Dassault va produire trois Rafale par mois

 |   |  1083  mots
Dassault Aviation prévoit d'engranger de nouvelles commandes à l'exportation
Dassault Aviation prévoit d'engranger de nouvelles commandes à l'exportation (Crédits : Dassault Aviation A. Février)
Dassault Aviation a décidé d'augmenter ses cadences de production du Rafale. Elles vont passer de un appareil à trois par mois, selon des sources concordantes.

Dassault Aviation, qui a livré lundi à l'Égypte les trois premiers Rafale sur une commande de 24 appareils, a décidé d'augmenter ses cadences de production de l'avion de combat. Selon des sources concordantes, l'avionneur aurait décidé de les porter à trois appareils par mois, contre un actuellement (11 Rafale par an). Certains sous-traitants évoquent même quatre appareils par mois. Ce qui est sûr c'est que le nombre de livraisons de Rafale augmentera à partir de 2018, le temps pour le groupe d'orchestrer cette montée en cadence. Cette augmentation des cadences nécessitera quelques investissements pour Dassault Aviation, notamment dans l'outillage.

"J'ai décidé d'augmenter la cadence de fabrication du Rafale pour non seulement faire face aux premières commandes mais surtout pour anticiper de futures commandes que nous estimons probables dans les mois qui viennent", a déclaré le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, à la presse à l'issue de la cérémonie de remise des trois Rafale à l'Egypte, qui s'est déroulée au centre d'essais en vol d'Istres de Dassault Aviation.

Les trois Rafale livrés lundi sont arrivés ce mardi au Caire et ont survolé les pyramides. Ils défileront le 6 août lors de la cérémonie d'inauguration du doublement du canal de Suez en présence du président égyptien, le général Al-Sissi et son homologue français, François Hollande.

Des nouvelles commandes?

Pourquoi ce plan de montée en cadence de la production? Parce que Dassault Aviation compte sur un nouveau contrat fin 2015, début 2016, puis d'autres encore à moyen terme. Tous les observateurs estiment d'ailleurs que les Émirats Arabes Unis Eric (EAU) seront le prochain client du Rafale (une soixantaine d'appareils), qui sera "customisé" à la mode émiratie. Peut-être d'ici à la fin de l'année. "Il est vraisemblable que le Rafale des Emiratis sera mieux que celui de l'armée de l'air française", estime un proche du dossier. Question de moyens. Cela avait été déjà le cas avec les Mirage 2000-9 bien supérieurs à ceux de l'armée de l'air française. Mais Abu Dhabi a renoncé à un moteur plus puissant que le Rafale français (9 tonnes au lieu de 7,5).

Lors de cette cérémonie, Eric Trappier a également précisé que les discussions avec la Malaisie et des présentations à l'Indonésie se poursuivaient. Il a enfin assuré qu'en Suisse, tout était ouvert.

Conformément à la loi de programmation militaire (LPM), les livraisons de Rafale liées aux contrats Égypte (24 appareils, dont 16 biplaces) et Qatar (24 plus 12 en option) vont se substituer à celles du Rafale destinées à l'armée de l'air française jusqu'en 2019. Mais ce n'est pas encore suffisant. Car pour le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon, le compte n'est pas bon au niveau de l'exportation malgré les 48 vendus à l'Egypte et au Qatar, qui possèdent tous les deux des options pour 12 appareils supplémentaires. "Compte tenu du contrat signé avec le Qatar, ce sont déjà une bonne trentaine d'avions export qui se substitueront aux livraisons nationales : il en manque donc de cinq à dix pour atteindre l'objectif, ce qui, au vu des prospects en cours, se fera sans difficulté", avait-il expliqué aux députés fin mai.

Interrogations autour d'une montée en cadence

Pour un industriel interrogé sur une montée en cadence de la production des Rafale, "ce sont des soucis de riches, des soucis que nous préférons gérer. Ce dont on parle me semble tout à fait gérable". Et de rappeler qu'un "avion par mois" sort de la chaine, sauf en août où elle est fermée. Soit 11 par an. "Nous avons appris à travailler lentement, note-t-il. C'est cela la réalité, nous avons appris à travailler lentement pour se mettre au rythme d'acquisition qui était permis au ministère de la Défense". Donc, "si on doit monter en cadence à 1,5 par mois, voire de 1,5 à 2 appareils,  Il faut juste réapprendre à travailler normalement. Je sais comment trouver des solutions, cela ne m'inquiète pas plus que cela".

Selon le Délégué général de l'armement, "la maison Dassault est à même d'assurer une cadence de production de trois avions par mois". Mais pour lui, "la vraie question est de savoir si ses fournisseurs suivront : je pense par exemple au motoriste, qui produit des aubes de turbine à fabrication de long cycle". Au total, entre 300 et 500 PME contribuent au programme Rafale, "parmi lesquelles des équipementiers qui travaillent aussi pour Thales sur des radars".

"Les capacités de montée en puissance de ces entreprises doivent être vérifiées au cas par cas ; à défaut, il faudra trouver des secondes sources, ce qui n'est pas simple car les qualifications devraient alors intervenir dans des délais assez brefs. La LPM a en tout cas été construite sur la base d'une livraison de vingt-six Rafale monoplaces, biplaces et marine : pour le reste, les incertitudes demeuraient grandes", avait expliqué le délégué général lors de son audition fin mai à l'Assemblée nationale.

 Livraison du Rafale à l'armée française

Dassault Aviation produisait 11 Rafale par an qui, jusqu'à l'an passé, étaient tous destinés à l'armée française, qui n'en réceptionnera que cinq cette année. Trois autres sont fabriqués pour l'Égypte, qui attend la livraison de trois autres Rafale début 2016. Du coup, Dassault Aviation ne devrait livrer que 8 Rafale en 2015 et 14 en 2016. Initialement, la LPM prévoyait la livraison de 11 Rafale en 2014, 11 en 2015 et 4 en 2016 à l'armée de l'air française. Au total, pendant la LPM, l'armée de l'air et la Marine doivent recevoir 26 Rafale (19 pour les aviateurs et 7 pour l'aéronavale). Mais la commande égyptienne a un peu chamboulé l'ordonnancement des livraisons des derniers Rafale à l'armée française.

L'armée de l'air espère récupérer les six Rafale biplaces prélevés, qui auraient dû lui être livrée en 2015, "avant 2018", a insisté le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Denis Mercier lors d'une audition fin mai à l'Assemblée nationale. Il a averti  qu'"aucun autre avion ne peut aujourd'hui nous être prélevé. Si un autre client à l'export, après l'Égypte, demandait un avion plus tôt, ce serait au détriment de notre capacité opérationnelle, alors même que nous aurons à assurer la formation des Qataris". Pour le général Denis Mercier, c'est clair et net : "si un autre client arrive, il faudra produire plus d'avions".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2015 à 1:18 :
@Roger
Votre commentaire est aussi mal écrit que mal à propos. D'une part le rafale n'a jamais été un avion de supériorité aérienne mais un avion multirôles. Les avions de supériorité aérienne sont le F22 , le typhoon , et, dans une moindre mesure , le suckoi 35. Or il se trouve que le rafale est aussi bon qu'eux voir meilleur dans certains domaines de la supériorité aérienne comme le dogfight.
Ensuite, l'heure de vol du rafale est inférieure à celle des avions de sa catégorie .
Enfin, le rafale est, et de loin, le meilleur appareil de pénétration et d'attaque actuellement en dotation et en opération. C'est également le seul à pouvoir décoller avec une fois et demi son poid en emport, et c'est le seul appareil réellement omnirole du moment, et pour de nombreuses années.
Posez-vous la question : pourquoi les britanniques, les suédois, les allemands , les américains et les russes passent leurs temps a essayer de démonter le rafale , et pourquoi ni dassault ni le drian ne répondent pas ? Par ce que quand on sait qu'on a le meilleur avion, on est au dessus de ca.
La France est actuellement la première puissance militaire aérienne européenne , qualitativement , et techniquement . D'ici 4/5 ans nous serons également la plus importante quantitativement , car, quoiqu'on en pense , le rafale est moins cher que le typhoon, bien moins cher que le F35, a peine plus cher qu'un Gripen NG pour des capacités bien supérieures , et tres tres largement plus avancé et plus faible que les production russe .
Ce n'est pas toujours que la France peut s'enorgueillir d'avoir fait les bons choix. La, c'est le cas !
Réponse de le 24/07/2015 à 9:15 :
Très bon message Elmin.
Rien à rajouter. C'est très plaisant de lire des personnes qui savent de quoi elles parlent.
Réponse de le 03/08/2015 à 13:19 :
Très bonne explication, voilà quelqu'un qui maitrise son sujet. Cela change des discours fallacieux qu'on entend à longueur de journée largement véhiculés par ses détracteurs et les "journaliste" sans grande connaissance à ce sujet.

Le plus désolant c'est que la plus part des gens ignorent tout cela...

NB: concernant les avions russe le Rafale est "plus avancé et plus fiable" et non "faible", petite coquille :).
a écrit le 23/07/2015 à 15:16 :
L'arme et de l'aire n'est pas à plaindre, nous avons deja de beau raffale tous neufs.... Bien ne pas oublier que dans notre armee de l'aire, nous avons des avions de transports qui on 30 ans, il en est de meme pour les ravitailleurs.... Ensuite pour ne pas trops utiliser nos raffale tous neufs, a l'heure de vole exorbitant, il me semble importants de nous équiper d'un avion d'attaque au sol.... Ne pas oublier que nous combattons des comiques fou de dieux en mobilette... Donc la supériorité aérienne est gagnier depuis très longtemps, dons utiliser nos beaux avions multirole tous neufs s'est gaspiller notre argent....mon général.
Réponse de le 23/07/2015 à 23:01 :
Pour info, l’Égypte n'achète pas le Rafale pour sa supériorité aérienne mais pour ses capacités d'attaque air-sol supérieur à tout les autres avions de combat y compris à ceux de 5ème génération.

Le Rafale possède un arsenal de guerre électronique qui lui permet de brouiller assez longtemps les ondes radars adverse pour lui permette de lancer ses bombes sur les cibles en sécurité, prouvé durant la guerre libyenne.
a écrit le 22/07/2015 à 20:52 :
Toujours les même râleurs, désolé pour les pro-russes mais le Rafale se porte bien sans vous.

A propos il parait que la Russie ne peut pas s'offrir plus de 12 Sukhoi T-50 alors qu'il y avait six mois Poutine disait être capable de s’offrir 200 T-50.
Réponse de le 23/07/2015 à 12:32 :
Le problème concernant les informations sur la Russie c'est qu'il n y a plus aucune objectivité de la part de la presse.
Résultat: nous ne pouvons plus être sûrs des informations qui nous sont données.
Ainsi votre information selon laquelle la Russie ne pourrait s'offrir que 12 T-50 est surprenante: je croyais que l'avion était toujours en phase de développement.

Sinon sur le Rafale je suis d'accord avec vous. Il se porte très bien et il aura probablement une longue carrière, surtout quand on tient compte des (énormes) problèmes de développement du F-35 et de l'arrêt prochaine des chaînes de montage du Typhoon.

À propos des problèmes du F-35 comment se fait-il que la presse généraliste Française ne s'en fasse pas l'écho?
Réponse de le 23/07/2015 à 21:43 :
@Scipion:
L'information concernant le T-50 me vient d'un média de Singapour "Business Insider" du 27 Mars qui disait... "Russia previously had plans to produce 52 fifth-generation T-50 fighters by 2020. However, these plans have been drastically scaled back. The Kremlin will now only procure 12 of the new jets."

Je suis aussi étonné que vous que les médias français n'en parlent pas mais je pense que c'est pour ne pas vexer les yankee.
a écrit le 22/07/2015 à 9:11 :
Pourquoi pas même 4 par mois ..à condition que se soit le client qui paie et pas le contribuable ...car le contrat indique d'être méfiance sur les réalités financières...
Réponse de le 22/07/2015 à 16:49 :
Ou dix ? Il faut voir si les 500 sous-traitants peuvent fournir les diverses pièces en quantité démultipliée, et embaucher du personnel qualifié (CDD ?) pour l'assemblage du puzzle. Ça chamboule les habitudes, c'était un par mois, la gestion de fabrication doit s'adapter, préempter.
Si tout le monde en veut, ça va devenir ingérable. 500 exemplaires, la galère. :-)) Livraison dans onze ans.
a écrit le 22/07/2015 à 8:30 :
"Conformément à la loi de programmation militaire (LPM), les livraisons de Rafale liées aux contrats Égypte (.) et Qatar (.) vont se substituer à celles du Rafale destinées à l'armée de l'air française jusqu'en 2019. Mais ce n'est pas encore suffisant. "

Bon eh bien regardez combien on en a au jour d'aujourd'hui, et faites vos guerres avec, parce qu'après il n'y en aura plus - car 2019 c'est bien loin...

Déjà qu'on nous avait dit pour financer les drones (vous savez, ces jouets couteux sous contrôle total des américains) on pouvait bien se passer de trois Rafales, c'est pas grave chef on avait déjà trop (et dans un autre sujet ce post qui disait que cela procurait à l'AA "une pause bienvenue" - eh oui, c'est tellement épuisant de recevoir de l'industriel des avions neufs et de les mettre en œuvre ensuite en escadron....)
Réponse de le 24/07/2015 à 1:30 :
Le chef d'état-major de l'armée de l'air s'est exprimé sur le sujet cette semaine : les rafales livres à l'Égypte seront remplacés rapidement (et pas en 2019) et la dotation du second escadron nucléaire (suite au retrait des 2000N) 'n'aura pas de retard significatifs.
En outre, plusieurs rafales avaient été produits "en avance" pour l'AA et l'aéronavale afin de respecter la cadence de production minimale de la chaîne. Les premières livraisons à l'export ne font que rééquilibrer le planning de livraison.
Ceci dit , le passage à 3 avions par mois est une surprise, car on s'attendait plus a du 1,7 a 2. Cela signifie non seulement que les clients sont pressés , mais que dassault a de réels assurances quand aux contrats qui suivent. Rappelons que le cema indien a déclaré qu'il était favorable à une seconde commande de rafales pour remplacer totalement ses mig 21 et 27 (et backuper ses suckoi 30 qui passent plus de temps cloués au sol qu'à voler suite à des accidents répètes )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :