Latécoère : les raisons du départ du patron de l'équipementier toulousain

Le conseil de surveillance de Latécoère, notamment son président, Pierre Gadonneix, reprochait au président du directoire, François Bertrand, de ne pas aller assez vite dans l'assainissement des comptes. Les relations entre les deux hommes s'étaient beaucoup dégradées ces derniers mois.

3 mn

Le président du conseil de surveillance de Latécoère, Pierre Gadonneix, a eu la peau du président du directoire, François Bertrand  Copyright Reuters
Le président du conseil de surveillance de Latécoère, Pierre Gadonneix, a eu la peau du président du directoire, François Bertrand Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le départ du président du directoire de Latécoère, François Bertrand, a été brutal jeudi. Et cela ne s'est pas passé dans la sérénité entre l'un des dirigeants historiques de l'équipementier aéronautique toulousain et le conseil de surveillance. On comprend mieux la sécheresse du communiqué de presse publié jeudi soir. Pour autant, au sein de Latécoère, son départ n'est pas non plus réellement une surprise tant la relation entre François Bertrand et le président du conseil de surveillance, Pierre Gadonneix, s'était très dégradée au cours de ces dernières semaines, explique-t-on à "La Tribune". Au final, Pierre Gadonneix a eu la peau du président du directoire qui était très critiqué sur son management ces derniers mois.

Pierre Gadonneix et le conseil de surveillance ont notamment reproché à François Bertrand, selon des sources concordantes, de ne pas aller assez vite dans l'assainissement des comptes de Latécoère, passé à deux doigts de la banqueroute en 2009, année où le groupe a enregistré une perte de plus de 90 millions d'euros, et 2010. En 2012, l'équipementier aéronautique a vu ses bénéfices chuter mais se montre optimiste pour 2013 en tablant sur une nouvelle progression de ses ventes et une amélioration de sa rentabilité opérationnelle. Le bénéfice net du groupe a été divisé par plus de deux en 2012, à 3,1 millions d'euros contre 6,6 millions un an plus tôt. Au successeur donc - Bertrand Parmentier - de passer la vitesse supérieure. C'est même très clair dans le communiqué : "le groupe Latécoère assurera sous son impulsion, la mise en oeuvre des plans de transformation visant une excellence opérationnelle conjuguant satisfaction client et retour sur investissement programmes. Le directoire veillera à promouvoir une structure financière efficace". Sous-entendu, ce n'était pas entièrement le cas auparavant.

Perte de confiance des banques

Pierre Gadonneix a également mis dans la balance la perte de confiance des banques et des clients vis-à-vis de François Bertrand. Latécoère était parvenu en mai 2010 avec ses banques créancières à un accord, qui selon ces termes, ont souscrit des obligations convertibles pour un montant de 71,5 millions d'euros, diminuant ainsi de 20 % la dette bancaire existante. Puis fin 2011, l'équipementier avait conclu un nouvel accord, qui se substituait au précédent. Il prévoyait notamment un crédit syndiqué de 319,8 millions d'euros, un contrat d'affacturage de 76 millions d'une durée de quatre ans ainsi que le remboursement anticipé de 4,29 millions d'obligations convertibles, soit 42,9 millions d'euros. Bref, les banques ont également joué un rôle important dans l'éviction de François Bertrand.

Enfin, dernier reproche signifié à l'ancien patron opérationnel de Latécoère, son manque d'empressement à initier des rapprochements dans la filière aérostructure. Selon certains sources, Pierre Gadonneix aurait reproché à François Bertrand l'échec du rapprochement entre Latécoère et la filiale aérostructure d'EADS, Aerolia. A Bertrand Parmentier de rester "attentif aux possibilités de joeur un rôle dans la consolidation du secteur".

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 22/05/2013 à 10:24
Signaler
Facile quand on est au conseil de surveillance de critiquer ceux qui sont à la man?uvre

le 22/05/2013 à 18:52
Signaler
Surtout que Gadoneix à la tête de EDF on peut pas dire que ça à été une lumière, avec un fiasco aux USA et un EPR à 3,3 milliards qui atteint déjà les 8,5 milliards...

à écrit le 18/05/2013 à 21:06
Signaler
Alors là moi je dis que c'est le début de la fin. Latécoère, un fleuron de l'industrie à Toulouse, qui va être gouverné par un financier... on aura tout vu ! Bravo à ceux qui l'on décidé. Des entreprises industriellles gouvernées par des financiers, ...

à écrit le 18/05/2013 à 18:45
Signaler
On comprend mieux en lisant un article si bien renseigne et impartial pourquoi La Tribune n'existe plus que sur Internet. Quelles sont ces mysterieuses "sources concordantes" ? Qui sont ces "banques et les clients" ayant soit disant perdu confiance? ...

le 18/05/2013 à 22:24
Signaler
Quel courage ! Se cacher derrière un pseudo pour déverser des attaques aussi viles. Je vois, je vois. Appeler moi pour en discuter au moins mais je n'y crois pas... Michel Cabirol

le 19/05/2013 à 10:58
Signaler
Je suis surpris pas la colère de Cabirol - sauf erreur l'auteur de l'article - contre SL. SL ne dit rien d'excessif. Il pause juste des questions a priori parfaitement logiques pour un lecteur lamda comme moi par exemple. C'est interdit ? Et sur ...

le 21/05/2013 à 7:37
Signaler
Bonjour Leo008. Je ne suis pas colère. Mais je trouve insupportable la première phrase de SL que je trouve sauf erreur de ma part très ironique et très injuste pour La Tribune. Le reste, j'ai ma conscience pour moi et je trouve normal les questions d...

à écrit le 18/05/2013 à 12:17
Signaler
Ils sont gentils

à écrit le 18/05/2013 à 11:25
Signaler
Evidemment pour Gadonneix une entreprise industrielle c'est un peu plus complique a gerer que GDF ou EDF avec sa foultitude de gars venant de l'ENA ou de Polytechniques...

à écrit le 18/05/2013 à 11:25
Signaler
Il y avait un grand pilote dans ce bel avion Qui reste t il aux commandes ? Tartuffe, Brutus ou Iznogood ... Ou les trois en même temps ?

à écrit le 18/05/2013 à 10:02
Signaler
Votre article est polémique et mal documenté, il est comme tous les articles de presse quotidienne déformé par cette incorrigible volonté de commenter "l'instant", François Bertrand n'a pas été parachuté comme beaucoup à la tête de Latécoère, c'est ...

le 19/05/2013 à 8:01
Signaler
Le "messager" est journaliste, il n agit pas comme la colombe ou le pigeon voyageur, il peut faire état d un fait : le conseil de surveillance à décide que ...mais des lors qu il le commente - ce qui est ce que vous avez fait- il se doit de le commen...

le 19/05/2013 à 10:15
Signaler
Pour moi, l'article est factuel : pourquoi François Bertrand est parti aussi brutalement. Pas de commentaires. Le seul regret effectivement, c'est qu'il n'y a pas de commentaires de François Bertrand. Mais peut-être est-il tenu par une transaction ?

le 23/05/2013 à 16:43
Signaler
Je pense qu'il n'a pas été le leur a avoir porté LATECOERE a ce niveau , il ne fait pas oublier Mr Junca qui lui aussi a fait promouvoir LATECOERE au rang qu'il est devenu

à écrit le 18/05/2013 à 9:31
Signaler
les banquiers prennent le pouvoir!

à écrit le 18/05/2013 à 8:58
Signaler
Cet article est honteux et indigne. Les clients ont-ils moins de considération que les financiers ? Relancez l'industrie en France et ne la massacrez pas Monsieur Gadonneix.

le 21/05/2013 à 15:42
Signaler
C'est clair pourtant la disgrâce de Bertrand:1)2012 chute des bénéfices due à une mauvaise gestion de la crise tunisienne -vous connaissez beaucoup d'entreprises qui sur un produit intégrant un ensemble n'ont qu'un fournisseur 2) Les banques SOUTIENN...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.