Florence Parly confirme l'intérêt du Qatar pour 12 Rafale supplémentaires

 |   |  700  mots
Rafale, véhicules blindés VBCI : C'est aussi une négociation qui a lieu depuis de longs mois et dont on espère qu'elle pourra se concrétiser lorsque le président de la République ira au Qatar, au début décembre, a annoncé la ministre des Armées, Florence Parly.
Rafale, véhicules blindés VBCI : "C'est aussi une négociation qui a lieu depuis de longs mois et dont on espère qu'elle pourra se concrétiser lorsque le président de la République ira au Qatar, au début décembre", a annoncé la ministre des Armées, Florence Parly. (Crédits : Philippe Wojazer)
"C'est un sujet qui est en négociations depuis de longs mois", a confirmé Florence Parly à propos d'une possible transaction portant sur les avions de combat de Dassault Aviation.

Comme La Tribune l'avait annoncé la semaine dernière, le Qatar se montre très intéressé par une nouvelle commande portant sur douze Rafale supplémentaires. "C'est un sujet qui est en négociations depuis de longs mois", a confirmé Florence Parly sur une radio à propos d'une possible transaction portant sur les avions de combat de Dassault Aviation. Tout comme un possible contrat pour Nexter portant sur plus de 300 véhicules blindés VBCI. "C'est aussi une négociation qui a lieu depuis de longs mois et dont on espère qu'elle pourra se concrétiser lorsque le président de la République ira au Qatar, au début décembre", a précisé Florence Parly.

Rafale et VBCI au Qatar?

A l'occasion de la venue d'Emmanuel Macron à Doha, l'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, qui était venu le 15 septembre à Paris rencontrer le président français, devrait rapidement se décider sur l'offre de douze Rafale supplémentaire qu'il a sur son bureau. Récemment, Doha a demandé à Paris une prolongation de l'option portant sur la vente de douze Rafale, qui arrivait à expiration, avait-on précisé à La Tribune. Selon nos informations, le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier serait d'ailleurs allé au Qatar porter une offre commerciale pour la vente de douze Rafale à la suite du contrat de 6,3 milliards d'euros (armement compris de MBDA et Safran) signé en mai 2015 par Doha pour l'achat de 24 avions de combat français (six en version biplace et 18 en version monoplace).

Cette visite pourrait également être une occasion de signer un contrat en faveur de Nexter pour la vente de véhicules blindés de type VBCI, présélectionné par le Qatar. "Ce n'est pas exclu", avait-on expliqué à La Tribune. Le groupe d'armement terrestre a répondu il y a plusieurs années à une offre pour plus de 300 véhicules blindés de type VBCI, un contrat estimé à 2 milliards d'euros, pour équiper les forces terrestres qataries. Enfin, la France espère faire avancer une intention de commande de 22 NH90 (MoU), signée en mars 2014 avec Doha. Le comité d'évaluation avait confirmé début juillet ce projet d'achat.

Métro de Doha

Selon des sources concordantes, RATP Dev et Keolis ont par ailleurs remporté un contrat de plus de 3 milliards d'euros (environ 13 milliards de rials qatari) au Qatar en obtenant la concession du métro de Doha sur une vingtaine d'année face au consortium allemand de Deutsche Bahn (DB) et Arriva. Ce contrat obtenu de haute lutte par les deux groupes français pourrait être annoncé lors de la visite d'Emmanuel Macron au Qatar prévue le 7 décembre prochain. En tout cas, c'est l'objectif recherché, explique-t-on à La Tribune.

La première phase du métro de Doha, qui compte 31 stations et 86 km (le programme prévoit 200 km à terme), devrait être opérationnelle fin 2019. Soit un projet de 16,2 milliards d'euros pour les travaux.

Le Qatar, 7ème excédent commercial de la France

Le Qatar représente, selon les données disponibles pour l'année 2016, le septième excédent commercial de la France avec 1,6 milliard d'euros (1,8 milliard d'exportations et 239 millions d'euros d'importations). Sur les neuf premiers mois de l'année 2017, nous avons importé 432 millions d'euros et exporté vers le Qatar un milliard d'euros. La part de marché de la France dans ce pays s'établit à 2,9% en 2016.

Les investissements entre la France et le Qatar sont en hausse. Paris est une destination privilégiée des investissements qatariens. Le stock d'investissements directs (IDE) du Qatar en France a presque triplé depuis 2011 pour atteindre 3 milliards d'euros en 2016. Les flux de ces investissements se sont élevés à 1,8 milliard d'euros en 2016. Les entreprises françaises affichent également une forte présence au Qatar. Ainsi, le stock d'IDE français au Qatar a été multiplié par deux depuis 2008, pour atteindre 1,6 milliard d'euros en 2016.

Enfin, la France et le Qatar ont créé un fonds commun d'investissement entre la Caisse des dépôts et des consignations et le "Qatar Investment Authority", afin d'investir dans des PME à fort potentiel de développement international. Ce fonds commun, "Future French Champions", est opérationnel depuis juin 2014. Sa capacité d'investissement est actuellement de 300 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2017 à 18:55 :
La rafales est une nonne machine, performent et efficase, én plus se sont des clients qui on dè l'argent .... ( alors que se n'est pas forcément le cas de certain des clients d'Afrique du nords )
Pour se qui est du VBCI, il n'est pas sûr que çe véhicules puisse se vendre, car trops spécifique ( réponds trop au critère de l'armée française) et vraiment Spécialisé pour les besoins de certain pays....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :