Dassault : le Rafale éclipse les Falcon en 2015

 |   |  362  mots
En 2015, Dassault Aviation a vendu 48 Rafale et 45 avions d'affaires Falcon
En 2015, Dassault Aviation a vendu 48 Rafale et 45 avions d'affaires Falcon (Crédits : Dassault Aviation K. Tokunaga)
L'année 2015 est un petit cru pour Dassault Aviation en termes de livraison de Falcon et de Rafale. Un trou d'air qui n'est que passager.

Dassault Aviation peut une nouvelle fois se réjouir d'avoir un pied dans le civil et l'autre dans le militaire. Car si les prises de commandes dans le militaire ont explosé en 2015, celles dans le civil ont battu de l'aile l'an dernier. très longtemps, l'aviation d'affaires a porté l'activité du célèbre avionneur tricolore dont l'emblème est un trèfle à quatre feuilles. Et par chance, le trou d'air dans les commandes de Falcon a été compensé par les deux contrats export du Rafale en Egypte (24 appareils) et au Qatar (24 appareils). L'Inde devrait suivre fin janvier comme le révélait La Tribune même s'il faut rester prudent avec ce pays. Fin 2015, le carnet de commandes s'élevait à 91 Falcon et 83 Rafale (38 France et 45 export), contre 121 Falcon et 43 Rafale pour la France au 31 décembre 2014.

Concrètement en 2015, 45 Falcon ont été commandés, contre 90 prises de commandes en 2014. Ce bilan en berne est en outre accentué par l'annulation d'une livraison de 20 Falcon 2000 à l'opérateur d'avions d'affaires en multi-propriété, NetJets. Un contrat signé en 2006 et dont l'issue était déjà en suspens depuis quelques années. Du coup, le solde net de commandes s'élève à 25 Falcon pour Dassault Aviation en 2015. "Après une croissance de l'activité Falcon en 2014, la situation économique, notamment dans les pays émergents, a fortement pesé sur nos prospects et clients", a expliqué le constructeur dans un communiqué publié mardi.

Baisse des livraisons de Falcon et de Rafale

Dassault Aviation a livré 55 Falcon en 2015, contre 66 en 2014. "Alors que nous escomptions 65 livraisons Falcon en 2015, nous avons dû faire face à un affaiblissement des prises de commandes", a constaté l'avionneur. En outre, huit Rafale (cinq pour l'armée de l'air française et trois 3 pour l'Égypte) ont été livrés l'année dernière conformément aux prévisions de Dassault Aviation, contre 11 Rafale pour la France en 2014.

Par ailleurs, Le constructeur a poursuivi la livraison des travaux de modernisation des Mirage 2000 indiens et des Rafale Marine rétrofités au standard F3. Les deux derniers Falcon 50 de SURveillance MARitime (SURMAR) ont également été livrés à la direction générale de l'armement au cours de l'année 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2016 à 9:01 :
Bravo, bel article !
C'est l'Etat français qui soutient à coût de milliard le Rafale depuis des années et non la branche d'aviation civile. Par ailleurs, jolis "contrats" avec des pays très "limites" voir pire. Merci Dassault de rendre le monde moins sûr et de le saccager par son activité et ses pratiques.
Réponse de le 07/01/2016 à 10:55 :
Votre commentaire est aussi arrogant que faux :
1- vous pouvez détester M.dassault pour son engagement politique sans dénigrer notre industrie, car un rafale c'est 50% dassault, mais c'est aussi Safran, thales et bien d'autre société FRANCAISES !!!
2- LA TVA et l'ensemble des emplois liés au Rafale retombent en france, ça n'aurait pas été le cas avec des avions achetés sur étagère
3- les contrats avec des pays "limites" auraient été honorés par un autre fabricant d'arme,(Russie, USA, Chine ou autre...) donc votre phrase n'a pas de sens dans un monde concurrentiel, et nous permet de "geler" l'approvisionnement en munition en cas de conflit ce que ne feraient certainement pas les russes ou les chinois en vendant des sukhoi ou autres JF-17...
4- Le rafale permet a la france de garder son indépendance militaire et son savoir faire technologique, ne vous en déplaise.
Réponse de le 07/01/2016 à 10:55 :
Votre commentaire est aussi arrogant que faux :
1- vous pouvez détester M.dassault pour son engagement politique sans dénigrer notre industrie, car un rafale c'est 50% dassault, mais c'est aussi Safran, thales et bien d'autre société FRANCAISES !!!
2- LA TVA et l'ensemble des emplois liés au Rafale retombent en france, ça n'aurait pas été le cas avec des avions achetés sur étagère
3- les contrats avec des pays "limites" auraient été honorés par un autre fabricant d'arme,(Russie, USA, Chine ou autre...) donc votre phrase n'a pas de sens dans un monde concurrentiel, et nous permet de "geler" l'approvisionnement en munition en cas de conflit ce que ne feraient certainement pas les russes ou les chinois en vendant des sukhoi ou autres JF-17...
4- Le rafale permet a la france de garder son indépendance militaire et son savoir faire technologique, ne vous en déplaise.
a écrit le 06/01/2016 à 19:24 :
"le Rafale éclipse les Falcon en 2015". Merci Sarko, merci Hollande. Cela fait un sacré moment que ces deux là mettent le bazard au Moyen Orient afin de relancer notre fleuron de l'industrie de l'armement.
a écrit le 06/01/2016 à 12:11 :
Petit cru, c'est vite dit. J'en attendais un Falcon pour Noël et au final je n'ai eu qu'un BB8 !
a écrit le 06/01/2016 à 11:28 :
Au lieu de confier le projet d'avion de transport européen à Airbus et son A400M raté, on aurait mieux fait de confier un contrat à Dassault qui aurait choisi ses partenaires en Europe !
a écrit le 06/01/2016 à 11:07 :
La mauvaise réputation internationale de Serge Dassault commençait à mettre en péril cette remarquable industrie de pointe française qu'il est indispensable de conserver. Heureusement ce dernier n'est plus décisionnaire de son entreprise et c'est l'État, comme quoi parfois nous avons besoin de l'argent public, mais seulement parfois, qui dorénavant gère le business, Serge continuant à en être un actionnaire principal que tout le monde se rassure il n'est pas en train de faire la manche actuellement.

La croissance de Dassault Industrie dont les mauvaises habitudes ont certainement été chassées ne devrait être qu'exponentielle dans l'avenir.
a écrit le 06/01/2016 à 10:25 :
Il manque un modèle civil commercial; Bombardier décline le CRJ 200 en Challenger 800, c'est le même format que le 5X, il suffit de lui enlever 4 tonnes de fuel pour des trajets de 3500 nm, et de mettre des sièges au pas de 28//29". Udvàr-Hazy en prendra bien une petite poignée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :