Il y a 100 ans naissait l'aviation commerciale, et ça coûtait cher

 |   |  486  mots
(Crédits : wikipedia)
Le 1er janvier 1914, pour la première fois, un passager payait un billet d’avion sur la première compagnie aérienne de l’histoire de l’aviation. St.Petersburg-Tampa Airboat Line a relié en 23 minutes Tampa et St Petersburg en Floride. Prix du billet : 400 dollars.

L'aviation commerciale fête ce mercredi son centième anniversaire. C'est en effet le 1er janvier 1914, dix ans après le vol des frères Wrigth (le 17 décembre 1903), qu'un passager payait pour la première fois un billet d'avion sur la première compagnie aérienne de l'histoire de l'aviation.  « St.Petersburg-Tampa Airboat Line » inaugurait un service de vols réguliers au dessus de la baie de Tampa en Floride Saint-Petersburg et Tampa en 23 minutes. Pour relier ces deux villes distantes d'une trentaine de kilomètres en vol d'oiseau, il fallait jusqu'ici il fallait deux heures et demi en bateau, ou, en l'absence de pont reliant les deux rives, six heures en train, voire un jour en voiture.

Un contrat de trois mois avait été signé entre les autorités locales et Percival Fansler, le fondateur de la compagnie aérienne pour que celle-ci assure deux rotations quotidiennes entre les deux rives. Une subvention avait été accordée.

15 mètres d'altitude

 Près de 3.000 personnes s'étaient pressés sur la jetée de St Pertersburg pour voir décoller à 10 heures du matin  le « Benoist Type XIV », un hydravion, construit par Thomas Benoist (40 ans en 1914) à la fois pilote et constructeur d'avions dans son usine de Saint-Louis (Benoist Aircraf Factory).

Construit en bois et contreplaqué, ce biplan qui ne contenait que deux places, celle du pilote et celle d'un passager, était équipé d'un moteur Roberts d'une puissance de 75 chevaux, lequel alimentait une hélice bipale en bois. Piloté par Tonny Jannus, 25 ans, né à Washington, le « Benoist Type XIV » a relié St.Petersburg à Tampa en 23 minutes. L'avion a atteint une vitesse de 121 km/h pendant le vol et n'a pas dépassé 15 mètres d'altitude.

400 dollars l'aller simple

Le héros du jour fut Abram C.Pheil, 47 ans, l'ancien maire de Tampa. C'est lui qui effectua ce premier vol historique qui avait été mis aux enchères. Il avait déboursé 400 dollars. Soit 9.194 dollars d'aujourd'hui selon le site dollarstime.com. Il l'emporta sur le maire en poste Noel Mitchell qui n'avait pas voulu aller au-delà de 375 dollars. « Une recette unitaire impressionnante, plaisante aujourd'hui Tony Tyler, le directeur général de l'Iata, l'association internationale du transport aérien. Même en l'ajustant de l'inflation, ce prix est deux fois plus élevé que la moyenne des billets émis aujourd'hui ».

Mais, pour les autres vols, le prix n'était que de 5 dollars l'aller simple. Même prix pour 100 pounds de marchandises, en fait le transport du St.Petersburg Times. Le contrat s'arrêta le 31 mars. La compagnie continua de manière indépendante quelque temps puis arrêta ses vols le 5 mai 1914 après avoir effectué 172 vols équivalant à 7.000 miles, et transporté 1.205 passagers.

Plus de 3 milliards de passagers par an

Un siècle après, les compagnies aériennes transportent plus de 3 milliards de passagers par an. Toutes les minutes, 52 vols décollent d'un aéroport de la planète.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2014 à 9:33 :
100 ans et toutes ses dents ! Mais dans 100 ans ?Même si certaines compagnies expérimentent des substitues au pétrole (VIRGIN par exemple) ,la partie est loin d'être gagnée ! L'avion ,si extraordinaire (manger des haricots du Kenya en hiver par exemple) soit-il est un géant aux pieds d'argile car dépendant à 100% du pétrole.C'est sans compter l'impact climatique qu'il génère car en haute altitude.Quant à l'absence de taxes sur le kérozéne au prétexte de libre circulation (convention Chicago de 1947) ,c'est simplement scandaleux voire criminel pour les générations futures !
a écrit le 02/01/2014 à 8:38 :
Il a fallu 100 ans pour en arriver où nous en sommes, et dans 30/40 ans, sans pétrole, l'aviation ne sera plus rien.
Réponse de le 26/03/2014 à 20:44 :
vous sous estimez le pouvoir de la r&d quand le chiffre d'affaire est en danger...
a écrit le 02/01/2014 à 1:19 :
1 passager par vol, comment y a t-il pu avoir 172 vols et 1205 passagers ?? Hormis cette erreur, article intéressant
a écrit le 31/12/2013 à 20:11 :
Je ne suis pas spécialiste de la question ... mais quelle évolution en un siècle !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :