Avec les premiers pas de Perseverance, la vidéo et les sons de la planète Mars

 |  | 966 mots
Lecture 5 min.
La NASA a publié hier une vidéo prise par plusieurs caméras embarquées lorsque le rover Perseverance de la NASA a atterri sur Mars le 18 février 2021.
La NASA a publié hier une vidéo prise par plusieurs caméras embarquées lorsque le rover Perseverance de la NASA a atterri sur Mars le 18 février 2021. (Crédits : Reuters)
Tandis que l'objectif est de trouver des traces de vie passée en étudiant le sol de la planète rouge, la mission Mars 2020 a réalisé avec succès l'atterrissage du rover Persévérance le 18 février. La NASA a publié hier les images et les sons (à écouter) de cette épopée, mais aussi les tous premiers enregistrements audio perceptibles par l'oreille humaine.

Trois jours après son atterrissage, la Nasa a publié lundi deux documents exceptionnels capturés par son rover Perseverance sur Mars : une spectaculaire vidéo de son arrivée enregistrée sous tous les angles, et le son d'une bourrasque de vent martien, premier audio enregistré sur la planète rouge par un micro. Situé au-dessus de son mat, le micro, ainsi que la caméra laser Supercam, ont d'ailleurs été conçus et fabriqués à Toulouse.

Lire aussi : Le rover martien américain Perserevance : " I'm safe on Mars"

Le véhicule, dont la mission est de trouver des preuves de vie ancienne sur Mars, a atterri la semaine dernière, première étape d'un périple d'au moins deux ans durant lesquels il prélèvera des échantillons qui devront être rapportés sur Terre par une mission ultérieure pour être analysés.

La NASA a publié les images de l'atterrissage du rover Perseverance dans le cratère Jezero le 18 février 2021, dans le cadre de la mission Mars 2020.

Plusieurs caméras

Long d'un peu plus de trois minutes, l'extrait vidéo publié par l'agence spatiale américaine dévoile les images de plusieurs caméras situées à différents endroits sur le module, après son entrée dans l'atmosphère martienne.

L'une montre le déploiement du parachute supersonique, une autre, située sous le rover, le sol martien qui se rapproche, et deux vues captent le rover peu à peu déposé au sol, suspendu par trois câbles depuis l'étage de descente.

Lire aussi : Cap sur Mars : dans la peau d'un "pilote" du rover Perseverance

"C'est la première fois que nous avons été capables de capturer un événement comme un atterrissage sur Mars", a déclaré lors d'une conférence de presse Michael Watkins, le directeur du mythique Jet Propulsion Laboratory où a été construit le rover. "C'est vraiment fantastique."

Premiers pas sur Mars

Le rover était protégé par un bouclier thermique à son entrée à une vitesse de 20.000 km/h dans l'atmosphère, qui marque le début des "sept minutes de terreur" jusqu'au sol. On peut voir ce bouclier largué à la surface de Mars sur la vidéo.

Huit rétrofusées ont ensuite fini de ralentir le véhicule, et de la poussière martienne est propulsée en grande quantité sous leur effet. Une fois le rover immobile, on peut également voir l'étage de descente effectuer une dernière poussée afin d'aller s'écraser 700 mètres plus loin.

"Ces images et ces vidéos sont ce dont nous avons rêvé pendant des années", a confié Allen Chen, chargé de la phase d'atterrissage pour la Nasa.

En plus de pouvoir montrer au grand public ce à quoi une telle manoeuvre, ultra périlleuse, ressemble en vrai, ces images pourront permettre aux équipes de la Nasa de mieux analyser ce qui se passe à chaque étape pour les futurs atterrissages.

Des enregistrements audio inédits

La Nasa espérait également pouvoir capturer le son de la vertigineuse descente, mais cela n'a pas fonctionné.

Un extraordinaire audio, enregistré une fois le rover posé à la surface de la planète rouge, a toutefois été dévoilé. Dans l'extrait, on peut entendre un son strident produit par le rover, mais aussi, clairement, le vent martien.

"Oui, vous venez bien d'entendre une bourrasque de vent à la surface de Mars, capturée par le micro et renvoyée sur Terre", a déclaré Dave Gruel, en charge de ces équipements pour la Nasa. Il s'agit "des premiers sons enregistrés à la surface de Mars", a-t-il ajouté.

La NASA a aussi partagé l'enregistrement audio, repris par la chaîne américaine NBC News, qui a capturé le son du vent soufflant sur Mars et le fonctionnement du rover.

L'agence spatiale a aussi fait entendre le même son mais avec le bruit du rover atténué.

Perseverance a emporté deux micros, dont l'un situé sur l'instrument scientifique SuperCam, une caméra ultra sophistiquée de la taille d'une boîte à chaussures. Celui-là pourra notamment servir à analyser le bruit produit lorsque le laser de la SuperCam, conçue par des Français, frappera la roche.

"Nous avons bon espoir de pouvoir continuer à utiliser ces micros pour capturer des sons", a dit Dave Gruel, même si leur espérance de vie est limitée du fait des températures extrêmes sur Mars.

De précédentes missions avaient déjà tenté d'envoyer des microphones sur la planète rouge, sans jamais parvenir à remplir l'objectif.

Lire aussi : La NASA de retour sur Mars à bord du rover Perseverance

Le robot InSight de la Nasa, arrivé en novembre 2018 sur Mars, avait enregistré de multiples secousses sismiques, grâce à un sismomètre ultrasensible, que les Terriens avaient pu écouter. La fréquence des vibrations était trop basse pour l'oreille humaine; les enregistrements avaient donc été traités et accélérés pour devenir audibles grâce à une technique dite de "sonification".

Pas de dégâts matériels

"Perseverance est en bonne santé", a déclaré Jessica Samuels, qui dirige les opérations sur la surface martienne.

"Nous avons exécuté 5.000 commandes", a-t-elle détaillé. "Tous nos instruments ont passé leur test de vérifications initial et nous sommes heureux de rapporter qu'ils fonctionnent tous comme prévu".

À la recherche de vie

Dans les jours à venir, Perseverance se déplacera pour la première fois, puis les tests continueront.

Le site d'atterrissage, le cratère de Jezero, était le plus risqué jamais tenté, en raison de son relief. Mais il est très intéressant pour les scientifiques, car il contenait selon eux, il y a environ 3,5 milliards d'années, un profond lac dans lequel se jetait une rivière.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2021 à 8:08 :
Le problème la-bas c'est qu'il n'y a rien du tout à part des pierres et -100 °C, par contre il est vrai que c'est tranquille , un prix au m² sans doute très bas et aucune dette d'état.
a écrit le 23/02/2021 à 18:19 :
C'est bien ... pendant ce temps là, les hommes meurent, les animaux disparaissent les uns après les autres, la terre agonise... cool !
a écrit le 23/02/2021 à 12:48 :
Pas de bol , au Texas ,ils n'ont pas pu voir les images.
a écrit le 23/02/2021 à 12:40 :
J'ai cru que c'était la "Hawk-Eye", caméra de Roland Garros qui s'échouait sur la terre battue...
a écrit le 23/02/2021 à 11:38 :
Vive l'humanité, et quand j'entendais cette pauvre journaliste de bfmtv, entourée de scientifiques heureux ne pas arrêter de leur demander à quoi ça servait, tout cet argent dépensé pour ça et gna gna gna et gna gna gna... j'avais envie de lui répondre, mais enfin à quoi vous nous servez vous surtout ? Eux ils remplissent l'humanité et vous autres avec vos salaires à 5 chiffres pour toutes ces banalités imposées, tout ces bobards à deux balles et vos débats sur que dalle, vous servez à quoi ?

Puis elle a été remplacée...
a écrit le 23/02/2021 à 11:30 :
Avec les premiers pas de Perseverance, la vidéo et les sons de la planète Mars

Les scientifiques américains passent sous silence la participation d'autres pays
au succès des équipements à la réussite de la mission.Les français
toujours modeste dans l'excellence.
Vive Toulouse et ses ingénieurs ingénieux!

Emmanuel CARRARA

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :