Tom Enders (EADS) met en garde la France sur une hausse du coût du travail

 |   |  1330  mots
Le président exécutif d'EADS, Tom Enders Copyright Reuters
Le président exécutif d'EADS, Tom Enders Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le coût du travail en France commence sérieusement à agacer EADS, qui emploie 54.000 personnes dans l'Hexagone. Le président exécutif avertit que s'il continue d'augmenter, "cela va poser un problème dans nos embauches en France".

Tom Enders a été très clair. Le coût du travail en France commence sérieusement à agacer EADS. Sans langue de bois, comme à son habitude, le patron d'EADS l'a dit devant les parlementaires français en février dernier. "Pour ce qui est du coût du travail - je ne parle pas des salaires directs - mais des charges sociales, si celles-ci continuent à augmenter cela va nous poser un problème dans nos embauches en France", a expliqué le président exécutif du groupe européen. Et EADS sait de quoi il parle puisque c'est l'un des plus gros employeurs en France avec 54.000 salariés dans l'Hexagone. "Soit une progression de 20 % depuis 10 ans", a-t-il même précisé. Cette croissance de 20 % "est due à la croissance de nos résultats commerciaux et de notre rentabilité", a souligné Tom Enders, qui s'est réjoui des résultats "remarquables" d'EADS en 2012. Mais, il y a un mais pour Tom Enders. "Le coût du travail en Europe conjugué au coût de l'énergie, comparé aux Etats-Unis, sont des données importantes. Nous sommes une grande entreprise parce que nous sommes sur le marché mondial et pour être sur ce marché, nous devons être compétitifs", a-t-il toutefois mis en garde le gouvernement français.

Un partenariat "crucial" entre EADS et la France

Pour autant, il a rappelé l'importance qu'il attachait à la relation entre la France et EADS. "Je voudrais souligner combien notre partenariat est crucial l'un pour l'autre : la France est un pays clé pour les activités de défense d'EADS et EADS est un des acteurs essentiels pour la défense de la France", a-t-il souligné. Et de rappeler que EADS contribue à la force de dissuasion nucléaire française en fournissant notamment les missiles M51 et ASMPA développés, produits et soutenus respectivement par sa filiale spatiale, Astrium, et le missilier européen MBDA, dont EADS détient 37,5 %. "La croissance des activités d'EADS en France a été spectaculaire, grâce à un dialogue constructif entre tous les acteurs de l'industrie aéronautique et de l'espace et, en particulier, l'Etat", a-t-il martelé. Et grâce à une politique industrielle de long terme, il a estimé que "l'industrie aéronautique et spatiale française est compétitive sur le marché mondial. Elle le restera tant que ce modèle sera préservé".

Séduction et mise en garde

Tom Enders sait même être séducteur avec les Etats, qui lui ont pourtant mené la vie dure lors du projet de fusion entre EADS et le britannique BAE Systems à l'automne dernier. Ce patron, réputé pour ses idées libérales, a donc loué la politique industrielle de la France dans l'aéronautique. "Une industrie ne peut réussir qu'avec une véritable politique industrielle ambitieuse, a-t-il affirmé. C'est le rôle de l'Etat. Le succès de notre industrie en France est le résultat d'un partenariat piloté par des institutions publiques telles que la DGA, DGAC ou le CNES qui ont su mettre en place des programmes de long terme, couvrant toutes les étapes de la R&D, depuis la R&T jusqu'aux avances remboursables". Il rappelle toutefois que la France est engagée dans un réexamen de sa doctrine de défense fortement influencée par la contrainte budgétaire. Selon Tom Enders, "il est essentiel que le prochain Livre Blanc préserve cette approche et, quelles que soient les décisions budgétaires, sanctuarise à tout prix le budget de la Recherche amont, aussi bien militaire que civile. A travers ces études, la DGA a réussi à construire une base industrielle compétitive et technologiquement avancée". 

Après la séduction, la mise en garde. "Prenons en compte un exemple critique : les lanceurs spatiaux et les missiles balistiques. Le développement complet d'Ariane 5ME et les études sur la nouvelle génération de lanceurs Ariane 6 sont absolument indispensables afin de préserver les compétences en matière de missiles balistiques. Cela n'est pourtant pas suffisant pour préserver les compétences des bureaux d'études des Mureaux et de nos sous-traitants et la capacité à contribuer à la dissuasion nucléaire. Le programme M51 doit pouvoir être poursuivi dans ses versions ultérieures comme prévu dans la programmation, sauf à devoir faire face à des conséquences majeures en matière d'ingénierie pour Astrium et, plus particulièrement, pour son bureau d'études des Mureaux".

Tom Enders conseille implicitement à la France de vendre ses titres EADS

Interrogé sur un éventuel désengagement de l'Etat français du capital d'EADS, Tom Enders n'a pas répondu directement. "Sur la question de savoir si, compte tenu du SSA ("special security agreement" signé entre les Etats actionnaires et EADS en vue de protéger leurs intérêts, ndlr), l'Etat a intérêt à rester au capital de l'entreprise, c'est une bonne question. Les Britanniques n'ont jamais déclaré qu'il était important pour eux de détenir autant d'actions que les Français ; ils n'en détiennent pas d'ailleurs ! J'ai essayé, sans succès, de convaincre le gouvernement allemand que le SSA était une excellente chose pour eux car, pour la première fois, il aura des droits sur la société, sans avoir à payer des milliards d'euros pour acquérir 12 % du capital". Sur les participations de l'Etat français dans le capital des groupes de défense, Tom Enders estime que "si vous sortez cet argent du capital des entreprises et que vous l'investissez dans la recherche et le développement alors vous aurez fait énormément pour la compétitivité des entreprises françaises".

Inquiétudes sur les livraisons d'A400M et sur la commande de NH90

Tom Enders ne veut pas entendre parler d'un étalement des livraisons en 2013 et 2014 pour le programme A400M. "On ne peut pas modifier le calendrier de cette année et de l'année prochaine et remettre en cause la livraison d'appareils qui sont en passe de sortir des chaînes de production. Un tel étalement serait générateur de pertes supplémentaires : si chaque nation demande à nouveau à négocier, vous mettrez EADS et ses sous-traitants en grande difficulté", a-t-il expliqué aux parlementaires. Et de rappeler que le programme 'A400M "est déjà déficitaire" pour EADS. "Nous avons perdu beaucoup d'argent". Tom Enders estime que "pour le futur on peut nous demander la flexibilité et nous ferons ce que nous pouvons. Mais il nous faut aussi de la stabilité". Le irecteur général délégué d'EADS, Marwan Lahoud a rappelé de son côté que "le ministre a indiqué clairement que les livraisons de 2013 et 2014 seraient préservées. J'ai tendance à le croire". Par ailleurs, Tom Enders a expliqué que dans le domaine des hélicoptères, "notre préoccupation principale concerne la commande de trente-quatre NH-90 TTH qui doit encore être confirmée par la France" d'ici au 31 mars.

Enfin, Tom Enders a confirmé son intérêt pour les opérations de francisation du drone américain Reaper si la France validait cette option. "Nous avons fait savoir au gouvernement français que nous étions intéressés par la francisation de ce drone", a-t-il expliqué. Au-delà, il s'est également "toujours" montré "intéressé par un éventuel projet de drone MALE européen". Et d'expliquer que "nous avons bien compris que c'est très compliqué. Quand les Allemands ont l'argent pour le faire, les Français ne veulent pas et quand les Français veulent, les Allemands reculent". Pourtant, selon lui, "l'avenir de l'aviation de combat passe probablement par des avions sans pilote. Nous devons absolument nous mobiliser sur des projets car sinon l'avenir de l'Europe dans l'aviation de combat sera nul. Nous perdrons les compétences. Il y a un besoin criant d'ingénieurs dans l'aéronautique civile, nous n'allons pas garder les ingénieurs à travailler sur des projets de défense qui ne verront jamais le jour".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2013 à 11:43 :
l avenir de l humanite c est dans la paix est la negosiations entre les peuples fabrique est jnvestire dans l armement c est allez dans le mauvais sens de l histoire
a écrit le 19/03/2013 à 19:18 :
Chers compatriotes,
Au nom de quoi nous français devrions travailler moins et avoir une qualité de vie meilleure qu'un chinois? N'importe quel socialiste devrait comprendre que dans un monde globalisé, tout devrait converger.Notre cout du travail est trop élévé car nous avons encore trop de privilèges, il suffit de voyager un peu pour constater que notre pouvoir d'achat hors France est bien trop élévé par rapport à la richesse réelle que nous produisons pour le monde. Serieusement, mettons nous au travail...
a écrit le 15/03/2013 à 17:26 :
Hhhhhh
a écrit le 15/03/2013 à 2:58 :
Ces déclarations sont cruciales, les décisions et actions qui en découleront marqueront un tournant définitif au sein de la politique mondiale, que celui ci soit positif ou négatif.
a écrit le 14/03/2013 à 21:43 :
Plutôt que faire du mauvais esprit, est-ce que vraiment il faut faire comme en Allemagne avec 7,4 millions de travailleurs pauvres payés ? 450 par mois ? M.Enders aime bien le crédit impôt recherche payé par le contribuable français et qui lui rembourse sa RDI, réalisée largement par des ingénieurs français, dont le centre de recherche de l'ancienne Aérospatiale, il aime bien également la productivité des cadres et ouvriers français, l'une des plus élevés du monde, alors il ne faut peut-être pas cracher dans la soupe s'il y a une (légère) différence de coût du travail, c'est aussi le prix à payer pour les avantages indiqués.
Réponse de le 14/03/2013 à 22:52 :
Il y a une quantité de postes mal payés en Allemagne, on peut estimer que cela est provisoire ,le temps de la crise.N'est ce pas une meilleure solution que endetter nos générations futures comme nous le faisons depuis 37 ans.L'Allemagne s'est réforme depuis 10 ans, fait 150 milliards d'excédent commercial,pendant ce temps nous faisons 75 milliards de perte commerciale.
Comment expliquer cela?Manque de marge des entreprises pour la recherche et le développement, surcoût du travail par rapport à l'Allemagne nous rend non compétitif: Nos usines ferment en masse, et celles allemandes tournent à plein régime.
La productivité est excellente en France , mais seulement horaire!! La France a hélas un nombre d'heures travaillées faible annuellement(jours de congé, 35h...)par rapport à nos voisins europeens .
a écrit le 14/03/2013 à 18:27 :
Quand donc Normal 1er et son gouvernement anormal vont ils comprendre bien à l?abri dans de chaumières de privilégiés ? que les chômeurs et contribuables excédés les mettent à la porte. En dehors de sa nature d?homme à multiples femmes, que reste t?il aux Français d?espoir dans ce petit homme faisant le mariole désormais dans ses approches de la foule et bien à l?abri par la police de Valls ?
a écrit le 14/03/2013 à 15:57 :
Une fois encore, on confond Salaire et Cour du travail. la difference c'est le modele social francais. Moins il y a de travailleurs a Salaire egal, plus le cout du travail augmente. moins un salarié francais est competitif. ( je ne parle pas du salarié lui même ). Avec notre modéle social, plus il y a de chomeur, plus le cout du travail augmente. et on arrive au problème suivant. Dans mon metier, j'ai des collegues chinois qui font peux ou prou le même boulot. Ils coutent moins cher a notre compagnie, pourtant en rapport nos salaire en dollars, il gagnent plus que nous.. CQFD...
a écrit le 14/03/2013 à 15:52 :
monsieur enders, depuis très peu de temps les salaires allemands sont au niveau de la france
Réponse de le 14/03/2013 à 15:57 :
Mr Enders ne parle pas des salaires, mais des charges sociales y afférent ...
a écrit le 14/03/2013 à 15:48 :
Tom Enders (EADS) devrait préciser que EADS verse des sommes importantes pour financer les campagnes électorales du partie Républicain au USA, tout comme SANOFI et d'autres sociétés Française bien connus, certainement qu'il est préférable de continuer à financer un pays comme les USA qui provoque des tsunami financier, plutôt que participer à créer des emplois en Europe et baisser ses propres rémunérations totalement scandaleuse. Sinon Mr Tom Enders (EADS) il reste des vaccins de SANOFI à l'aluminium, c'est bon pour l'Alzheimer, cela permet de ne se souvenir de rien, cela apaise la conscience !
a écrit le 14/03/2013 à 15:31 :
Enders prépare le terrain pour que l'Allemagne récupère la totalité de l'assemblage du successeur de l' A320 !
a écrit le 14/03/2013 à 14:47 :
Est-ce que la France audacieuse de 1789 et de Napoléon est morte...?Est-ce que la Fran
ce n'a plus d'audace dans sa "raison d'être":d'être-comme De Gaulle l'a voulu-le pays des
technologies de pointe,d'avant-garde;le pays-phare de la défense en Europe...?L'Allemagne
"caracole" en tête à bien des égards...La France est un pays qui n'ose plus et qui se "ba
nalise" face à un "libéralisme" économique qui détruit les identités nationales,de bien des
peuples...Est-ce que la France n'a rien à faire de mieux que suivre le mouvement...?De
Gaulle doit se retourner dans sa tombe...!!Face à l'arrogance économique de la Chine,qui
exploite une main-d'oeuvre payée 100 Euros/mois pour 12 heures de travail quotidien,n'y
a-t-il rien à faire que se soumettre et laisser partir certains fleurons de l'industrie européen
ne en Asie...ou en Europe de l'Est(pour des salaires qui ne dépassent pas le 1/4 ou le1/3
du SMIC...?A quoi donc sert la Communauté européenne,qui ne fait que renflouer les ban
ques en puisant dans les poches des contribuables...?Bientôt,il y aura une Europe à 3,
4 vitesses...On se croirait revenu à la période "glauque" de la IVè République,une fois
passée la période transitoire,faste,courageuse du Conseil national de la Résistance...Pour
tant,il y aurait bien une "solution" aux problèmes viscéraux de l'Europe:que ce soit l'Alle
magne qui prenne les rênes de l'Europe en mains...Lorsque les Allemands sont confron
tés à des impératifs cruciaux,il est rare que les "bonnes solutions" ne se fassent jour...
Les allemands ont un impératif prioritaire avant tout:réussir!!L'échec est pratiquement un déshonneur,comme au Japon...Mais,puisque les mentalités ne sont pas les mêmes en
france et en Allemagne,chacun des 2 pays apporte ses idées,ses idéaux à l'Europe...sans
quoi l'Europe n'aurait jamais existé...En France,il n'y a que les "patrons" qui parlent...En
France,il y a 3 organisations patronales pour une 10zaine de syndicats de salariés et 10%
de la "classe ouvrière" syndiquée...Quelle débandade!!
Réponse de le 14/03/2013 à 18:53 :
Vous avez entièrement raison..mais il n'a a pas d'échanges, il n'y a que virulentes compétitions! ce n'est pas ainsi que l'on avancera "ensemble", car c'est chacun pour soi, si l'on peut écraser l'autre parce que impératif prioritaire pour certains, on ne voit rien, on n'a pas de scrupules...Ce n'est pas ce que promettait L'UE.......
a écrit le 14/03/2013 à 13:01 :
Sans tomber dans l'anti germanisme primaire, ils commencent à être agaçants ces allemands à insister fort pour nous donner des leçons. Qu'ils regardent déjà leur sous-salariés, leur inaction à participer à des actions de police dans les marges de l'Europe, leurs banques pas nettes nettes et autres spécificités et on en reparlera.
Réponse de le 14/03/2013 à 13:22 :
La vérité agace toujours un peu quand elle nous dérange.
Réponse de le 14/03/2013 à 13:34 :
Le mensonge ou l'enfumage également...
Réponse de le 14/03/2013 à 15:30 :
De toute façon, la vérité est en train de s'imposer : recul de l'âge à la retraite nécessaire, augmentation de la TVA, baisse du nombre de fonctionnaire, rabotage des allocations diverses et variées... C'est bel et bien le programme d'Hollande pour les prochaines années, celui là même contre lequel son parti a lutté pendant la dernière décennies. Après, il est certain qu'en soutenant les thèses opposées pendant toute sa campagne, en refusant notamment de reconnaître la crise, il ne s'est pas épargné les handicaps ! Il ne faudra pas qu'il s'étonne s'il n'arrive pas au bout de son mandat.
Réponse de le 14/03/2013 à 17:28 :
Tom Enders est sans doute le meilleur défenseur des intérêts français dans le groupe EADS (cf. production A320 par exemple) et n'est pas coupable de tous les maux allemands que vous mentionnez. Plutôt que de faire du racisme de base, vous feriez mieux de lire attentivement ce qu'il écrit. La vérité est là: notre coût du travail devient délirant, tout notre modèle social est pointé du doigt et prend l'eau de partout. Ce gouvernement a détruit 90.000 emplois en 6 mois, et la tendance s'accélère !
Signé: un français chauvin, actionnaire d'EADS et fier de ce président Allemand formidable, à la tête du plus beau fleuron Européen!
Réponse de le 14/03/2013 à 18:55 :
Exact !! + UN
a écrit le 14/03/2013 à 12:34 :
Quel est le code moral de l'altruisme ? Le principe de base de l'altruisme est qu'aucun homme n'a le droit d'exister pour lui-même, que la seule justification de son existence est de servir les autres et que le sacrifice de soi est son plus haut devoir moral, sa plus haute vertu et sa plus haute valeur.
Il ne faut pas confondre altruisme et bonté, bonne volonté ou respect des droits d'autrui. Ceux-ci ne sont pas des prémices, mais des corollaires, que l'altruisme rend, en fait, impossibles. L'altruisme a pour prémices irréductibles, pour absolu de base, le sacrifice de soi ; ce qui veut dire l'auto-immolation, l'abnégation de soi, le reniement de soi, l'autodestruction ; ce qui veut dire le soi comme étalon du mal, la négation de soi comme étalon du bien.
Il ne faut pas se cacher derrière des questions futiles, comme de savoir s'il faut ou non donner dix centimes à un mendiant. Ce n'est pas la question. La question est de savoir si on a ou non le droit d'exister sans lui donner ces dix centimes. La question est de savoir si on doit perpétuellement acheter sa vie, dix centimes par dix centimes, auprès de chaque mendiant qui déciderait de vous aborder. La question est de savoir si le besoin des autres est une hypothèque sur votre vie, le but moral de votre existence. La question est de savoir s'il faut voir l'homme comme un animal sacrificiel. Un homme qui a de l'estime de soi répondra "Non". L'altruisme répond "Oui".
Réponse de le 15/03/2013 à 3:15 :
Bien de jolis mots, mais qui peut s'enorgueillir à y apporter réponse. On ne peut que, subjectivement, prendre partie et choisir l'une ou l'autre parmi ces voies.
a écrit le 14/03/2013 à 12:29 :
Ils veulent faire baisser les salaires en france
Réponse de le 14/03/2013 à 13:15 :
salaire # cout du travail
Réponse de le 14/03/2013 à 15:01 :
Baisser les salaires...?En vendant les produits fabriqués en France hors "charges salaria
les"+ HT,pourquoi pas...?Quitte à récupérer la "manne" perdue en "taxant" le CA des en
treprises,des sociétés avec un taux fixe de 10-15%,ensuite...Il faudrait aussi privilégier les
"boîtes" qui créent des emplois dans l'Hexagone et surveiller de très près celles qui ont
des velléités de dépôt de bilan,d'évasion fiscale...pour couronner le tout:imposer des taxes
sur les produits importés de manière à ce qu'ils soient vendus au même prix que ceux fabriqués dans l'Hexagone ou en Europe...Simple,non?Mais il faudrait encore trouver le cou
rage politique pour le faire...
Réponse de le 15/03/2013 à 3:26 :
Vendre en hors taxe serait encourager la consommation et ne serait rentable que dans le cas ou on soit un modèle de compétitivité (la politique à la quelle adhère la chine actuellement). Taxer les société, qui par définition créatrice de richesse dans un environnement compétitif, équivaudrait à faire baisser la compétitivité au sein du territoire où ces lois régiraient encourageant donc la délocalisation. L'OMC n?autoriserait en aucun cas l'augmentation des taxes à l'import sous peine de renégociation de tout les accords signés entre pays adhérents. Alors pour répondre à votre question, ce n'est pas simple, non.
a écrit le 14/03/2013 à 11:53 :
Et moi je met en garde la France sur la hausse du coût du panier de la ménagère, des impôts, des charges, des taxes, du logement (loyers et prix de la pierre), des autoroutes, des assurances...
Comment maîtriser les salaires si on ne fait rien pour maîtriser les prix (surtout des dépenses contraintes)?
a écrit le 14/03/2013 à 11:45 :
Il y aurait au gouvernement un vrai chef d'entreprise, il aurait pu comprendre tout cela.
Réponse de le 14/03/2013 à 12:06 :
Pas besoin d'être chef d'entreprise, c'est juste une question de bon sens !
a écrit le 14/03/2013 à 11:04 :
Le jour où l'on enfermera les dirigeants d'entreprises qui pensent salaires à la chinoise dans une pagode,le patron d'EADS ne restera pas devant la porte !!!
Réponse de le 14/03/2013 à 12:14 :
faut lire : il ne pointe pas les salaires - ce que touche le salarié , mais le cout du travail - ce que débourse l?employeur : soit en général , le double, voire plus...on a ici une combinaison magique : des salaires pas élevés, et des couts supérieures! Les salariés d'EADS en Allemagne ne sont pas moins payés que leurs collègues français, voire même plus, Et pourtant ils coutent moins chers...voire l?article il y a quelques ours, sur ce fabricants de tracteur pour avions...
a écrit le 14/03/2013 à 10:56 :
@LaTribune - SVP, pouvez-vous mettre en ligne mon commentaire posté vers 7h30, qui ne comportait rien qui soit répréhensible ? Merci.
Réponse de le 14/03/2013 à 15:41 :
Pas de réaction... Donc j'essaye de réécrire le message "envolé"! Ce n'est pas tant le coût du travail que le coût du système français dans son ensemble qui est en cause. Moins il y aura d'actifs, plus il y aura de souffrance à financer les inactifs. Ce qui était parfait du temps du plein emploi se casse la figure une fois la régression en marche. Un vélo qui n'avance pas tombe, et il n'y a plus de béquille pour le "vélo français" qui puisse le maintenir debout à l'arrêt (la dévaluation de la monnaie n'étant plus là pour y contribuer) ! Il n'y a qu'une solution : Se mettre à nouveau à créer de la valeur, notamment à travers une réintroduction de l'industrie sur le territoire (hormis "l'industrie du tourisme", qui n'en est pas une réellement). En même temps, il convient de réduire les coûts des institutions, de certaines portions de la fonction publique (pas toutes !) et des collectivités territoriales en se posant la question : L'argent destiné à telle ou telle dépense non vitale est-il dans nos poches ou faut-il (encore) emprunter ? Non, messieurs les élus territoriaux, financer des collèges ou des autoroutes n'est pas un investissement, c'est une dépense de fonctionnement, voire de confort (ou, pire, de gloriole) dans de multiples cas ! Un investissement est censé permettre de produire de la valeur ajouté, et non pas en consommer. Comme cela fait de nombreuses années que nous réitérons le même message d'alerte, nous pensons que l'heure est plus grave qu'il n'y paraît et la question plus urgente à régler que jamais. Messieurs les décideurs politiques, remuez-vous, c'est votre dernière chance de ne pas faire plonger le pays dans l'abîme !
a écrit le 14/03/2013 à 10:50 :
L'échec de l'économie Française est due en grande partie au racket et à la destruction systématique des entreprises privées en France que se livre les pouvoirs publics depuis plusieurs années!.
Ne vous êtes-vous jamais posé la question : pourquoi toutes ces entreprises ont délocalisés ces 2 ou 3 dernières décennies ?.
Charges salariales exorbitantes, taxes et impôts de toutes natures, tracasseries administratives, obligations législatives arriérées (congés accordés à tort et à travers, temps de travail, syndicats, médecine du travail, environnement, ect?.).
Les Français ont choisi la mauvaise équipe politique aux dernières élections pour un programme économique intelligent, nul doute que la France va s?enfoncer davantage et ne reprendra pas sa place qu?elle occupait il y a encore 35 ou 40 ans !.
Mais cela, les Français n?ont pas eu assez d?esprit pour y réfléchir et franchir le pas le jour des élections, c?est désormais la descente dans le gouffre ?.
Il est fort à craindre que la situation en France des prochains mois et des prochaines années ressemblera à l'économie Grecque, voir pire!.
a écrit le 14/03/2013 à 10:43 :
délocalisez!
a écrit le 14/03/2013 à 10:42 :
Peut-être le gouvernement français finira par comprendre qu'il faut arrêter d'augmenter les impôts, taxes etc. et commencer par économiser et réduire drastiquement le train de vie de l'état.
Réponse de le 14/03/2013 à 11:15 :
+1, c'est même incompréhensible d'accabler les acteurs économiques d'impôts et taxes, pour dans un 2eme temps leur venir en aide. Ne serait-il pas plus simple de limiter la pression fiscale et supprimer les aides? A quoi bon passer systématiquement par le pivot étatique et bureaucratique en matière d'économie?
Réponse de le 14/03/2013 à 12:20 :
Vous avez entièrement raison, je me disais la même chose! Tout ça pour se faire mousser! Pour moi, la situation d'aujourd'hui est dû à un excés de pouvoir de l'Etat, héritage du jacobinisme.
a écrit le 14/03/2013 à 10:11 :
1- C'est un libéral
2- Il préférerait s'affranchir d'avoir l'état français comme actionnaire(conséquence du 1)
3- Le drone américain lui plaît bien
Tom Enders, ça sonne anglo-saxon, pas tellement allemand et pas français du tout.
Je pense qu'on peut lui proposer une sortie honorable, chez Boeing par exemple pour aller régler les problèmes du Dreamliner...Qui en est où d'ailleurs?
Réponse de le 14/03/2013 à 10:54 :
Le libéralisme est le seul système qui marche à long terme pour créer de la richesse et sortir les gens de la pauvreté mais vous n'avez pas l'air de comprendre tant pis pour vous.
Réponse de le 14/03/2013 à 12:03 :
@PJ : ah bon ? Depuis quand ? Citez moi UN pays appliquant une doctrine libérale et qui n'a pas creusé l'écart entre les plus riches et les plus pauvres. Arreter l'hypocrisie, les gens comme vous se foutent complétement d'habiter un pays riche et prospère, la seule chose que vous souhaitez c'est d'avoir plus d'argent que le voisin, une plus belle voiture et une femme plus jeune. Le libéralisme économique (surtout dans sa mouvance ultra) n'est que la conséquence d'un égoisme latent au plus petits niveau de la micro-économie : l'Homme. L'Homme est heureux si il a mieux que le voisin, l'Homme vénère un acteur néo-Russe qui quitte son pays pour 3 francs 6 sous (à son niveau), l'Homme crache sur les miséreux systématiquement considérés comme des parasites et des assistés (c'est vrai qu'il est tellement agréable de vivre dans 40m² avec 3 gamins et 1500e d'alloc). L'Homme me fait vomir, et les commentaires de ce site sont une véritable source de nausée.
Réponse de le 14/03/2013 à 12:07 :
les "libéraux " génèrent peu ou prou la totalité de l?emploi et de taxes ...je n'arrive as à comprendre qu'on passe son temps à dire que les entreprises sont la solution au marasme, tout en leur reprochant de chercher le profit 2_ en tant qu?actionnaire minoritaire, l?état français n'a aucun intérêt pour EADS, juste un pouvoir de nuisance (et l'a bien montré assez souvent...tout comme l?état allemand, du reste). EADS propose un autre système de contrôle (qu'utilisent les britanniques ) .
Réponse de le 14/03/2013 à 12:33 :
@ Chich : mais;.. euh ... TOUS les pays libéraux ! seul le libéralisme réduit les inégalités ??? Vosu faites la définition du socialisme là : "les gens se foutent d'habiter dans un pays plus prospère, le seule chose qui compte c'est que le voisin ait moins d'argent que moins, quite à ce que je sois le plus pauvre possible". Sinon, votre commentaire est typique du nihilisme sous-jacent à la pensée socialiste : comme l'idéologie socialiste raisonne sur "un homme nouveau" qui n'existe pas, l'homme actuel le dégoute. Mais une société faite d'hommes altruistes serait une société vouée à la destruction, car incapable de calcul économique (cf Von Mises : Socialisme : études économique et sociologique).
Réponse de le 14/03/2013 à 13:12 :
@Chich ouvrez les yeux sur le monde qui vous entoure, vous vous rendrez compte que les gens veulent presque tous être plus riches que leur voisin. Surtout quand c'est "trop bien ce dernier we à" Londres, NY, Rome, .. (où la ville où il fait bon se la péter d'être allé). Regarde mon nouvel écran plat, I-phone, auto que je me suis achetée. Regarde mon gamin qui a des supers notes à l'école. Les gens vivent par la consommation qu'ils font et guettent l'approbation et/ou la jalousie de leur voisin. Ils veulent tout pas cher gratuit et avoir un super salaire qui leur permettrait d'acheter la moitié du monde.
Réponse de le 14/03/2013 à 16:49 :
@Thargor : je n'ai pas a ouvrir les yeux puisque c'est justement ce que je reproche aux gens. Donc c'est que je suis au courant. @john galt : votre mauvaise foi vous étouffera, et sortez de vos bouquins, prenez l'air, alllez parler à des gens, si possible différents de votre espece, voyagez même ! Je vous conseil Madagascar où le libéralisme façon FMI fait des merveilles !
Réponse de le 14/03/2013 à 19:19 :
@ PJ
Vous en avez d'autres comme ça? Rien n'est jamais figé et le libéralisme finira aussi dans les poubelles de l'histoire. Question de temps.
Réponse de le 15/03/2013 à 3:39 :
Et bien Chich, vous avez raison sur toute la ligne. L'homme qui n'arrive pas à subvenir à ses propres besoin devrait tout simplement cesser d'exister, car ce monde n'est pas fait pour lui.
a écrit le 14/03/2013 à 10:11 :
1- C'est un libéral
2- Il préférerait s'affranchir d'avoir l'état français comme actionnaire(conséquence du 1)
3- Le drone américain lui plaît bien
Tom Enders, ça sonne anglo-saxon, pas tellement allemand et pas français du tout.
Je pense qu'on peut lui proposer une sortie honorable, chez Boeing par exemple pour aller régler les problèmes du Dreamliner...Qui en est où d'ailleurs?
Réponse de le 14/03/2013 à 11:50 :
selon JB38 : libéral = entrepreneur qui veut dégager des bénéfices avec son entreprise. Hautement répréhensible et nuisible à l'humanité.
Réponse de le 14/03/2013 à 19:12 :
Non, je n'ai jamais dit qu'un entrepreneur qui fait des bénéfices est un nuisible. Je dis seulement qu'un entrepreneur qui fait des bénéfices dans un pays qui lui a créé un environnement favorable doit aussi se plier aux règles de ce pays. En payant par exemple des impôts nécessaires à la création de cet environnement.
a écrit le 14/03/2013 à 9:41 :
Alors que l'Allemagne qui bloque la fusion avec BAE pour oréserver ses emplois Cassidian ne pose aucun problème ?
a écrit le 14/03/2013 à 9:31 :
Vous devriez écouter notre président et notre ministre du redressement... ( j'ose pas la suite ).
Montez en gamme ! , vous n'avez pas un problème de compétitivité mais de positionnement.
Réponse de le 14/03/2013 à 10:51 :
Ils devraient mettre au point un missile anti chômage. Là où il explose, il supprimerait les problèmes de chômage.
a écrit le 14/03/2013 à 9:29 :
Il a raison dans le fond; plutôt qu'un 'Crédit d'Impôt-usine à gaz', il aurait été plus facile et avantageux pour toutes les entreprises de bénéficier de baisses de charges sociales (ex. la branche famille). D'un autre côté, EADS devrait montrer une reconnaissance éternelle aux pays qui l'ont créé...oui, éternelle; donc l'emploi, en Europe.
Réponse de le 14/03/2013 à 10:26 :
Et c'est ce qu'elle fait!
Réponse de le 14/03/2013 à 12:48 :
EADS ne montre pas une reconnaissance particulière, elle utilise l'outil industriel créé en grande partie par les sociétés dont elle est issue ainsi que des ressouces en ingénieurs et compagnons disponibles. Il n'est d'ailleurs pas avéré que les emplois allemands soient moins couteux que les français...Enders étant un libéral la question de l'emploi en un endroit donné n'est probablement pas sa priorité...
a écrit le 14/03/2013 à 9:27 :
Que cet allemend demande a son gouvernement d'acheter des airbus au lieu des boeing
Réponse de le 14/03/2013 à 10:29 :
je croyais que c'était les compagnies aériennes qui achetaient les avions ?
a écrit le 14/03/2013 à 9:22 :
Encore quelqu'un qui dit la vérité,et il n'est pas américain cette fois !!! Les socialos vont-ils longtemps continuer à nous mentir ?
Réponse de le 14/03/2013 à 10:47 :
Ben l'objectif des socialistes est de prélever 100% des salaires et biens pour redistribuer à chacun sa "juste" part. Donc tant que ce ne sera pas fait ...
Réponse de le 14/03/2013 à 15:34 :
Le problème avec les socialistes n'est pas qu'ils nous mentent, c'est surtout qu'ils se mentent à eux-mêmes et préfèrent rêver que de voir les choses telles qu'elles sont.
a écrit le 14/03/2013 à 7:41 :
La république socialiste française est un boulet pour EADS !
Réponse de le 14/03/2013 à 8:15 :
Certainement, mais ce serait encore plus clair avec un argumentaire construit. L'histoire de l'aéronautique européenne en général et française en particulier montre que sans l'intervention forte des états il y a longtemps qu'elle n'existerait plus. Appliquer le 'lean' au management de la grande maison aiderait sans doute à être encore plus compétitf, hein Tom....
Réponse de le 14/03/2013 à 8:21 :
EADS ne devrait pas mordre la main qui le nourrit. chatouiller la France sur ses lanceurs stratégiques est du même acabit qu'agiter un pistolet à eau en face d'un SWAT...
Réponse de le 14/03/2013 à 9:02 :
En l?occurrence, la "main" nourrit de moins en moins...

Je serai curieux de voir la trombine de nos génies socialistes le jour ou eads lassé de financer les parasites et les feignasse ira enrichir un autre pays.
Réponse de le 14/03/2013 à 9:21 :
C'est pas comme si l'état francais était le principal actionnaire en même temps.Faudra pas qu'EADS oublie tous ses ingénieurs et chercheurs avant de partir.Je serais curieux de voir comment EADS va se débrouiller sans eux. Et vu l'état de BAE systems, il faudra éviter le paradis anglais pour les nouveaux locaux.
Réponse de le 14/03/2013 à 9:28 :
ce n'est pas l'industrie aéronautique "française" aujourd'hui plus "européenne", qui est en cause, mais plutôt la gestion politique, catastrophique des affaires économiques par des énarques fortement idéologisés ! Dans l'absolu, il n'y a plus d'industrie française, la France n'en a plus les moyens financiers, cependant le haut niveau de compétence et son savoir faire sont bien présents, mais pour combien de temps ?
Réponse de le 14/03/2013 à 9:43 :
La main nourrit de moins en moins mais elle est l'un des rare à encore acheter en Europe pour le matériel militaire....
Réponse de le 14/03/2013 à 10:30 :
Je crois qu'il ne faut surtout PAS faire quoi que ce soit qui leur enlève leur compétitivité ! Sinon ,ce serait regrettable de finir comme d'autres fleurons dans le passé Manufrance,LIP, le FRANCE ...etc...etc... A nos génies en "taxes" de voir !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :