Vol MH 370 : l'espoir renaît de retrouver le Boeing 777

 |   |  767  mots
Nous disposons désormais d'un certain nombre de pistes très crédibles a assuré le Premier ministre australien Tony Abbott
"Nous disposons désormais d'un certain nombre de pistes très crédibles" a assuré le Premier ministre australien Tony Abbott (Crédits : reuters.com)
"Nous disposons désormais d'un certain nombre de pistes très crédibles et l'espoir d'être sur la voie de découvrir ce qui s'est passé grandit" (Premier ministre australien, Tony Abbott).

L'objet repéré dans l'océan Indien par un satellite chinois renforce l'espoir de retrouver des traces du vol MH370 de la Malaysia Airlines porté disparu il y a deux semaines, a déclaré ce dimanche le Premier ministre australien, Tony Abbott. "Nous disposons désormais d'un certain nombre de pistes très crédibles et l'espoir d'être sur la voie de découvrir ce qui s'est passé grandit, même si ce n'est qu'un espoir", a-t-il dit en marge d'une visite en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Ce nouvel objet, d'une dimension de 22 mètres sur 13, se trouve à 120 km environ du secteur où deux autres traces potentielles du Boeing 777 disparu le 8 mars avec 239 personnes à son bord ont été repérées par un autre satellite. A titre de comparaison, l'aile d'un Boeing 777-200ER mesure approximativement 27 mètres de long sur 14 mètres à sa base. Le fuselage de l'appareil a une longueur de 64 mètres et une largeur d'un peu plus de six mètres.

La France a envoyé de nouvelles images à la Malaisie

Des images satellites françaises du sud de l'océan Indien montrent de nouveaux débris susceptibles de provenir du Boeing 777 des Malaysia Airlines, a annoncé dimanche le ministère malaisien des Transports. "Ce matin, la Malaisie a reçu de nouvelles images de la part des autorités françaises montrant de possibles objets aux alentours du secteur sud", dit-il dans un communiqué. Le ministère ne précise pas s'il s'agit de la zone où un objet "suspect" a été repéré sur un cliché réalisé le 18 mars par un satellite d'observation chinois au sud-ouest de l'Australie.

La France a décidé de mobiliser des moyens satellitaires supplémentaires pour la recherche du Boeing 777 de la Malaysia Airlines après avoir détecté dans l'océan Indien ce qui pourrait être des débris de l'avion disparu il y a deux semaines, a annoncé dimanche le ministère des Affaires étrangères. 

Localisé à 2.500 kilomètres de Perth

La zone de recherche se trouve dans l'"arc sud", à quelque 2.500 km au sud-ouest de Perth. Les avions de surveillance qui ont repris leur survol de la zone dimanche vont se concentrer sur ces deux secteurs. D'après l'Agence australienne de sécurité maritime (AMSA), les plans de vol des huit avions engagés ce dimanche dans les recherches couvriront deux zones spécifiques d'une superficie totale de 59.000 kilomètres carrés.

Samedi, l'équipage d'un avion a repéré d'autres débris, dont une palette de bois flottant à la surface de la mer. Les premières images satellites qui ont orienté les recherches sur cette région du sud de l'océan Indien datent du 16 mars. Le cliché dévoilé par les autorités chinoises a été pris lui le 18 mars.

D'importants moyens mis en place pour localiser les débris

D'importants moyens logistiques ont été engagés dans le sud de l'océan Indien pour retrouver des débris provenant peut-être du Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars. Huit avions, des navires marchands et des bâtiments de guerre dotés de capacités de recherche sous-marine écumaient dimanche un périmètre de 59.000 km2 à environ 2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth.

Pour ces recherches, il y a un avion espion de longue portée américain P-8A Poseidon. L'appareil est pourvu de caméras et de capteurs électro-optiques à ultra-haute définition, capables de détecter de petits objets affleurant à la surface de l'eau. Il dispose d'une autonomie de 7.500 km. Egalement mobilisé, un P3 Orion néo-zélandais, doté de radars sophistiqués, de détecteurs infrarouge, de détecteurs d'anomalie magnétique et de capteurs acoustiques anti-sous-marins. Il y a également deux P3 Orion australiens et quatre appareils civils embarquant des observateurs volontaires: deux Bombardier Global Express, un Gulfstream 5, un Airbus A319. Par ailleurs, deux Iliouchine IL-76 chinois sont arrivés à Perth et deux P3 Orion japonais sont en route.

Sur mer, les pays ont mobilisé un navire de la Marine australienne HMAS Success conçu pour le soutien logistique aux bâtiments de combat. Il est pourvu d'un vaste pont et de grues d'une capacité de levage de deux tonnes. Il y a également le navire britannique HMS Echo conçu pour venir en soutien d'opérations sous-marines et amphibie. Par ailleurs, sept bateaux chinois de sauvetage et de combat ont mis le cap sur la zone, ainsi que le brise-glace Xue Long. Enfin, un navire marchand norvégien, le St Pertersburg, a été relevé de sa mission et ne participe plus aux recherches.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2014 à 21:01 :
Je ne crois en aucun cas à tout cela... Je pense qu'ils en savent beaucoup plus mais ne veulent rien en dire... Le gouvernement nous cache des choses !
Le vol MH370 ne se trouve pas au fond de l'océan ! J'en suis persuadée... Il a tout simplement été détourné puis posé sur une petite île... Et, dans l'attente d'un moment opportun, les responsables le feront redécoller après l'avoir transformé en Bombe Volante...
a écrit le 25/03/2014 à 11:21 :
Vous jouez avec des mots pour nous faire croire à un espoir. C'est des fausses rumeurs. Il n'y a point de débris concrets. Montrez-nous ces débris. Alors là on pourra tous parler d'espoir. Sinon vous n'avez toujours aucune piste. Arrêtez cette distraction au jeu des mots. "Débris-Espoir".
a écrit le 25/03/2014 à 11:14 :
Vous nous parlez de débris qu'on ne voit pas, avec toute la logistiques mise en place aucun débris sûr ne provient de l'avion. Prenez-nous au sérieux avec votre fausse histoire de débris pour nous parler d'espoir. Pouahlala mais je rigole. Vous vous foutez de nous. Il n'y a rien que vous n'avez trouvé. Commencez plutôt à nous dire la vérité.
a écrit le 24/03/2014 à 10:52 :
Ma compassion aux familles !
a écrit le 24/03/2014 à 10:02 :
Il est impensable que les passagers et, en particulier, le personnel en cabine ne se soient pas aperçus des changements de cap. Le calvaire qu'ils auront subi jusqu'au crash final est indescriptible. Il n'est cependant évoqué par aucun commentateur. Il est vrai que ce serait admettre l'évidence : leur mort.
Réponse de le 24/03/2014 à 10:49 :
Vous avez raison .... mais il faut bien retrouver l'avion pour que les familles puissent faire leur deuil ! Ne pas retrouver l'avion .... est pire que que tout pour ces familles !
a écrit le 24/03/2014 à 9:35 :
un avion chinois vient de repérer des débris!
a écrit le 24/03/2014 à 0:54 :
Il y a moins de 4 mois (29 nov 2013), un Embraer 190 transportant 34 personnes a été crashé volontairement par son commandant de bord profitant de l'absence momentané de son copilote au dessus de la Namibie, descente à grande vitesse depuis 11500 mètres jusqu'au sol. Info passée sous silence par la presse et encore aujourd'hui malgré le cas du 777 de la Malaysian. Ce scénario à pu se répéter avec MH370, mais le pilote "suicidaire" à voulu dans ce cas aller "perdre" l'avion au beau milieu de l'Océan Indien et de préférence dans une zone à grande profondeur. Il faut savoir en effet que l'équipage (PNT) peut s'isoler dans le cockpit en condamnant la porte électriquement. Personne dans ce cas ne peut ouvrir la porte, code de sécurité ou pas. Je ne crois pas au scénario type "Vol 714 pour Sydney", techniquement trop compliqué et très aléatoire d'un point de vue discrétionnaire, en effet on ne gare pas un 777 dans un box pour venir le rechercher quelques mois plus tard.
Ceci n'est qu'une hypothèse, la suite des evènements l'infirmerons ou pas, mais cela risque de prendre un certain temps, voir un temps certain...
a écrit le 23/03/2014 à 13:14 :
Porté disparu Manureva. Le dernier Best Of ressort dans les bacs.
a écrit le 23/03/2014 à 13:14 :
Je suis devant les infos, et comme cet article, tout le monde parle d'espoir, de retour de l'espoir...ça va pas non !!!! Parlez de terrible confirmation ou trouvez d'autres termes mais pas ESPOIR sur une des pires catastrophes aérienne de tous les temps..
Réponse de le 23/03/2014 à 13:17 :
Tout à fait. Amen
a écrit le 23/03/2014 à 11:33 :
Pour le commun des mortels comme moi .... ça reste tout de même incroyable .... nous sommes surveillés par la NSA et cie ..... et retrouver un avion ... ça reste extrêmement compliqué .... les pilotes peuvent éteindre le machin GPS ! .... incroyable !!!!!!!!!
Réponse de le 23/03/2014 à 12:39 :
En tout cas, avec toi rien d'étonnant Gringo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :