Drones : la France veut être au rendez-vous de la guerre de demain

 |   |  912  mots
Le démonstrateur Neuron développé et fabriqué sous la maîtrise d'oeuvre de Dassault Aviation
Le démonstrateur Neuron développé et fabriqué sous la maîtrise d'oeuvre de Dassault Aviation
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, veut sortir "d'une impasse opérationnelle et industrielle" dans le domaine des drones. C'est pour cela qu'il est près de commander des drones de surveillance américain Reaper aux Etats-Unis. A plus long terme, le ministre veut être "au rendez-vous" des drones de combat, qui complèteront ou remplaceront les avions de combat.

Les drones sont un dossier qui titille le ministre de la Défense. Au point que Jean-Yves Le Drian s'est senti obligé une nouvelle fois de s'expliquer sur ce dossier brûlant en publiant ce vendredi une tribune dans "Les Echos" titrée "Pourquoi l'armée française a un besoin urgent de drones". Un exercice dans lequel Jean-Yves Le Drian justifie l'achat de drones MALE (Moyenne altitude Longue endurance) vraisemblablement américain par "le temps" qui "presse". "Notre besoin en drones nous impose d'être pragmatiques, et c'est bien ma démarche. Ministre de la Défense, c'est ma responsabilité et j'entends l'assumer", écrit-il dans le quotidien économique. Car souligne-t-il, il faut "sortir d'une impasse opérationnelle et industrielle pour enfin doter la France de drones, pièces maîtresses du renseignement et de la guerre de demain".

Ainsi, Jean-Yves Le Drian affirme que "la situation immédiate au Sahel (conflit au Mali avec possible extension au Niger, ndlr) me conduit à lancer l'acquisition d'un équipement existant, parce que nous ne pouvons plus attendre. Devant nous, deux possibilités : le Héron-TP réalisé en Israël et le Reaper produit aux Etats-Unis. De nombreuses actions ont été initiées avec ces deux pays. A très court terme, la piste américaine est la plus prometteuse, avec la perspective d'une première livraison de deux drones d'ici à la fin de cette année. Quelle autre option nous donnerait davantage satisfaction ? Comment, après tant de tergiversations, ne pas saisir l'occasion qui se présente la première ?". Et de rappeler que "l'ensemble de la communauté de défense, le ministère autant que l'industrie, a manqué le virage de ce type d'équipement".

Un équipement indispensable pour les conflits d'aujourd'hui et de demain

Le ministre de la Défense rappelle à raison que les drones MALE (reconnaissance et surveillance) sont indispensables. "Depuis un an, sur tous les théâtres d'opération majeurs, les situations concrètes ont confirmé le sentiment que nous avions : la France doit disposer de drones de surveillance pour conduire ses opérations, protéger ses militaires, les aider à contrôler de vastes espaces et parer d'éventuelles attaques ennemies", explique-t-il. Et de préciser que "le désengagement d'Afghanistan a largement reposé sur des drones dits « tactiques » (à savoir des DRAC français, des drones appartenant d'autres nations ainsi que l'appui de Predator, ndlr). Ils nous avaient manqué à Uzbeen en 2008 (lors d'une embuscade menée par des combattants talibans qui avait coûté la vie à 10 "Marsouins" -  8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine - sur le col d'Uzbeen lors d'une patrouille menée par un centaine d'hommes - Français, Afghans et Américains - de la Force internationale d'assistance et de sécurité, ndlr). Mis en oeuvre par l'armée de terre l'an dernier, ils ont permis de sécuriser les convois tout au long de leur déplacement vers Kaboul. Mais ces équipements, provisoires et insuffisants, doivent être remplacés par des systèmes plus modernes". Notamment par des drones anglo-israéliens Watchkeeper, sous la maîtrise d'oeuvre de Thales UK et actuellement testés par l'armée de terre française.

C'est aujourd'hui le cas aussi au Mali. "Ce territoire, grand comme 2,5 fois la France, rend indispensable le déploiement de drones MALE qui, avec la discrétion qui s'impose, sont en mesure de parcourir de longues distances et d'observer de larges espaces pendant plus de vingt heures", explique Jean-Yves Le Drian. mais regrette-t-il, "aujourd'hui, la France continue à utiliser deux systèmes que l'on disait intérimaires au moment de leur lancement, en 2003 (SIDM Harfang - un drone MALE d'EADS - et SDTI - un drone tactique de Safran, ndlr). Le provisoire est devenu permanent. Dix ans ont passé; nous n'avons pas progressé. Nous en sommes à espérer que nos deux systèmes encore opérationnels ne subissent pas d'incident majeur, et à compter sur la solidarité de nos alliés dans un domaine majeur pour notre souveraineté, celui du renseignement, sans lequel il n'est pas d'action libre ni sûre".

Ne pas rater le rendez-vous des drones de combat

Pour l'avenir, le ministre a assuré que les mesures nécessaires seront prises. "L'urgence ne doit pas faire obstacle à l'avenir. C'est pourquoi j'ai proposé à nos partenaires européens, dans le domaine des drones MALE, de nous regrouper, pour partager nos expériences et nos capacités, et impliquer nos industries dans la mise au point de ces équipements pour nos propres besoins. Cette ambition est d'ores et déjà en chantier". Effectivement une coopération a été conclue dans le domaine des drones avec la Grande-Bretagne, qui utilise déjà des Reaper, dans le cadre des accords de Lancaster House. C'est notamment vrai sur les drones tactiques (Watchkeeper). Au-delà, la France et la Grande-Bretagne travaillent à définir à l'horizon 2020 un drone MALE européen pouvant équiper la France et la Grande-Bretagne mais aussi l'Allemagne et l'Italie.

Mais à plus long terme Jean-Yves Le Drian pense au drone de combat, "qui, à l'horizon 2030, viendront compléter voire remplacer nos flottes d'avions de chasse". "Ce rendez-vous, nous ne le manquerons pas, assuré le ministre. L'industrie française et européenne est à la pointe de cette technologie, comme
l'a démontré le premier vol du drone NEURON (développé et fabriqué sous la maîtrise d'oeuvre de Dasssault Aviation, ndlr) à la fin de l'année 2012. Elle doit le demeurer, et nous lui consacrerons à cette fin les moyens nécessaires". Dont acte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2013 à 10:31 :
M Le Drian n'apprend donc pas... C'est justement en voulant faire un drone MALE européen, qu'on en est arrivé ici! (cf. l'article récent de La Tribune) Il y avait un beau projet avec les anglais que M. Le Drian s'est empressé d'arreter dès qu'il a été nommé... Et aujourd'hui nous sommes retournés à la case départ. Développons cette solution avec les anglais et si les allemands et les italiens sont interessés par le produit, nous le leur vendrons. Mais on ne peut pas attendre des partenaires qui n'avancent pas et qui sont souvent dans les reculades (voir les coupes dans les commandes d'A400M, de NH90 et de tigre par les allemands...)
a écrit le 02/06/2013 à 11:46 :
Bonjour, oui il semblerai qu'il y est une volonté politique de ne pas travaille avec Mr Dassault , car le Done NeRon est en expérimentation depuis quelque temps, les programmes de navigation automatique, les systèmes de liaison par satellite, d'observation, et d'intelligence artificiel sont sûrement au point.... Donc le développement d'un Drone MÂLE, ne doit pas vraiment poser de problème.... ( un avion à piston, avec des moyens d'observation). À mon avis, s'est avant tout une histoire de volonté et d'argent..... Mais bon la volonté des socialistes à entraver le capitalisme français est sûrement en action dans cette histoire... Il est vrais, il faut mieux acheter américain, que de donner du travail à un industriel français.... vive la république, vive la France, pauvre de nous....
a écrit le 01/06/2013 à 11:13 :
La stupidité de la France et de vouloir s'accrocher à tout prix à un partenariat européen, que les autres ne veulent pas sauf si on leur donne l'argent et la maîtrise d'oeuvre aux dépends de nos industries et de nos jeunes ingénieurs, A tel point que cela en devient une véritable crétinerie d'état, sinon on aurait déjà tout la gamme des drones, ca ne marche, mais ils ne comprennent pas.
Même l'iran, israel, ont depuis longtemps une gamme complète de drone, et la France n'aurait pas les moyens,
ca en devient ridicule. même la corée du nord en fait. Grâce aux gouvernements précédent (droite/gauche), on passe pour des bouffons au niveau mondial. Résultat on achete des prédator à prix d'or, avec les contraintes américains que cela pose, et on fait travailler les ingénieurs américains sans compter que cela va être à prix d'or, j'aime bien voir mes impôt enrichir les américains alors qu'il y a tellement d'ingénieur au chômage chez nous.
Réponse de le 01/06/2013 à 15:38 :
+ 1
a écrit le 01/06/2013 à 9:16 :
@blabla: encore du french bashing vous n'en n'avez pas un peu marre?
Bon c'est vrai que sur les drones on est plus proche de "préparer" la guerre d'hier que celle de demain vues les conditions de ventes des américains.
a écrit le 31/05/2013 à 22:14 :
N'est pas guerrier qui veut...
1870...1914...1940...Vietnam (pré-américain)...Algérie...
Aah...oui, pour compenser il y a eu récemment le "Mali"...
Mais est-ce bien comparable ? Non, bien sûr, un enfant comprend ça.
Arrêtez de vous prendre pour Napoléon Messieurs les "ministres" de la Défense... vous n'en avez que le chapeau, et encore !
Réponse de le 04/06/2013 à 16:38 :
C'est juste, n'est pas guerrier qui veut, surtout les politiques qui refusent les moyens aux militaires (artillerie en 1870, aviation en 1940) et qui se fient plus à leur pifomètre qu'à de bons services de renseignements. A étudier sérieusement ces sujets d'histoire pour comprendre les véritables raisons de nos échecs. (et les généralissimes complaisants à leurs ministres au détriment de leurs hommes)
a écrit le 31/05/2013 à 21:23 :
Moi je verrai bien un drone pour l'espace, on peut utiliser des comburants prenant moins de place et plus performant en propulsion.
a écrit le 31/05/2013 à 20:00 :
Bonjour, encore acheter des DRONE au américain passe encore, mais ne pas pouvoir les utilises à notre convenance pose de gros problème..... Alors au lieu de discuter ils serait plus utile de développer un progrès européen commun. ( un AIRBUS des drones).... Ensuite en attendant pour le MALI, soit on réduit fortement la voilure, car nous n'avons plus les moyens de laisser 1000 soldats sur place, ou nous équipe de quelque avion de tourisme de moyen de surveillance en attendant de nous équipe correctement..... Ensuite il fallait bien s'attendre à se type de déconvenue car le budget de la défense et en diminution, et le bouclier nucléaire nous en prends 25/100 de se petit budjet, donc il ne reste plus grand chose pour le reste....il faut bien faire des compromis... Nous attendons toujours le création de cette armée européen...... Malheureusement des promesses bien plus difficile à tenir que le mariage des gay..... Pauvre de nous.
a écrit le 31/05/2013 à 19:14 :
des drones pourquoi faire , l'armée francaise est en deconfiture , du gaspillage d'argent
a écrit le 31/05/2013 à 18:24 :
L' urgence c' est GALILEO , pas les drones et laisser tomber ces interventions extérieures idiotes qui ne profitent qu' à quelques privilégiés de la France-Afrique et ses roitelets corrompus . Reconquérir notre territoire semble , ô combien , plus indiqué !
Réponse de le 31/05/2013 à 19:53 :
ces interventions comme tu dit c'est celle qui diminue les risques de te faire egorger comme un chien dans la rue c'est se qui fait avoir des revenus a la france par on import export et qui te permet de payer ton litre d'essence env 1,55 euro ou je suis plut tot que au moins 1,80 ou 2,00 et qui te permet de payer un peu moins cher la plupart des produits et la je parle pas de capitalisme dont j'ai horreur mais de commerce de trocs d'echange equivalent par rapport au produit ou service rendu !
Réponse de le 31/05/2013 à 20:46 :
@pauvrefrance

Un tissu d'aneries comprenant une faute par mot, pauvre france en effet.
a écrit le 31/05/2013 à 17:09 :
"Drones : la France veut être au rendez-vous de la guerre de demain"...mouais, et bien qu'elle accélère parce qu'elle est déjà drôlement en retard...M. Le Drian fait preuve de volontarisme, espérons alors sortir rapidement du marigot militaro-industriel où se complaisent industriels uniquement motivés par le profit, agences gouvernementales qui jouent au meccano et politiques qui ne pensent qu'à se faire ré-élire...
Réponse de le 01/06/2013 à 8:11 :
et n'oublions pas les pilotes de chasse qui font tout pour freiner un projet qui empiète ( un peu) sur leurs plates bandes !!
a écrit le 31/05/2013 à 15:55 :
"La guerre de demain" est-ce que ça veut dire que la super-UE qui doit nous protéger et garantir la paix est l'échec de demain?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :