Airbus : quand l’objectif de livraison interne est beaucoup plus élevé que celui annoncé

 |   |  241  mots
Les problèmes rencontrés par certains fournisseurs risquent cependant de retarder la production.
Les problèmes rencontrés par certains fournisseurs risquent cependant de retarder la production. (Crédits : Reuters)
Alors que le groupe avait indiqué viser 650 livraisons d'avions en 2016, il a fixé en interne un objectif de 690 appareils. C'est d'ailleurs ce dernier qui sert de critère pour le calcul d'une partie de l'intéressement annuel aux salariés.

Alors que la direction a annoncé en début d'année tabler sur plus 650 livraisons d'avions en 2016 (un volume supérieur de seulement 2% par rapport à 2015), l'avionneur a,  selon nos informations, fixé à ses troupes un objectif beaucoup plus ambitieux : 690 livraisons. C'est d'ailleurs cet objectif qui est pris en compte dans le calcul de l'intéressement versé aux salariés. L'an dernier, ce critère a représenté 500 euros sur les 2.500 euros d'intéressement distribué aux salariés.

Des fournisseurs en difficulté

Cet objectif interne fait grincer des dents les syndicats. Car, les problèmes rencontrés par certains fournisseurs risquent de retarder la production. L'A320neo souffre des difficultés du motoriste Pratt&Whitney tandis que l'A350 tire lui aussi la langue en raison des difficultés d'approvisionnement des sièges et des toilettes de l'appareil.

Pour autant, cet objectif de 690 livraisons est encore jugé "atteignable" en interne si le motoriste parvient à livrer ses moteurs disposant de la solution technique mise en place pour résoudre le problème. Nouvelle encourageante, la livraison à Lufthansa du premier appareil équipé de tels moteurs est imminente. Pourra s'ensuivre la motorisation de la vingtaine d'A320neo en attente des moteurs à Toulouse et Hambourg et celle des autres appareils prévus d'ici à la fin de l'année.

Concernant l'A350, un programme d'heures supplémentaires a quant à lui était mis en place pour quelques mois.

Fin juin, Airbus totalisait 288 livraisons depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2016 à 18:54 :
Une exclusive en direct de chez la direction d'Airbus? non? Qui peut croire avec les déboires de l'A320 néo et son moteur foireux dont les problèmes ne sont toujours pas résolus depuis 2 ans maintenant que 690 avions vont être livrés aux clients. Seuls quelques A320 néo ont été livré avec un retour client catastrophique et on a livré depuis le début de l'année en priorité des A320 anciennes version. En attendant les parkings de Blagnac sont pleins d'A320 néo sans moteur, il n'y a plus de place pour le stockage! Si Airbus arrivent à livrer 500 avions ce sera déjà un miracle. En attendant on fait sortir dans la presse des speudo-info confidentielles, histoire de maintenir le cours de l'action et de rassurer les actionnaires.
a écrit le 30/07/2016 à 16:05 :
Même problème que pour le pétrole mondial pour airbus, la participation aux benefices de l'entreprise est donc complètement lié au nombre d'avions conçus et produit sur les lignes d'Airbus : il doit y avoir une forme de saturation du marché en cours si l'on dit qu'Airbus n'arrive plus a vendre ses A380 mais plus d'avions type A320 ou A350. Il faut faire attention aux effectifs de surproduction et à la saturation du marché malgré la demande annuelle qui reste très importante pour les concepteurs mondiaux d'avions de ligne. Plus on en met sur le marché mondial et plus il y a d'offres pour des lignes diverses donc plus les avions de ligne doivent être rentable, sécurisés et peu couteux. D'ou la necessité de remplacer les anciens avions trop consommateurs de kérozène mais le marché a aussi des limites de saturations qui sont liés à la répétitivité des vols, aux cadences de lignes et autres soucis (terrorisme, detournements, hausse du pétrole, ....) Oui Airbus doit aussi connaître quelques saturations de fabrication de ligne et de livraison de leur avions malgré des carnets de commande ultra remplis d'ou la nécéssité de bien savoir analyser le marché et de bien savoir définir les "sauts technologiques" comme les nouvelles technologies electriques, des equipements de sécurité ou autres systèmes informatiques qui ne sont pas défaillants. Oui l'aviation de ligne est en plein boom mais il faut aussi savoir adapter les cadences de fabrication pour eviter " le trop plein d'avions". Idem pour tous les fournisseurs d'Airbus qui doivent en permanence adapter la voilure et les pics de production de leurs produits. Rien n'est aussi compliqué d'adapter le niveau de production et de livraison des avions surtout "quand le marché s'emballe".
a écrit le 27/07/2016 à 11:40 :
Il est normal d'avoir un objectif interne supérieur à un engagement ou objectif officiel. Ce dernier doit absolument être respecter sous peine de pénalités. Un objectif c'est essayer de faire mieux que ce qu'on a fait par le passé et que les obligations à remplir. Celui-ci doit être atteignable mai obligatoirement supérieur aux engagements
Réponse de le 28/07/2016 à 1:40 :
Comment les syndicats ont-ils pu signer un accord d'intéressement annuel applicable aux salariés dans lequel l'atteinte des objectifs ne dépend pas de la performance de ces mêmes salariés, mais des fournisseurs ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :