Lancement du sous-marin brésilien : la France étrangement absente

 |   |  1285  mots
Le programme Prosub est un élément clé de l'accord de coopération stratégique de défense signé en décembre 2008 à Rio de Janeiro entre les gouvernements français et brésilien.
Le programme Prosub est un élément clé de l'accord de coopération stratégique de défense signé en décembre 2008 à Rio de Janeiro entre les gouvernements français et brésilien. (Crédits : Minsitère de la défense brésilien)
La France n'a envoyé aucune représentation politique pour le lancement du premier sous-marin Scorpène brésilien. Les deux pays ont pourtant signé un partenariat stratégique en 2008.

Pour la mise à l'eau vendredi dernier du premier sous-marin Scorpène de la marine brésilienne, le Riachuelo, à la base d'Itaguaí, le ministère de la Défense brésilien avait organisé une cérémonie très réussie où étaient réunis deux présidents brésiliens, Michel Temer (le sortant) et Jair Bolsonaro (le futur). Une cérémonie où était célébrée en grande pompe la technologie française : le sous-marin Scorpène est issu des bureaux d'études de Naval Group, qui opère dans le cadre du programme Prosub un vaste transfert de technologies vers l'industrie de défense brésilienne.

Une cérémonie où était en revanche complètement absente au niveau politique la France, qui n'avait envoyé aucune représentation politique (ni ministre, ni secrétaire d'Etat) alors que Paris a pourtant signé un partenariat stratégique avec Brasilia en 2008. En revanche, le chef d'état-major de la marine nationale, l'amiral Christophe Prazuck, avait fait le voyage et l'ambassadeur de France au Brésil, Michel Miraillet, était aussi présent lors de cette cérémonie où les autorités politiques et militaires brésiliennes ont exprimé à plusieurs reprises leur fierté de lancer un tel bâtiment grâce à la France (72 mètres de long, six mètres de diamètre et 1.870 tonnes). Le Riachuelo, qui a pris le nom d'une bataille navale remportée par l'armée brésilienne au XIXe siècle, a été baptisé par la première dame, Marcela Temer (voir photo).

Un mauvais signal de la France au Brésil

Le programme Prosub, qui va lier la France au Brésil sur une période de plus de 40 ans, est un élément clé de l'accord de coopération stratégique de défense signé en décembre 2008 à Rio de Janeiro entre les gouvernements français et brésilien. L'absence de la France à cette cérémonie est un très mauvais signal, selon plusieurs observateurs français, qui ont regretté l'absence des autorités politiques françaises. "C'est la meilleure façon de jeter dans les bras des Etats-Unis le futur président brésilien Jair Bolsonaro", résume-t-on à regret à La Tribune.

Une absence, qui si elle était confirmée par de nouveaux signes de défiance à l'égard du Brésil, risque in fine de torpiller les chances françaises dans les projets en cours à l'image de la volonté de la marine brésilienne de s'offrir quatre corvettes dans le cadre du programme Tamandaré dans lequel Naval Group est toujours en compétition face à trois autres concurrents, dont Damen le favori. Pour sa part, l'agence spatiale brésilienne (AEB) souhaite acquérir un satellite de télécoms dual supplémentaire, SGDC-2. Ce qui intéresse à nouveau Thales Alenia Space, qui a déjà fourni SGDC-1, mais aura fort à faire face aux constructeurs américains. Très clairement, certains des observateurs interrogés par La Tribune appellent la France à "laisser une chance" à Jair Bolsonaro.

En 2009, Naval Group s'est vu confier par la marine brésilienne la conception et le transfert de technologie de quatre sous-marins Scorpène ainsi que l'assistance à la conception et à la réalisation du premier sous-marin à propulsion nucléaire du Brésil (hors chaufferie nucléaire) pour un montant de 6,7 milliards d'euros. Soit l'un des plus importants contrats signé par l'industrie de défense française à l'exportation. Le contrat comprenait également une assistance à la maîtrise d'ouvrage pour la réalisation d'un chantier de construction navale et d'une base navale pour la marine brésilienne. André Portalis, président d'Itaguaí Construções Navais (ICN), dont Naval Group détient 41,5% du capital, a rappelé vendredi dernier que "le Riachuelo est une combinaison entre la technologie française et les compétences et les besoins de la marine brésilienne".

Le programme Prosub "s'inscrit dans une politique de développement technologique du Brésil", a d'ailleurs martelé le président Michel Temer.

Le Brésil très friand des technologies françaises

Créé en 2009 à la suite de l'accord gouvernemental entre le Brésil et la France, ICN est la société chargée de recevoir et de maîtriser les technologies françaises afin de garantir l'autonomie du Brésil dans la construction de ses propres projets de sous-marins et autres systèmes navals similaires. Ainsi, depuis 2012, Naval Group a réalisé un travail considérable pour identifier et qualifier les fournisseurs brésiliens. Ce travail permettra à la marine brésilienne de s'appuyer de plus en plus sur une base industrielle nationale souveraine pour ses besoins futurs.

A la fin des années 2000, le Brésil est devenu un important acheteur de technologies françaises dans le domaine de la défense avec la vente en 2009 de 50 Caracal d'Airbus Helicopters fabriqués à Itajuba par Helibras et de cinq sous-marins, dont certains à propulsion nucléaire. Puis en décembre 2013, le Brésil a acquis un satellite de télécoms civil (bande Ka) et militaire (bande X), SGDC-1 (Thales Alenia Space) en coopération étroite avec l'opérateur public Telebras et le groupe aéronautique Embraer.

De façon plus générale, la France est le cinquième investisseur au Brésil en termes de stocks d'investissements directs étrangers (plus de 30 milliards de dollars), depuis 2010. Cela représenterait plus de 6% des IDE au Brésil derrière les Pays-Bas, les Etats-Unis, l'Espagne et le Luxembourg. Notamment, le Brésil pèse de plus en plus en termes de chiffre d'affaires et de bénéfices pour des groupes énergétiques comme Engie et Total. En comparaison, les IDE en Chine, pays stratégique pour la France, s'élèverait à 33 milliards d'euros en stock.

Le sous-marin nucléaire prend beaucoup de retard

La construction du Riachuelo, qui a généré 5.000 emplois directs et 12.500  indirects, a pour objectif d'assurer la souveraineté du Brésil grâce à une nouvelle flotte de cinq nouveaux sous-marins modernes censés protéger ses 8.500 kilomètres de côtes et ses gisements de pétrole en eaux très profondes. Le Brésil doit notamment surveiller les gisements de "pré-sal", immenses réserves de pétrole situées en eaux très profondes, sous une épaisse croûte de sel, et dont les concessions ont commencé à être négociées ces dernières années lors d'enchères très disputées par les groupes pétroliers du secteur. Dans ce contexte, le Riachuelo avec son équipage de 35 marins (70 jours d'autonomie en mer et une immersion jusqu'à 300 mètres) commencera ses essais en mer en 2019 pour une livraison à la marine brésilienne prévue en 2020.

La construction des quatre sous-marins brésiliens a d'ailleurs déjà commencé et seront livrés d'ici à fin 2022. Après le Riachuelo (S-40), viendront ensuite le Humaitá (S-41) fin 2020, le Tonelero (S-42) fin 2021 et l'Angostura (S-43) en 2022. Enfin, la Marine construira le premier sous-marin à propulsion nucléaire (SN-BR) qui portera le nom "Álvaro Alberto", un hommage à l'amiral brésilien, l'un des pionniers de l'utilisation de la technologie nucléaire dans le pays. Sa mise à l'eau devrait avoir lieu au second semestre 2029, soit six ans après les prévisions initiales. Le projet a pris du retard notamment en raison de restrictions budgétaires liées à la récession historique de 2015 et 2016.

"Seuls six pays du monde construisent et exploitent des sous-marins à propulsion nucléaire - Etats-Unis, Royaume-Uni, la Russie, la France, la Chine et l'Inde. Parmi eux, le seul qui a accepté de transférer la technologie au niveau requis et permettre aux Brésiliens de concevoir et de construire des sous-marins est la France", a expliqué le ministère de la Défense brésilien

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2018 à 13:04 :
Peut-être un début de réponse dans cet article des Echos...
Quand un moralisme de pacotille gouverne la politique étrangère française. Ou comment mettre à bas un projet de 40 ans de coopération industrielle et stratégique pour une question de désaccord sur des textes "non contraignants" (Accord de Paris et Pacte de Marrakech). Tiens, tiens... A noter le titre provocateur de l'article mettant en cause la responsabilité de Jair Bolsonaro dans ce début de crise quand il est indiqué dans le corps du texte que c'est une déclaration de notre président qui a mis le feu aux poudres... "Le temps, [...] s'est gâté depuis qu'Emmanuel Macron a dit clairement que l'Union européenne ne signerait pas d'accord de libre-échange avec les pays qui ne respecteraient pas l'Accord de Paris." On peut d'ailleurs se demander de quel droit notre président parle au nom de l'UE... Et quand on connaît la volonté de TKMS de récupérer à tout prix le marché sud-américain des sous-marins, on peut penser que l’Allemagne a ici un allié de choix...

https://www.lesechos.fr/monde/ameriques/0600384776929-bolsonaro-declenche-une-mini-crise-diplomatique-avec-paris-2231710.php#Xtor=AD-6000
a écrit le 19/12/2018 à 10:48 :
DCN mais je devrais dire Naval group réalise de très bons bateaux mais la fiabilité globale d'un tel système est aussi fonction de la qualité de l'équipage et d'un très bon Commandant. Ces sous-marins classiques me semblent être un préalable nécessaire pour un passage au nucléaire. S'agissant d'une représentation française pour cette cérémonie je m'interroge, déjà nous expédions un obscur sous secrétaire d'état à Marrakech pour la "corvée" alors c'est loin le Brésil et c'est un Week End vous comprenez..A défaut de nos grandes Autorités, j'aurais aimé voir une collection d'excellents anciens Commandant et ingénieurs d'armement spécialisés dans ces bateaux assister à cette inauguration car pour les sous mariniers un nouveau bateau dans le monde et c'est la famille qui s'agrandit - Alors belle mer et bon vent au Riachuelo..
a écrit le 18/12/2018 à 15:09 :
Pourquoi peut on lire dans tous ces commentaires des discours anti français. Auriez vous honte de votre pays ou est ce de l'anti anachronisme primaire.
Réponse de le 18/12/2018 à 17:48 :
Apparemment vous ,n'avez pas du lire le mien. Il faut toujours se méfier des généralisations hâtives...
a écrit le 18/12/2018 à 13:26 :
Dépêche !

"BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a annoncé mardi avoir approuvé un plan mis sur pied par la France, l'Allemagne, l'Italie et la Grande-Bretagne pour une aide publique de 1,75 milliard d'euros destinée à contribuer au financement d'un projet de recherche et d'innovation commun dans le secteur de la microélectronique.

L'exécutif européen précise que cette aide publique permettra d'attirer six milliards d'euros supplémentaires venant d'investisseurs privés.

Le projet est censé être finalisé d'ici 2024.

La microélectronique désigne les petits composants électroniques, plus communément appelés puces ou capteurs, que l'on retrouve dans quasiment tous les appareils électroniques."

Je traduis : les européens vont faire de la recherche non pas pour innover mais pour essayer de comprendre comment font les étatsuniens pour développer des circuits à base de milliard de transistors au nanomètre. Ceci afin d'essayer d'être indépendant.
a écrit le 18/12/2018 à 13:12 :
La dernière fois que la france s'est amusée à disséminer des technologies nucléaires achetées aux yankees, c'était areva avec le reacteur osiris en irak.
Resultat, areva , existe plus suite à une perte colossale dans une sombre affaire en amerique du nord. Et Osiris non plus, bombardé par les israeliens.
Amélioré certe le réacteur nucléaire est la création de l'amiral Rickover de confession boudhiste.
Réponse de le 18/12/2018 à 13:47 :
frankd; amusant, notre indépendance nucléaire et nos compétences ne doivent rien aux yankees, bien au contraire. La CIA a déployé bien des moyens et des "taupes" pour essayer de nous contrôler…de même d'ailleurs que les Soviétiques, lors de la guerre froide. Les Chinois, actuellement, ont fait confiance à notre technologie.
Réponse de le 18/12/2018 à 14:57 :
À l'époque d'osiris il s'agissait de la Cogema et non d'Areva
Réponse de le 18/12/2018 à 17:39 :
Le nucléaire francais a été acheté à Westing house.
Réponse de le 18/12/2018 à 17:50 :
Cher Franck; soit vous ne connaissez pas bien l'histoire de la filière nucléaire de notre pays soit vous faites…de l'intox?
Réponse de le 18/12/2018 à 23:31 :
La France ne participe PAS ni n'apporte AUCUNE aide au Brésil dans la conception de la chaufferie nucléaire de son futur SNA.
a écrit le 18/12/2018 à 12:59 :
Cela ne fait qu'illustrer la dégradation des rapports entre le président du Brésil et la France.

En cause la nature discutable du nouveau régime brésilien, et de fait personne n'a envie d'être pris en photo, même officielle avec un type raciste, homophobe, misogyne et avocat d'une dictature militaire.

De plus le Brésil vient de refuser toute allocation de bloc pétrolier à Total au profit des USA ce qui est un signe politique et diplomatique clair. Le partenariat stratégique est quasi mort.
ceci devrait nous amener à cesser toute nouvelle livraison, on l'a bien fait pour un navire de commandement russe.
a écrit le 18/12/2018 à 12:04 :
La Fr offre ses transferts de techno à Tous : consternant.
Darmanin Le Ministre Anti-Armées Françaises, ne s'est évidemment pas déplacé, et n'a évidemment pas permis à sa Secrétaire d'Etat Délégué aux Armées Mme Parly de s'y rendre. Bon ! à présent le Brésil de Trump va pouvoir tout faire, avec la techno FR, et avec les U.S.A
Réponse de le 18/12/2018 à 15:51 :
@ , Anne

Le scorpène est une vieille technologie...Maintenant nous sommes dans l' ère du Barracuda propulsion classique , ce que les Australiens ont acheté ou nucléaire pour les SNA qui sont silencieux et indétectables .
Réponse de le 18/12/2018 à 20:18 :
Oui, avec aussi transfert de techno à l'Australie. La Chine représente cinq fois Alsthom, ex n°1 Mondial en ferroviaire : après transfert de techno, et idem bientot en Aérien grace aux transferts complets de l'A 320 à l'A 380
a écrit le 18/12/2018 à 11:57 :
Le Brésil est repassé sous tutelle US et nos petits politicards atlantistes ne veulent pas trop faire de vagues, pour ne pas "froisser Tonton". Cela me rappelle l'époque où les US nous "interdisaient" de faire du transfert de techno, notamment dans le Spatial avec les gens du Centre Spatial de San José dos Campos. Sous menace de non approvisionnement de certains produits technos. Mais à l'époque, on était capables de passer outre !
a écrit le 18/12/2018 à 10:57 :
"Michel Cabirol à Itaguai (Brésil)"

Pendant que nous autres on a les LREM, l'hiver et l'union européenne à se taper à ben bravo hein ! :-)
a écrit le 18/12/2018 à 10:36 :
laisser une chance ? Mais de quoi parle t on ? à ce niveau seul les faits comptes.

Bolsonaro = USA First c'est clair et net.
a écrit le 18/12/2018 à 9:55 :
Vous n'allez quand même pas vous faire des illusions sur Bolsonaro et ce mouvement extrémiste qui s'est emparé du Brésil ? A l'heure actuelle, il veut confisquer de force les ressources de territoire indiens. Il a dit et redit qu'il est pro Trump .... Les contrats seront pour les entreprises US, le partenariat avec la France est d'ores et déja cassé, de même que l'indépendance industrielle du Brésil recherché par Lula. On peut sans se tromper (c'est déjà en cours) prévoir que la violence sera son moyen de gouverner.
Réponse de le 18/12/2018 à 13:54 :
labete; effectivement, toute tentative d'indépendance économique, militaire, c'est à dire de recherche de souveraineté, en Amérique Latine, est immédiatement "sabrée" par le grand voisin du nord. Une conséquence de la doctrine Monroe. Mais les Nations européennes n'ont pas fait grand chose pour y pallier. Le Brésil a eu le tort d'être un bon partenaire des BRICS, et on a donc mis à sa tête un affidé des yankees. Comme en Argentine, comme ils vont y arriver (dans le malheur…) au Vénézuela, comme ils font tout pour y arriver en Equateur. Ils ne peuvent plus rien attendre de l'Europe, elle aussi aux mains des atlantistes.
a écrit le 18/12/2018 à 9:55 :
Je suis perplexe d'armer un pays qui lorgne sur la Guyane et ne fait rien pour retenir ses orpailleurs illégaux chez eux.
a écrit le 18/12/2018 à 8:52 :
Après tout les montagnes d'efforts que la France avait déployé durant des années pour faire valider les fameux "contrats" (virtuels ) des Rafales Brésiliens que Lula avait promis à Sarkozy et que cela finalement fini en déconfiture par Dilma Roussef car plus d'argent. On peut comprendre que la chancellerie française soit un peu refroidi par les prospects brésiliens...
a écrit le 18/12/2018 à 8:37 :
"La France absente" est une réalité diplomatique criante, on va encore perdre plein de marché les 3 prochaines années du fait de notre faiblesse politique déplorable. Les gars ils n'ont absolument aucune idée de l'importance des relations diplomatiques, ils vivent dans leur petit monde protégé de tout incapables de faire un pas dehors pour voir comment est la vraie vie.

C'est triste pour eux mais c'est encore pire pour nos finances publiques.
a écrit le 18/12/2018 à 8:02 :
Encore une courte vue bien française car les Présidents et exécutifs de tous les pays dits démocratiques à l'instant T sont fait pour disparaitre à chaque élection la France en est la parfaite illustration depuis 3 quinquennats , par contre l'industrie est toujours présente sauf comme bien souvent lorsque le politique l'a met en difficulté. M. Macron qui voulait et qui semble encore vouloir donner des leçons sur tous les sujets à ses homologues devient le meilleur spécimen de cette image d'arrogance de la France sans envergure. L'humilité est un mot inconnu chez notre Président qui a déteint sur l'ensemble de l'exécutif et des députés de LaREM.
a écrit le 18/12/2018 à 7:27 :
"La France n'a envoyé aucune représentation politique..." c'est parfait, ça évite les frais du voyage et limite la pollution. Et puis, envoyer qui, des incompétents notoires en la matière, comme Macron.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :