La France veut rester dans le couple EADS-BAE Systems et aura 9 % du capital

 |   |  1083  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Avec une parité de 60-40 entre les actionnaires d'EADS et de BAE Systems, la part de l'Etat français dans le nouvel ensemble passerait de 15 % à 9 %, celle de Lagardère de 7,5 % à 5 %. Daimler serait à 14 %, l'Espagne à 3 %. Tom Enders serait CEO d'EADS et de BAE Systems. Les deux entreprises auraient en effet le même conseil d'administration et la même direction.

Si l'opération EADS-BAE Systems réussit, les actionnaires actuels d'EADS (dans l'hypothèse où ils devaient tous rester au capital) détiendront 60 % du capital de la nouvelle entité. Leur participation sera de facto diluée. Ainsi, selon un proche du dossier, celle de la France passerait de 15 % aujourd'hui à 9 %, celle de Lagardère de 7,5 % à 5 %. Au total, le camp français contrôlerait 14 % du nouvel ensemble contre 22,5 % aujourd'hui. Contrairement aux propos de plusieurs observateurs, "l'Etat français ne veut pas sortir d'EADS", indiquent deux proches du dossier. Même si, explique-t-on à "latribune.fr", les Britanniques auraient préféré que Paris se retire du capital d'EADS. Ils ont néanmoins finalement "accepté" la présence de l'Etat français, en pratiquant la "Realpolitik", selon une source bien informée. Selon le Financial Times de ce vendredi, BAE a mis en garde EADS contre toute ingérence politique dans le futur groupe fusioné, faute de quoi, il mettrait fin aux discussions. Le groupe britannique voudrait aussi que siège des activités de défense soit au Royaume-Uni.

Jeudi, au lendemain de la confirmation par EADS et BAE Systems de discussions sur un rapprochement, le gouvernement français a plutôt été avare en déclarations. "Ils attendent de voir l'issue des négociations. ils sont dans une  position d'attente. Ils veulent notamment voir si les intérêts sociaux français sont préservés", explique un autre proche du dossier. "Si le gouvernement avait été contre, il l'aurait déjà fait savoir à EADS, vu que les discussions ont commencé depuis plus de trois mois".

Côté allemand, la part Daimler de 22,5 % (dont 7,5 % portés par Dedalus, le consortium réunissant des Länder et des banques), passerait lui aussi à 14 %, tandis que l'Espagne, qui détient actuellement 5,5 % du capital tomberait à 3 %. Cette dilution ne se traduirait par une perte d'influence des Etats, puisque la France et l'Allemagne disposeraient d'actions spécifiques ("golden share") leur permettant de mettre leur veto sur les gros dossiers stratégiques. Le Royaume-Uni dispose d'un dispositif similaire chez BAE Systems et entend le conserver dans la nouvelle entité. De fait, la nouvelle entité ne serait pas "opéable".

Seul Daimler pourrait sortir du capital 

Pour autant, cette opération mettrait à mal le pacte d'actionnaires d'EADS. Daimler, qui cherche à se désengager d'EADS, pourrait ainsi en profiter pour sortir définitivement. Encore faut-il lui trouver un remplaçant côté allemand. Jusqu'ici, Daimler souhaitait descendre à 7,5 % en vendant 7,5 % à une banque publique Kfw, déjà en discussion pour racheter 4,5 % à Dedalus (dans lequel Kfw possède déjà 1 %). Au total Kfw était censé prendre 13 %, à côté des 2 % détenus par les Landers dans Dedalus. Or selon des proches du dossier, cette opération serait aujourd'hui au point mort. En revanche, le groupe Lagardère n'a pas l'intention de se défaire rapidement de sa participation. "La stratégie d'Arnaud Lagardère n'a pas changé, assure-t-on de source proche du dossier. Il attend le jour où le titre EADS réalisera tout son potentiel de croissance".

Tom Enders, futur patron du nouveau groupe

Au niveau du fonctionnement, les deux groupes ont adopté une structure juridique ad hoc, afin de protéger leurs actifs les plus sensibles. Il s'agit d'une dual-listed company, en pratique chez des groupes transnationaux comme Unilever, qui fonctionne sur ce schéma-là depuis 1930, Shell ou BHP Billiton. Soit un schéma avec deux sociétés légalement séparées (EADS et BAE Systems), tous deux cotées en Bourse, mais opérées comme une seule entité, avec la mise en commun des intérêts économiques des deux entreprises. Le nombre d'actions de chacune des deux entreprises serait ajusté pour qu'elles aient la même valeur et permettent d'atteindre la parité de 60-40. Objectif : que les actionnaires d'EADS aient bien 60 % des bénéfices et ceux de BAE Systems 40 %. D'où le terme employé de "fusion synthétique". Un changement de contrôle de BAE Systems aurait posé de trop nombreux problèmes au sens juridique du terme, explique-t-on à "latribune.fr". 

Les deux entreprises auront le même conseil d'administration et le même management. Ainsi c'est Tom Enders, l'actuel président d'EADS qui sera aussi bien le patron de EADS que de BAE Systems, confie t-on. Il sera CEO (directeur général) des deux entreprises, avec un président du conseil d'administration (chairman) issue de BAE Systems. Les dirigeants et les actionnaires issus de EADS seront majoritaires dans la direction générale et au sein des deux conseils d'administration. Marwan Lahoud, le directeur général délégué en charge de la stratégie et du marketing d'EADS, très actif dans cette opération, "se verrait confier un rôle important dans la nouvelle entité".

Méfiance durable des marchés

Enfin, les actifs les plus sensibles de chacun des deux partenaires seront portés par les groupes d'origine. "On pourra ainsi assurer aux Etats-Unis que les activités qui les concernent ne bougeront pas", explique un proche du dossier. Par exemple, s'agissant des missiles balistiques nucléaires français, seuls EADS France et les autorités auront un droit de regard sur la stratégie et la gestion de cette activité. En revanche, les profits générés par cette activité seront distribués au prorata de l'actionnariat de la nouvelle entité, soit 60 % pour EADS et 40 % pour BAE Systems.

Reste à savoir si le deal ira au bout. "Si les choses se poursuivent au même rythme, l'opération peut être bouclée avant le 10 octobre (la date limite pour dire si les deux parties renoncent ou pas à se marier)", explique t-on à "latribune.fr".  Si la parité 60-40 était encore respectée jeudi soir en clôture malgré la baisse de l'action d'EADS, il est évident que l'opération ne se fera pas si les marchés montrent durablement leur défiance. Ceux-ci estiment qu'acheter un mastodonte de la défense n'est pas opportun pour EADS avec la baisse des budgets militaires au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. "Il faut voir néanmoins que BAE est très présent dans les services (entretien des flottes) qui génère des contrats récurrents. En outre, l'électronique de défense n'a pas souffert de la révision à la baisse des commandes", fait valoir un expert. Et de préciser : "EADS n'achète pas au haut. Au contraire. Jamais, le prix n'a été aussi favorable depuis dix ans. La dernière fois, c'était en 2004-2005".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2012 à 0:16 :
Serait-ce une des conditions imposées par Washington à la réalisation de l'axe transatlantique de 2015? Personne ne veut en parler en France, mais les pièces sont bel et bien en mouvement et les échéances annoncées. Pas plus tard qu'il y a 3 jours, le German Marshall Fund publiait un étude rappelant fortement ces réalités, mais dont nous n'avons retenu ici que les sondages concernant Obama. D'ailleurs, si on accélère tant le rythme des soit disant réformes urgentissimes au niveau de l'UE (relayé en cela par toute la coterie des fédéralistes) c'est pour rester conforme au calendrier prévu pour la mise en place effective de cet axe.
a écrit le 14/09/2012 à 18:54 :
Les Anglais Pro USA avec EADS merci mais pourquoi l état ne dit pas non et mintenant, les Anglais sont contre tous nos projets autant militaire ( Frégates etc ) , spatiale ( Galileo Anglais 100 % contre ) , et j ai une centaine d exemple mais ils sont ou tous les conseillers de l Elysee faut leurs envoyer un emailou quoi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 14/09/2012 à 18:50 :
Mais personne
a écrit le 14/09/2012 à 18:43 :
Cette fusion est porteuse d'avenir. Elle devrait être bénéfique à plus d'un titre. Elle devrait permettre dans un premier temps des économies budgétaires aux pays membres.
a écrit le 14/09/2012 à 16:53 :
Il est probable que la partie aéronautique au moins se fasse. Actionnaire de BAE la célèbre banque anglaise en faillite sera heureuse d'en profiter pour sortir en récupérant du cash pour se renflouer. D'autre part le fameux contrat Suisse pour les avions Grippen fabriqués par Bofors reviendrait partiellement ou en totalité à la France. En effet BAE qui en est le propriétaire pourrait revendre cette partie avant ou après le deal à Dassault Aviation qui se trouverait ainsi avec un avion "low cost". Comme évoqué sur ce fil l'affaire R.R ne manquerait pas de suivre côté Thales. L'Europe, ce n'est pas vraiment la concurrence, plutôt la concupiscence.
a écrit le 14/09/2012 à 14:57 :
Si le milieux boursiers continuent à attaquer le titre EADS, la fusion ne se fera pas car la parité retenue pour l'échange sera chamboulée et ce serait tout benef pour BAE SYSTEMS, qui gagnerait ainsi sur tous les tableaux.
a écrit le 14/09/2012 à 11:58 :
Une personne suffisamment instruite sur le sujet des golden shares? en quoi peuvent-elles influences les décisions de grandes sociétés comme eads? sur les plans stratégique, tactique, opérationnel. Cas de figure, eads-bae propose un nouvel avion commercial dans 10 ans, l'a580 (fiction). La france est l'allemagne veulent porter ce projet, mais les anglais veulent développer un nouveau porte avion, que l'inde accetperait d'acheter. La nouvelle base industrielle du groupe eads-bae était au royaume uni, auraient des retombées que de 30 pourcents hors royaume uni. Eads-bae ne peuvent financer ces deux projets de plusieurs dizaines de milards dollars. le royaume uni peut il torpiller le projet a580 pour favoriser le projet porte avion indien?
Car tout est là, tout est là.......
Autre cas de figure, le royaume uni peut il torpille le projet a580 car ils veulent 40 pourcents de la production au royaume uni?
Si quelqu'un pouvait finement nous expliquer les implications d'une golden share sur les plans juridique, financier, politique ça sera sympa!
Réponse de le 14/09/2012 à 15:20 :
Bonjour, vous n'avez pas compris. C'est une hypothèse pour comprendre en quoi les golden shares des états dans la nouvelle entité bae eads pourrait influencer l'arbitrage entre deux projets complètement différents, un civil, un nouvel avion par exemple chez airbus, et un militaire chez les anglais puisque l'axe militaire du groupe nouvellement fusionné sera en uk. Peu importe que ça soit l inde ou le Brésil. C une hypothèse pour prévenir les futurs rapports de force entre les nouveaux acteurs du groupe pour l arbitrage de plusieurs projets futurs différents , ce qui implique d utiliser les bases industrielles de certains pays au détriment d autres . Un projet airbus concernerait plus la France via airbus, un projet porte avion plus bae.si pas d argent pour financer deux grands projets à l échelle du groupe, un pays pourra t il avantager son projet au détriment d un autre via les golden shares ?
a écrit le 14/09/2012 à 11:35 :
C'est comme ça que Hollande entend défendre les intérêts français ? Ce qui se passe est très grave !
a écrit le 14/09/2012 à 11:14 :
Réactions très inquiétantes du coté français. Notre ministre de la défense avoue "ne rien connaitre aux mécanos industriels" et "regarder ce que font les voisins". Silence radio à l'Elysée... Les anglais affirment que le siège social de la nouvelle entité sera à Londres, quid de Toulouse qui devait devenir le centre de gravité d'EADS, dixit Tom Anders...

Cette fusion ne peut pas se faire, ne doit pas se faire. La France à tout à perdre. Il était déjà inadmissible d'avoir le même poid que les Allemands alors que nous sommes le premier contributeur et le premier client d'EADS.

Il faut laisser BAE crever et se servir sur la bête d'ici quelques années. En attendant la France doit régler les cas Dassault, Thales, Safran, DCNS, Nexter... Fini la glandouille, il faut agir!
a écrit le 14/09/2012 à 10:59 :
La logique est simple. En Europe, aux États-Unis et ailleurs les budgets de la défense se rétrécissent, et ce à long terme. Le marché doit donc ou se consolider ou recevoir des subsides encore plus importants des États fournisseurs. C?est pourquoi la France, l?Allemagne, et le RU ne répugnent pas de voir se faire cette alliance.
Par contre, l?amour propre de certaines nations est en jeu, surtout de celles qui voient en les ?Anglo-saxons? l?ennemi héréditaire. C?est sans doute pour cela qu?il y a eu des fuites du côté français. Car il est clair que cette fusion ne peut se réaliser sans l?accord tacite du DoD américain ; accord plus difficile à obtenir maintenant que le projet a été dévoilé inopportunément.
a écrit le 14/09/2012 à 10:44 :
quelle connerie ! on sait que l'Angleterre ne pense qu'à ses seuls intérêts et se fout pas mal des autres ( surtout français ) On va encore foutre par terre quelquechose qui marche assez bien actuellement
a écrit le 14/09/2012 à 10:44 :
Simple lecteur averti, je trouve cette opération allant carrément à l'encontre des intérêts français, espagnols, italiens. Pour le cas français, nos activités militaires au sein d'eads seront anecdotiques puisque l'axe militaire du groupe deviendra le royaume uni, tant politiquement que industriellement et économiquement. Ainsi, le civil du groupe, majoritairement assuré par la france risque de se faire ponctionné des compétences et des efforts de recherches et d'investissement français, sans compter des sites industriels français, au profit des anglais. L'A380 ou ariane 5 n'auraient peut-être pas vus le jour, pour mieux financer un porte avion à base industrielle britannique, ou un eurofighter plus évolué et plus cher. Pire, avec une golden share, les anglais pourraient faire annuler tous les grands projets du groupe eads, soit pour assurer les intérêts stratégiques du grand allié américain, soit pour obliger les partenaires à prendre en compte des exigeances inacceptables et deséquilibrées de la part des britanniques.
Autre problème majeur pour l'industrie françaises, les concurrents français hors eads. Que vont devenir dassaut-dncs-thales-safran (^même s'ils se marient tous ensemble), face à ce poids lours incontestable que deviendrait eads-bae.
NON NON et NON
Il vaut mieux marier les actifs de la défense française avec eads, quitte à faire d'énormes concessions aux allemands. Un couple ne peut fonctionner qu'à deux....
Commentaire d'un simple français qui s'intéresse à ce qu'il se passe chez lui et ailleurs!
a écrit le 14/09/2012 à 9:16 :
autrement dire rien... quelle erreur stratégique phénoménale !!!
a écrit le 14/09/2012 à 8:42 :
Est qu'en est il des drones qu'y marquent à notre armée que l'on dépouille au nom du social?
a écrit le 14/09/2012 à 8:31 :
Ce qu'on a du mal à comprendre, c'est comment ou pourquoi un patron peut prendre de telles initiatives sans avoir l'aval de ses actionnaires majoritaires...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :