Comac, l'avionneur chinois qui réconcilie Airbus et Boeing

Le C919, le biréacteur de l'avionneur chinois Comac, est un sérieux concurrent pour l'A320 d'Airbus et le B737 de Boeing. Soutenu par les autorités, l'appareil a reçu entre 49 et 72 milliards de dollars de subventions publiques pour son développement, des aides largement supérieures à celles dont ont bénéficié Airbus et Boeing.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Le duopole Airbus-Boeing devra-t-il faire de la place au nouveau venu Comac? La montée en puissance de la Chine dans le très stratégique secteur aéronautique, dont elle représente le premier marché mondial, conduit Européens et Américains à serrer les rangs. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont suspendu mardi pour cinq ans les droits de douane punitifs qu'ils s'infligent dans le cadre du vieux conflit qui les oppose sur les aides publiques à leurs avionneurs.

Selon le président américain Joe Biden, il s'agit de "travailler ensemble pour contester et contrer les pratiques non commerciales de la Chine dans le secteur (aéronautique), qui donnent aux entreprises chinoises un avantage déloyal".

Faire émerger un avionneur national

En toile de fond, les efforts effrénés de Pékin pour faire émerger son avionneur national Comac (Commercial Aircraft Corporation of China). Celui-ci développe un biréacteur, le C919, destiné à concurrencer les A320 et B737. Après quatre ans d'essais en vol, Comac compte obtenir cette année la certification en Chine du C919, à temps pour commémorer le centenaire de la création du Parti communiste chinois.

L'appareil a reçu entre 49 et 72 milliards de dollars de subventions publiques pour son développement, bien plus que les aides dont ont pu bénéficier Airbus et Boeing, selon les calculs de Scott Kennedy, spécialiste de la Chine au Centre international d'études stratégiques (CSIS). Pour Richard Aboulafia, expert aéronautique pour Teal Group, "le vrai problème est que la Chine manipule le marché en jouant Airbus et Boeing l'un contre l'autre et conditionne ses commandes à des transferts de technologie".

Un trafic aérien chinois qui a explosé

Le trafic aérien chinois, qui a explosé et a récupéré plus rapidement que les autres régions de la crise sanitaire, est appelé à se renforcer encore. Boeing estime les seuls besoins du marché chinois sur les 20 prochaines années à 9.360 appareils, soit 20% des besoins d'avions neufs dans le monde. Un débouché majeur pour les A320 d'Airbus et le 737 MAX de Boeing, alors que ce dernier n'a toujours pas obtenu l'autorisation du retour en vol de l'appareil dans le ciel chinois.

Si Pékin ne peut se passer ni de Boeing ni d'Airbus pour l'instant, il entend à terme être maître de sa destinée.

"L'industrie aéronautique, c'est un instrument à la fois de croissance et un outil diplomatique et commercial qui leur permet d'avoir une politique étrangère très complète sur les marchés extérieurs", observe Michel Merluzeau, du cabinet spécialisé AIR. Et pour lui, "les Chinois ont les compétences technologiques et industrielles pour produire un avion, il n'y a aucun doute là-dessus".

"Les Chinois ont l'ambition, ils sont très raisonnables, ils savent que ça prend du temps", affirme-t-il à l'AFP: "ce n'est pas en 2025 qu'ils souhaitent en découdre avec Airbus et Boeing".

Tributaire des industriels européens et américains

Le C919 est tributaire de la coopération avec les industriels européens et américains: sur les 82 principaux équipementiers de l'appareil, 14 sont chinois, dont sept sont des co-entreprises avec une société étrangère, recense Scott Kennedy. Les ailes et le fuselage sont chinois, mais les entreprises nationales ne maîtrisent pas encore les moteurs ou l'avionique et Comac pâtit de son organisation bureaucratique. Mais cela viendra, assure Michel Merluzeau. "Ils préparent leur industrie à répondre aux besoins nationaux. Il s'agira de produits de qualité inférieure, mais au moins ils seront nationaux", confie à l'AFP Richard Aboulafia. Plus lourd, l'appareil consomme davantage de carburant et coûtera donc davantage à exploiter.

Sous l'impulsion du pouvoir, Comac se targue d'avoir enregistré 815 commandes pour son C919, quasiment toutes auprès de compagnies chinoises. Mais ce ne sont pour l'essentiel que des intentions: China Eastern Airlines a été la première compagnie, en mars, à passer une commande ferme pour cinq appareils.

Emergence d'un "modèle ABC"

Professeur à l'université aéronautique de Beihang à Pékin, Huang Jun "ne pense pas que (le C919) change la donne" vis-à-vis des avionneurs occidentaux mais contribuera à l'émergence d'un "modèle ABC Airbus, Boeing et Comac": "nous espérons simplement pouvoir rejoindre ce marché et en occuper une certaine part", indique-t-il.

Les patrons de Boeing comme d'Airbus s'y préparent. Comac "va progressivement devenir un acteur digne de ce nom", a récemment estimé le président du constructeur européen Guillaume Faury. "Nous passerons donc probablement d'un duopole à un "triopole", au moins sur les monocouloirs, d'ici la fin de la décennie".

(avec AFP)

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 21/06/2021 à 16:25
Signaler
Bon, rien de bien nouveau, sauf que personne ne connait nos besoins pour dans dix ans, le nouveau russe monocouloir capable d'atterrir tout temps a son intérêt dans l'usage de petits aérodromes locaux, donc des taxes d'aéroports faibles, parkings gra...

à écrit le 21/06/2021 à 10:55
Signaler
CSIS .... un organisme en cheville avec le département d'état étasunien..plus qu'un think tanck, c' est tout bonnement: la trilatérale.. un repère de la doctrine des usa.. gavé de dollar par le renseignement us, nsa, cia.. son domaine est le bourrage...

à écrit le 20/06/2021 à 14:33
Signaler
" l'appareil a reçu entre 49 et 72 milliards de dollars de subventions publiques pour son développement" Bah oui forcément, ils débutent... il faut comparer avec les aides cumulées depuis les années 70 pour Airbus... bien avant encore pour Boieng ...

le 20/06/2021 à 19:05
Signaler
Pour rappel Hugues . Opération Paperclip , pendant 10 ans ,les américains ont dépouillé les allemands de 1500 scientifiques ,de brevets et du père des V2 . Ils ont pu lancer des fusées grâce à l'Europe .Plus récemment ,Alcatel 29000 brevets et le s...

à écrit le 20/06/2021 à 12:57
Signaler
La concurrence chinoise parait être la plus "menaçante" pour le duopole Airbus/Boeing mais ne pas oublier que celle Russe aussi pointe son nez avec le développement de son moyen-courrier MS-21 qui devrait entrer en service fin 2021 et avec un moteur ...

à écrit le 20/06/2021 à 12:30
Signaler
Biden et les Américains en général reprochent à la Chine d'utiliser des pratiques non commerciales pour donner un avantage déloyal aux entreprises Chinoises. Mais les Américains devraient commencer à balayer devant leur porte, car n'utilisent-ils pas...

le 20/06/2021 à 15:07
Signaler
Ne vous déplaise BNP Paribas avait le choix de refuser de payer l'amende et sortir du marché bancaire US pour soutenir jusqu'au bout le régime de ayatollahs...

à écrit le 20/06/2021 à 11:26
Signaler
" l'appareil a reçu entre 49 et 72 milliards de dollars de subventions publiques pour son développement" Sachant que nous devons être dans le même ordre de grandeur de subvention publique pour l'économie aérienne, combien d'emplois pérennes et in...

à écrit le 20/06/2021 à 11:06
Signaler
Il le semble qu'on se fait beaucoup d'illusions sur la croissance mondiale du trafic aérien. Que ce soit sur le plan des déplacements professionnels et surtout touristiques les niveaux anticipés par les constructeurs d'avions relèvent plus de la méth...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.