Airbus choisi pour les prochains satellites météo

 |   |  328  mots
(Crédits : reuters.com)
Airbus Group construira la prochaine génération de satellites européens, qui vont permettre un bond dans les prévisions météorologiques, a-t-on appris ce samedi. Pour près d'1,5 milliard d'euros.

Airbus Group (ex-EADS) construira pour près d'1,5 milliard d'euros la prochaine génération de satellites européens, qui vont permettre un bond dans les prévisions météorologiques, a-t-on appris ce samedi auprès de l'Agence Spatiale Européenne (ESA). "Le Comité de politique industrielle de l'ESA, réuni jeudi et vendredi, a confirmé le contrat proposé par Airbus", a déclaré à l'AFP le directeur du programme Graeme Mason.

L'offre d'Airbus Defence and Space (qui a absorbé Astrium, la division espace du groupe) a été préférée à la proposition conjointe du franco-italien Thales Alenia Space et de l'allemand OHB. "Nous sommes extrêmement fiers d'avoir été sélectionnés par l'ESA", a déclaré un porte-parole d'Airbus Defence and Space, se refusant à tout autre commentaire avant la conclusion du contrat.

Plus de quatre milliards

Le budget de l'ensemble du programme Metop-Second Generation, financé par l'ESA et par l'organisme européen pour l'exploitation des satellites météorologiques Eumetsat, dépasse les 4 milliards d'euros. Le développement des deux premiers des six satellites coûtera quelque 820 millions d'euros. Les quatre suivants étant moins chers, le coût de la série sera inférieur à 1,6 milliard, selon Graeme Mason.

Les satellites Metop, placés en orbite polaire à 800 kilomètres d'altitude, complètent les observations de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) qui, depuis plus de 40 ans, fournit gratuitement les données météorologiques au monde entier.

40% des informations

Le premier satellite Metop, lancé en 2006, était beaucoup plus avancé que tous les satellites des générations précédentes. "Il a apporté à lui seul 40% des informations utiles pour les prédictions météo, a ajouté Graeme Mason. Nous attendons un bond quantitatif similaire de la nouvelle génération de Metop". Le second satellite Metop a été lancé en 2012 par une fusée Soyouz, le troisième et dernier devant  être mis en orbite en 2016. Tous trois ont été construits par Astrium.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2014 à 15:56 :
Très stratégiques, ces accords isolent de plus en plus italiens et allemands qui ne rentreraient pas dans le rang Airbus. Il s'agit sans cesse d'équilibrer les 2 branches avant leur séparation. Les satellites et Airbus civil reviendra à la France, les militaire aux allemands. cette opération devrait également permettre au constructeur de disposer des moyens de faire ses gigantesques opérations. En effet doivent être avalés non seulement BAE contre la branche hélicoptères qui serait laissée aux anglais mais aussi beaucoup dans le camp suédois : Saab militaire, Ericson communication et Volvo trucks.
Au final la part Airbus pour chacun des bénéficiaires français et allemands devrait atteindre un volume d'environ 25% de moins que la taille globale actuelle. De sacrés morceaux qui obligent à bien des entorses.
Réponse de le 12/04/2014 à 17:57 :
Quelle merveilleuse stratégie...Si vous pensez que les allemands vont se contenter du militaire il faudra d'abord leur expliquer en quoi cette activité d'Airbus, si elle est isolée, restera rentable. D'autre part, l'ESA et la commission européenne vont certainement envisager avec enthousiasme une activité spatiale à dominante encore plus française. Qui plus est, il n'est absolument pas certain qu'Airbus version Enders/Lahoud soit intéressé par rester dans le spatial. Enders a d'ailleurs déclaré récemment que le business du spatial était beaucoup,beaucoup plus compliqué que celui des avions, et qu'il s'interrogeait.
Navré de ne pas abonder dans votre vision ;-)
a écrit le 12/04/2014 à 15:53 :
N'y aurait il pas un PSE en cours chez ADS? Va comprendre Charles....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :