Dossier STX : la France en cale sèche (1/3)

 |   |  1363  mots
Au-delà du marché de la croisière, le dossier de la vente de STX Saint-Nazaire revêt des enjeux de souveraineté nationale pour la France.
Au-delà du marché de la croisière, le dossier de la vente de STX Saint-Nazaire revêt des enjeux de souveraineté nationale pour la France. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Que peut faire la France pour empêcher la vente de STX Saint-Nazaire à un groupe chinois? Pas grand chose. Car c'est un juge sud-coréen qui est à la manœuvre et qui vendra STX Offshore & Shipbuilding et sa filiale française au plus offrant.

La grenade STX Saint-Nazaire va très prochainement être dégoupillée par un juge sud-coréen le 4 novembre. Selon les termes d'un proche de cette opération, c'est le dossier "super merdique" par excellence, qui empoisonne depuis plusieurs semaines le gouvernement français et le groupe naval DCNS. Ce dernier fait notamment travailler le chantier de Saint-Nazaire sur les très grands navires de guerre comme les porte-hélicoptères de type Mistral, les porte-avions et les pétroliers-ravitailleurs.

Et ni la France, qui détient 33,34% de STX Saint-Nazaire, ni DCNS ne maîtrisent la gestion de ce dossier et encore moins son issue en dépit de rodomontades des uns et des autres. Le dossier va donc se jouer à la barre d'un tribunal, et non dans les coulisses diplomatiques.

"L'État a aujourd'hui la capacité de s'opposer à la prise de participation d'actionnaires qui nous paraîtraient mauvais pour la continuité économique et sociale", a jugé le ministre de l'Economie Michel Sapin en réponse à une question du député Jean-François Lamour (LR) à l'Assemblée nationale. "Nous veillerons à ce que quel que soit le repreneur, ce partenariat stratégique pour nous et pour la France puisse être respecté et pérennisé", avait pour sa part souligné le PDG de DCNS Hervé Guillou avant le salon Euronaval.

Un juge sud-coréen à la manœuvre

Celui qui va décider du sort de STX Saint-Nazaire et de sa maison-mère n'est autre qu'un juge sud-coréen, qui va organiser la vente du groupe STX Offshore & Shipbuilding au profit des créanciers. Le chantier naval sud-coréen a demandé en mai dernier son placement en redressement judiciaire. Bref, l'industriel qui va l'emporter sera celui qui mettra le plus d'argent sur la table du juge. Clairement, cette vente au enchères pourrait profiter à un groupe chinois ou à un rival de DCNS. Tout le monde en saura plus au premier round, ce jeudi, jour butoir de la remise des lettres d'intention des éventuels repreneurs.

STX Offshore & Shipbuilding a été mis en vente il a y deux semaines par la justice à Séoul en même temps que sa filiale française, les chantiers navals de Saint-Nazaire, avec possibilité d'acheter les deux sociétés séparément ou en bloc. Sur ordre du tribunal de commerce du district central de Séoul, l'appel d'offres public publié dans un journal local a invité les acheteurs potentiels à envoyer leurs lettres d'intention d'ici au 4 novembre.

"Les candidats peuvent faire une offre pour l'une ou l'autre des deux compagnies ou pour les deux à la fois", dit l'avis. Un porte-parole du tribunal avait fait part mardi de sa préférence pour une vente groupée.

Mais que va décider le juge, vente en bloc ou par appartement? On en saura certainement beaucoup plus le 11 novembre quand les banques créancières de STX Offshore & Shipbuilding, dont la banque publique Korea Development Bank, et d'autres créanciers vont se retrouver le 11 novembre pour donner leur feu vert au(x) projet(s) de reprise du chantier. En cas de rejet, STX risque la liquidation. STX Offshore & Shipbuilding se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande mondiale en berne. Les offres engageantes des repreneurs devraient être remise avant Noël.

STX Offshore & Shipbuilding, jadis le quatrième constructeur sud-coréen, est sous le contrôle de ses créanciers depuis 2013, dont la banque publique Korea Development Bank. Ceux-ci ont lâché plus de 4.000 milliards de wons (3,2 milliards d'euros) pour l'aider à faire face à ses échéances. Mais cela n'a pas suffi à remettre l'entreprise à flot et son endettement total atteignait 7.300 milliards de wons en juin dernier.

Quels enjeux pour le ministère de la Défense?

Au-delà du marché de la croisière, ce dossier revêt des enjeux de souveraineté nationale. Car le repreneur qui met la main sur STX Saint-Nazaire dispose de capacités à fabriquer des très grands navires de guerre. Ce que ne fait plus DCNS depuis 2008, année où sous l'égide de l'État et du ministère de la Défense, STX et DCNS ont conclu "une paix des braves", déjà renouvelée une fois par les deux groupes, après une concurrence effrénée pendant des années pour la construction des très grands bateaux militaires français (porte-hélicoptères Mistral, porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle). Pourquoi? Parce que le ministère de la Défense n'avait plus les moyens de conserver deux chantiers de cette taille et d'en entretenir les compétences.

Parallèlement à la fermeture du bassin numéro 9 de Brest, où le Charles-de-Gaulle a été construit, le gouvernement a confié à STX, selon l'accord signé par les deux groupes, la construction des très grands bâtiments de guerre à l'image des BPC de la Marine nationale et ceux finalement revendus à l'Egypte. En contrepartie, le chantier de Saint-Nazaire doit mettre à la disposition de DCNS les moyens, les équipes et les compétences pour la construction de ces navires. Ce pourrait être le cas pour le successeur de l'actuel porte-avions nucléaire (PAN) ou la construction d'un second PAN, d'un contrat export portant sur un Bâtiment de projection et de commandement (BPC de type Mistral) ou, enfin, pour le lancement du programme de ravitailleurs-pétroliers militaires français attendu depuis plusieurs années.

En tous cas, pas question de rouvrir un bassin de cette envergure à Brest. "Ce serait prohibitif pour la France", estime-t-on. Notamment en termes d'achat d'équipements. En outre, DCNS a perdu les compétences pour ce type de navire. Enfin, STX est le seul chantier à fabriquer des panneaux plans avec des flux relativement constants sur de très longues années. "D'où l'importance de conserver cet outil stratégique en vie et d'en maintenir l'accès pour DCNS", explique-t-on à La Tribune.

Que peut faire la France?

Face aux craintes de voir tomber un fleuron français dans l'escarcelle d'un repreneur inquiétant, la France ne peut rien faire pour le moment. Elle ne peut pas influer sur la décision du juge sud-coréen, qui choisira l'offre la plus-disante sur le plan financier. En revanche, elle peut faire pression sur les repreneurs, ou en tout cas essayer de faire pression. Ainsi le ministre français de l'Economie Michel Sapin avait assuré il y a deux semaines que Paris disposait de deux armes pour "faire prévaloir les intérêts de la France" en tant qu'actionnaire.

Mais le pacte d'actionnaires conclu entre Paris et le norvégien Aker, puis reconduit avec STX Offshore & Shipbuilding, ne semble pas de nature à effrayer et encore moins à contrecarrer les plans du repreneur de STX Saint-Nazaire. Il porterait, selon nos informations, uniquement sur des droits sociaux. "Ce n'est pas un pacte fort", explique-t-on à La Tribune, à l'exception du droit de préemption si l'actionnaire majoritaire vend tout ou partie de sa participation dans sa filiale.

La deuxième arme semble un peu plus dissuasive. Il s'agit du décret dit Alstom, adopté au printemps 2014 à l'initiative de l'ex-ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, qui permet au gouvernement d'interdire la vente d'une entreprise française à un groupe étranger quand les intérêts stratégiques du pays sont menacés. "Nous avons la capacité de défendre les intérêts stratégiques de la France en nous opposant, en refusant qu'un actionnaire qui risquerait de mettre en cause notre indépendance devienne propriétaire d'un grand chantier comme celui-ci", a prévenu Michel Sapin, dans une allusion implicite au décret.

Enfin, le gouvernement français avait déjà fait savoir qu'il n'envisageait pas de nationaliser Saint-Nazaire pour faire barrage à certains acquéreurs, notamment chinois, mais qu'il veillerait à ce que soit retenu un repreneur soucieux des intérêts français. STX France compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants. En outre, le chantier dispose d'un carnet de commandes très bien rempli, avec 14 paquebots de croisière à construire d'ici 2026 pour deux clients importants, l'italo-suisse MSC Croisières et l'américain Royal Caribbean.

>> Lire : Pourquoi DCNS ne peut pas se désintéresser de STX (2/3)  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2017 à 8:45 :
Bon comme toujours la vente de grande entreprise francaise posse probleme, car il y a criante de vente à la découpe.... ( par petite éléments) . Maintenant pour évité tous probleme nous aurions dû il y a bien longtemps éviter la vente de l'outil industriel français.... Mais bon toujours une histoire de politique économique d'un gouvernement a l'autre..... Notre pays est en desinstrualisation depuis 20 ans et nous avons déjà (5) 3 millions de sans emploi, il est plus que tant de reagir... La vente d'acierlors et Alstom et bien d'autre sont de vrais scandales d'état, effectuer au détriment de la France sous le couvert de la loi du marché... Mais il est impossible de racheté une entreprise au USA ou en Chine du fait de protectionnisme.... Alors que chez nous l'on détruit nos industries.... Honte à nos gouvernements.
a écrit le 04/11/2016 à 19:30 :
@ BONSOIR La faute à qui? A HOLLANDE et son stupide embargo sur les bateaux russes pour servir els intérêts stratégiques américains avec l'affaire de CRIMEE les américains avaient besoin d'un port sur la mère noire ! donc HOLLANDE comme un brave caniche a décrété cet embargo sans se préoccuper des conséquences mais peut il réflèchir avant d'agir ? NON . La CRIMEE appartient à al RUSSIE depuis al fin du XVIII ème siècle date de sa conquête sur l'EMPIRE OTTOMAN ce qui a eu aussi pour effet de libérer l'UKRAINE de la domination turque ! c'est en 1954 que el communiste ukrainien l'a rattaché à l'UKRAIEN sans autre forme de procès alors HOLLANDE relis ton histoire avant de prendre des décisions lourdes de conséquence : les embargos du sieur POUTINE sur les produits français !
Réponse de le 05/03/2017 à 8:54 :
Bon il est claire que l'embargo sur les bateaux russe n'a pas aider.... Car il me semble qu'il ete prévu la commande de 2 autre navir én option.... Mais bon , nous n'aurions jamais dû accepter de vendre cette entreprise à un pays étranger, sans avoir une capacité d'action pour évité les licenciements.... Maintenant nous alons avoir encore une entreprise française qui risque d'être morcelé.... Avec un chantage à l'emploi en perpective ( comme général electrique à Belfort)... Mais tous vas bien, Mr le president l'a dit.
a écrit le 03/11/2016 à 11:50 :
l'état français ne peut rien faire ? c'est aller un peu vite peut être ..... Pourquoi donc nous ne pourrions saisir l'europe sur ce sujet et essayer de contituer un consortium du type d'airbus qui profiterait aux européens d'abord et qui au passage permettrait de montrer quelque avantage à une europe politique à terme .Cela valant aussi bien pour les aéroports que les ports qui sont aussi des outils stratégiques pour l'europe et que nous avons laissés aller vers la chine à Toulouse , bientôt Nice ? ou le port du Pirée.
a écrit le 03/11/2016 à 8:17 :
La seule chose qui aurait pu être faite était la mise en sauvegarde de STX France aupres du Tribunal de Commerce de Saint Nazaire, justifiée par la possible mise en liquidation de sa maison mère STX Corée. Nul doute que ceci constituait "un risque réel et sérieux" (ce sont les termes de la Loi de 2008) pour peser sur l"avenir de STX France.
C'était l'objet du voeu présenté par le groupe FN RBM au Conseil Régional des Pays de la Loire au mois d'octobre.
a écrit le 03/11/2016 à 7:15 :
Si c'est stratégique , et ça semble le cas , on fait comme l'Allemagne il y a peu , on bloque . Un seul porte -avions , c'est juste bancal ......la décision s'impose !
Toto
a écrit le 02/11/2016 à 19:40 :
Vue que s'est deja un coréen le propriétaire , cela pourra être un chinois demain.... Nous ne somme plus propriétaire de cette entreprise depuis quelque temps.... L'état francais ferais mieux de proteger les entreprise qui sont encore francais.... Pour le reste s'est deja trop tards.....
a écrit le 02/11/2016 à 19:12 :
....Cela serai amusant que les russes se mettent sur les rangs..
a écrit le 02/11/2016 à 17:57 :
Quel est le groupe français à capitaux français qui aurait les reins assez solides pour enlever le morceau? C'est de ce côté là qu'il faudrait se pencher. L'article de LT ne donne pas de solution ni de nom car il n'y en a pas. L'acheteur va s'intéresser en premier lieu au carnet de commande bien rempli de STX st Nazaire à qui il demandera une accélération de la fabrication des unités en commande afin de consolider son achat au plus vite et le prix ultérieur de revente du chantier naval. Quel que soit l'acheteur, celui ci s'en débarrassera avant 2026 et la survie du groupe sera alors remise sur la table.
a écrit le 02/11/2016 à 16:02 :
Encore un non sens politique, en France, on privatise tout, pour éviter la faillite. (En ce moment les aérports) Vive le neo liberalismo prôné par le gouvernement "socialiste", mais lorsque l'internationalisation se presente, on redevient nationaliste. Alors que maintenant les canadiens vont pouvoir inonder l'Europe de produits made in USA, via Canada, le cirque a propos de n'importe quelle affaire de souveraineté va se reposer. Quand va-t.on enfin savoir ce qu'on veut en France. Les Anglais eux ont compris....
a écrit le 02/11/2016 à 13:11 :
Bullshit ! C'est l'Etat français qui est souverain, pas le juge coréen, un droit de véto est tout à fait possible, à condition que le gouvernement français ne soit pas vendu à la Chine, ce qui est lamentablement le cas !!!
a écrit le 02/11/2016 à 10:50 :
Que peut faire la France pour empêcher la vente de STX Saint-Nazaire à un groupe chinois? Reprendre sa souveraineté de décision! Sinon cela ne sera que le début de la fin!
a écrit le 02/11/2016 à 10:09 :
En arriver à ce stade pour le pays Européen disposant d'autant de kilomètres de façade maritime, ça laisse pantois. Mais, ce n'est que le reflet des gouvernements successifs qui n'ont jamais eu une vison nationale. Seuls pour eux compter l'électoralisme et la soumission pour conserver le pouvoir.
a écrit le 02/11/2016 à 9:52 :
C'est Sarkosy qui a sauvé Alstom de la débâcle et encore grâce à lui que l'état a une participation de 34 % dans STX. Sans lui, STX serait devenu Coréen et les chantiers de St Nazaire démantelé.
Les socialistes n'ont pas le même talent, il suffit de regarder ce qu'ils
ont fait dans le dossier Général Electric ou celui de l'acier. La France en raison de son
dogmatisme idéologique manque de fonds de pension à la française qui pourraient stabiliser le capital de nos entreprises.
Pour mémoire, la totalité des entreprises du CAC 40 son majoritairement contrôlée par des capitaux étrangers.
Réponse de le 03/11/2016 à 12:29 :
Amusant cette histoire de fonds de pensions à la francaise.
Le patrimoine des francais compte plusieurs milliers de milliards d'Euros de fonds en assurance vie qui pourraient bien évidement consolider le capital des entreprises francaises.
Mais l'épargnant francais préfére investir en dette d'état qu'en actions.
Là se trouve le noeud du problème pas dans la capacité d'épargne des francais qui est déjà très elevée.
Evidement les fonds de pensions c'est une solution magique: On vous force à cotiser et l'état nomme quelqu'un qui gerera vos sous en votre nom comme on lui dira.
a écrit le 02/11/2016 à 9:19 :
Le problème lié à l'imputation des charges sociales des entrepries devient urgent. C'est un problème qui doit être réglé par le gouvernement.
Réponse de le 02/11/2016 à 17:07 :
Je complète mon commentaire en précisant que les charges sociales qui sont affectées actuellement aux entreprises doivent être réparties sur le travail et sur la consommation d'énergie des ménages. Il faut basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. Il n'y a pas de solution sans cette mesure, qu'on le veuille ou non. Il faut appliquer la note n°6 du CAE. Quand le comprendrons nous!
a écrit le 02/11/2016 à 9:00 :
Pourquoi avoir vendu a une puissance etrangere ? Quels ont ete les pots de vins verses et a qui ? Le minus sapin pretend peser, ah ! bon de quel poids, celui de son gros ventre bien gras ? Les coreens sont maitres de la partie et le resteront. Si je pouvais decider, j'en profiterai pour demander a la France la restitution des documents historiques voles a la Coree et jamais restitues malgre les promesses du mitrand lors de la signature du TGV coreen. Ca, c'est la real politique, pas celle de ce pseudo sinistre socilo.
Réponse de le 03/11/2016 à 12:31 :
L'état ne peu rien faire car il ne peu pas sortir plusieurs milliards pour racheter STX.
L'agence des participations d'état pourrait juridiquement se porter acheteur au tribunal, mais dans ce cas l'état devrait donner plusieurs milliards et le budget actuel ne le permet pas.
C'est une question de volontée politique.
a écrit le 02/11/2016 à 7:35 :
Faire jouer la loi de 2014. C'est ce que viennent de faire les Allemands avec une société d'électronique en se référant à une loi similaire à la nôtre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :