Airbus Group : Tom Enders restreint le pouvoir des divisions

 |   |  634  mots
le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders a décidé d'asseoir un peu plus son pouvoir sur les patrons des trois divisions
le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders a décidé d'asseoir un peu plus son pouvoir sur les patrons des trois divisions (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders a décidé d'asseoir un peu plus son pouvoir sur les patrons des trois divisions. Tout comme pour la finance et les ressources humaines pilotées depuis plusieurs années par la holding, il a décidé mettre sous la responsabilité d'Airbus Group toutes les compétences en matière de juridique, de compliance (conformité) et surtout de communication.

La décision est tombée brutalement il y a une semaine. Et elle est irrévocable, assure-t-on à La Tribune. Très "fana" de la Silicon Valley et de son management convivial, le président exécutif d'Airbus Group Tom Enders a pourtant décidé d'asseoir un peu plus son pouvoir sur les trois divisions et surtout leur patron respectif. Tout comme pour la finance et les ressources humaines pilotées depuis plusieurs années par la société mère, il a également décidé de mettre sous la responsabilité d'Airbus Group toutes les compétences en matière de juridique, de compliance (conformité) et surtout de communication, selon des sources concordantes. Une annonce pourrait être faite à la rentrée. Des compétences qui étaient jusqu'ici sous la responsabilité des patrons de division. Ce ne sera donc plus le cas. Les responsables de ces activités rapporteront directement la holding.

Plusieurs présidents avant Tom Enders, comme Philippe Camus, puis Noël Forgeard et, enfin, Louis Gallois avaient rêvé de mettre au pas petits et grands barons. C'est Major Tom qui va finalement l'exaucer. Il devient en quelque sorte imperator, qui était sous la république romaine le magistrat titulaire de l'imperium, c'est-à-dire le pouvoir suprême de commandement militaire et civil.  "Il veut tout contrôler et cette décision va y contribuer", résume-t-on pour La Tribune. Tom Enders a d'ailleurs été à très bonne école puisqu'en tant que patron d'Airbus, il était resté très indépendant quand Louis Gallois avait été le président d'EADS (devenu Airbus Group).

Le pouvoir des divisions réduit à la portion congrue

Les marges de manœuvres que gardaient encore les grands barons du groupe vont de fait s'envoler. Les patrons d'Airbus, Fabrice Brégier, d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, et, enfin, d'Airbus Defence and Space, Bernhard Gerwert, font aujourd'hui grise mine. "Clairement ils vont passer de chief executive officer à executive officer, analyse-t-on de façon grinçante en interne. Ils sont furieux". D'ailleurs, la pilule passe mal chez les trois patrons. Et même très mal. "Rainer Ohler (directeur de la communication d'Airbus Group, ndlr) à la manœuvre, Tom Enders à la baguette", soupire-t-on.

En outre, selon "Les Échos", Tom Enders a récemment décidé de joindre dans un même paquet à vendre - nom de code du projet : Orlando - l'essentiel des activités d'électronique de défense ainsi que celles de sécurisation des frontières. Une vente qui suscite, selon le quotidien économique, "bien des interrogations". Une information confirmée par Airbus Group.

Des résultats solides mais de nouvelles provisions sur A400M

Airbus Group a confirmé ses perspectives 2015 malgré une nouvelle charge sur son avion de transport militaire A400M, après un bond de 34% de son bénéfice net au premier semestre et une nouvelle progression de son chiffre d'affaires. "Les résultats à la moitié de l'année confirment que nous faisons de bons progrès opérationnels. Nous pouvons clairement confirmer que nous sommes sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs 2015", a déclaré le président exécutif, Tom Enders.

Le résultat net ressort à 1,5 milliard d'euros, malgré une charge de 290 millions liée à l'A400M compensée par un gain net de 748 millions issu de la vente de 18,75% de Dassault Aviation. Le groupe avait déjà passé l'an dernier une provision liée à l'A400M de 551 millions d'euros. Le chiffre d'affaires a augmenté de 6%, à 28,9 milliards d'euros grâce aux livraisons d'avions commerciaux et au renforcement du dollar, et l'Ebit (bénéfice d'exploitation) avant éléments non récurrents a progressé de 6%, à 1,88 milliard d'euros. Enfin, les prises de commandes ont presque doublé, à 53,9 milliards d'euros, et le carnet de commandes s'élève à 927 milliards d'euros au 30 juin (fin 2014: 858 milliards d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2015 à 16:20 :
Mais quant, la France, va devenir adulte et de cesser de croire que Herr Tom Enderns,
ne roule que pour l'Allemagne, et son souhait, c'est ds le long terme récupérer a 100/100 aibus et eads...les Allemants sont des menteurs depuis toujours..j'ai des Amis en Chine et lorsque ce Monsieur a présenté Aibus en Chine, il a tout faut pour parler d'une réussite allemande....si bien que les Amis ont du me demander, si a l'origine Aibus était bien Français??, il en est de même la fusée Ariane,,,
Continuer a ne pas vouloir défendre nos industries de pointes et bientôt , vous allez encore pleurer sur notre sort..nous vaincrons car nous sommes les plus forts....
a écrit le 28/10/2015 à 16:20 :
Mais quant, la France, va devenir adulte et de cesser de croire que Herr Tom Enderns,
ne roule que pour l'Allemagne, et son souhait, c'est ds le long terme récupérer a 100/100 aibus et eads...les Allemants sont des menteurs depuis toujours..j'ai des Amis en Chine et lorsque ce Monsieur a présenté Aibus en Chine, il a tout faut pour parler d'une réussite allemande....si bien que les Amis ont du me demander, si a l'origine Aibus était bien Français??, il en est de même la fusée Ariane,,,
Continuer a ne pas vouloir défendre nos industries de pointes et bientôt , vous allez encore pleurer sur notre sort..nous vaincrons car nous sommes les plus forts....
a écrit le 08/08/2015 à 19:07 :
Si je vous racontais de toute façon vous ne me croiriez pas Pierre62. Mais c'est vrai qu'il n'est pas toujours facile de garder son esprit ouvert.
a écrit le 04/08/2015 à 0:45 :
En souhaitant que les Français champions mondiaux en matière d'electronique de défense et de sécurisation des frontières, rachètent cette branche via Thales et Dassault Electronique, pour ne pas etre confrontés à un concurrent plus redoutable.
a écrit le 03/08/2015 à 13:55 :
Tom Enders a tout fait pour renforcer son pouvoir comme patron de la branche avion.
Il a exigé autonomie et de ne pas avoir de compte (autre qu' un compte de résultat favorable à Louis Gallois). Maintenant qu' il est le patron d' Airbus SAS il change les règles du jeu qu' il avait mis en place et qui ne lui sont pas favorable. Il fait partie de cette bande de patron autocrate qui veulent tout diriger (comme Carlos Ghosn), mais qui étouffe leur management et empêche leurs équipes de donner le meilleur d' eux même.
C' est eux qui doit être encadrer.
Réponse de le 03/08/2015 à 16:59 :
Tom Enders avant l'arrivée de Louis Gallois, Tom Enders, tout comme Noel Forgeard, était co-CEO d'EADS. Il a alors accepté de régresser dans l'organigramme en prenant la tête de la plus grande division du groupe, Airbus.

Maintenant Tom Enders adapte peu à peu la structure d'Airbus à celles de la plupart des multinationales. Personne ne viendrait à s'étonner d'une centralisation des services juridiaue ou communication chez Total, PSA, BNP Paribas ou encore Michelin.
Réponse de le 25/08/2015 à 21:52 :
Nous sommes englobés dans la grande famille Airbus , avant nous étions Astrium maintenant nous ne sommes plus rien et démotivé la plus part des anciens ne pensent qu'a partir à la retraite et les autres viennent à reculons tellement l'ambiance est mauvaise ,il n' a apporté aucune plus value bien au contraire !
a écrit le 03/08/2015 à 8:40 :
C'est bien Tom ! Faites ce que vous devez faire ! C'est quelque part à cause de petits chefs imbus d'eux-memes que l'on a connu les déboires industrielles de l'A380 auquel les équipes de Hambourg et de Toulouse ne travaillaient pas sur le meme logiciel de C.A.O
Réponse de le 03/08/2015 à 21:47 :
Bien entendu vous êtes à l'intérieur de la boutique et détenez les secrets d'une fine analyse quant aux problèmes de cablage du 380. N'était ce point de la responsabilité de Tom Enders de s'assurer justement que l'outil industriel était cohérent? A moins que ce genre de détail soit trop trivial pour intéresser le boss. Par ailleurs, la centralisation des fonctions supports au sein du Corporate crée justement une caste de petits chefaillons totalement déconnectés du terrain qui essaient d'imposer leurs vues au reste du monde. Renseignez vous donc sur tout le bien que les Airbusiens (les vrais....) pensent de la RH qui se flatte précisément d'être au Corporate... Quant à la com, c'est un sujet de franche rigolade en interne. La propaganda staffel dans toute sa splendeur. Ou la Pravda selon vos préférences.
Réponse de le 03/08/2015 à 22:36 :
Merci pour votre réponse cher contradicteurs. Apparement, vous faites parties de la société AirBus. Je vous encourage vivement à donner votre point de vue afin de connaître tout les tenants et aboutissants des décisions qui sont prise dans les hautes sphères de cette grande société. Continuez à intervenir et n'hesitez pas à me contre dire car dans le fond, nous sommes d'accord.
Réponse de le 04/08/2015 à 0:52 :
Cet A 380 ne sert à rien. Il ne va pas plus vite, ne raccourcit pas la durée du vol, et n'est pas plus confortable, et pas mieux équipé pour les passagers. Quasiment aucun aéroport du monde n'est équipé pour l'accueillir. Ils ne vont certainement pas procéder à des investissements non rentables pour ce seul appareil dont aucune compagnie ne veut, excepté Emirates, qui exige à bien juste titre sa version néo.
Réponse de le 04/08/2015 à 13:39 :
@ Pierre62
"Cet A 380 ne sert à rien".
Cela me rappelle la réflexion d'un prof de marketing lorsque j'avais 19 ans à propos d'un autre avion (et pas n'importe quel avion !).
Je me permets de vous répondre ceci Pierre62 : réfléchissez encore et vous verrez sans doute à quoi sert cet A 380.
Réponse de le 04/08/2015 à 23:03 :
Donc les décideurs d'Airbus sont de joyeux guignols qui ont lancé un avion juste pour le fun et avec la bénédiction de leurs actionnaires. Bien sûr.
Pour ce qui est d'aller plus vite, vous pouvez oublier, les avions actuels volent dans le haut subsonique et aller significativement plus vite s'appelle Concorde ce que personne ne veut refaire.....Coté confort cela dépend grandement de l'aménagement cabine mais le 380 est plutôt plébiscité par les voyageurs, quant aux aéroports, il semble que le 380 se pose sur un certain nombre d'entre eux, ce qui suppose que l'on puisse l'accueillir. Enfin il est bien connu qu'Emirates est peuplé de gentils bienfaiteurs qui achètent des Airbus pour nous faire plaisir. Je vous témoigne une admiration sans borne pour la profondeur de votre analyse, si si....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :