Après Airbus et Boeing, la Chine défie les constructeurs de moteurs d'avions

 |   |  473  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le constructeur aéronautique chinois AVIC (China Aviation Industry Corporation) va investir 10 milliards de yuans (1,25 milliard d'euros) dans le développement d'un moteur "de pointe".

Après les avions, les moteurs. Le constructeur aéronautique chinois AVIC (China Aviation Industry Corporation) va investir 10 milliards de yuans (1,25 milliard d'euros) dans le développement d'un moteur "de pointe", ont annoncé jeudi les médias officiels chinois lors du salon aéronautique de Zhuhai. Le type de moteurs n'a pas été précisé, sachant que le groupe chinois construit déjà des moteurs pour de petits avions et des appareils militaires. AVIC financera la première phase jusqu'en 2015. D'autres compagnies publiques chinoises s'agrègeront au projet dont le budget total pourrait s'élever à 100 milliard de yuans d'ici à 2025.

"La Chine est désormais capable"

Une menace pour Safran, General Electric, Rolls Royce, Pratt & Whitney, les poids lourds de ce secteur dont les barrières à l'entrée sont très lourdes en raison des investissements colossaux à déployer pour maîtriser ses technologies de pointe. "La Chine est désormais parfaitement capable de changer la donne avec sa croissance vigoureuse", a estimé le vice-président d'AVIC Engine Holding Co., Zhang Jian, cité par Chine nouvelle.

Devenir une puissance aéronautique

Au regard des ambitions de la Chine dans l'aéronautique, cette annonce n'est pas surprenante. Pékin met les moyens pour devenir une grande puissance aéronautique et spatiale. Comac, filiale d'Avic, défie déjà Airbus et Boeing en lançant le programme C919, un appareil moyen-courrier, à l'horizon 2016. Il sera d'ailleurs motorisé avec des nouveaux moteurs Leap de CFM International (filiale commune de Safran et General Electric), également choisis par Airbus pour son A320 NEO (dont la mise en service en 2015) et par Boeing pour son B737 MAX (prévu en 2017). Avic vise principalement le marché chinois qui s'éleverait selon lui à près de 5.000 appareils (tous d'appareils confondus, mais principalement des moyen-courriers, qui représentent 70 % du marché actuel) au cours des  vingt prochaines années, d'une valeur plus de 560 milliards de dollars US. En outre grâce à son alliance avec le canadien Bombardier, il espère percer néanmoins à l'étranger. Le C919 compte 380 commandes.

Un premier hélicoptère d'attaque

En outre, toujours au salon aéronautique de Zhuhai, AVIC a dévoilé mercredi le WZ-10 (ou Tonnerre de feu") le premier hélicoptère d'attaque chinois présenté comme un concurrent direct de l'Apache AH-64 américain et du Mil Mi-28 russe. "Le WZ-10 est l'un des trois meilleurs hélicoptères d'attaque dans le monde", a affirmé Wu Ximing, cité par le quotidien China Daily. Selon un expert chinois, le WZ-10 est plus facile à manoeuvrer à basse altitude que l'Apache - en service dans l'armée américaine notamment - mais il n'a ni sa puissance de feu, ni sa motorisation. AVIC a a par ailleurs dévoilé un autre hélicoptère, le WZ-19 ou "Tornade noire", affecté aux missions de reconnaissance et de soutien au sol.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2012 à 21:11 :
Aujourd'hui, la Chine fait beaucoup confiance à la France pour la formation de ses ingénieurs. Par exemple, ils travailles en étroite collaboration avec les écoles d'ingénieurs en aéronautique françaises IPSA et ENAC.
La première propose des doubles diplômes au sein de la Shenyang Aerospace University et la seconde a ouvert sur place une formation d'ingénieurs "à la française" ainsi que des Mastères Spécialisés. Cela laisse présager un bel avenir pour l'aéronautique en Chine, la France n'ayant plus à faire ses preuves en matière de formation de cadres techniques.
a écrit le 16/11/2012 à 19:42 :
A force de leur filer toutes nos technologies et de les laisser piquer nos brevets et copié nos productions, c'est sûr qui vont finir par nous écraser.
a écrit le 16/11/2012 à 13:11 :
l'évolution que présente la Chine aujourd'hui est une preuve que l'Afrique va à coup sûr s'indistrualisée d'ici 30 ans
a écrit le 15/11/2012 à 20:45 :
et oui. ils copient. bien. tout. il faut donc être plus intelligents qu'eux et développer des meilleurs produits plus vite. c est possible. les GE BOSCH BMW LV sont copiés mais mal.. et ont toujours une longueur d'avance.
a écrit le 15/11/2012 à 18:47 :
A force de former les étudiants chinois en France, USA ou autres dans des secteurs de pointe et accepter des transferts de technologies normal d'avoir un retour de bâton. Et avec leur nationalisme à outrance, ils font tout pour s'accaparer les brevets quittent à les volés.
a écrit le 15/11/2012 à 16:10 :
C'est en 1970 que les Chinois ont mis leur première satellite sur orbite. Aujourd'hui, ils sont capable d'envoyer des hommes dans l'espace; ils ont commencé à construire leur station spatiale; ils ont des TGV avec leur propre technologie; ils sont numéro 1 sur les dépôts de brevets devant USA; et encore beaucoup d'autres choses.

Le mot "copier" trouvé partout dans les commentaires est employé avec grossièreté et ignorance. Je préfère utiliser "s'inspirer". C'est justement cette capacité qui fait peur. Ils étudier vos technos, et puis ils inventent les leurs, vite et bien.
Réponse de le 15/11/2012 à 17:04 :
ca ne veut pas dire que le TGV chinois est de qualité. Quant au spatial, je vous réfère à mon commentaire en bas de page.
Réponse de le 15/11/2012 à 18:19 :
Parfaitement raison Toto. Tout le monde "copie" tout le monde y compris les français copient les autres ou au moins s'en inspire. Un récent rapport de la commission européenne a même cité la France de mauvaise élève en Europe.
Le monde n'est plus partagé entre ceux qui possède le savoir et la technologie et les autres. Les "autres" ont aussi la technologie et la développe afin de rattraper les premiers, voire même pour les dépasser. Japon, Corée du Sud, Taiwan etc. etc. et bientôt la Chine. Je vous rappelle que la Chine ne fabrique plus les fleurs en plastique et fabrique de moins en moins de jouet et textile. (Trop cher)
a écrit le 15/11/2012 à 14:35 :
N´ empeche que les chinois sont deja capable de mettre des satellites sur orbite.
Ya it tant de difference de savokir faire entre la mise au point d´une fusée porteuse et la mise au point d´une turbine ?
Je crois qu on sousestime totalement les capacités technologiques chinoises !
Réponse de le 15/11/2012 à 14:51 :
On ne le sous-estime pas on leur donne, après avoir copié alors ils peuvent investir pour faire mieux, car ils ont acquis rapidement et à pas cher notre technologie ... Cela s'appele de la bétise ou de la naiveté économique pour nos dirigeants ...
a écrit le 15/11/2012 à 14:06 :
Voyons les choses simplement: les chinois limitent maintenant l'entrée de constructeurs auto sur le sol, car ils ont 1/ l'outil industriel 2/ copié une grande partie du savoir faire grâce à des coentreprises et 3/ car ils veulent que leur production domestique et nationale se substitue aux productions étrangères. En aéronautique, on constate que: 1/ les chinois rachètent des entreprises américaines du secteur (par chance l'Europe semble épargnée), 2/ ils ouvrent le marché chinois à Airbus qui construit une usine au prix de concessions exorbitantes 3/ nous leur ouvrons grand la porte de nos universités au lieu de former NOS jeunes, et 4/ nous leur donnons des places de stages au sein de nos meilleures entreprises, qui se font gentiment subtiliser des données confidentielles en quantité, et 5/ pour faire passer la pilule ils nous passent des commandes des dernières technologies pour mieux les disséquer. Le Leap X de CFM n'a pas encore volé que les chinois sont déjà en train d'étudier les données qu'ils ont pu récupérer à son sujet pour mieux le copier. Voici la partition qui est en train de se jouer, en pervertissant les règles du commerce international que nous occidentaux avons mis 50 ans à mettre en place, et qui, quoi qu'on en dise, permettaient aux entreprise que leurs droits soient respectés et leur propriété valorisée. Avec les chinois, l'innovation n'a pas de prix, elle est négligée, elle n'est qu'une marchandise, comme tout dans ce pays du reste, y compris la vie humaine. Du temps de l'URSS, près de la moitié des crédits de recherche passaient en vérité en budget d'espionnage. On voit aujourd'hui le résultat, bien que de nombreux ingénieurs soviétiques/russes aient été des gens brillants. Le pilotage d'une industrie de pointe ne se décrète pas dans les salons de ministères, c'est une affaire d'entrepreneurs et d'ingénieurs, de créativité et d'expérience, de gestionnaires et de visionnaires...
a écrit le 15/11/2012 à 13:55 :
Continuons lesz transferts technologiques et dans 10 ans, il n'y aura plus d'industries en Europe.
Réponse de le 15/11/2012 à 19:41 :
Trop tard ... On a encore quelques techno de pointe, mais plus beaucoup, on a trop de problèmes financiers pour continuer à investir, peu de perspectives sur nos marchés et des difficultés à exporter donc peu de motivation à investir, un vrai déficit de formation et de ressources qualifiées et enfin, comme on ne produit (presque) plus, on perd le savoir faire : en effet, sans production, pas de R&D ... (et donc le mythe du "ils sont les petites mains qui produisent, et nous on est les cerveaux qui conçoivent" n'était ... qu'un mythe ! Dommage pour les occidentaux, on a refilé aux asiatiques, sans en être conscients, ce qui fait la richesse des nations : la production !)
a écrit le 15/11/2012 à 12:55 :
Ce n'est pas qu'une question d'argent, mais une question d'acquérir un énorme savoir faire sur 30 ou 40 ans sur les parties chaudes, cela ne s'achète pas, cela doit s'acquérir avec l'expérience et la compétence des personnes, il faut veiller au bon renouvellement des compétences personnes lors des départs en retraite.
Si la Chine réussi à faire cela. Elle n'aura pas de problème, va falloir attendre 15-20 ans pour le savoir. Un moteur ca se copie pas, on obtient toujours une version très dégradée avec d'énorme perte de performance avec des pannes lourdes. Les avions chinois, volent avec des moteur russes, les copie moteurs qu'ils ont fait sont plus que médiocre, le J31 furtif a deux moteurs russes. ils le savent, aucun motoriste veut partager son savoir faire. On les comprends. C'est pour cela qu'ils mettent de l'argent, mais c'est pas le problème de fond, c'est du temps, de l'expérience et des hommes qu'il faut.

Réponse de le 15/11/2012 à 13:38 :
exactement. Et encore le délai que vous leur accordez ne tient pas compte des avancées que Snecma GE RR etc. auront fait d'ici là (notamment avec les technologies ADVENT etc ;) )
Réponse de le 15/11/2012 à 14:04 :
Les Chinois arriveront facilement à obtenir un transfert de technologie. Il leur suffira de faire miroiter un méga contrat en échange d'une usine d'assemblage en Chine et la formation de soustraitants et d'ingénieurs chinois. Ils ont réussi à le faire avec Airbus alors pourquoi pas avec un autre groupe
Réponse de le 15/11/2012 à 14:15 :
En regardant le Vendée Globe et les déboires du bateau SAFRAN avec sa quille en titane, j'espère que ce n'est pas SAFRAN qui fait les nacelles de réacteurs...
Réponse de le 15/11/2012 à 14:57 :
Encore des illusions franchouillardes ... Les pays émergents ont l'avantage d'acheter ce qui se fait de plus top et de consacrer les investissements de R&D pour faire évoluer cela. En plus, ils paient à prix d'or des ingénieurs venus de chez nous avec tout notre savoir faire, et c'est ainsi qu'ils nous dépassent. Je peux en témoigner pour l'avoir vu dans les pays du Golfe (GCC), et quand un excellent ingénieur chez nous est payé dans les 60-70 K euro, dans ces pays c'est 200 K sans impots et avec un package familial ... Exemple, c'est en Arabie Saoudite que sont apparus les premiers modules solaires à haute concentration (1500 suns) alors que la meilleure technologie occidentale en est encore à 800 voire poussivement à 1000. Il faut ouvrir les yeux et commencer à se protéger, car les pays émergents n'ont pas d'ayatholas de l'écologie planifiée pour freiner leur R&D et augmenter leurs dépenses pour un résultat écologique NUL.
Réponse de le 15/11/2012 à 15:57 :
Totalement d'accord avec vous Paulo. D'autant plus qu'il est illusoire de compter sur l'exportation. Les pays émergents veulent du haut de gamme, mais fabriqué chez eux
Réponse de le 28/08/2014 à 17:45 :
Mais oui mais oui il aura la majorité: la soupe est trop bonne
a écrit le 15/11/2012 à 12:55 :
Ca fait très longtemps que les chinois ont décidé d'investir le secteur aéronautique.
Il y a 20 ans déjà ils envoyaient des étudiants dans nos écoles d'ingénieur comme sup'aéro. Ces étudiants faisaient ensuite une thèse dans un centre de recherche aéronautique et repartaient en Chine.
Les sous estimer serait une grave erreur.
Réponse de le 15/11/2012 à 13:07 :
Votre intervention est juste. L'enjeu de la formation aux techniques de pointes devrait certainement faire l'objet d'une réflexion tout comme on réfléchit à la cyberguerre. Je ne crois pas que l'Europe ait de réflexion globale allant dans le sens du verrouillage de l'accès à certaines compétences, comme le font les américains. Ce genre de politique est dans l'ADN chinois et inscrit au plus profond de leur stratégie de développement. Il faudra en tenir compte.
Réponse de le 15/11/2012 à 13:25 :
C'est pas faux, mais la réalité c'est qu'en matière de motorisation que ce soit militaire ou civile d'ailleurs, les chinois sont à la rue. Beaucoup de leurs appareils sont équipés soit de moteurs russes ou occidentales. Par ailleurs, dans ces secteurs, il y a certes la R&D mais aussi l'industrialisation et être capable de gérer des projets de cette envergure... et ils pêchent là aussi. il faudra décennie aux chinois pour atteindre la qualité européenne et américaine dans ce secteur, et ce si ces derniers n'innovent plus. Le C919 va être en retard malgré ce que disent publiquement les chinois et surtout les chinois vont avoir un ENORME travail sur le service après-vente s'ils veulent avoir le succès escompté... et là aussi ca va être très dur!
Réponse de le 15/11/2012 à 14:08 :
Ils sont même pas capable de faire des scooters correct avec un moteur fiable, alors je ne comprends même pas qu'on puisse penser qu'ils détrôneront les géants de l'Aéronautique avec l'expérience qui est la leur !
Réponse de le 15/11/2012 à 18:24 :
Tonton tu as probablement raison que le C919 aura des maladies d'enfance tout comme le Airbus A300 et dans une moindre mesure le A310. Leur naissance était très difficile et pas seulement pour des raisons politiques et de protectionnisme.
Réponse de le 15/11/2012 à 18:43 :
la différence étant que nous avions déjà une riche expérience dans le domaine de l'aéronautique. Par ailleurs je pense que le C919 rencontrera d'autres difficultés. Notamment en matière d'efficacité et surtout sur la maintenance, la disponibilité des pièces détachées etc. En somme je pense que les chinois auront peut-être un programme aéronautique civil viable d'ici 30 ans... Donc à Airbus de ne pas perdre leur avantage
a écrit le 15/11/2012 à 11:39 :
Vu le peu d'expérience qu'ils ont comparé aux autres, c'est pas demain la vieille qu'ils sortiront un moteur de "pointe"... La croissance ne fait pas tout ! A moins de copier des brevets comme ils savent si bien le faire, je vois pas trop comment ils pourraient développer un tel moteur.
Réponse de le 15/11/2012 à 12:13 :
on disait çà aussi pour les avions....
Réponse de le 15/11/2012 à 13:00 :
... et on peut toujours le dire, et pour longtemps...
Réponse de le 15/11/2012 à 13:34 :
+1 @bill ! La Chine à imposé à Airbus un partage de connaissance et une formation des employés chinois pour qu'ils puissent y ouvrir ouvrir une usine...
Réponse de le 15/11/2012 à 13:57 :
La Chine a des cosmonautes et ses propres fusees, alors faire des avions c'est pour tres tres bien, preparez la vaseline chers europeens !
Réponse de le 15/11/2012 à 13:57 :
Absolument d'accord. je voulais dire qu'ils veulent casser le duopole et ils y arriveront.
Réponse de le 15/11/2012 à 14:44 :
Qu'ils y arrivent, je n'en doute pas, mais c'est pas pour demain, ça c'est certain !
Réponse de le 15/11/2012 à 16:47 :
Construire une fusee et envoyer un cosmonaute c'est un petit peu plus complique que de faire voler une carlingue. Rassurez vous comme vous pouvez mais la vague chinoise arrive et va deferler sur l'Europe avec de la haute technologie. Bienvenue dans le tiers monde europeen
Réponse de le 15/11/2012 à 17:03 :
@viking, ce sont deux choses qui n'ont rien à voir. De plus quand on regarde le programme spatial chinois ils ont hérité de beaucoup de technos russes qui n'ont pas été beaucoup amélioré. de plus, mettre un bonhomme dans l'espace n'a pas de visée commerciale contrairement à l'aviation commerciale... et les contraintes ne sont donc pas les mêmes....
Réponse de le 15/11/2012 à 17:03 :
Ca dépends de quel "carlingue" on parle... L'aéronautique pour le transport de personne est un domaine bien particulier avec un certain nombre de normes que les chinois auront bien du mal à appliquer. Un avion comme l'A380 par exemple est bien plus complexe à développer qu'une fusée... Même si ça parait difficile à croise !
Réponse de le 15/11/2012 à 17:32 :
A380 avec ses fissures "chinoises" ? Non fissures franco allemandes ... J'ai pris le pari, dans 2 ans les vehicules chinois vont envahir l'Europe (production chinoise actuellement en Bulgarie) avec des vehicules aussi surs que les vehicules occidentaux (rachat de Volvo par Geely notamment), pareil pour l'aviation d'ici 5 ans. Je vous parie 5000 euros que dans 5 ans Airbus plie sous le poids des chinois.
Réponse de le 15/11/2012 à 17:55 :
@viking, pas de problème je prends votre pari. Je ne prends pas beaucoup de risques dans la mesure ou le C919 doit voler dans 2ans (officiellement) mais des retards sont à prevoir. Quand on voit que leur avion régional ARJ21 vole depuis 6 ans mais n'est toujours pas certifié par les autorités chinoises je ne m'en fait pas trop.
Réponse de le 16/11/2012 à 8:35 :
D'ici 5 ans ? C'est encore moins crédible ! Vous croyez vraiment qu'on acquiert un tel savoir faire en si peu de temps ? Et les fissures de l'A380 sont un problème mineurs, elles sont d'ailleurs résolues depuis un bail. Je vous en pari le double s'il faut ! Leurs voitures ont déjà du mal à passer les normes Euro'n Cap, alors pour faire passer un avion, imaginez un peu... Et ça fait que 5 ans qu'il font des voitures...
Réponse de le 16/11/2012 à 9:32 :
*Ca ne fait PAS que 5 ans qu'ils font des voitures (pardon)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :