Guerre entre Thales et MBDA/EADS en Arabie Saoudite : bientôt le dénouement ?

 |   |  593  mots
Thales, avec le soutien de l'Elysée, vise la signature d'un contrat d'un montant total de 4 milliards d'euros en Arabie Saoudite tandis que MBDA et EADS tentent désespérément de gripper le processus
Thales, avec le soutien de l'Elysée, vise la signature d'un contrat d'un montant total de 4 milliards d'euros en Arabie Saoudite tandis que MBDA et EADS tentent désespérément de gripper le processus
Avec la possible visite de François Hollande en Arabie Saoudite les 29 et 30 décembre, la tension est montée d'un cran chez Thales et le couple MBDA/EADS. En jeu, la signature d'un contrat de 4 milliards d'euros qui est promis au groupe d'électronique mais toujours convoité par le missilier européen.

La tension monte, monte…   Avec la visite prévue mais pas encore définitivement inscrite à l'agenda de François Hollande les 29 et 30 décembre en Arabie Saoudite - des dates de back-up sont aussi programmées en janvier et février -, Thales et le missilier MBDA, soutenu par EADS, sont à cran. Pour les mêmes raisons mais avec des intérêts diamétralement opposés.

Les deux groupes sont engagés dans une guerre fratricide dans le cadre de la signature d'un méga-contrat appelé Mark 3 en Arabie Saoudite portant sur la vente d'un système de défense aérien (Air Defence) de courte portée.

Un contrat de 4 milliards d'euros

En clair, Thales, avec le soutien exclusif de l'Elysée, vise la signature de ce contrat d'un montant total de 4 milliards d'euros, dont une première tranche est estimée à 2,5 milliards… tandis que MBDA et EADS tentent désespérément de gripper le processus. "En contradiction avec les instructions de l'Elysée, constate-t-on chez Thales. Plus EADS fera des manœuvres de dernière minute, plus cela le fragilisera". Sous-entendu auprès de l'Elysée.

Au sein du groupe européen, on estime que les Saoudiens ne veulent pas des Crotale NG proposés par le groupe d'électronique pour renouveler complètement le parc saoudien équipé de missiles de défense aérienne fabriqués par Thales. "Si Ryad en voulait, ils auraient signé depuis longtemps", explique-t-on au sein du groupe européen. MBDA avait quant à lui proposé à Thales de mettre dans l'offre pour Ryad ses missiles VL Mica et Aster, la modernisation des Crotale restant sous la maîtrise d'œuvre du groupe électronique. Une proposition rapidement rejetée par Thales.

Une visite de François Hollande pour remercier le roi Abdallah

La visite de François Hollande, si elle se confirme dans les prochains jours, pourrait bien alors être l'occasion d'un remerciement du président français au roi Abdallah pour ce contrat, selon des sources concordantes. Thales est en attente depuis la fin de l'été de ce contrat approuvé par le roi et toujours en attente de la signature du prince héritier Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, ministre de la Défense.

A l'approche de la visite présidentielle, la tension est donc montée d'un cran. Thales estime que la direction générale de l'armement (DGA) ne joue pas le jeu. Pourquoi ? L'électronicien soupçonne la DGA de ne pas le soutenir pour ne garder qu'un missilier en France, MBDA. Car avec Mark 3, Thales est à nouveau prêt à investir dans les systèmes de missiles et est prêt à développer une nouvelle génération de missile de défense aérienne de courte portée, confirme-t-on chez Thales. Ce qui va à l'encontre de la stratégie de la DGA de ne garder qu'un missilier en France. Mais de là à sacrifier un contrat de 4 milliards d'euros…

Thales parano ?

D'ailleurs à la DGA, on estime que Thales est "parano". "Le groupe voit des ennemis partout et il existe une certaine lassitude chez eux car le contrat est imminent depuis cinq ans", analyse-t-on pour expliquer la nervosité de Thales où pourtant certains restent très confiants sur la conclusion de ce contrat.

D'autres expliquent le retard de la signature par un lobbying américain de dernière minute. Mais comme on le rappelle à Paris, c'est "le seul contrat signable à tout moment, le roi en a donné l'ordre et le budget est prêt", souligne une source proche du dossier. Inch allah.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2013 à 6:35 :
Pourquoi vendre a nos amis saoudiens une toyata cressida des annees 80 pour le prix d une mercedes neuve model 2013?
Réponse de le 18/12/2013 à 0:24 :
Bien vu l'ami
a écrit le 12/12/2013 à 6:35 :
Pourquoi vendre a nos amis saoudiens une toyate cressida des annees 80 pour le prix d une mercedes neuve model 2013?
a écrit le 11/12/2013 à 12:03 :
Vous avez dit "fratricide" ? Depuis quand Thales et MBDA sont "frères d'armes" ? Ils se battent de tout temps pour les missiles courtes portées. N'oubliez pas qu'ils produisent aussi le "Startreck" en Irlande. MBDA utilise certains sous ensembles en provenance de Thalès, mais leurs coopérations s'arrêtent là pour ce qui concerne la courte portée.
Réponse de le 12/12/2013 à 18:04 :
Thales est tout seul sur le strastreak (pas très clair dans votre commentaire) qui est un missile de très courte portée. Par ailleurs thales et MBDA ont une coentreprise (Eurosam) dans les missiles de défense aérienne longue portée (SAMP/T et dérivés) utilisant le missile Aster.
a écrit le 11/12/2013 à 8:11 :
la guerre "propre" des salons a de beaux jours devant elle ! et permet de légitimer les incursions à droite et à gauche de notre "cher" françois,! premier ... président ! avant c'est les antiques 404 qui partaient aux africains maintenant ce sont les surplus militaires .. qu'il faut entretenir !!!!!!!!!!!!!! en plus , en les testant .
a écrit le 11/12/2013 à 7:14 :
Pas de contrat, des licenciements à la clef. Ce sera la loi du marché , alors on va voir si notre président est aussi fort pour aider les industriels à gagner des contrat que pour faire la guerre. les morts ne sont pas de même nature , mais...
Réponse de le 11/12/2013 à 13:26 :
Ce qui est bon pour Thales est bon pour la Bretagne.
Vous pouvez donc compter sur Le Drian.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :