Défense : la facture de la maintenance des matériels va-t-elle tuer la loi de programmation militaire ?

 |   |  510  mots
L’opération Serval au Mali montrent un taux d’usure important des matériels, lié au milieu hostile
L’opération Serval au Mali montrent un taux d’usure important des matériels, lié au milieu hostile (Crédits : reuters.com)
Liban, Afghanistan... Y aurait-il une erreur d'appréciation dans le financement des Opex? La Cour des comptes estime, dans un rapport sur le maintien en condition opérationnelle (MCO) des matériels militaires, que la croissance constatée des dépenses de MCO compromet la trajectoire financière 2014-2019 prévue par la loi de programmation militaire.

Dur, dur pour la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Après le pari des recettes exceptionnelles (REX), des exportations du Rafale et des frégates multimissions (FREMM) et enfin des économies financières à réaliser, c'est au tour du maintien en condition opérationnelle (MCO), dont la facture s'envole trop, de peut-être compromettre elle-aussi la trajectoire financière de la LPM. C'est la Cour des comptes qui a levé ce nouveau lièvre dans son rapport "Maintien en condition opérationnelle des matériels militaires : des efforts à poursuivre", publié ce lundi.

https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Le-maintien-en-condition-operationnelle-des-materiels-militaires-des-efforts-a-poursuivre

Que dit la Cour des comptes ? "La croissance constatée des dépenses de MCO compromet la trajectoire financière 2014-2019 prévue par la loi de programmation militaire". Ni plus, ni moins. Selon les estimations du ministère de la Défense, les dépenses globales de MCO atteindraient de "l'ordre de 6,5 milliards d'euros par an" sur la durée de la LPM, contre 6 milliards en 2012 (15,5 % du budget de la mission défense - 38,8 milliards), dont 3,2 milliard pour le MCO aéronautique. "Les travaux du ministère de la Défense montrent que les besoins en EPM pourraient atteindre 4,10 milliards d'euros en fin de LPM en 2019, soit un écart cumulé potentiel d'environ 3,5 milliards d'euros, en euros courants, entre les ressources et les besoins sur les 6 années de la LPM", expliquent les sages de la rue Cambon.

Pourquoi un tel dépassement ?

Selon la Cour des comptes, "les ressources financières budgétées n'ont pas prévu le financement de la remise à niveau des matériels de retour d'opérations extérieures. Or, 1.400 engins sont rentrés d'Afghanistan et du Liban en 2013, soit l'équivalent des parcs de service permanents de 23 régiments de l'armée de terre". Les opérations extérieures représentent donc une très forte contrainte pour le support des trois armées. Notamment l'engagement de plusieurs opérations simultanément sur plusieurs théâtres constitue une charge lourde pour le MCO. En outre, le retour en métropole des matériels de l'armée de terre montre une usure importante des équipements. Par exemple, les VAB (Véhicules de l'avant blindé) peuvent faire plus de 1.600 km par semaine au Mali (contre une moyenne de 100 km par mois en Afghanistan et de 5.000 km par an en France).

En outre, les dépenses de MCO sont en augmentation rapide ces dernières années. Le rapport conjoint de l'Inspection générale des finances et du contrôle général des armées de septembre 2011 chiffrait à 5,5 milliards d'euros la dépense budgétaire du MCO des trois armées en 2010 et estimait que la poursuite des tendances observées allait aboutir à une hausse de 8,7 % d'ici à 2014 en euros constants, soit un chiffre de 6 milliards d'euros en 2014. Toutefois, ce niveau a déjà été atteint pour l'exercice 2012. Les dépenses portant sur l'entretien programmé du matériel (EPM) sont passées de 2,65 milliards d'euros en 2011 à 2,91 milliards d'euros en 2013, soit une hausse de 10 % sur deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2014 à 21:25 :
Une chose est sûre, la fameuse" dette "ne sera jamais remboursée.......
a écrit le 30/09/2014 à 19:42 :
Les dépenses d'aujourd'hui sont une bombe à retardement pour le prochain gouvernement quel qu'il soit :-)
a écrit le 30/09/2014 à 18:20 :
En matière de Défense comme dans d’autres domaines d’ailleurs, il faut biaiser les projections financières pour lancer les opérations où les programmes. Lorsque l’on décide du lancement d’un programme Rafale ou autre, on prévoit un budget qui sera in fine doublé au mieux en pensant que l’effet des dérives de coût sera subit par les gouvernements suivants. Si on annonçait dès le début le coût réel la décision serait politiquement impossible à vendre et il faut donc « tricher » ou ne pas faire. Pour les opérations extérieures, même scénario, les estimations sont minimisées et le coût de l’entretien ou du remplacement des matériels détruits n’est pas pris en compte car une fois encore le prix l’envoi des troupes serait dur à avaler pour le citoyen. L’Armée n’a d’ailleurs pas ce monopole car l’explosion du coût pour le programme EPR en est un autre exemple. Toutes ces dérives qui étaient autrefois compensées par une croissance et une inflation constante sont aujourd’hui un boulet pour les générations futures et la dette qui vient de dépasser les 2000 milliards en est le résultat direct.
a écrit le 30/09/2014 à 17:37 :
Le gouvernement nous ment tout le temps. Le coût de ces opérations on le saura dasn 20 ans ou peut-être jamais. La France et ses alliés ocidentaux s'enfoncent dans un bourbier, je ne vois que des fautes graves qui sont en train d'être commises sur le terrain.
La 1ère faute, c'est la destruction de l'Irak laïc & multiconfessionnel de Saddam. Détruire la Syrie, pays laïc et multiconfessionnel serait un crime. Heureusement que les députés US n'ont pas permis à Obama de détruire la Syrie et que Poutine est intervenu. Hollande a dû se rabattre ailleurs pour faire la guerre et détruire. Notre chef, c'est le sexe et la guerre. Il devrait s'arrêter au premier et éviter le second.
a écrit le 30/09/2014 à 15:27 :
Si les "experts" se sont trompés, qu'ils aillent l'expliquer aux militaires sur le terrain des différents conflits où notre président "bienaimé " les a envoyés pour ne pas les avoir dans les pattes en France : Centrafrique, Mali, Liban, Syrie Afghanistan, Lybie etc... et leur expliquer comment faire la guerre avec RIEN !
J'aimerais être présent à ces entrevues et explications!
a écrit le 30/09/2014 à 13:43 :
Heureusement qu'on n'a que des gestionnaires sérieux au gouvernement (et dans l'opposition républicaine aussi), tous issus de l'ENA. Il est certain que des amateurs n'auraient jamais pensé à oublier de prendre en compte le coût de la maintenance des matériels dans les opérations militaires.
a écrit le 30/09/2014 à 12:57 :
On peut néanmoins se demander, si comme il y a très longtemps la maintenance est faite en interne (les soldats ne sont pas tout le temps en opération, heureusement pour eux), ou fait largement appel à la sous-traitance, d'ou des coûts prohibitifs.
Réponse de le 30/09/2014 à 15:49 :
Vade retro, vous mériteriez d'être brûlé sur l'hôtel du Libéralisme parfait et rationnel, en mémoire de la sainte Margareth Thatcher
a écrit le 30/09/2014 à 10:32 :
La France doit arrêter de vouloir jouer les riches, elle n'a plus le sou.
Réponse de le 30/09/2014 à 21:27 :
mais notre président , pense être riche avec l'argent des autres...
a écrit le 30/09/2014 à 10:28 :
Ils vont être forcés d' aller sur le site " le bon coin " pour avoir des pièces d' occasion !!!!!!!
a écrit le 30/09/2014 à 10:08 :
y a plus de fric.
Hollande représente les clous du sarkophage France.

les militaires ont encore assez d'argent s'ils veulent revenir en France à propos ?
Réponse de le 30/09/2014 à 17:38 :
Ils rentreront via Air France si celle ci ne sera pas en grève.
a écrit le 30/09/2014 à 9:28 :
On envois des troupes (aériennes) et du matériel en Irak et cela protège les états voisins.. ceux-ci (EAU, Arabie saoudite, Koweït,..) devrait en assumer la facture. Ce serait un bon partage des taches...
a écrit le 30/09/2014 à 8:17 :
Quand on découvre que les OPEX imposent plus de travail de MCO des matériels... On se demande vraiment comment sont fait les budgets : on veut faire des OPEX, mais on veut diminuer le budget de la défense, c'est déjà un premier problème. Mais quitte à faire des OPEX, il faut que le budget de MCO soit aussi inclus dans le financement additionnel dû à ces opérations! Le ministère de la défense va se faire avoir là-dessus...

Par contre M. Cabirol, je vous en prie, quand vous faites référence à un rapport comme ici à celui de la cour des comptes, pourriez-vous nous mettre un lien pour accéder directement à ce rapport, s'il vous plait?
C'est une mauvaise habitude sur la Tribune. Je sais qu'on peut les retrouver nous-mêmes en une minute mais franchement, ça ne prend pas longtemps de mettre un lien! Nous sommes en 2014 et vous êtes un journal en ligne : il faut jouer au maximum sur l’interactivité de votre support!
Réponse de le 30/09/2014 à 12:41 :
Bonjour, vous avez raison. C'est une très bonne idée. Bien à vous.
https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Le-maintien-en-condition-operationnelle-des-materiels-militaires-des-efforts-a-poursuivre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :