Défense : le drone de combat Neuron de Dassault fera son premier vol d'ici à fin novembre

Le démonstrateur de drone de combat de l'avionneur tricolore, le Neuron, devrait faire son premier vol d'ici à la fin novembre. Cette campagne d'essais en vol permettra de tester les qualités aéronautiques de l'UCAV et de mesurer sa furtivité.

3 mn

Le Neuron de Dassault Aviation DR
Le Neuron de Dassault Aviation DR

Le Neuron de Dassault Aviation, un démonstrateur d'UCAV (Unmanned combat air vehicle ou véhicules aériens non habités de combat), va enfin faire son premier vol... qui a été repoussé ces derniers mois à plusieurs reprises pour des raisons de sécurité maximale. Il "devrait faire son premier vol en novembre 2012", a annoncé officiellement le chef d'Etat-major de l'armée de l'air, le général, Denis Mercier. Mais une mauvaise météo pourrait repousser ce premier vol, qui "permettra de tester les qualités aéronautiques de l'engin et de mesurer sa furtivité", selon le délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon. Fin septembre, le directeur général de Dassault Aviation, Eric Trappier, expliquait que le Neuron "va voler dans quelques semaines". Interrogé mardi par La Tribune, Dassault Aviation, qui ne veut prendre aucun risque avec le démontrateur Neuron fabriqué à un seul exemplaire, se refuse à donner une date définitive.

Ce programme, réalisé par un consortium industriel européen (Grèce, Italie, Espagne, Suède, Suisse) réuni autour de l'avionneur tricolore, "pourrait se poursuivre jusqu'en 2014", a-t-il expliqué. "Nous poursuivons les travaux sur le démonstrateur technologique Neuron", confirme le DGA. Ce drone de combat est un programme qui a coûté 406 millions d'euros. Pour sa part, la Grande-Bretagne a développé le projet Taranis.

Du Neuron à Demon

Partenaires dans les drones de combat, la France et la Grande-Bretagne ont lancé un nouveau projet "fédérateur européen", le DEMON "sous leadership franco-britannique, qui vise à tirer les enseignements de NEURON et TARANIS et d'élaborer un démonstrateur plus abouti qui sera un véritable système d'armes", a expliqué Laurent-Collet-Billon. Selon lui, "c'est une affaire majeure qui vise à assurer le maintien des compétences européennes en matière d'aviation de combat". C'est d'ailleurs une voie que les Américains suivent sous la direction de la DARPA, précise-t-il. "Cela demandera des crédits budgétaires, mais c'est atteignable. C'est un domaine qui pourrait légitimement mobiliser des crédits du fonds d'investissement d'avenir", assure-t-il. La France et la Grande-Bretagne coopèrent dans le cadre d'un programme d'études amont (PEA), pour la construction d'un démonstrateur de drones de combat.

Les drones de combat dans le ciel en 2030?

Pour le général Mercier, "les Rafale devront commencer à être remplacés à partir de 2030. Ce calendrier est identique dans d'autres pays. C'est un sujet important pour l'Europe qui devrait nous guider rapidement à des réflexions sur les futures plates-formes de combat, notamment sur les aspects industriels". Sur le plan opérationnel, à l'horizon 2030 "se pose la question des rôles respectifs qui seront assignés aux avions de combat et aux drones armés", souligne le chef d'état-major de l'armée de l'air.

Pour autant, estime-t-il, "le créneau exact d'emploi des drones armés n'est pas encore bien défini. On s'oriente très vraisemblablement sur une utilisation mixte pilotée et non pilotée". Sur cette réflexion opérationnelle, un groupe d'études européen travaille "actuellement sur ce point". Et de rappeler une évidence pas encore comprise par tout le monde: "le prix d'un drone de combat sera le même que pour un avion de combat, donc le drone de combat jetable pour pénétrer les défenses adverses n'est pas un concept réaliste". Il rappelle que "les missiles de croisière sont plus efficaces pour cela quand on a identifié les cibles".

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 30/11/2012 à 22:13
Signaler
Eric Trappier est directeur général International chez Dassault. Le PDG c'est Charlie !

à écrit le 14/11/2012 à 17:09
Signaler
A t' on le luxe de se payer un tel joujou ????

le 14/11/2012 à 19:23
Signaler
Ce n'est qu'un démonstrateur pour la recherche, pas un produit à acheter... Mais nous avons bien de l'argent à donner à l'industrie américaine pour acheter des drones "Male"...

à écrit le 14/11/2012 à 14:49
Signaler
Vous avez remarqué le phare sur le train d'atterrissage avant ? C'est pour éclairer la piste au profit du pilote à distance, ou pour prévenir les autres usagers de la base de l'atterrissage du drone ?

à écrit le 14/11/2012 à 13:37
Signaler
Sarah Connor ?

le 14/11/2012 à 14:10
Signaler
non c'est a coté !

à écrit le 14/11/2012 à 12:16
Signaler
Pas mal la nouvelle Citroen DS Fantomas.

à écrit le 14/11/2012 à 9:39
Signaler
Donc, quand on lancera des DEMONs( nom des drones) à l'assaut de certains pays, il ne faudra pas s'étonner pourquoi il disent qu'on est dans le camp de satan.

le 14/11/2012 à 11:28
Signaler
quoi qu'on fasse, nous serons dans le camps de satant !

le 14/11/2012 à 11:28
Signaler
sans le "t"

le 14/11/2012 à 11:43
Signaler
@ hades: ca ne "vole" pas haut !

le 14/11/2012 à 12:19
Signaler
lol

à écrit le 14/11/2012 à 9:29
Signaler
Bonjour, Rien sur la technique de base ( israélienne, prévue à la base ). Votre entête : Drone de combat en 2030 - est mauvaise. Cela donne l'impression que les Français vont mettre encore 18 ans pour rattraper ce qui existe déjà. Cordialement; gian...

le 14/11/2012 à 9:38
Signaler
A ce jour, rien de tel (UCAV) n'est en service opérationnel à ce jour. L'UCAV n'est pas un MALE. Bonne journée. Michel Cabirol

le 14/11/2012 à 15:51
Signaler
@giantpanda: Où ça la technique de base israélienne ? Israël n'a rien à voir dans ce projet.

le 28/11/2013 à 23:50
Signaler
Semblerait qu'a haut niveau une bonne partie du savoir faire acquis par les ingénieurs europeens sur le neuron au prix de 800 000 000€ ait été envoyé en Israel pour 0€. Comme se fut pour le Kfir ou dassault a secrètement financer avec l'argent du co...

à écrit le 14/11/2012 à 9:05
Signaler
OK pour le maintien d'une avance technologique. Il n'empêche que si on veut à terme remplacer des avions pilotés par ces avions-là, l'économie ne sera qu'à la hauteur des pilotes de combat non formés. La souplesse est-elle la même ? Non évidemment. I...

le 14/11/2012 à 12:40
Signaler
Tout simplement parce que l'armée française n'a pas requis d'avions pour remplacer ces alpha jet contrairement aux italiens et aux anglais. avec respectivement le T-346 (M-346 pour la version export) et le hawk T2 pour les anglais...

le 14/11/2012 à 15:52
Signaler
Le M-346 sera certainement envisagé comme remplaçant des Alpha-Jet et c'est une excellente machine. Sauf si vous voulez revenir au Stampe SV4...

le 14/11/2012 à 19:28
Signaler
Tonton a raison: on ne lance pas un programme si l'Armée de l'Air n'en exprime pas le besoin. Et on peut constater que l'Alpha-Jet durera 2 fois plus longtemps au sein des Forces, puisque le Hawk, a dû être remplacé à mi-vie.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.