils puissent boucher les trous ... avec les sous des contribuables ...
Réponse de le 22/09/2012 à 18:49 :
mauvais exemple : GM a remboursé, et est devenu rentable (sauf en europe , c'est vrai !)
Réponse de le 22/09/2012 à 21:14 :
Rentable??????? Avec 27 milliards de subvention !!!! Les actifs pourris sont toujours sur les bras de l'etat qui n'a recupere que 23 milliards en bourse des 50 qu'ils avaient mis sur la table !!! C'est bien ce que je dit les contribuables americains en sont de 27 milliards et tout le monde trouve cela normal !! Et bien fautes le avec EADSBAE !!
a écrit le 22/09/2012 à 9:44 :
Hum les diverses réactions me font penser à la fusion entre la Snecma et Sagem qui donnèrent Safran... Même réaction de scepticisme, même réaction de crainte voire de peur. Aujourd'hui? la vérité, après 7ans, c'est que la fusion est une réussite, que Safran est un acteur incontournable dans l'aéronautique.
Si fusion il y a, EADS détiendra 60% du nouvel ensemble, donc pourra piloter les projets et programmes. Je préfère voir BAE racheté par EADS que par Boeing. N'oublions pas qu'il n'y a pas que les US sur ce marché et qu'à plus long terme, la Russie, la Chine, le Brésil et l'Inde pour ne citer qu'eux seront beaucoup, beaucoup plus présent à l?international.
Je ne me fais pas du soucis pour la fusion EADS-BAE, c'est la suite logique de la concentration des industries militaro-aérospatiales en Europe, commencée en 1999.
Réponse de le 22/09/2012 à 10:06 :
"c'est la suite logique de la concentration des industries militaro-aérospatiales en Europe"!!!
Justement, BAE n'a pas grand chose d'Européen. Qu'on laisse les Anglais la ou ils veulent être; Du coté ouest de l'Atlantique.
Oui il y a des peurs et du scepticisme mais comment pourrait il en être autrement avec les britanniques.
Quid des entreprises française de défense.
Pour ma part, je pense que l'état français devrait mettre son veto a cette fusion et se concentrer sur la restructuration de la défense française.
Réponse de le 22/09/2012 à 10:22 :
N'importe quoi la comparaison avec Sagem/Snecma qui étaient deux très bonnes boites certes il devait y avoir des sceptiques dont je ne faisais pas partie je suis très content de mes actions Snecma devenues Safran, elles évitent la catastrophe à mon PEA, mais EADS-BAE c'est complètement différent, les Anglais trahissent comme ils respirent , leur marché américain va s'effondrer , de là a ce qu'ils proposent pour se maintenir a flot de "restructurer" la dissuasion nucléaire en doublon Angleterre/France pour n'en faire qu'une (la leur) il n'y a que quelques mois a attendre , et pour le reste ce sera pareil ... En plus les cultures sont très différentes , les politiques anglais sont aussi impliqués dans le groupe que nous malgré ce qu'ils disent, c'est la façon dont c'est fait qui est différente , notre façon officielle sera "interdite" bien sûr , la leur "officieuse" sera maintenue ... et puis après il reste le bon sens ... quand le ménage a deux ne tourne pas fort .. le ménage à trois ne sauvera pas le ménage outre être un furieux bordel a gérer ...
Réponse de le 22/09/2012 à 10:42 :
Non ce n'est pas différent concernant EADS et BAE xd Sauf que c'est à une plus grande echelle.
Réponse de le 22/09/2012 à 11:33 :
Et bien si tu considères que la fusion de deux boites françaises (même culture) complémentaires et avec de belles perspectives les deux et non dépendantes de leur état , c'est pareil que la fusion d'un conglomérat Franco-Allemand avec des liens étatiques forts (même si major Tom pense les sortir de l'actionnariat et du conseil d'administration, ils re rentreront comme clients principaux dans la défense ... bref ce sera raté) avec une société Anglaise centrée sur un marché qui va s'effondrer ... je ne sais pas où tu as pris tes cours d'économies mais l'école a du être chère ... pour être aussi inefficace ...
Réponse de le 22/09/2012 à 12:01 :
LA fusion entre Snecma et Sagem était la fusion de deux boites marginalisées. Snecma avait raté à cause de l'Etat Avio et était menacé par Tfhales tandis que Sagem était complètement isolé dans ses trois métiers (auto, communication et défense). Sagem a d'abord vendu sa division auto et a fusionné avec Snecma qui a donné naissance à un groupe hétéroclite Safran, qui lui a revendu les activités Sagem. C'était une opération défensive avant tout. D'ailleurs au final il reste quoi de Sagem : les activités sécurité et défense. Ces dernières étant tellement marginalisées que l'Etat a demandé ces deux dernières années de les vendre à Thales... Donc c'était une fusion entre deux sociétés "cornérisées"..
Réponse de le 22/09/2012 à 12:03 :
Deux boites avec la même culture. C'était deux boites ayant deux cultures à l'opposé de l'une de l'autre. Snecma : des ingénieurs de l'armement. Sagem : des corsaires de l'industrie.
Réponse de le 22/09/2012 à 12:24 :
Oui les cultures d'entreprises de ces deux sociétés française étaient différentes mais vous croyez qu'entre Cassidian , BAE , AIRBUS les cultures sont identiques ??? mais n'importe quoi BAE va bientôt être complètement isolé et anglais , AIBUS a fond sur le civile et son aventure militaire (A400M) plutôt houleuse , CASSIDIAN bien Allemand dans le sens ou "je veux m'occuper de tout mais rien payer ou plutôt sans budget" , et le reste Ariane, Eurocopter plutôt Français . Vous croyez que ce mélange indigeste va donner une belle réussite ?? en terme de saine coopération et d'efficacité industrielle ... surement pas !!
Réponse de le 22/09/2012 à 13:34 :
Parce que EADS et BAE n'ont par forcément la même culture d'entreprise, forcément cela va foirer? Je ne pense pas. Et la SNECMA et Sagem , c?était à l'époque, le mariage de la carpe et du lapin. Tu as raison Totoff et pourtant le mariage a bien reussi!!! SAFRAN est devenu un acter majeur dans l?aérospatial. Bon ne crions pas au loup concernant EADS ET BAE. Suite logique de la concentration européenne.
Preuves que @'nimporte quoi dit justement n'importe quoi, l'A400M est une future réussite ( malgré les retards liés au moteur) et l'A330 MRTT aussi donc, militairement Airbus a de bon programme.
Réponse de le 22/09/2012 à 16:18 :
peut être Airbus faut voir pour l'A400M mais les problèmes de moteurs sont là aussi causé par une organisation industrielle ubuesque .... mais BAE non rien ils ont rien ... ah si une splendide participation dans le F35 concurrent de l'Eurofighter et du Rafale ... et qui produit à 3000 exemplaires sera plus cher que le Rafale produit à 300 exemplaires ... une réussite de plus pour nous faire rêver N.M ....
Réponse de le 22/09/2012 à 16:22 :
Parce que BAE va subir un retournement de conjoncture et qu'il n'a aucune perspectives et qu'il obtient 40% de l'ensemble on ne peut pas appeler cela une "affaire" ....
Réponse de le 22/09/2012 à 16:53 :
@ Marin 10:06 - Je pense aussi que l'Etat français devrait opposer directement son veto à ce projet de fusion qui n'a pas d'autre but que de transférer une partie du marché de la défense français et européen à BAE, ce qui signifie aussi une perte de revenus, d'autonomie industrielle et d'emplois localement. Selon Enders, ce qu'il appelle les "négociations politiques" sont déjà fortement engagés, avec une pré-décision en cours où Paris ferait valoir sa position et ses intérêts confiés au conseil de la banque britannique HSBC (sic!) tandis que les intérêts de BAE sont représentés par Morgan et Goldman Sachs. http://www.reuters.com/article/2012/09/19/us-eads-bae-politics-idUSBRE88I0PW20120919 ""We are currently in constructive and advanced discussions with all relevant governments and are trying to accommodate their concerns and national security interests,". Il ne faut pas se leurrer, l'objectif est aussi de se débarrasser du droit de regard politique et démocratique qui selon lui est "UNDUE". On s'acheminerait alors vers un renforcement du poids d'une capitalisation boursière, où Londres est favorisée, au détriment de nos gouvernements.
a écrit le 22/09/2012 à 8:51 :
J'approuve totalement
cette fusion est un CHEVAL DE TROIE supplémentaire du condominium anglo-américain pour réduire et nécroser le champion continental.
Outre qu'historiquement, les anglais nous ont toujours trahi après avoir signé un traité ou un accord (CED, FREMM, HORIZON, Porte-avion, .......)
a écrit le 22/09/2012 à 0:17 :
EADS-BAE ... le baiser de la mort. Une fois la fusion faite BAE perdra tous ses contrats avec le Pentagone et BAE sera en difficulté.
a écrit le 22/09/2012 à 0:12 :
BAE est dans une position délicate : plan de licenciement en cour en Angleterre, échec techniques avec le programme NIMROD, portefeuille d'activités hétéroclite et fragile aux USA ... EADS fait une grosse erreur. L'égo de T.Enders et sa fascination pour le militaire et les USA sont les seules explications possibles. T. Enders ... le Jean-Marie Messier d'EADS ! Qui osera l'arrêter?
Réponse de le 22/09/2012 à 0:39 :
T. Enders , le Forgeard Allemand ... Un ego gros comme la lune , une vision issue de vieux dogmes périmés et voués à la catastrophe ...
a écrit le 21/09/2012 à 23:24 :
Hmmm Ariane, Eurocopter, la dissuasion nucléaire ... tout cela en cadeau de noces pour le nouveau couple Anglo-Allemand ...
a écrit le 21/09/2012 à 22:15 :
Franchement cette fusion a de quoi surprendre...
a écrit le 21/09/2012 à 22:00 :

un bon article qui rejoint mon opinion, la marié est en toc

http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Fusion-EADS-BAE-est-ce-une-bonne-idee-pour-la-France_a759.html
a écrit le 21/09/2012 à 21:59 :
Ce bon vieux major Tom, encore un chantre du vieux libéralisme mondialiste à papa ... courant en arrière le pantalon baissé vers les anglais pour espérer quelques % de marchés américains ... Alors qu'avec une dette à 100% du PIB et un deficit public de 8% et pas ou peu de services publiques a sabrer les américains vont devoir couper drastiquement dans leurs budgets de défense ... et comme ils sont protectionnistes comme pas deux ils vont bien entendu couper en premier les budgets des projets liés à leurs meilleurs alliés .... Les Anglais le savent et c'est la raison pour laquelle ils se tournent vers l'Europe ... Obtenir 40% de la futur entité (30% pour les Allemands et 30% pour les français quoique cela voudra bientôt plus rien dire) alors qu'ils ont un carnet de commande officiel 10 fois plus petit (et le vrai 50 fois moins ...) c'est champion !!! Comme toujours ils nous prouvent qu'au niveau "négociations" se sont les meilleurs !!!
a écrit le 21/09/2012 à 21:27 :
BAE ou le ver dans le fruit, il a trouvé une grosse pomme pour se mettre au chaud, EADS, si ca
se fait, EADS va être la bonne poire. surtout avec toutes les réduction militaire qui s'annoncent
aux USA et en RU
a écrit le 21/09/2012 à 21:24 :
Rien n'est joué pour l'instant, et de nombreux signes négatifs en provenance d'Allemagne et des Etats-Unis ont filtré dans la presse. Paris n'a pas l'air pressé de se dire enthousiaste...
a écrit le 21/09/2012 à 20:18 :
BAE joue sa survie dans les 3 ans, alors EADS peut être la bonne poire salvatrice. Espérons que les gouvernements allemands et français ne seront pas dupes.
Réponse de le 22/09/2012 à 0:19 :
T. Enders est le J.M. Messier d'EADS, sa fascination pour les USA va ruiner EADS comme JMM a ruiné Vivendi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :