Airbus double la mise au salon aéronautique de Dubaï  : ALC commande 111 avions dont l'A350 cargo

Airbus surpasse Boeing au salon aéronautique de Dubaï. Après avoir vendu 255 appareils à Indigo Partners le premier jour du salon, il vient d'en placer 111 de plus chez Air Lease Corporation. Cerise sur le gâteau, le loueur américain est devenu le client de lancement du futur A350F, version cargo de l'A350 qui doit contester l'hégémonie de Boeing sur ce marché.

4 mn

Air Lease Corporation commande 111 Airbus au salon de Dubaï.
Air Lease Corporation commande 111 Airbus au salon de Dubaï. (Crédits : Airbus)

Le retour des grandes commandes se confirme pour Airbus. Le constructeur européen vient d'annoncer un deuxième contrat majeur en deux jours au Dubai Airshow. Cette fois-ci, c'est Air Lease Corporation (ALC) qui s'est engagé pour 111 appareils. portant ainsi à 366 le nombre d'avions commandés depuis l'ouverture du salon aéronautique ce dimanche. Et comme on pouvait le pressentir, le loueur américain est devenu le premier client à s'engager pour l'A350F, la version cargo de l'A350.

Pour cette commande, ALC n'a pas fait dans la demi-mesure. Il s'est engagé pour sur la quasi-totalité de la gamme Airbus. Détaillée par Steven Udvar-Hazy, l'emblématique président d'ALC, elle comprend majoritairement des moyen-courriers, à savoir vingt-cinq A220-300, essentiellement issus de l'exercice d'options d'un premier contrat signé au salon du Bourget en 2019, cinquante-cinq A321 NEO (version remotorisée de l'A321), et vingt A320XLR (version long-courrier de l'A321 NEO) dont le loueur était le client de lancement en 2019. Comme pour Indigo Partners, ces appareils seront livrés à partir de la deuxième moitié de la décennie, ce qui permet à Airbus de sécuriser son carnet de commandes sur le long terme.

Lire aussi 6 mnAprès une crise brutale, le grand retour d'Airbus : "c'est la reprise", dit son président Guillaume Faury

Enfin quelques long-courriers

Fait rare dans le contexte actuel, le contrat porte aussi sur des long-courriers : quatre A330 NEO (version remotorisée de l'A330) et donc pour la première fois sept A350F. Ces derniers seront livrés à partir de 2026, Airbus visant une certification de l'appareil fin 2025.

En se basant sur les derniers prix catalogue d'Airbus, la valeur du contrat pour les 111 appareils pourrait avoisiner les 15 milliards de dollars. Cela reste approximatif, ces chiffres datant de 2018 alors que le catalogue d'Airbus ne comprenait pas encore l'A220 et l'A350F.

Guillaume Faury, président d'Airbus, a salué le partenariat de long terme établi avec ALC et les discussions qui se sont poursuivies, même au plus fort de la crise. Il voit d'ailleurs dans cette commande le signe d'une industrie aéronautique que regarde désormais au-delà de l'horizon de la pandémie et se projette vers de nouveaux sommets.

Lire aussi 6 mnAprès une crise brutale, le grand retour d'Airbus : "c'est la reprise", dit son président Guillaume Faury

L'A350F tient son premier client

Si le chiffre peut paraître modeste, la commande de sept A350F est l'un des éléments les plus significatifs de cette commande. Après avoir été officialisé cet été par Guillaume Faury, le programme a trouvé son premier client. C'est une très bonne nouvelle pour Airbus, tant Boeing a dominé ce marché avec son 777F en particulier. Celui-ci a engrangé plus de 300 commandes depuis son lancement et 65 exemplaires restent à livrer dans les prochaines années. Le constructeur européen s'y était d'ailleurs déjà cassé les dents avec son A330-200F.

Christian Scherer, directeur commercial d'Airbus, s'est d'ailleurs défendu de vouloir piquer quoi que ce soit à son concurrent, assurant que l'A350F « répond à l'invitation faite par le marché à Airbus pour entrer en compétition sur le cargo ». Cela ne l'empêche pas de vouloir « naturellement capter une bonne part de ce marché ».

Selon ses dernières prévisions de marché, il estime que le cargo gros-porteur (plus de 80 tonnes d'emport) va avoir besoin d'environ 500 avions supplémentaires d'ici 2040, dont une majorité d'appareils neufs. Le vendeur en chef d'Airbus indique d'ailleurs que c'est sur ce marché, avec des emports et des trajets plus importants, que l'avantage économique des avions de nouvelle génération est le plus net face aux anciens avions de passagers reconvertis.

Lire aussi 5 mnAirbus dévoile les spécificités de l'A350F, l'avion qui veut dominer Boeing dans le cargo

L'A350F séduit par ses capacités

Pour justifier le choix de l'A350F par ALC, son directeur général John Plueger a déclaré que c'était le seul avion dans les prochaines années à répondre aux enjeux environnementaux et de baisse de la consommation. De son côté, Steven Udvar-Hazy a souligné le fait que l'A350F offre la meilleure combinaison des capacités d'emport et d'autonomie. L'appareil sera ainsi capable de transporter 92 tonnes de cargo sur 6.000 miles nautiques (11.100 km).

Si le nom du client de lancement est désormais connu, reste maintenant à savoir qui sera le premier opérateur de l'A350F. Et sur ce point, e président d'ALC a indiqué que des discussions était en cours avec plusieurs compagnies pour placer les sept appareils commandés.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 15/11/2021 à 21:51
Signaler
Et re-vive la COP 26 !!! 😁

à écrit le 15/11/2021 à 19:17
Signaler
Airbus 366... Boeing 2. Que va faire l'oncle Sam? Le même coup qu'avec les sous-marins?

à écrit le 15/11/2021 à 15:41
Signaler
Faut-il sauver le soldat Boeing?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.