Japon : la compagnie aérienne Skymark Airlines dépose le bilan

 |   |  411  mots
Skymark Airlines a été lancée en 1998 pour ouvrir à la concurrence un marché dominé par ANA Holdings et Japan Airlines (JAL).
Skymark Airlines a été lancée en 1998 pour ouvrir à la concurrence un marché dominé par ANA Holdings et Japan Airlines (JAL). (Crédits : reuters.com)
La troisième compagnie aérienne nippone pourrait, en outre, devoir verser une amende importante à Airbus après avoir annulé une commande importante en juillet. L'action de Skymark devrait, dans la foulée, être radiée de la Bourse de Tokyo d'ici au 1er mars 2015.

Le conseil d'administration de Skymark Airlines a annoncé, mercredi 28 janvier, "avoir engagé une procédure de redressement judiciaire auprès d'un tribunal de Tokyo". La veille de l'annonce des résultats financiers du troisième trimestre, les administrateurs ont également approuvé la démission du président, Shinichi Nishikubo. Dans l'attente d'un éventuel repreneur, les vols de Skymark Airlines devraient être maintenus si la compagnie trouve un "parrain".

De trop grandes ambitions ?

Crée en 1998, la troisième compagnie aérienne japonaise a été lancée à la faveur du gouvernement pour casser le duopole formé par Japan Airlines (JAL) et All Nippon Airways (ANA). Disposant d'une flotte d'une trentaine d'avions, Skymark propose plusieurs dizaines de liaisons intérieures, à des prix compétitifs. Désireuse de proposer des liaisons internationales low-cost, elle avait signé début 2011 un contrat pour acquérir des A380. La compagnie a même osé commander un appareil de grand envergure que les autres compagnies nippones n'ont pour l'heure jamais sélectionné dans leur carnet de commande.

Gros litige avec Airbus

Mais la conjoncture a brusquement changé et le taux de remplissage de ses avions n'a cessé de chuter. Fin octobre, Skymark avait dit redouter une perte nette de 13,67 milliards pour un chiffre d'affaires de 88,3 milliards de yens sur l'ensemble de l'exercice d'avril 2014 à mars 2015.

Autre raison pour laquelle la compagnie a ainsi annoncé le dépôt de bilan: elle pourrait également devoir verser une amende importante (700 millions de dollars) à Airbus après avoir annulé en juillet, pour difficultés de trésorie, une commande de six très gros porteurs A380 d'un montant de 2 milliards de dollars, ce qui a amené le constructeur européen à intenter une action en justice.

ANA et JAL au secours de Skymark

Dans ce contexte difficile, la compagnie a entamé des négociations avec ANA et JAL afin de nouer un accord tripartite. Un partenariat entre les trois compagnies du pays pourrait ainsi éventuellement être conclu d'ici à mars afin de sauver Skymark, a annoncé Yoshiharu Ueki, dirigeant de Japan Airlines.

Pour mémoire, JAL avait elle-même fait faillite en 2010, faillite dont elle était sortie au prix d'un drastique programme de restructuration (suppression d'effectifs, réduction de la flotte et injection de capitaux). Et Japan Airlines avait pu continuer son activité. Le soutien financier des pouvoirs publics avait notamment contribué à sa renaissance. Et, deux ans après, en 2012, la compagnie aérienne était à nouveau rentable et réapparaissait à la Bourse de Tokyo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2015 à 8:23 :
"à des prix compétitif" affligeant..
a écrit le 28/01/2015 à 21:00 :
Airbus pourra apporter son aide : si JAL ou ANA reprend l'engagement de Skymark pour les A380, Airbus renoncerait à toute demande de dédommagement supplémentaire à Skymark ! UN bon moyen pour Airbus de pénétrer le marché nippon, non ?
Réponse de le 29/01/2015 à 13:14 :
Bla bla bla vous rêvez....
a écrit le 28/01/2015 à 20:11 :
Très bonne gestion US... Le mono ou duo pole, y'a rien de meilleur. La gestion des centrales nucléaires est aussi un magnifique exemple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :