Quand le ministère de la Défense prépare son grand retour à Mururoa

Le ministère de la Défense lancera au printemps 2015 les travaux pour la construction d'une base de vie, qui accueillera 250 personnes environ sur l'atoll de Mururoa. Il sera chargé de moderniser le système de surveillance radiologique et géomécanique de l'atoll.
Michel Cabirol
Les équipements de surveillance de l'atoll de Mururoa vont faire l'objet d'une modernisation en 2015. Sur la photo, un essai nucléaire souterrain à Mururoa.
Les équipements de surveillance de l'atoll de Mururoa vont faire l'objet d'une modernisation en 2015. Sur la photo, un essai nucléaire souterrain à Mururoa. (Crédits : Reuters)

Le retour des militaires et surtout des scientifiques du CEA (Commissariat à l'énergie atomique) à Mururoa se rapproche: au printemps 2015, très vraisemblablement début mai, selon nos informations. C'est à cette période que le ministère de la Défense lancera les travaux pour la construction d'une base de vie, qui accueillera  250 personnes environ, sur l'atoll de Mururoa. Car l'économat des armées (EdA) va lancer une opération de rénovation majeure du système de surveillance géomécanique (Telsite 2), chargé de surveiller notamment l'activité sismique de l'atoll. En outre, le ministère va construire une zone logistique et sécuriser les quais et certains bâtiments. Un projet estimé, selon nos informations, à une cinquantaine de millions d'euros.

La durée de vie de l'actuel système de surveillance continue Telsite, mis en service début 1997, avait été estimée à une dizaine d'années. Une refonte partielle du système a été entreprise et réalisée en octobre 2005. Celle-ci a concerné une partie des segments d'acquisition et de transmission du système, ainsi que le remplacement des capteurs de surface GPS. Depuis, le système rénové permet la transmission en temps réel des signaux de l'ensemble des stations sismiques en cas d'évènement, ainsi que ceux des capteurs de submersion. Cette rénovation n'a cependant concerné que les installations de surface, et une modernisation des équipements en profondeur (câbles implantés en forages inclinés latéraux -FIL-, géophones et inclinomètres) apparaît aussi nécessaire. D'autant que l'environnement sur l'atoll est très corrosif (sel marin).

Le risque dit "à 90 secondes"

Cette modernisation permettra d'assurer leur pérennité pour une durée d'une quinzaine d'années grâce à des équipements prenant en compte les dernières avancées technologiques. Le système doit être à même d'assurer ses missions 24 heures sur 24. Il faut donc qu'il y ait en permanence un certain nombre de stations sismiques (5 stations, dont au moins 2 en zone nord) en état. Car la première mission du système Telsite est de couvrir le risque dit "à 90 secondes", c'est-à-dire le risque créé par le déferlement d'une vague qui aurait été générée par l'effondrement soudain d'un pan de falaise corallienne.

Un tel effondrement - peu probable - s'accompagne de vibrations qui sont enregistrées par les capteurs sismiques installés sur le pourtour de l'atoll. Entre le moment où ces vibrations sont enregistrées et celui où une vague pourrait se former, il s'écoule un temps suffisant pour que les personnes exposées puissent se mettre à l'abri. Dans cette éventualité, Telsite est conçu pour envoyer automatiquement une alerte en direction des personnes présentes sur site et vers les géophysiciens du Département analyse, surveillance, environnement (DASE) du CEA en métropole.

179 expérimentations nucléaires à Mururoa

La France a procédé entre 1966 et 1996 à 179 expérimentations nucléaires, dont 127 souterraines, sur l'atoll de Mururoa, dans l'archipel des Tuamotu. Depuis la fin des essais, l'État a procédé à une réhabilitation environnementale, et poursuivi la surveillance radiologique et géomécanique de Mururoa. Ainsi, la France a maintenu une surveillance radiologique, montrant son engagement de ne pas abandonner les sites tant au plan sanitaire qu'au plan environnemental.

Dans ce cadre, le ministère de la Défense a créé un organisme chargé de cette mission : le Département de suivi des centres d'expérimentations nucléaires (DSCEN), qui relève de la Direction générale pour l'armement (DGA), ainsi que le délégué à la sûreté nucléaire de défense (DSND) qui est l'autorité de sûreté pour ces sites. Un guide de surveillance radiologique des sites a même été présenté à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui en a souligné la pertinence.

Surveillance radiologique

La surveillance radiologique, mise en place dès 1998, se décompose en deux volets : une surveillance continue, tout au long de l'année, comprenant un recueil quotidien des aérosols atmosphériques ainsi qu'un recueil des doses intégrées à l'aide de dosimètres, et une campagne annuelle de prélèvements concernant les trois écosystèmes de l'environnement des sites : le milieu terrestre, le lagon et l'océan (dans la limite des 12 milles nautiques des eaux territoriales).

La maintenance préventive élémentaire est assurée par le personnel militaire encore présent à Mururoa. En revanche, les maintenances préventives et curatives de premier et deuxième niveau sont assurées par du personnel du Département analyse, surveillance, environnement du CEA (en provenance soit de l'antenne DASE de Tahiti, soit de métropole), avec assistance logistique des armées sur site.

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 06/10/2014 à 15:36
Signaler
quand rétablir une vrai DGSE similaire des années 60 70 avec de vrais silencieux et des MECS auquels la peur est inconnue aussi bien en FRANCE et ailleurs rappelez vous a l'EST et après il y avait le plateau d"Albion et les PLUTON mais maintenant ??...

à écrit le 06/10/2014 à 14:56
Signaler
Des tests atomiques= plus de problèmes de cancer pour les habitants…. vous pouvez me censurer, j'en ai l'habitude.

à écrit le 06/10/2014 à 10:55
Signaler
Et s' il se passe quelque chose dans les années à venir ? que vont faire de plus ces 250 personnes ? ... c'est vraiment de l'argent foutu en l'air !!!

à écrit le 06/10/2014 à 10:35
Signaler
250 heureux gagnants qui a leur retour épateront leurs amis en étant fluo la nuit :)

le 06/10/2014 à 10:55
Signaler
Les prisons métropolitaines sont pleines... Mururoa, bagne du 3e millénaire ?

le 06/10/2014 à 12:38
Signaler
Non, pas de bagne 5* ! Si bagne il devait y avoir, il nous reste les iles Kerguelen ! C'est très bien la bas !

le 06/10/2014 à 16:42
Signaler
Et les pingouins alors ? Ils n'ont pas mérité ça ! Ceci dit c'est vivifiant là bas, bonnes conditions de séjour pour les bagnards, on peut donner des noms ???

le 06/10/2014 à 20:20
Signaler
Pour commencer, l'UMP et le PS au complet et aussi tous les autres parties politiques

le 07/10/2014 à 0:37
Signaler
La remise à niveau des systèmes ne mobilisera pas 250 personnes ad vitam aeternam. Les conditions de vie sur cet atoll sont loin d'être paradisiaques. Il n'y a pas d'eau douce ni d'élévation géographique naturelle. L'atoll n'est pas contaminé donc on...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.