Eurocopter : EADS nomme un pilote français à la place d'un allemand

 |   |  485  mots
Le nouveau président exécutif dEurocopter
Le nouveau président exécutif dEurocopter
Tom Enders a nommé à partir du 1er avril un Français - Guillaume Faury - à la tête d'Eurocopter, à la place de Lutz Bertling, attiré par les sirènes très convaincantes du groupe canadien Bombardier.

Chez EADS, le passeport n'est plus vraiment nécessaire pour prendre un poste de patron, seules les compétences comptent. Tom Enders vient de le prouver à nouveau en nommant à partir du 1er mai un Français à la tête d'Eurocopter, Guillaume Faury, à la place de Lutz Bertling, attiré par les sirènes très convaincantes du groupe canadien Bombardier. Il en avait auparavant avisé le gouvernement allemand. Après Fabrice Brégier à la tête d'Airbus, les Français récupèrent un autre poste clé, celui d'Eurocopter. 

Pourquoi un départ de Lutz Bertling ? L'actuel patron du constructeur d'hélicoptères quitte la France et prend le train pour l'Allemagne où il a été nommé patron de Bombardier Transport, la division ferroviaire du groupe canadien Bombardier. A 50 ans, Lutz Bertling, qui est à la tête de la filiale Eurocopter depuis novembre 2006, "a récemment exprimé le souhait de quitter le groupe pour poursuivre sa carrière professionnelle en Allemagne". Outre sa nomination chez Bombardier, des raisons personnelles l'ont également convaincu de s'installer à Berlin, où se trouve le siège social de Bombardier Transport. "Je regrette le départ de Lutz d'Eurocopter et du groupe EADS pour poursuivre de nouveaux défis en dehors du monde aérospatial, a expliqué le président exécutif d'EADS, Tom Enders. Nous lui devons beaucoup. Durant six ans et demi à la tête d'Eurocopter, il a su piloter l'entreprise avec succès à travers une période marquée à la fois par une forte croissance et une profonde crise économique internationale. Au cours de son mandat, Eurocopter est devenu plus international et innovant, et globalement plus compétitif".

Retour d'un ancien grand espoir d'Eurocopter

Le départ de Lutz Bertling coïncide avec le retour d'un ancien grand espoir d'Eurocopter, Guillaume Faury, parti d'abord chez Segula Technologies (janvier 2009) puis très rapidement nommé chez PSA Peugeot Citroën (mars 2009). A l'époque, certains avaient beaucoup regretté son départ imputé à Lutz Bertling. Son retour devrait ravir les syndicats français. "Grâce à son intime connaissance d'Eurocopter, ses qualités de leadership et sa large expertise industrielle, Guillaume Faury est assurément la bonne personne pour conduire les ambitions d'Eurocopter en matière d'innovation et de positionnement mondial", a fait valoir Tom Enders.

Clairement, Eurocopter a besoin de ses compétences pour maîtriser une phase délicate pandant laquelle plusieurs programmes vont être lancés ou sont en cours de développement. Chez Eurocopter, il avait occupé les postes de vice-président exécutif des programmes commerciaux, puis vice-président exécutif pour la Recherche & Développement. En outre, en tant qu'ancien patron du programme EC225/725, dont la version civile (EC225) rencontre aujourd'hui de graves  difficultés techniques, il devrait prendre les décisions adéquates pour remettre en vol ce modèle cloué au sol en Grande-Bretagne pour le transport de personnes sur les plates-formes offshore, notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2013 à 19:52 :
Le retour de G.Faury ravi les syndicats français, le commencement de la fin?
a écrit le 12/03/2013 à 18:55 :
9000 cols blancs a eurocopter, drole de gestion dangereuse, les syndicats font la pluie et le beau temps
a écrit le 12/03/2013 à 18:54 :
9000 cols blanacs a eurocopter c'est de la folie

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :