CO2 : « Le numérique va connaître la même tempête que le transport aérien » (Patrice Caine, Thales)

Lors d'une réunion avec les investisseurs, qui s'est tenue la semaine dernière, le PDG de Thales Patrice Caine a tenu à présenter son groupe sous un angle différent. Sous l'angle des fameux critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance). Dans une interview accordée à La Tribune, il en explique les raisons et développe ce que peut apporter Thales en matière de réduction des émissions de CO2 aussi bien dans l'aéronautique, la défense et le numérique. Des critères ESG qui ont aussi un côté pervers, qui pourrait exclure les industriels de l'armement de financements dits vertueux. Pour Patrice Caine, les investisseurs doivent comprendre qu'« investir dans la défense est légitimement un investissement socialement responsable ».

12 mn

Le numérique va probablement connaître la même tempête que le transport aérien. Chacun réalise aujourd'hui qu'utiliser ordinateurs et smartphones et consommer tous azimuts Netflix ou GeForce Now contribuent au réchauffement climatique (Patrice Caine, PDG de Thales)
"Le numérique va probablement connaître la même tempête que le transport aérien. Chacun réalise aujourd'hui qu'utiliser ordinateurs et smartphones et consommer tous azimuts Netflix ou GeForce Now contribuent au réchauffement climatique" (Patrice Caine, PDG de Thales) (Crédits : Martin Bureau / AFP)

LA TRIBUNE - Cette réunion avec les investisseurs était un moment important pour Thales qui présentait la stratégie renforcée du groupe en matière ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance). Quelles sont les grandes lignes de cette ambition ?

PATRICE CAINE - Nous avons dévoilé mardi dernier à nos investisseurs notre nouvelle stratégie en matière de critères ESG. Nous nous sommes fixé des objectifs chiffrés, notamment sur des critères importants comme les émissions de CO2 générées par Thales. Comment le groupe veut aller plus loin et plus vite sur la réduction de ses émissions de CO2 issues directement de son activité et de celle de ses sous-traitants ? Aujourd'hui, nous sommes capables d'atteindre un objectif de réduction de 35 % de nos émissions dès 2023, et non plus 20 %. Nous avons déjà dépassé l'objectif que nous nous étions fixés pour 2023 et avons décidé d'accélérer. Nous sommes aussi mobilisés pour réduire nos émissions de CO2 de 50 % en 2030 (plutôt que de 40%). Enfin, nous nous sommes donné un objectif de neutralité carbone « net zéro » en 2040. Cet objectif est tout à fait nouveau. Thales accélère donc pour réduire plus vite que prévu son empreinte carbone. Nous avons également présenté des indicateurs ESG très importants relatifs à l'environnement, l'inclusion, avec notamment la féminisation des instances dirigeantes, la sécurité au travail et les questions d'éthique, notamment dans le numérique.

C'est-à-dire ?

Nous avons rendu publique une charte éthique du numérique mûrement réfléchie. D'autres groupes ont commencé à s'en doter, comme IBM et Capgemini par exemple. Il nous est apparu important de réfléchir collectivement et avec humilité à ce sujet afin de donner un cadre de référence, un guide pour nos équipes travaillant sur ces technologies numériques. Pourquoi maintenant ? Parce que ces technologies, comme l'Intelligence artificielle, le big data ou les objets connectés, changent en profondeur les organisations et les modes de collaboration. Elles ont aussi soulevé un certain nombre de questions, comme la place de l'humain ou encore les biais inconscients générés par certains algorithmes. Nous avons fait le choix d'aborder ces sujets de manière proactive pour affirmer que les systèmes et produits que nous concevons doivent à tout moment permettre un dialogue avec l'humain, être résilients et sécurisés et prendre en compte l'impérieuse nécessité de préserver notre environnement.

Pourquoi avez-vous présenté Thales sous cet angle ?

Cela nous paraissait plus original ou, en tout cas, plus nouveau dans notre dialogue avec les investisseurs : présenter nos activités à travers les grands défis sociétaux que nos métiers abordent. Pour un groupe d'ingénierie et de tech, il est important de montrer comment, au-delà de ses réductions d'émissions de CO2, Thales peut contribuer positivement à trois grands enjeux sociétaux : rendre le monde plus sûr (questions de sécurité et de défense), plus respectueux de l'environnement et plus inclusif, plus équitable. Nous avons donc donné à nos investisseurs une autre clé de lecture des activités de Thales. C'était un moment important qui leur a montré notre action globale en termes de critères ESG, depuis les enjeux environnementaux jusqu'à notre mode de gouvernance.

Estimez-vous que cette réunion correspondait bien à ce qu'attendaient les investisseurs de Thales ?

Il y avait une demande très importante, et donc de très grosses attentes des investisseurs, également partagées en interne. Un de nos grands challenges dans les 10 ans à venir est d'être toujours plus attractif dans la « guerre des talents ». C'est devenue une réalité en France et à l'international. Pour les jeunes générations, les attentes sur ces questions ESG sont encore plus grandes et il était important pour Thales de s'exprimer, de partager ses objectifs et de montrer que notre entreprise avance. Nous allons continuer à développer ces sujets en interne mais aussi sur les campus, dans les universités, dans les grandes écoles, les écoles d'ingénieurs.

Comment Thales contribue-t-il à améliorer un monde qui doit être plus inclusif ?

Thales contribue à apporter une identité à chaque être humain sur la planète. C'est l'un des défis sociétaux majeurs : plus d'un milliard d'êtres humains vit sans identité et par conséquent sans accès aux services administratifs, à la scolarité, aux droits sociaux les plus élémentaires, aux bureaux de vote, aux voyages, etc... Lutter contre la fracture numérique relève également du champ de l'inclusion. Pendant le confinement, chacun a pu constater que la connectivité était primordiale pour toutes les familles afin de communiquer mais aussi pour suivre les cours à distance pour les enfants ou même se soigner. Mi-2022, Eutelsat mettra en service son satellite de communication Konnect VHTS produit par Thales Alenia Space et doté d'une extraordinaire puissance. Il permettra d'offrir de la connectivité partout en Europe (en France avec Orange) et de réduire la fracture numérique pour les familles qui habitent, par exemple, dans des endroits peu connectés à la campagne ou à la montagne. Nos investisseurs ne disposaient pas nécessairement de cette grille de lecture, ainsi que celle de notre contribution en matière d'environnement ou de sécurité.

Justement, comment convaincre les investisseurs dans un groupe qui est présent dans le domaine de la défense au moment où il y a un débat pour exclure l'industrie de défense des financements dits vertueux ?

Nous avons d'abord de la pédagogie à faire. Nous devons rappeler que cette industrie est probablement la plus réglementée au monde - contrairement à ce que certains propagent. Thales exporte par exemple depuis de grandes démocraties comme la France, l'Angleterre, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie ou l'Inde. Et si nous pouvons exporter, c'est uniquement via une décision explicite d'un gouvernement, lui-même élu démocratiquement et qui décide, en responsabilité, que tel industriel exportera tel produit vers tel pays. Je ne connais pas d'industries qui soient aussi réglementées, aussi encadrées et aussi transparentes.

Mais les opposants disent que vos activités ne sont pas vertueuses ?

Il me semble majeur d'insister sur le fait qu'il n'y aura pas d'activités soutenables sur le long terme s'il n'y a pas, au préalable, des pays stables et des économies stables elles-aussi. Il faut bien considérer que la stabilité et la sécurité sont des pré-requis à la durabilité, une réalité qui est parfaitement comprise et admise par les Américains : « No Sustainability without Stability ». Les investisseurs américains estiment qu'investir dans la défense est légitimement un investissement socialement responsable.

Ce qui n'est pas du tout le cas en Europe pour l'instant...

C'est là où il faut que nous prenions part au débat en expliquant pourquoi, de notre point de vue, nous considérons que la stabilité est un des éléments fondamentaux du développement durable. L'industrie de défense est tout à fait ESG compatible, voire même au cœur de l'ESG. Les gouvernements commencent également à le dire. C'est pour cela que je reste très optimiste parce que dans la pratique, les fonds qui s'interdisent aujourd'hui d'investir dans la défense sont minoritaires. La grande majorité sont soit positifs, soit neutres, sous-entendu ils ne demandent qu'à être convaincus - « donnez-moi des arguments, expliquez-moi pourquoi cette activité de défense relève globalement de l'ESG ». Ce travail d'explication et de pédagogie doit être effectué et, dès lors qu'il le sera, la très petite minorité de fonds s'interdisant d'investir dans la défense restera minoritaire.

Pour autant, il y a un débat au sein de la Commission européenne qui n'est pas encore tranché...

L'Europe, contrairement aux Etats-Unis, a un regard plus ambivalent sur ces questions. Nous devons sortir de cette ambivalence qui est illustrée par le fait que cette même Commission considère aujourd'hui que les questions de souveraineté et, donc, de défense, sont importantes au point même d'y consacrer 8 milliards d'euros avec la mise en place du Fond européen de Défense. Sortir de cette ambivalence est tout à fait possible. Maintenant, il faut que chacun s'exprime. D'ailleurs, le gouvernement français le fait pour ramener de la rationalité dans ce débat et faire en sorte, qu'au bout du compte, les activités de défense et de sécurité soient bien considérées pour ce qu'elles sont : un contributeur important aux questions d'ESG sous l'angle de la stabilité. Stabilité des pays, stabilité des économies, stabilité de la planète.

Vos objectifs de décarbonation sont très ambitieux. Comment les investisseurs peuvent-ils vous faire confiance ?

Nous avons atteint plus vite que prévu nos objectifs de 2023. Nous devons continuer à nous challenger pour aller plus loin. Nous allons nous engager dans une démarche de certification auprès de SBTi (Science-Based Target Initiative) de manière à confronter nos résultats à une vision extérieure. Nous sommes sereins. Car nous utilisons d'ores et déjà toutes les méthodologies SBTi lorsque nous nous auto-évaluons. Bref, pour boucler la boucle, nous nous engageons dans un processus de certification unanimement reconnu pour achever de convaincre les sceptiques que notre démarche est sérieuse.

Comment pouvez-vous réduire significativement les émissions de carbone dans la filière aéronautique ?

Au-delà de l'accélération de la réduction de nos propres émissions opérationnelles, Thales peut avoir un impact majeur dans les émissions évitées, à travers ce que certains appellent le « Scope 4 », une catégorisation toujours en discussion. Nous travaillons par exemple sur l'optimisation des trajectoires des avions, en connectant le « cerveau » de l'avion (Flight Management System) au système de gestion du trafic aérien, deux domaines dans lesquels Thales dispose d'un leadership mondial.

L'impact est potentiellement considérable avec des réductions de l'ordre de 10% des émissions de CO2 réalisables à court terme. Travailler sur les émissions évitées a beaucoup plus de sens pour Thales qui peut contribuer, grâce à ses technologies embarquées, à réduire les émissions de ses clients. C'est également le cas quand le groupe travaille sur des algorithmes dits frugaux. Nous estimons qu'il existe un gisement inexploité qui est considérable. Le numérique va probablement connaître la même tempête que le transport aérien. Chacun réalise aujourd'hui qu'utiliser ordinateurs et smartphones et consommer tous azimuts Netflix ou GeForce Now contribuent au réchauffement climatique.

Dans le domaine du numérique, quelles sont les pistes pour réduire les émissions de carbone ?

Je peux vous donner plusieurs leviers. Le premier passe par l'utilisation la plus généralisée possible des algorithmes dits frugaux. Un algorithme similaire produit le même résultat avec la même efficacité, mais en utilisant moins de capacités de calculs. Cette piste fait l'objet de sujets de recherche et de développement tout à fait concrets.

Deuxième levier : le smart data plutôt que le big data. Qu'est-ce que cela veut dire ? Aujourd'hui, les algorithmes big data ingurgitent des quantités de données de manière massive. A-t-on finalement besoin de faire ingérer toutes ces données à un algorithme plutôt que de sélectionner le juste besoin afin de consommer le moins possible de capacités de calculs. Troisième levier, qui me semble très prometteur, le Far Edge Computing : faire en sorte que les algorithmes traitent la donnée au plus près de là où elle est créée. Par exemple, un pod optronique installé sous le Rafale va récupérer énormément d'images. Ne faut-il pas déjà les traiter ou les prétraiter à bord du pod plutôt que d'envoyer toutes les données brutes à Balard [au ministère des Armées] pour qu'elles y soient traitées ? Cela éviterait de mobiliser tout un tas de capacités de calcul et de communication qui sont consommatrices d'énergie et donc émettrices de CO2. C'est ce qu'on appelle le « Far Edge computing » qui permet de traiter la donnée au plus près des capteurs. Il y a, là encore, des gains qui ne sont pas négligeables.

Et le quatrième levier ?

Il est autant numérique que hardware. Thales travaille sur des processeurs dits neuromorphiques, qui miment le comportement du cerveau. Une de leurs caractéristiques est qu'ils sont potentiellement dix, cent, mille fois plus efficaces en termes de consommation énergétique que les processeurs standards. Ils seront opérationnels à un horizon de 5 à 10 ans. Dans 10 ans, ces processeurs permettront de réduire les émissions de CO2 à capacité de calcul équivalente.

Comment gérez-vous la place des femmes dans une filière aéronautique et de défense où justement il n'y en a pas beaucoup ?

L'inclusion et la diversité sont des sujets majeurs pour Thales. Une entreprise inclusive permet à chacune et chacun de déployer tout son potentiel et est synonyme d'une meilleure performance collective. Les femmes sont une partie de la diversité et notre industrie s'efforce de donner envie, en amont, à plus de jeunes filles d'étudier dans des écoles menant à cette filière, ce qui n'est pas assez le cas aujourd'hui. Thales s'est donné des objectifs ambitieux et qui correspondent à ce que notre industrie est capable d'atteindre. Nous nous fixons un objectif de 20% de femmes au sein des niveaux de responsabilité les plus élevés à l'horizon 2023, sachant qu'il y a encore quelques années, elles étaient à environ 15%. Nous atteignons 18,6 % cette année. L'arrivée des femmes dans les instances dirigeantes est progressive mais, effectivement, à due proportion des challenges que notre industrie a en matière de formation et recrutement. Ceci dit, ce qui compte le plus dans nos industries est de s'assurer que le pourcentage des femmes continue aussi d'augmenter au fur et à mesure qu'elles gravissent les échelons.

Dernier point. On a le sentiment que les groupes français font de l'over-compliance pour « laver plus blanc que blanc », contrairement à certains concurrents européens. Est-ce votre sentiment ?

Je ne partage pas cet avis. En tout cas, ce n'est pas la réalité que nous vivons. Thales n'a jamais autant exporté dans le monde depuis les grands pays, dont la France, tout en mettant en application un programme de compliance strict. Compliance et performance économique vont de pair. La compliance ne nous empêche pas d'être performant à l'export. Je suis fier de tout le travail réalisé par nos équipes et de leurs succès commerciaux depuis une dizaine d'années dans nos marchés historiques et dans des nouveaux pays.

12 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 12/10/2021 à 6:23
Signaler
sans commentaires

à écrit le 11/10/2021 à 9:38
Signaler
Toute activité, ne serait ce que bouger le petit doigt, consomme de l'énergie. Dans un Monde où la croissance va de pair avec la démographie, la consommation d'énergie et les émissions de polluants ne peuvent que croître.

à écrit le 11/10/2021 à 9:38
Signaler
Toute activité, ne serait ce que bouger le petit doigt, consomme de l'énergie. Dans un Monde où la croissance va de pair avec la démographie, la consommation d'énergie et les émissions de polluants ne peuvent que croître.

à écrit le 11/10/2021 à 8:45
Signaler
Pour être écolo, il faudrait que les abonnements fibre ou coaxial des FAI ne soient plus illimités : Il faudrait avoir un fixe moins cher, par exemple dix euros au lieu de trente euros, et payer proportionnellement au gigaoctet consommé. Ca réduirait...

le 11/10/2021 à 10:32
Signaler
Bouyg* pense le contraire (très intéressé !) en me proposant de mettre mon GSM 2-3G dans un tiroir et acheter un smartphone 5G par défaut, avec 100€ de réduc. Pousse au crime ? Et un abonnement data musclé avec, sinon y a pas d'intérêt. Avec du cour...

le 11/10/2021 à 13:14
Signaler
Perso,petit utilisateur, votre offre m'arrangerait... mais économiquement,nombreux seront les consommateurs lésés !!

à écrit le 11/10/2021 à 8:01
Signaler
Ah parce que le transport aérien connaît une tempête !? Première nouvelle.

le 12/10/2021 à 9:35
Signaler
Et oui, une double tempête même (comme l’explique P Cain) : Pour les compagnies aériennes seules, c’est $250 Milliards de pertes pour 2020 et 2021, et une dette qui a flambée à près de 700Mds$ (et ce malgré les près de 80Mds$ d’aides publiques qu’el...

le 12/10/2021 à 11:01
Signaler
Et ça change quoi dans la réalité vu que nous voyions presque autant d'avions voler qu'avant et dans les mêmes conditions à savoir pollution majeure tandis que leur seule solution c'est le carburant "propre" ? Donc ils voleraient vides ? Elle est où ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.