Caracal : "nous avons été menés en bateau par la Pologne" (Tom Enders)

 |  | 424 mots
Lecture 2 min.
Nous allons demander réparation, a fait valoir le PDG d'Airbus Group Tom Enders
"Nous allons demander réparation", a fait valoir le PDG d'Airbus Group Tom Enders (Crédits : Reuters)
Le PDG d'Airbus Group Tom Enders n'a pas du tout apprécié la décision de Varsovie. Il estime que son groupe n'avait "jamais été traité comme ça". Il va demander réparation.

Tom Enders est en colère. Très, très en colère même contre la Pologne. Le patron d'Airbus Group, s'en est pris violemment mardi au gouvernement conservateur polonais qui a rompu les négociations exclusives engagées par l'équipe centriste précédente, affirmant qu'Airbus "n'a jamais été traité comme ça".

"Nous n'avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l'avons été par ce gouvernement", a-t-il expliqué dans une déclaration obtenue par l'AFP. "Nous allons demander réparation", a-t-il ajouté en indiquant avoir "l'impression d'avoir été menés en bateau pendant des mois par l'actuel gouvernement polonais."

Airbus voulait investir en Pologne

"Airbus voulait vraiment investir en Pologne et nous voulions contribuer à la création d'une industrie aérospatiale compétitive dans ce pays. Mais le gouvernement polonais nous a claqué la porte au nez. Nous en prenons bonne note", a-t-il regretté. Airbus Helicopters a  auparavant formellement réfuté les raisons avancées par la Pologne pour rejeter le contrat sur les hélicoptères Caracal, dans une lettre ouverte du PDG d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, mardi à la Première ministre polonaise Beata Szydlo.

Dans sa déclaration, Tom Enders en a remis une couche, affirmant que "les déclarations controversées et contradictoires du gouvernement polonais au cours du processus d'appel d'offres a créé le sentiment d'une confusion sans précédent". Le gouvernement polonais a accusé Airbus d'être à l'origine de l'abandon du contrat sur les hélicoptères multi-rôles, lui reprochant de ne pas avoir répondu aux propositions polonaises lors des négociations sur les investissements compensatoires (offset).

La pilule ne passe pas chez Tom Enders

Selon Tom Enders, "cette confusion a été accrue par les dernières déclarations du gouvernement polonais concernant l'acquisition d'hélicoptères de la part de groupes qui avaient décidé de présenter des offres non conformes à l'appel d'offres et avaient été disqualifiés". Le patron d'Airbus Group vise l'Américain Lockheed Martin, qui avait participé à l'appel d'offres remporté par Airbus, mais auprès duquel le gouvernement polonais va finalement acheter des hélicoptères Black Hawk pour équiper ses forces spéciales. Cette annonce a été faite lundi par Varsovie, soit moins d'une semaine après la rupture des négociations avec Airbus par Varsovie.

L'affaire a pris une tournure diplomatique avec un début de crispation entre Paris et Varsovie. Le président de la République François Hollande a reporté sa visite prévue sur place le 13 octobre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2016 à 8:18 :
airbus, une société subventionné qui discrimine impunément à l'emploi, avec une attitude, râle parce qu'elle s'est fait jeter, Tom Enders démissionne!!!
a écrit le 11/10/2016 à 23:46 :
Appel d'offre européen, entreprise européenne, il me semble que c'est de la compétence de la Commission (concurrence) et de la Cour de justice de l'Union européenne, non ? Cela mérite une bonne grosse énorme amende + réparation à Airbus, un tel mépris du droit communautaire ! Quand on pense à ce que la Pologne touche... Il faut donc récupérer...
a écrit le 11/10/2016 à 23:22 :
France should send thankful letter to Madame Merkel. She switched PL gov. in less than 1 month. From strongly pro Caracal, AH and UE Gov.(UE=germany, but also Fr) to strongly pro USA gov. Nothing more.
Réponse de le 12/10/2016 à 9:40 :
Angela Merkel is a nightmare for UE...
a écrit le 11/10/2016 à 23:19 :
On constate que les gouvernements et partis d'extrême droite sont malhonnêtes, non fiables, maffieux etc : voir le cas de l'Ukip en GB après le Brexit qui n'a pas su prendre en charge les conséquences de ses actes, cas de la Pologne ou un gouvernement extrêmiste rompt un contrat à la dernière minute et qui va heureusement faire l'objet de poursuites et pénalités, idem dans les autres pays dont la Syrie ou Bachar a torpillé totalement son pays et peuple. Bref voter pour des partis extrêmistes c'est voter pour des clans, des privilèges de minorités etc. Ils n'ont pas de vision globale et nous coulent. L'histoire recommence comme du temps du supposé "3e Reich millénaire" quand des crétins votent pour des crétins qui leur promettent l'impossible. Evitez de voter pour les partis extrêmistes ou les nabots qui les copient.
Réponse de le 12/10/2016 à 10:59 :
"Bref voter pour des partis extrêmistes c'est voter pour des clans, des privilèges de minorités etc. Ils n'ont pas de vision globale et nous coulent. "

Euuuh, ce n'est pas le cas avec les partis "classiques" actuels autorisés déjà ?
Je ne vois pas ce que cela change.
a écrit le 11/10/2016 à 22:01 :
Malheureusement les réseaux et les distributions de pots de vin ont fait éclater le résultat de l’appel d’offre. Il faut savoir que hormis les relations politiques très serviles envers les États-Unis des divers gouvernements qui se sont succédé en Pologne, la CORRUPTION règne dans ce pays.
Et oui, Airbus a manqué de savoir-faire en ne prévoyant pas d’ « arroser » certains décideurs.
a écrit le 11/10/2016 à 21:05 :
Un bel exemple de ce qui pourrait arriver de façon généralisée si l'Europe éclate vraiment. Cacophonie, égoïsme nationaux. Tout le monde en Europe sera perdant....
a écrit le 11/10/2016 à 19:58 :
Une attitude aussi cavalière de la part du gouvernement polonais devrait donner lieu à une plainte de la part du groupe Airbus car ce n'est quand même anormal de se faire jeter comme des malprorpres alors que les négociations exclusives sont à un stade si avancé que les premiers exemplaires d'helicopteres étaient en cours de construction.

De plus au bout d'une semaine, le contrat revient à un concurrent qui été battu lors de l'appel d'offre: ça pue quand même fortement la présomption de pots de vin tout ça...
a écrit le 11/10/2016 à 19:24 :
Je conseillerai aux entreprises Françaises implantées la bas de délocaliser , le climat va se tendre si possible la France est une excellente terre d' accueil.
a écrit le 11/10/2016 à 19:11 :
Il y a 800 000 Polonais en GB, 100 000 à Berlin, des centaines de milliers en France et en Belgique. Cette affaire est un sérieux revers pour l'Europe qui doit revoir ses relations avec la Pologne !
a écrit le 11/10/2016 à 18:53 :
la Pologne et les Polonais n`ont pas besoin de francais pour decider ce qui bon pour eux. la France est un pays de plus en plus instable - etat de siege en vigeur. Signer de contrat prealable avec un guovernement sortant et mele dans des nombreauses affaries est un amatorisme de la part des francais assez lamentable
Réponse de le 11/10/2016 à 19:51 :
Oui, les Polonais ont le droit de décider ce qui est bon pour eux. Mais s'ils lancent des procédures internationales de marché, ils sont obligés d'appliquer ces procédures. C'est bien ça le problème dont va devoir répondre la Pologne...
Réponse de le 11/10/2016 à 19:51 :
Oui, les Polonais ont le droit de décider ce qui est bon pour eux. Mais s'ils lancent des procédures internationales de marché, ils sont obligés d'appliquer ces procédures. C'est bien ça le problème dont va devoir répondre la Pologne...
Réponse de le 20/10/2016 à 18:59 :
Ce n'est pas faux mais dans ce cas pourquoi avoir lancé un appel d'offres et avoir déclaré Airbus vainqueur de celui-ci?
Répondre à un appel d'offres implique des frais. De plus cette décision fait suite à un changement de majorité.
Cela veut-il dire que la parole de la Pologne dépend de la proximité d'élections?
Reconnaissez que cela pose de nombreuses questions quant à la fiabilité de ce pays.
a écrit le 11/10/2016 à 18:21 :
"nous avons été menés en bateau"

De classe Mistral ?
a écrit le 11/10/2016 à 18:08 :
la Pologne c'est comme les anglais ! à virer d'urgence vite un brexpol
a écrit le 11/10/2016 à 17:47 :
nous ne pouvons que porter notre soutien à M. Enders. Du côté politique nous devons rompre toute relation politique avec la Pologne. J'attends également un "mot" de Bruxelles sur cette affaire.
a écrit le 11/10/2016 à 17:36 :
Laissons les polaks entre les pattes des Russes.
a écrit le 11/10/2016 à 17:36 :
Mauvais perdants les gens d'AH...
Réponse de le 11/10/2016 à 19:19 :
Je vous rappel que Airbus Hélicopter a remporté l'appel d'offre en Pologne.
Ce gouvernement Polonais cherchait juste des excuses pour acheter américain, c'est tout.
Réponse de le 11/10/2016 à 19:48 :
Ne soyez pas simpliste: vous voyez bien que ce contrat avait pour Airbus une importance stratégique pour son activité.
Vous votez bien la réaction ulcerée des gens d'Airbus devant le revirement polonais pour attribuer le marché à un concurrent qui a perdu l'appel d'offre!

Réfléchissez un peu: dans le monde des affaires ce n'est pas du tout comme ça que ça se passe. Les négociations exclusives prennent du temps pour régler tous les problémes: regardez par exemple le contrat indien des Rafales.

ici ca donne clairement l'impression que ce sont les perdants de Lockheed Martin qui ont fait en sorte de "convaincre" le gouvernement polonais donc ça pue vraiment la corruption ou le chantage du bouclier américain contre les russes car bien évidemment c'est un secret de polichinelle que les polonais craignent plus que tout la remilitarisation menée au galop par Poutine.

Bref si Airbus s'est fait jeter c'est probablement pas du tout dans le cadre d'une concurrence saine mais bien plus surement de sombres magouilles orchestrées par les américains.
a écrit le 11/10/2016 à 17:31 :
Ne surtout plus concourir à leurs appels d'offres : temps couteux et dépenses gaspill. Laisser les U.S.A qui seuls ! peuvent les défendre en cas d'invasion Russe, les fournir. L'Europe ne pourra pas voler à leur secours. ILS ONT RAISON D ACHETER U.S, comme Israel.
Réponse de le 11/10/2016 à 18:11 :
C'est sûr, je ne lèverai pas le petit doigt pour sauver Dantzig, pas plus que Jérusalem.
Réponse de le 11/10/2016 à 19:53 :
C'est navrant de lire ici des avis aussi primaires et simplistes -.-
Avant d'affirmer n'importe quoi, commenez déjà par vous renseigner car Israel est loin de n'acheter qu'aux américains comme vous semblez le croire bien naïvement.
D'autre part, il ne faut pas être un génie pour suspecter de la bonne grosse corruption à l'origine de ce revirement puisque c'est quand même une bonne grosse blague d'aller confier un marché à concurrent éliminé de l'appel d'offre et à stade aussi avancé des négociatiosn exclusives.
Il ya de la part du gouvernement polonais une atitude particuliérement cavalière et je comprends sans chauvinisme aucun la réaction outrée des partrons d'Airbus lorsqu'ils disent que jamais ils n'ont été traités avec une telle désinvolture.
Réponse de le 12/10/2016 à 9:45 :
A mon humble avis, les deux facteurs se mèlent : attrait pour le parapluie US anti Russe en acs de conflit ET "arrosages" insuffisants de la part d AH !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :