Comment le ministère des Armées a réglé la facture des OPEX en 2020 (1,461 milliard)

 |  | 610 mots
Lecture 3 min.
Comme les années précédentes, le ministère des Armées n'a pas souhaité faire appel à la solidarité interministérielle pour gérer le solde des surcoûts des OPEX et MISSINT, compte tenu du contexte économique et sanitaire
Comme les années précédentes, le ministère des Armées n'a pas souhaité faire appel à la solidarité interministérielle pour gérer le solde des surcoûts des OPEX et MISSINT, "compte tenu du contexte économique et sanitaire" (Crédits : Ministère des Armées)
En dépit d'une hausse des surcoûts des opérations extérieures et intérieures (OPEX et MISSINT) en 2020 (plus de 60 millions d'euros), la fin de gestion du budget du ministère des Armées a été beaucoup moins perturbée l'an dernier grâce à la provision initiale de 1,2 milliard d'euros.

1,461 milliard d'euros, c'est le montant total des surcoûts des opérations extérieures et intérieures de l'armée française, les fameuses OPEX et MISSINT. Soit une hausse de plus de 60 millions d'euros par rapport à la facture de 2019 (1,398 milliard d'euros). En dépit d'une baisse du coût de l'opération Chammal au Levant, l'augmentation du surcoût des OPEX et MISSINT en 2020 s'explique essentiellement par le renforcement des effectifs de l'opération Barkhane dans la bande sahélo-saharienne (BSS), qui sont passés de 4.500 à 5.100 militaires et par le lancement de l'opération Résilience (Covid-19). Une facture qu'a réglé en 2020 l'Hôtel de Brienne dans son intégralité à l'image des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2021 à 19:06 :
Au Mali les obsèques sont comprises dans le paquetage de chaque soldat...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :