Des trous dans le fuselage des Eurofighter autrichiens

 |   |  335  mots
L'avion de combat Eurofighter dans les turbulences
L'avion de combat Eurofighter dans les turbulences (Crédits : reuters.com)
Des vérifications de routine sur l'avion de combat européen ont révélé en Autriche un problème sur une pièce du fuselage qui réduit des deux tiers la durée de vie de ce composant.

Après l'Allemagne, l'Autriche. Décidément pour l'Eurofighter, la mauvaise passe se poursuit. Des vérifications de routine ont révélé un problème sur une pièce du fuselage de l'Eurofighter qui réduit des deux tiers la durée de vie de ce composant, ont fait savoir mercredi les forces armées autrichiennes. Le fuselage de l'avion de combat est fabriqué par Premium Aerotec, une filiale allemande d'Airbus Group. Le problème a été signalé en août et doit être résolu par des modifications en cours, ajoutent-elles sans identifier le fabricant du composant.

"La sécurité en vol de l'Eurofighter n'est pas affectée actuellement", a affirmé en revanche  l'armée autrichienne, qui compte 15 avions de combat de ce type. Le problème est situé à l'arrière du fuselage et ramène la durée de vie du composant concerné de 6.000 à 2.000 heures de vol. A Berlin, le ministère de la Défense a confirmé le problème en le qualifiant d'"embêtant" mais en soulignant qu'il n'affectait pas les capacités immédiates des forces aériennes allemandes. Le porte-parole du ministère, Ingo Gerhartz, a précisé que BAE Systems avait identifié des trous de perçage "qui ne correspondent pas aux critères de conception" et effectuait des tests pour en mesurer l'impact.

Soupçons de pots-de-vin pour le contrat Eurofighter

Depuis 2012, la justice allemande et autrichienne soupçonne le constructeur aéronautique européen Airbus Group (alors EADS) d'avoir versé au moins 70 millions d'euros de pots-de-vin dans la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche. Les soupçons de corruption autour de ce contrat d'armement, conclu en 2003, ont rythmé la vie politique autrichienne au cours des dernières années.

La commande pour deux milliards d'euros de 18 Eurofighter Typhoon, fabriqués par le consortium Eurofighter, formé par Airbus Group, le britannique BAE Systems et l'italien Finmeccanica, avait été réduite en 2007 à 15 appareils sous l'effet du scandale, plusieurs partis demandant l'annulation pure et simple du contrat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2014 à 14:07 :
les eurofighters étaient mins cher que les DASSAULT... ce calcul cache généralement, dans tous les domaines, de mauvaises surprises...
a écrit le 05/10/2014 à 12:25 :
Eurofighter best avion Multihole
Réponse de le 06/10/2014 à 17:42 :
Attendez venir le T-50 et on en reparlera.
a écrit le 05/10/2014 à 11:13 :
Allez les amis,on va se déchaîner et faire du Deutsch bashing,allez pas de quartier,ils sont tous juste bon à faire des bagnoles....!
a écrit le 04/10/2014 à 2:07 :
Et bien dans le trou de la sécu nous pourrions mettre tous les Eurofighters......
Réponse de le 04/10/2014 à 19:04 :
Voilà, de loin plus important pour nous que les trous de ces Eurofighter autrichiens.
a écrit le 03/10/2014 à 20:49 :
En lisant quelques lignes dans les médias anglo-saxons, j'ai appris que le commandant de la force internationale de l'Otan en Afghanistan (ISAF), le général américain John Campbell a qualifié d'"incroyables" les capacités de l'hélicoptère russe Mi-17. Entre militaires il y a moins d'hypocrisie et admiration réciproque qu'entre politiciens, il me semble.

Malgré le récent arrêt de coopération entre la Russie et l'Otan en Afghanistan, l'agence russe Rosoboronexport et le département US de la Défense ont signé en 2012 un contrat sur la livraison de 31 hélicoptères de combat et de transport Mi-17VB5 en Afghanistan.
Les hélicos russes sont exportés dans le monde entier et sont connus par leur exceptionnelle manoeuvrabilité et fiabilité.

Loin de venir faire ici de la pub pour les hélicos russes, j'aimerais juste rappeler qu'il existe une production et commerce d'excellent matériel militaire au-delà de nos frontières, des technologies de pointe et comparables (voire même supérieures) à tout ce qu'il y a de mieux en Occident. Une réalité dont quelques de nos esprits parmi les plus chauvinistes et bornés ont souvent tendance à oublier.
a écrit le 03/10/2014 à 19:47 :
A Washington on parle déjà que les trous des Eurofighters autrichien ont été faits par "un grand nombre de projectiles à haute vitesse"(sic). Ces projectiles seraient des "shrapnels" des missiles Buk-M1qui ont été tirés (très vraisemblablement) par Vladimir Poutine lui-même depuis sa piscine en Russie. Des nouvelles sanctions en vue ?...
Réponse de le 04/10/2014 à 11:24 :
C'étaient des trous qui ont été faits par des mitrailleuses 30mmm d'un Mig-25, dit-on.
Réponse de le 04/10/2014 à 11:48 :
Un obus de 30 mm ne fait pas de trou , il arrache un morceau d'avion.
La charge explosive d'un missile contient un nombre important de billes métalliques pour donner un effet de fragmentation ce qui donne l'impression de nombreux impactes de balles.
Réponse de le 04/10/2014 à 19:07 :
Hé 30 mmm !!! vous êtes en train d'insinuer donc que les Eurofighter autrichiens ont été la cible d'un missile ??? alors nous faut des preuves, et je les attends, merci.
Réponse de le 04/10/2014 à 21:08 :
Vous avez tout à fait raison, c'était des rafales du canon de 30 mm du Mig ukrainien qui ont descendu le Boeing de Malaysian Airlines, on voit bien que les parties du fuselage ont été arrachées. Merci pour vos précisions.
a écrit le 03/10/2014 à 19:07 :
Ceci confirme encore si il en était besoin que la France a sans doute le meilleurs avion de chasse du monde avec le Rafale. Et pour faire un avion de chasse a la hauteur du F35 et moins cher, il en faut des ingenieurs de talent et des efforts de long terme. Ce qui est dommage c'est que dans de nombreux domaine la France pourrait développer des bijoux technologiques de ce niveau.
Réponse de le 03/10/2014 à 19:50 :
Ô Gertrude, et puisque notre Rafa est tellement meilleur que les autres alors pourquoi qu'on n'a pas vendu un seul jusqu'à ce jour ?
Réponse de le 03/10/2014 à 20:49 :
Et pourquoi le monde entier achète chinois ? Pas pour la qualité en tout cas !
Réponse de le 03/10/2014 à 22:03 :
Ed, vous venez de toucher le coeur du sujet. Donc l'équation pour bien vendre un produit c'est le rapport qualité-prix. Quand le deuxième l'emporte sur le premier, ça vend comme des petits pains mais la fourchette de marché reste limitée à une certaine gamme de produits seulement. Et quand c'est le premier qui l'emporte sur le deuxième on pensera deux fois avant d'acheter la marchandise.

Dans le cas du Rafale c'est le rapport prix trop élevé sur la qualité qui cloue depuis toujours ce bel avion au sol. Trop cher par rapport à ses concurrents, le Rafale est devenu invendable. La solution serait donc diminuer son prix, mais cela signifierait plus de subventions de l'Etat à Dassault et alors là… la chose se complique.
Réponse de le 04/10/2014 à 1:58 :
Il n'existe pas de concurrents du Rafale pour le même prix.
Réponse de le 04/10/2014 à 2:15 :
@Antoine
"Trop cher par rapport à ses concurrents, le Rafale est devenu invendable."
A vous lire, on a tendance à croire que les concurrents vendent moins cher, mais si vous parlez du Typhoon ou du F35 , ils sont encore plus chère que le RAFALE !
Donc pourquoi le F35 se vend alors qu'il coutera probablement 2 fois plus cher que le Rafale et qu'il n'est pas encore au point --> RAISONS POLITIQUES car il est vendue par les USA qui offre aussi leur protection quand ils vendent leur avions et ça on ne peut rivaliser.
A chaque fois que le Rafale a perdu un appel d'offres, c'était soit dans des pays inféodés aux américains (Corée du sud, Pays-Bas, Singapour...) ou soit des pays qui n'avaient pas besoin d'une bête de course pour faire la police du ciel (Suisse et Brésil) qui ont opté pour le Gripen nettement moins cher mais nettement moins performant (le rapport suisse est sans appel).
Il n'y a que les les F16, les F18 et les avions Russes qui sont nettement moins cher que le Rafale.
Quand à diminuer le prix, Dassault ne fabrique que 30 % de l'avion et qu'il ne gagne que peu d'argent avec les avions militaires vus qu'ils n'en vendent plus à l'étranger beaucoup depuis 15 ans. Si Dassault a exigé à l'état d'acheter 11 rafales par an, c'est surtout par rapport aux sous-traitants pour qu'ils puissent continuer à conserver la capacité de production et ne pas casser la chaine industrielle.
Réponse de le 04/10/2014 à 6:07 :
@Jason Bourne, pour info les suisses non pas acheter le Gripen, il a été refuser par le parlement.
Réponse de le 04/10/2014 à 20:51 :
C'est presque ridicule qu'on continue a parler des ventes hypothétiques de Rafales un peu partout et que n'aboutissent à rien.

On apprend que l'Irak vient d'acheter 6 Sukhoi S-25 russes et que ont été déjà livrés. La vente s'était fait dans un délai de 20 jours !

Pendant ce temps, nos Rafales vieillissent parmi les toiles des promesses d'achat sans lendemain mais boostées par Dassault et ses médias pour nous leurrer quoi…
Réponse de le 04/10/2014 à 21:10 :
Merci, Jason Bourne, pour votre discours, quel magnifique somnifère ! depuis plusieurs jours d'insomnie je commence à bâiller déjà…. Bonne nuit !
Réponse de le 05/10/2014 à 18:40 :
Bien à vous Alpinus74, j'ai d'autres pavés en stock au cas où vous aurez d'autres insomnies. Ceci n'est qu'un amuse gueule.
Réponse de le 06/10/2014 à 9:29 :
@ Bric
Les suisses ont refusés le Grippen lors d'un referundum pour une raison toute simple : cet avion n'avait même pas obtenu la moyenne lors des essais réalisés lors de l'appel d'offre. Essais au cours du quel le Rafale est sorti en tête.
Réponse de le 06/10/2014 à 10:26 :
On ne vend pas une peugeot 205 comme on vend une Bugatti Veyron !
CQDF
Réponse de le 06/10/2014 à 17:51 :
FAUX. Il était question d'une initiative soumise au vote populaire (donc c'était le peuple suisse qui en avait voté, pas les experts aéronautiques !) et qui n'a pas passé. Histoire d'autres priorités pour le budget, d'un forcing des anti-militaristes (Groupe Suisse sans Armée en tête) et notamment à cause de l'impopularité du Conseilleur Fédéral responsable pour l'achat de ces avions. Rien à voir avec les essais du Gripen, d'ailleurs, un superbe oiseau. Renseignez-vous un peu mieux, salutations.
a écrit le 03/10/2014 à 18:10 :
Avec des trous en plus il sera moins lourd et ira donc plus vite tiut en consommant moins.. CQFD
a écrit le 03/10/2014 à 15:50 :
C'est quand-même moins grave que le jour où l'on verra des trous dans le fuselage des Rafales indiens.
a écrit le 03/10/2014 à 13:58 :
a condition que le conflit ne dure pas
on grignote sur les salaires et apres sur les composants
pour realise non pas des economies
mais pour plus de benefice
on a vu ceci partout en france mintenant c'est a ' l"allemagne et a la doctrine merkel
attention a la chute
Réponse de le 03/10/2014 à 16:46 :
Cher Ludwig (le deuxième du nom ?), vos remarques sont une pure découverte, une vraie et ô combien agréable boite de Pandore… ! :) ah... je me délecte d'une telle verve tel un papillon frétillant ses ailes bling-bling-bling au soleil d'avril...
Toujours intéressant pour un jeunot de lire ce qu’un autre vit ou a vécu au fil de ses rencontres tantôt avec les forces du Mal, tantôt avec les forces du Bien. Je n’ai pas votre expérience dans le domaine de l'aéronautique, je me restreint aux balons de gaz… je dirais plutôt que je trace mon petit chemin… néanmoins je vous remercie du fond le plus rose bonbon de mon coeur. Bonne journée.
a écrit le 03/10/2014 à 13:53 :
la kalite germanique un reve une utopie
Réponse de le 04/10/2014 à 11:29 :
Et la kalité française une réalité…. mauvaise.
Réponse de le 04/10/2014 à 20:27 :
+ 10000 ;-)
a écrit le 03/10/2014 à 11:37 :
C'est attristant de voir la pauvre campagne de dénigrement du chasseur européen menée par la Tribune ces derniers jours. Où a-t-il de l'info ? de l'intox? allez savoir…. toutefois le plus navrant de toute cette histoire c'est le constat de l'étroitesse d'esprit de nos journalistes (à l'évidence pour plaire à Marcel Dassault, un grand patron de presse…), cette attitude de rabâcher un concurrent par des mesquineries seulement.

Que veulent-ils nos braves journalistes, nous vendre des Rafales ? mais moi j'ai déjà ma Xantia et je n'ai pas les moyens de m'offrir un chasseur de 5ème génération. Nos beaux Rafales sont invendables par plusieurs raisons et on les sait. Nous apprendre sur des (hypothétiques) défauts des avions concurrents ne va pas faire vendre les Rafales à d'autres pays. Le Typhoon au moins il se vend…

Attristant.
Réponse de le 03/10/2014 à 13:14 :
Le Typhoon est un mauvais avion, à de très nombreux point de vue, surtout techniques. Si il s'est vendu, s'est uniquement pour des raison politiques, tout comme la mévente du Rafale.
L'EF est en passe d’être abandonné, la faute à un nombre de ventes suffisantes...
Réponse de le 03/10/2014 à 13:30 :
@Claire Barjac.
Le journal "La Tribune" ne fait que relever les informations fournies par "Das spiegel", qui aux dernières nouvelles est un journal allemand. Il n'y a aucune compagne de dénigrement française à l'encontre de l'Eurofighter étant donné que l'information est allemande.
Ils ne font que relayer l'information, et ce n'est pas cela qui va faire vendre plus de Rafales. De plus, la presse généraliste hexagonale n'hésite pas à dénigrer le Rafale et à chaque fois pour des raisons fallacieuses : trop chère, trop peu performant, trop fragile ...etc...
Certes le Rafale ne s'est pas encore vendue mais c'est en grande partie pour des raisons politiques mais avec l'inde les choses semblent bien parties.
Vous dites que le Typhoon se vend au moins lui mais il faut dire aussi pourquoi il se vend !
Les seuls clients externes au Typhoon sont l'Arabie Saoudite et l'Autriche et vous devez savoir que des grosses valises de billets passés en catimini ont été nécessaires pour réaliser ces ventes.
Réponse de le 03/10/2014 à 14:19 :
Merci Nucky Thompson
@Claire Barjac,
C'est votre commentaire qui est attristant.
Vous parlez d'un dénigrement de l'Eurofighter comme s'il n'y'avait jamais eu de Rafale bashing chez nous. Comme l'a souligné Nucky,
la presse Française est la première critique à l'égard de son avion. Trop cher , ne se vend pas.
Des arguments qui ne prennent pas en compte la concurrence féroce du lobbying aéronautique où la France reste et sera seule contre tous.
Par ailleurs on peut parler d'un scandale Eurofighter quand on voit son utilité au cours des dernières années. Lorsque la France envoie ses rafales agir en Libye, en Irak, où sont donc les Eurofighters ?
Nulle-part ils sont remplacés par des tornados. Si vous vous renseignez un peu vous sauriez que sur le projet de l'eurofighter les problèmes s'accumulent, que le programme de l'avion est devenu beaucoup trop dispendieux.
Et coûte désormais bien plus cher que ce qui était prévu initialement (on parle de plus du double).

Le plus lamentable est que vous dénoncez une certaine forme de mercantilisme mais vous concluez par une vision aussi débile ou seule la finalité pécuniaire ne compte.
Réponse de le 03/10/2014 à 15:05 :
" De plus, la presse généraliste hexagonale n'hésite pas à dénigrer le Rafale …"

C'est bien vrai et c'est dommage. Perso je pense que le Rafale est un bon avion mais il ne faut le surenchérir non plus. Il suffit d'un directeur de Dassault avancer qu'il se pourrait (toujours plein de conditionnels) qu'un tel pays se montrerait plutôt intéresser à acheter quelques Rafales et le titres de presse fusent : "L'Inde s'intéresse à 350 Rafales", "Le Brésil va acheter des Rafales" et patati patata, en misant sur un sensationnalisme mal venu car la déception qui se suit à la non-vente s'avère d'autant plus amère. Tout ce que je critique c'est l'irresponsabilité de certains médias d'aller chercher dans le sensationnalisme une façon de camoufler les vraies causes de l'échec commercial du Rafale et tant pis pour les lecteurs. Voilà.
Réponse de le 03/10/2014 à 15:53 :
Merci à vous tous, plus spécialement à Nick Thompson et à Ed Mitchell.
Réponse de le 03/10/2014 à 17:01 :
Tout absolument tout dans la vente d'avion doit être pris au conditionnel, les négociations sont un processus long ,complexe.
Même au Brésil l'affaire n'est pas figé, et peut encore rebondir en cas de non réélection de Dilma par exemple.
Le Gripen E/F lui même est à prendre au conditionnel puisque son programme n'est pas encore fini.

Après c'est certain que la façon dont les médias traitent l'information laisse parfois (souvent) à désirer, mais là c'est un autre débat ! Personnellement je multiplie les sources autant que possible avant de me faire ma propre opinion.
Réponse de le 03/10/2014 à 20:01 :
@ Ed : Détrompez-vous, mon cher, si la candidate Dilma Roussef ne remporte pas ces élections c'est vraiment fini pour les prétentions de Dassault de vendre le Rafale au Brésil. Les deux autres candidats de droite se profilent comme étant des "grands amis" de Washington, donc ce sera le FA-18 – l'avion préféré des militaires brésiliens – qui aura toutes les faveurs. Le FA-18 était d'ailleurs était en lice avec le Rafale avant que, par une question de budget, le Saab Gripen ait été choisi.
Réponse de le 03/10/2014 à 20:47 :
Je ne pensais pas au Rafale, les brésiliens n'ayant clairement plus les moyens.
Mais plus une solution de leasing à long terme sur un appareil moins couteux.
Réponse de le 03/10/2014 à 22:08 :
Lorsque vous avez dit que "Même au Brésil l'affaire n'est pas figé, et peut encore rebondir en cas de non réélection de Dilma par exemple." de quoi vous parliez au juste ? si j'ai bien compris c'était du Rafale.

Si le Brésil va acheter ou pas un autre avion plus ou moins coûteux je ne vois pas en quoi cela pourrait nous intéresser….
Réponse de le 04/10/2014 à 0:42 :
Non pas du tout, il n'était pas question dans mon propos de dire qu'il y'aurait une nouvelle opportunité pour Dassault au Brésil.
Je répondais à Claire sur le fait que les annonces soient bien souvent au conditionnel, et pour cause tant que le contrat de vente n'est pas signé
il peut y'avoir des rebondissements. Et compte tenu des comptes du brésil suite à la coupe du monde ...
Réponse de le 04/10/2014 à 11:32 :
"Et compte tenu des comptes du brésil suite à la coupe du monde …"

quel rapport avec la vente des rafales… ?
Réponse de le 06/10/2014 à 10:17 :
Vous êtes acharné :)
Où voyez-vous que je parle du rafale ? Je n'en parle pas, je parle d'une solution de location de gripen C au détriment de l'achat de gripen E/F
a écrit le 03/10/2014 à 11:19 :
On s'en fout ! moi, j'ai un trou dans mon pantalon et personne n'en parle
Réponse de le 03/10/2014 à 12:54 :
hummm, même pas votre charmante collègue de travail ?…. ;-)
Réponse de le 03/10/2014 à 15:06 :
Hélas, j'ai pas de charmante collègue de travail, n'y a que des moustachus auprès de moi…. bah !
a écrit le 03/10/2014 à 10:49 :
Ceci et le fait que le coût de l'eurofighter pour l’Allemagne a double (30M€ est passé a 60M€) qui fait que l’Allemagne va réduire d'un tiers le nombre d'Eurofighters commandé a mise presque fin a la chaîne de fabrication et on est sur qu'il n y aura plus de nouvelles versions.
Réponse de le 03/10/2014 à 12:31 :
Zoubi : vus avez reconnu le fond du probleme : les chaines de fabrication vont s´arreter donc il faut bien un moyen de relancer le business.
Je vous fais une confidence : les forage de rivet non utilisés ont ete prévu pour cela lors de la conception.
Avec un tel defaut decouvert par pur hasard EADS pourrra vendre ses Eurofighters une 2 eme fois !!!
a écrit le 03/10/2014 à 10:28 :
ah, deutsche qualität...!
Réponse de le 03/10/2014 à 10:57 :
J'allais dire pareil!
;-))
Réponse de le 03/10/2014 à 11:38 :
Ah quand on croit à tout ce qu'ils disent des Allemands nos journalistes….
Réponse de le 03/10/2014 à 12:13 :
quand il s'agit de french bashing, je suppose que Toutou douillet croit tout ce que disent nos journalistes.
Réponse de le 03/10/2014 à 12:55 :
Du tout du tout du tou !
a écrit le 03/10/2014 à 10:14 :
Les trous étaient bien prévus pour y mettre des rivets .... oubliés par la suite ??
a écrit le 03/10/2014 à 10:13 :
Ne nous réjouissons pas trop des défauts de l'eurofighter.
Quant un Boeing s'écrase Airbus ne claironne pas car il sait qu'il peut etre le prochain...
a écrit le 03/10/2014 à 10:08 :
J'espère que cela fera réfléchir tous ceux qui passent leur temps à critiquer l'opportunité, pour la France, d'avoir fait le Rafale indépendamment, en s'appuyant sur l'expertise bâtie pendant des décennies par Dassault Aviation...
Réponse de le 03/10/2014 à 10:22 :
+1 La France est un des tres rare pays a pouvoir concevoir un avion de A à Z seul, c'est un atout a ne pas lacher.
Réponse de le 03/10/2014 à 12:38 :
Je suis pour que mes impots aident a maintenir l'expertise aeronautique en France, pas a financer un cinema moribond et des saltimbanques.
Réponse de le 03/10/2014 à 22:10 :
Sur la même longueur d'onde que vous toutefois on ne peut pas oublier notre éternelle manie de grandeur…..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :