Airbus : une nouvelle version de l'A380 à l'horizon 2020-2025 ?

 |   |  533  mots
Dans des déclarations à l'hebdomadaire britannique Sunday Times, le PDG d'Airbus Fabrice Brégier laissait entendre que le groupe avait acté le lancement d'un A380neo, réclamé avec insistance par la puissante compagnie aérienne Emirates, principal client de cet appareil, car il serait équipé de nouveaux moteurs plus économes en carburant.
Dans des déclarations à l'hebdomadaire britannique Sunday Times, le PDG d'Airbus Fabrice Brégier laissait entendre que le groupe avait acté le lancement d'un A380neo, réclamé avec insistance par la puissante compagnie aérienne Emirates, principal client de cet appareil, car il serait équipé de nouveaux moteurs plus économes en carburant. (Crédits : reuters.com)
Dans une interview accordée au Sunday Times dimanche 19 juillet, Fabrice Brégier, le PDG d’Airbus, assure qu’une nouvelle version de l’A380 est prévue à l’horizon 2020-2025. La direction d’Airbus a affirmé de son côté qu'"aucune décision officielle" n'a été prise sur le lancement d'une nouveau superjumbo.

Cette annonce met-elle vraiment un terme aux rumeurs ? En décembre dernier, Fabrice Brégier, le PDG d'Airbus, avait déjà assuré devant des investisseurs financiers à Londres, qu'un lifting du superjumbo de la compagnie n'était pas à exclure "un jour". Cette fois, c'est dans un entretien accordé à l'hebdomadaire britannique Sunday Times qu'il laisse entendre qu'une nouvelle version de l'A380 était à l'étude.

3 milliards de dollars pour une nouvelle version ?

Et si le terme de A380 Neo n'a pas encore été lâché officiellement, le patron de l'avionneur a d'ores et déjà avancé un coût de 3 milliards de dollars pour cette nouvelle version du très gros porteur. Un montant qui pourrait correspondre à une remotorisation et à un allongement du fuselage de l'appareil. Mais pour l'heure, il ne s'agit que de supputations, puisque le PDG de Airbus n'a apporté aucune information sur les nouveautés d'un A380 Neo et sur une éventuelle date précise de sortie.

Lundi 20 juillet, un porte-parole du constructeur aéronautique européen a tenu à nuancer les propos de Fabrice Brégier, assurant qu'"aucune décision officielle n'a été prise". Il a par ailleurs souligné que l'article du Sunday Times reposait sur "des propos un peu sortis de leur contexte", et que pour l'heure aucun calendrier n'avait été fixé.

Airbus sous la pression d'Emirates

Si une telle décision est du ressort du conseil d'administration de l'avionneur européen, le groupe sait aussi qu'il ne devra pas tarder à faire une annonce. Il faut dire que Emirates, qui n'est autre que son principal client, lui presse un peu le pas. A plusieurs reprises, Tim Clark, le patron de la compagnie aérienne des Emirats arabes unis, a fait savoir qu'une version remotorisée du très gros porteur d'Airbus était attendue, pour ne pas dire exigée.

Tim Clark espère une nouvelle version de l'A380 qui permettrait une réduction de  la consommation de carburant à hauteur de 15%. Un objectif qui passe par une remotorisation de l'appareil. Emirates souhaiterait aussi augmenter la capacité d'accueil  de ces appareils, dont la version actuelle est de 517 places en trois classes pour les long-courriers contre 489 pour les très long-courriers. En mars, Airbus a d'ailleurs annoncé une (petite) reconfiguration de l'appareil avec un gain de 19 sièges.

Si une nouvelle version voit le jour, Emirates assure qu'elle pourrait passer une commande supplémentaire de 100 et 200 appareils à l'avionneur européen, d'un montant compris entre 43 et 86 milliards de dollars. D'après le prix catalogue des avions commerciaux, chaque appareil est estimé à 428 millions de dollars. L'A380 est donc l'avion le plus cher d'Airbus.

L'A380, dix ans après, un bilan mitigé

L'avionneur européen ne peut pas se permettre de passer à côté d'une telle commande. Emirates totalise 140 commandes (soit 28% de sa flotte) sur un total de 317 depuis le lancement de l'appareil en 2005.

Dix ans après son premier vol, le 27 avril 2005, l'Airbus A380 est parvenu à conquérir 18 compagnies aériennes. Il s'est écoulé 317 exemplaires de l'appareil. Pourtant, le superjumbo a connu des débuts difficiles, et des résultats nettement inférieurs à ses espérances. Alors que Airbus avançait en 2005 le chiffre de 45 appareils par an,  l'avionneur n'en produit, à ce jour,  que 30 par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2015 à 11:23 :
Il est temps que Airbus en fasse une version cargo. Il est fait pour ça.
a écrit le 21/07/2015 à 23:19 :
Ah oui, j'ai oublié de dire que je ne sers à rien, je suis une coprolithe!!
a écrit le 21/07/2015 à 21:03 :
Aller plus vite avec des avions classiques est impossible. Il vol déjà au niveau du transsonique. Aller plus vite veut dire en supersonique avec une consommation qui empêche la baisse du prix des billets.
a écrit le 21/07/2015 à 9:44 :
Les compagnies ne commandent que des Boeing 777 (excellent ) ou Airbus A330 et sa prochaine version Néo (excellent) bientot le A350. Qu'est venu faire ce A380 dans ce catalogue : Près de 100% des Aéroports du monde ne peuvent pas l'accueillir techniquement, contrairement aux autres. Si les Emirats le rentabilisent et sont seuls à l'acheter, ils ont bien raison de réclamer une version Néo (économe, en carburant) sinon aucun intéret pour ce mastodonde, qui n'apporte aucun plus en temps de vol et vitesse. Il fallait des A330 et A340 et A350 Néo, très très rapides : là devait porter la recherche. Tous les aéroports du monde sont compatibles techniquement avec eux
Réponse de le 21/07/2015 à 10:43 :
Des progrès sur la vitesse seraient simplement inutiles car payer 3x plus cher un vol pour arriver plus vite, personne n'a envie de le faire. De plus des vitesses doublement supersoniques comme le concorde consomment trop de kérozène et cela pose un problème de ressources naturelles. L'A380 est sûrement l'avion le plus rentable pour l'instant sur les lignes avec beaucoup de trafic ou dans les aéroports comme LHR
Réponse de le 21/07/2015 à 15:50 :
Bla bla bla bla arrêtez de dire autant d’âneries... "Le 380 l'avion le plus rentable", vous rêvez.
a écrit le 21/07/2015 à 4:54 :
pourquoi moderniser un avion qui ce vend déjà très mal , les grande compagnie chinois comme Cathay pacific ou air china n'en veulent pas ...même les compagnie indien ...
a écrit le 21/07/2015 à 1:00 :
Jamais de progrès sur la vitesse ( 850 à 985 KM/H ) et donc sur la durée de vol. L'on pourrait espérer sans égaler le Concorde, au moins 1500 KM/H. Ce n'est pas la priorité du tout, ni de Boeing ni d'Airbus.
Réponse de le 21/07/2015 à 11:00 :
eh bien parlez en... A votre député! Il s'agit uniquement d'un problème réglementaire.
Au dessus de l'extrême majorité des pays, il est interdit de passer le mur du son, et même pour les appareils militaires la loi est très figée. C'est aussi la raison pour laquelle les constructeurs n'en font pas: personne ou presque n'en achèterait car dans l'espace aérien, ils seraient obligés de voler à la vitesse actuelle. Même le concorde ne passait en supersonique qu'une fois au dessus de l'Atlantique.
Réponse de le 21/07/2015 à 16:06 :
Gorinaz, vous croyez vraiment que c'est la réglementation qui limite la vitesse des avions intercontinentaux ? Aérodynamique, consommation, échauffement/dilatation, puissance, etc... Faudrait vraiment prendre quelques cours de mécanique au lieu de croire qu'on peut envoyer une 2CV dans la lune simplement avec une loi :-)
Réponse de le 21/07/2015 à 22:31 :
Bonjour les trolls,

Vous savez qu'entre 900 et 1500km/h il y a un petit obstacle : le mur du son...

Vous pouvez aller vous documenter sur wikipedia au besoin...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :