Bombardier casse les prix pour placer son C-Series

 |   |  459  mots
(Crédits : © Ints Kalnins / Reuters)
Le constructeur canadien a enregistré une commande ferme de Delta portant sur 75 C-Series (+50 options) qui lance réellement ce programme. Mais pour y parvenir, l'avionneur a accordé un rabais qui approcherait avec les 75%.

La commande ferme de Delta pour 75 C-Series CS100 (+50 autres en option) constitue évidemment une très bonne nouvelle pour ce programme qui peine à séduire les compagnies aériennes mais aussi pour l'ensemble de la branche aéronautique de Bombardier qui ne tient plus que par son activité d'aviation d'affaires et qui a été sauvée de la faillite l'automne dernier par un prêt de un milliard de dollars accordé par le Québec.

Un tel nombre d'avions commandés par la plus grande compagnie aérienne du monde permet de lancer véritablement ce programme ambitieux qui a multiplié les déboires depuis son lancement industriel en 2008. Avec désormais 300 commandes au compteur, l'avion qui va entrer en service au sein de la flotte de Swiss en juin, peut espérer attirer d'autres contrats. Peut-être d'Air Canada qui a déjà promis d'acheter 45 C-Series 300 (130 sièges, contre 110 pour le C-Series-100).

Jusqu'à 75% de rabais

Mais à quel prix ? Pour séduire Delta, Bombardier a semble-t-il casser les prix de manière significative. Le rabais s'élèverait selon l'agence Reuters à 75% par rapport catalogue, alors que les plus grosses ristournes avoisinent 50%.

Lire ici : Dans les coulisses des commandes d'avions

Selon certains analystes, le prix unitaire payé par Delta se situerait entre 17 et 20 millions de dollars, contre ....71,8 millions de dollars au prix catalogue. Bombardier était obligé de casser les prix. L'an dernier, Boeing avait remporté la bataille de la campagne de United avec un prix autour de 22 millions de dollars par appareil.

"Nous nous attendions à devoir être plus agressifs pour relancer le programme et c'est précisément ce que nous avons fait", a déclaré le directeur général du constructeur, Alain Bellemare, lors d'une téléconférence avec des analystes.

Bonne nouvelle pour Pratt & Whitney

Les compagnies attendent de voir le comportement de l'avion en opération. Elles ont été jusqu'ici très prudentes concernant cet appareil qui présente plusieurs innovations. A la fois sur la cellule avec une grosse de dose de matériaux composites, le design avec des moteurs sous les ailes alors que le groupe canadien les positionnaient jusqu'ici à l'arrière de l'avion, mais aussi en choisissant le moteur Geared turbofan (GTF) de Pratt & Whitney, lequel a du plomb dans l'aile avec les pépins rencontrés sur l'A320Neo.

Pour autant, "cette commande de Delta redonne du crédit à ce moteur", explique un expert.

Ces 75 appareils sont destinés à remplacer la flotte d'Embraer E190 et de CRJ 200 de Delta. Pour remplacer sa flotte de MD88, Delta pourrait recourir aux C-Series-300 (130 sièges). La compagnie américaine pourra en effet changer de version le jour où il débouclera ses options. Selon certains analystes, cette modification sera possible sans frais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :