Armement : les industriels français inquiets de l'absence de la France au Brésil

 |   |  946  mots
Le Brésil va-t-il mettre les industriels français à la disette alors que la France a jusqu'ici largement ignoré le nouveau président des Brésiliens ?
Le Brésil va-t-il mettre les industriels français à la disette alors que la France a jusqu'ici largement ignoré le nouveau président des Brésiliens ? (Crédits : Reuters)
Après avoir réalisé de très belles opérations au Brésil (sous-marins, hélicoptères, satellite), la France s'est mise en retrait depuis l'élection de Jair Bolsonaro. Ce dont les industriels français très impliqués au Brésil s'inquiétent.

L'inquiétude grandit au sein des industriels français au Brésil. Et le récent échec de Naval Group, face à l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), qui a remporté à la grande surprise des observateurs l'appel d'offres sur la vente de quatre corvettes, n'a évidemment pas remonté leur moral à LAAD, le salon de l'armement de Rio de Janeiro. Plus de trois mois après l'arrivée du nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, la relation bilatérale entre Paris et Brasilia ressemblent désespérément à un encéphalogramme plat.

Depuis l'élection de Jair Bolsonaro, les ministres français ont jusqu'ici soigneusement évité le Brésil. L'absence de la France au moment de la mise à l'eau du premier sous-marin Scorpène "Made in Brazil" en décembre dernier - un événement historique pour le Brésil - a été naturellement remarquée par les Brésiliens. A LAAD, le vice-président brésilien, le général Hamilton Mourao, a inauguré mardi le salon en compagnie du ministre de la Défense, le général Fernando Azevedo e Silva, en remerciant nommément les pays étrangers d'avoir envoyé des délégations. La France, qui n'a envoyé aucune délégation de haut niveau, n'a pas été bien sûr citée. La posture de Paris est en complète contradiction avec son choix d'il y a plus de dix ans de développer un partenariat stratégique avec le Brésil en renforçant la base industrielle technologique et de défense (BITD) brésilienne à travers de nombreux transferts de technologies (ToT).

Une visite de Jean-Yves Le Drian?

Cette attitude française peut d'ailleurs expliquer en partie l'échec de Naval Group au Brésil. "Il est compliqué de vendre des programmes d'armement à un pays étranger sans avoir des accords politiques au plus haut niveau", explique sobrement un industriel à La Tribune. "On ne peut pas obliger un politique a être sur la photo sur laquelle il ne veut pas être", regrette un autre. Le député LREM du Morbihan Gwendal Rouillard, en tournée à LAAD, est d'ailleurs reparti de Rio avec un carnet rempli de doléances. Sa présence pourrait augurer d'une visite du ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian au Brésil dans les prochaines semaines, laisse-t-on entendre dans les couloirs du salon. Ce serait assurément enfin une bonne nouvelle dans le cadre des relations entre la France et le Brésil d'autant qu'il avait su décrocher quelques succès importants quand il était ministre de la Défense (vente d'un satellite de télécoms dual).

Il y a donc urgence à réactiver une relation normale entre la France et le Brésil, estiment dans leur ensemble les industriels français présents au Brésil. D'autant qu'ils ont "le sentiment que l'activité au Brésil semble repartir", analyse un industriel français à LAAD, qui semblaient satisfait de ses nombreux rendez-vous. Tant au niveau diplomatique qu'économiquement, "la France ne peut pas faire l'impasse sur le deuxième pays du continent américain... derrière les Etats-Unis", soupire un observateur. Il y a également urgence à renouer une relation de confiance entre les deux pays au regard des très importants ToT effectués par les industriels français au Brésil. Des programmes qu'il faudra entretenir, puis moderniser pour garder la confiance des Brésiliens : sous-marins (Naval Group), hélicoptères (Airbus) et satellite de télécoms (Thales). Ces ToT lient le Brésil à la France sur 40 ans. Ce qui pourrait mener la France et ses industriels vers de nouveaux succès au Brésil.

Des ToT que le Brésil devra également entretenir à l'avenir pour garder les compétences acquises par l'industrie brésilienne. Mais le choix de la marine brésilienne en faveur de TKMS ne va absolument pas dans cette direction. Naval Group aurait pu fabriquer les corvettes Gowind sur le chantier naval ultra-moderne d'Itaguaï, où sont construits les sous-marins brésiliens. Cela aurait permis de donner de la charge de travail aux salariés d'Itaguaï après la fin du programme Prosub.

Des enjeux commerciaux pour la France

Les prochains enjeux pour l'industrie française sont l'acquisition par le Brésil en 2020/début 2021 d'un deuxième satellite de télécoms dual supplémentaire, SGDC-2 (Thales Alenia Space et Airbus), du système d'artillerie de 155 millimètres Caesar (Nexter) et des équipements à bord des corvettes brésiliennes (sonar, radars, guerre électronique proposés par Thales). Enfin, quant à MBDA, le missilier attend patiemment que l'armée de l'air brésilienne achète le missile air-air longue portée Meteor, déjà sélectionné, pour armer les avions de combat Gripen (Saab), et que la marine signe le contrat d'acquisition du missile surface-air Sea Ceptor, lui aussi déjà choisi pour les corvettes Tamandaré.

Pour autant, les industriels français auront fort à faire face à la concurrence américaine et israélienne notamment. Une dizaine d'entreprises israéliennes était présente à LAAD cette année. Elles espèrent qu'un rapprochement entre Brésil, où elles sont déjà bien implantées, et Israël favorisera leurs affaires... au moment où le président Jair Bolsonaro achève une visite officielle de trois jours en Israël. "C'est un énorme marché pour nous, nous considérons le Brésil comme les Etats-Unis d'Amérique latine", explique l'une d'entre elles. Quant aux Etats-Unis, ils ont été identifiés comme leurs principaux concurrents par les constructeurs français de satellites. Aux autorités françaises de réagir... ou pas. Mais quoi qu'il arrive le plus grand pays d'Amérique latine dispose de nombreuses options.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2019 à 18:18 :
On est prêt à refuser de vendre des armes à un pays dirigé par une personne élue démocratiquement, et à qui on ne peut reprocher jusqu'à présent que des déclarations certes inconvenantes (allons jusqu'à inquiétantes), mais on continue à en vendre à un pays, l'Arabie Saoudite, dont les dirigeants assassinent leurs opposants. Cherchez l'erreur ! Et entre les armes que l'on refuse de vendre et celles que notre "Chère amie" l'Allemagne nous empêche d'exporter, les ouvriers français sont mal barrés, avec nos dirigeants actuels.
a écrit le 06/04/2019 à 12:13 :
Deux hypothèses, l'industrie Française est disons au creux de la vague même si nous arrivons encore à faire des bateaux de surface. Ensuite l'achat de ces engins est un partenariat puisque le pays d'accueil doit pouvoir compter sur le constructeur pour le soutien logistique. Hors l'absence d'officiel Français au lancement du sous marin Riachuelo fut remarqué, une faute politique.
a écrit le 06/04/2019 à 8:58 :
macron fait la leçon à la terre entière dont le nouveau président brésilien. il n'a que le retour de son populisme. lui l'arrogant et suffisant personnage qui fait tout pour...........couler son pays, dette, chômage,n déficit, impôts, dépenses, etc.
a écrit le 05/04/2019 à 20:37 :
C'est sûre recevoir un dictateur chnois c'est tellement plus noble qu'un président élu démocratiquement !
a écrit le 05/04/2019 à 15:24 :
Il y a bien longtemps que le pragmatisme n'est plus à l'ordre du jour en France, ni l'attention portée à ses intérêts d'ailleurs. La morale c'est très bien dès l'instant où tout le monde joue le même jeu, ce qui n'est pas le cas. Le Brésil n'a pas à s'inquiéter les allemands, nos "alliés moralisateurs", sont déjà sur les rangs avec les corvettes et les américains ne sont pas loin. Nous on préfère les ronds de jambe du menuet.
a écrit le 05/04/2019 à 13:46 :
Il ne reste plus que l'industrie de l'armement. c'est pour cela que tout le monde panique. trés pauvre quand-même de se focuser que sur la vente d'armes..
Réponse de le 05/04/2019 à 14:41 :
Focuser ?
C'est un nouveau verbe ?

En français, on dit concentrer.
Réponse de le 05/04/2019 à 16:31 :
Je suis allemand. Vous parlez allemand sans faute?
Bravo.
Encore un exemple qui démontre le fonds du problème. Merci.
Réponse de le 07/04/2019 à 23:07 :
Très triste en effet de focaliser sur la vente d'armes, et le mot est faible. Je dirais cupide et totalement irresponsable, et le critère de la représentativité électorale est par ailleurs complètement fallacieux. Notre ami allemand pourra en témoigner...
Mais ce n'est pas aujourd'hui que la France rechignera à vendre des armes à un gouvernement infréquentable. Preuve pour quiconque en douterait encore que le combat contre l'extrême droite n'est qu'un combat de façade que l'on agite une fois tous les cinq ans depuis quarante ans.
Les élites économiques s'accommodent parfaitement d'un gouvernement raciste, misogyne, ou homophobe, ou ce que vous voulez pourvu qu'il soit libéral. Voilà le cœur de l'affaire. Les affaires...
Le reste n'est que de la flûte.
a écrit le 05/04/2019 à 13:28 :
Ce n'est pas la peine que le gouvernement se plie en quatre et s'agenouille devant le nouveau maître du Brésil : de toutes manières, celui-ci achètera américain ; donc autant ne pas vendre son âme au diable (idem arabie, sauf broutilles)
a écrit le 05/04/2019 à 8:39 :
On critique les allemands alors que cela devrait être l’inverse.
Les industriels français prêts à bouffer à tous le râteliers en Arabie saoudite ou au Brésil qui risque de redevenir une dictature qd bolsaboro verra qu’il perd les prochaines élections.
Dictature avec le nettoyage qui suit.
J’ai la nausée...
Réponse de le 05/04/2019 à 12:50 :
Cela veut simplement dire que vous préférez indemnisés des chômeurs plutôt que de mettre un mouchoir sur vos parti pris !!! Le monde est moins binaire que vous le pensez.....
Réponse de le 05/04/2019 à 14:46 :
Vous êtes en train de dire que les allemands devraient critiquer la France si elle passe des contrats avec une future dictature sur un article expliquant que la France réduit ses contacts avec le Brésil, et alors même que l'allemagne vient de conclure un contrat.

Vous n'avez pas l'impression de vous contredire ?
Réponse de le 06/04/2019 à 11:18 :
Les allemands limitent aussi leurs ventes d’armes. Ils ne bloquent pas uniquement celles de leurs partenaires.
Seconde point : le nouveau pdt du Brésil commémore le coup d’état, s’attaque aux homosexuels, est raciste et misogyne. Vous parliez de binaire. En voilà un. Personnellement je ne le suis pas. Je constate.
Si avoir une morale s’est être binaire...
Réponse de le 06/04/2019 à 12:15 :
""Les allemands limitent aussi leurs ventes d’armes. Ils ne bloquent pas uniquement celles de leurs partenaires." Bien sûr, oui, vous devriez un peu suivre l'actualité....
a écrit le 05/04/2019 à 8:31 :
En effet alors que nos LREM nous ont exposé leur "ras le bol de la politique à papa" les voilà pataugeant dans le pire idéologisme qu'il soit, improductif au possible seulement pour faire penser que eux c'est le "bien" et que l'autre c'est "le mal" et que les deux ne peuvent pas s'entendre parce que les forces du bien combattront toujours celles du mal. Si si ils semblent vraiment le penser c'est un fait même si surréaliste en effet.

Je comprends les industriels du secteur ça fait peur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :