Succession chez Dassault : les enfants cantonnés à un rôle non opérationnel ?

 |   |  506  mots
Serge Dassault Copyright Reuters
Serge Dassault Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Les quatre enfants de Serge Dassault - Olivier, Laurent, Thierry et Marie-Hélène - assureraient à tour de rôle la présidence non exécutive du conseil de surveillance de groupe familial Groupe Industriel Marcel Dassault, qui contrôle Dassault Aviation notamment.

Quelle succession pour Serge Dassault, aujourd'hui âgé de 88 ans ? Une succession qui jusqu'ici opposait farouchement ses deux fils, Olivier et Laurent Dassault, qui se disputent le futur leadership de la maison Dassault. Interrogé lors de l'émission "L'invité des Echos", Olivier Dassault a déclaré qu'un nouveau schéma se dessinait pour assurer une succession apaisée de son père à la tête du groupe familial GIMD (Groupe Industriel Marcel Dassault), qui contrôle Dassault Aviation (50,55 %) notamment. "Il n'est pas impossible que, comme dans le groupe Decaux , nous fassions une présidence tournante, c'est-à-dire qu'il y ait tous les deux, trois ans un de mes frères et soeur qui soit successivement président. Ça peut être une bonne solution", a expliqué Olivier Dassault, président du conseil de surveillance du groupe Dassault depuis 2011.

Cette présidence tournante, entre Olivier, député UMP de l'Oise, Laurent, chargé des investissements du groupe Dassault dans la viticulture et président du Conseil d'Artcurial, Thierry, spécialisé dans l'intelligence économique et Marie-Hélène, responsable de la communication et du mécénat, serait soutenue par Serge Dassault, selon Olivier Dassault. "Nous sommes quatre à parts égales, nous sommes les actionnaires du groupe (...) L'important, c'est que les décisions doivent être prises tous ensemble. C'est quelque chose auquel on a réfléchi, et c'est quelque chose qui fait son chemin", a-t-il précisé. Interrogé par "Les Echos", Laurent Dassault a précisé de son côté que cette "excellente idée" venait de son père, Serge Dassault. "Mais quand nous en avons parlé, Olivier n'y semblait pas favorable. Nous sommes à la fois surpris et très heureux de constater qu'il y est finalement favorable", a-t-il souligné.

Rôle non opérationnel pour les enfants

Olivier Dassault semblait jusqu'à présent le mieux placé pour succéder à Serge Dassault à la tête de la holding familiale, qui contrôle notamment, outre Dassault Aviation, la société Dassault Systèmes, le groupe de presse Le Figaro, la salle de vente aux enchères Artcurial, l'Immobilière Dassault et les vignobles Château Dassault. Chez JCDecaux, également une entreprise familiale, les deux frères Jean-François et Jean-Charles sont codirecteurs généraux et occupent alternativement la présidence du directoire du groupe d'affichage publicitaire.

Selon "Les Echos", le schéma complet qui se dessine est le suivant : Denis Kessler, actuellement PDG du groupe SCOR, prendrait le siège de Charles Edelstenne, l'ancien PDG de Dassault Aviation. Ce dernier prendrait pour sa part la présidence exécutive du holding familial. "S'il se confirmait, ce scénario reviendrait alors à cantonner ses enfants (de Serge Dassault, ndlr), pourtant co-actionnaires à parts égales, dans un rôle non opérationnel. A tour de rôle et sans véritable pourvoir..." Un scénario surprenant qui pourrait difficilement contenter Olivier Dassault qui a toujours ambitionné de de devenir le boss chez Dassault. Pas sûr non plus que Nicole Dassault, l'épouse de Serge, n'ait pas son mot à dire sur ce scénario.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2013 à 14:09 :
Arrêtons de louvoyer, une direction tournante c'est pour aller de l'avant ?
a écrit le 18/04/2013 à 11:26 :
De toute les façons il y a conflit d'intérêts entre un des DASSAULT qui est député; donc il faut d'office l'écarter. Parmi les trois restants on en trouvera bien un qui aime les avions.
Réponse de le 18/04/2013 à 16:08 :
Serge est bien sénateur alors...
a écrit le 18/04/2013 à 10:55 :
cela,me rappel " des fils très,très compétents " Bouygues,Lagardère,Peugeot,Michelin,etc.
Merçi papa..... de rien fiston...
a écrit le 18/04/2013 à 8:22 :
Voilà une incompatibilité, être député et PDG de Dassault. Dassault a trop de lien avec l'état pour que le PDG soit aussi au parlement. Donc, reste plus que trois enfants à caser. Merci qui ? Merci Missiles !
Réponse de le 18/04/2013 à 8:53 :
Dassault ne fabrique pas de missiles....Des avions, oui, des missiles non ;-)
a écrit le 17/04/2013 à 21:15 :
ils feraient donc des tournantes !!!qui aurait pensé ça de la bourgeoisie???
a écrit le 17/04/2013 à 18:13 :
Il n'y a rien de choquant qu'un groupe familiale puisse refuser de mettre un héritier jugé incompétent à la direction de celui-ci au risque d'anéantir tous les efforts entrepris depuis sa création.
Réponse de le 18/04/2013 à 10:59 :
Vous pensez au scénario qui c'est passé avec le fils Lagardère qui a démantelé avec une bétise incroyable le beau groupe que son besogneux de père avait patiemment construit?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :