Chute des ventes de long-courriers : Boeing réduit de 40% la production du B777

 |   |  522  mots
(Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Boeing va réduire sa production de B777 de 40% d'ici à août 2017 pour assurer la transition entre la production de la version actuelle et celle du B777X en 2020. Une décision qui traduit le ralentissement des commandes d'avions long-courriers.

Nouvelle baisse de production pour le Boeing 777, le gros-porteur le plus vendu de l'histoire de l'aéronautique. A partir du mois d'août 2017, la cadence de production va passer à 5 appareils par mois, soit une baisse de 40% par rapport au rythme actuel de 8,3 appareils par mois. C'est ce qu'a annoncé ce lundi l'avionneur américain. Ce dernier avait déjà annoncé son intention de ramener la production à 7 unités par mois en janvier.

Transition vers le B777X

Cette décision intervient au moment où le groupe prépare la transition de la production entre la version actuelle et le B777X, une version améliorée de l'appareil, composée en fait de deux avions, le B777-9X prévue en 2020 et le B777-8X deux ans plus tard.

En fait, Boeing montre qu'il préfère baisser les cadences de ses B777 classiques mais maintenir des prix de ventes relativement élevés plutôt que de devoir casser les prix pour maintenir la production.

«En cas de décote trop importante sur les derniers B777, il sera difficile ensuite de relever les prix des B777X, même s'il s'agit d'une version améliorée», explique un expert, qui s'attend à une nouvelle baisse des cadences.

Ralentissement des ventes long-courriers

La décision de Boeing traduit la faiblesse des ventes du B777. Seuls 17 exemplaires ont été vendus depuis janvier, contre 58 en 2015 et 283 en 2014. Dimanche, Boeing a annoncé une commande iranienne incluant 15 exemplaires du 777 (et 15 autres du futur 777X) mais cela restera in suffisant pour maintenir la production.

Mais plus que la concurrence de son successeur, le B777X (qui se vend très peu depuis les annonces pharaoniques qui avaient suivi son lancement commercial en 2013) la baisse de production du B777 traduit le ralentissement des ventes de tous les appareils long-courriers depuis quelques mois. Au total, Boeing a vendu depuis janvier moins de 90 long-courriers en version passagers, contre environ 130 en 2015. La tendance est la même pour Airbus (89 A350, A330) en 2016, contre près du double en 2015.

 « Il y a probablement eu trop de prises de commandes au cours des dernières années, les compagnies calment un peu le jeu », expliquent plusieurs professionnels du secteur.

D'autant plus qu'avec la faiblesse du prix du baril, plusieurs transporteurs ont décidé de conserver plus longtemps que prévu leurs avions tandis que d'autres préfèrent se servir sur le marché de l'occasion plutôt que d'acheter des avions neufs.

Ce mouvement intervient que les niveaux de production de certains appareils comme l'A350 ou le B787 ne poussent les compagnies à passer commande dans l'immédiat.

«L'A350 par exemple monte en cadence lentement. Il n'y a aucun intérêt pour une compagnie à commander aujourd'hui dans la mesure où il leur faudra plusieurs années avant d'être livrées », fait valoir un expert.

Autre élément à prendre en compte, les compagnies attendent de voir la maturité du futur B777X et si Airbus lance ou pas une version allongée de son A350-1000.

Lire ici : La fabuleuse histoire du B777
Faut-il craindre un retournement de cycle dans l'aéronautique civile

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2016 à 21:49 :
Air France les aménagera en bétaillère surchargée exécrable, et insoutenable pour favoriser la promiscuité, pour favoriser la tension terrible et l'irrespect des passagers entre eux. Pour favoriser bousculade sans jamais de pardon, beaucoup de passagers Homme ( la majorité ) qui écartent au maximum leurs jambes pour accroitre gene et inconfort absolus, et accaparent les accoudoirs en " béton dur "
Réponse de le 13/12/2016 à 22:53 :
Quand on a les jambes écartées, c'est parce qu'il n'y a pas de place entre les sièges... quand une femme les écarte, ce n'est pas pour les mêmes raisons !!
Quand à la bétaillère, il n'appartient qu'à vous de voyager en classe premium, voire en classe affaire ! En ce qui me concerne, je me contente de la classe éco (celle que vous appelez bétaillère), et à 450€ l'aller-retour LYS-JNB, j'espère que ça va durer longtemps !!
Réponse de le 15/12/2016 à 2:15 :
L'homme pourrait Aussi poser ses jambes correctement sans les écarter sans pour autant les coller, et respecter Enfin, ses voisins et voisines, et se respecter lui-meme.
a écrit le 13/12/2016 à 15:33 :
vive le A350! The best de l'air

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :