Tiens, il manque 10 options dans la commande d'Airbus A350 d'Air France-KLM

 |   |  372  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Près de deux ans après la signature d'une lettre d'intention pour l'achat ferme de 25 A350, le groupe a confirmé ce mercredi sa commande qui compte également 25 options. Soit dix de moins que prévu il y a deux ans. Pour rappel ces dix options avaient permis à l'époque d'afficher une commande d'Airbus supérieure à celle de Boeing, après la polémique suscitée par des députés qui déploraient le nombre trop important à leurs yeux d'avions Boeing dans la flotte d'une compagnie dans laquelle l'Etat est présente au capital.

Près de deux ans après avoir signé une lettre d'intention avec Airbus pour l'achat ferme de 25 A350-900, Air France-KLM a enfin signé cette commande de 7,2 milliards de dollars au prix catalogue, comme La Tribune l'avait dévoilé la semaine dernière. Un accord le motoriste Rolls Royce sur la possibilité à Air France Industrie d'effectuer l'entretien des moteurs pour d'autres compagnies a permis de débloquer cette commande. Pour autant, le nombre d'options a diminué de 10 exemplaires par rapport à septembre 2011, lorsque l'ancien directeur général d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, avait signé la lettre d'intention. Elles sont désormais au nombre de 25, et non plus de 35. Une simple réévaluation des besoins depuis deux ans, explique-t-on chez Air France. Les plans de flotte sont, il est vrai, continuellement réactualisés pour pour tenir compte de l'évolution de la conjoncture. Néanmoins, dix appareils en option représentent une perte de chiffre d'affaires de 2,8 milliards de dollars au prix catalogue, lorsque les options sont converties en commandés fermes. Une paille dans le carnet de commandes d'Airbus.

10 avions valent 2,8 milliards de dollars au prix catalogue
Ces dix petites options n'auraient aucun intérêt si elles n'avaient pas une  "petite histoire". En septembre 2011, alors qu'Air France-KLM négociait depuis des semaines avec Airbus une commande de 25 A350 fermes et 25 options mais aussi avec Boeing pour 25 B787 fermes et 25 options, le groupe aérien avait en fait signé pour 35 options. Ce qui portait la commande d'A350 (fermes +options) à 60 exemplaires contre 50 B787. Cette annonce avait permis d'afficher une commande d'Airbus supérieure à celle de Boeing, à un moment où la direction d'Air France-KLM faisait l'objet de pressions politiques pour privilégier Airbus. Son choix était suivi de près après la polémique lancée en juin 2011 par l'ancien député Bernard Carayon, qui déplorait le trop grand nombre de Boeing dans la flotte d'un groupe dans lequel l'Etat français est actionnaire. Aujourd'hui, si Air France-KLM a donc commandé 50 avions tant à Airbus qu'à Boeing, il y devrait y avoir néanmoins ...10 B787 de plus en exploitation dans le groupe. En effet, il y a deux ans, 10 exemplaires avaient été discrètement loués à la société de leasing ILFC.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2014 à 9:14 :
Les chiffres donnés par les constructeurs correspondent aux commandes nettes. C'est à dire que d'une année sur l'autre on compte les nouvelles commandes et on retranche les annulations des commandes des précédentes années.
Les plans d'achat des transporteurs aériens se font parfois sur 10 ans. Il est très difficile pour n'importe quelle industrie de prévoir ce que sera son économie dans 10 ans. Les annulations de commandes sont donc monnaie courante.
Ceci dit, les avionneurs s'y retrouvent car en général il y a des indemnités en cas d'annulations.
a écrit le 25/03/2014 à 8:28 :
Il me semble avoir lu quelque part qu'Airbus faisait bénéficier aux compagnies aériennes clientes, de conditions de financement privilégiées au titre de l'exportation... sauf à Air France: ceci explique peut être cela !!?
a écrit le 02/07/2013 à 18:39 :
Heuh... "En effet, il y a deux ans, 10 exemplaires avaient été discrètement loués à la société de leasing ILFC." ??? Faut il comprendre qu'Air France exploite 10 787 ? depuis 2 ans ??? un rien d'explicitation ne serait pas superflu...
a écrit le 19/06/2013 à 19:51 :
Je n'en suis certain mains il me semble que Boeing fait travailler plus de PMEs et de gens en France qu'Airbus ne le fait aux US.
Et pis dans ce type de commande il y a toujours un aspect politique et cela vaut pour tous les pays.
a écrit le 19/06/2013 à 18:11 :
comme quoi les effets d'annonce dans ce secteur sont bien du pipeau, il y a une grosse part de commande en bois destinée à magouiller à très court terme des indicateurs politiques...qui ne seront jamais réactualisés à posteriori. Bravo La Tribune de souligner cette pratique!
Réponse de le 20/06/2013 à 13:24 :
"pipeau", "magouille" , "commande en bois" alors qu'il s'agissait d'options, "indicateurs politiques" (quels indicateurs? quelle politique? ceux de la bêtise chauvine de façade alors que beaucoup de compagnies achètent Airbus et Boeing selon les besoins? et que pas plus de 30% d'un Airbus n'est fabriqué en France ... soit à peu près la même chose pour un Boeing, selon la motorisation. Visiblement, avec vous, l'article débile de FG trouve un public de son niveau.
Réponse de le 20/06/2013 à 14:29 :
C'est pas le papier qui est débile, au contraire je le trouve très futé et il montre que rien n'échappe au journaliste, ce qui était débile c'était de rajouter au dernier moment 10 avions pour faire bonne figure alors qu'AF ne les avaient pas prévu.
a écrit le 19/06/2013 à 18:05 :
Espérons pour Airbus que Air France sera toujours là pour honorer sa commande au début des livraisons
a écrit le 19/06/2013 à 15:52 :
Il m'avait semblé lire aussi que les Airbus A350 seraient destinés à air France et les Boeing 787 à KLM
Réponse de le 19/06/2013 à 23:54 :
non pour les deux compagnies

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :