Grave problème d'étanchéité d'une frégate norvégienne construite par Navantia

 |   |  986  mots
En dépit des efforts des autorités norvégiennes pour maintenir à flot la frégate KNM Helge Ingstad d'environ 5.000 tonnes, elle s'est toutefois enfoncée dans les flots et est quasi totalement immergée.
En dépit des efforts des autorités norvégiennes pour maintenir à flot la frégate KNM Helge Ingstad d'environ 5.000 tonnes, elle s'est toutefois enfoncée dans les flots et est quasi totalement immergée. (Crédits : Reuters)
Le Bureau d'enquête sur les accidents de la Norvège a identifié dans un rapport préliminaire des "problèmes de sécurité critiques", qui nécessitent une "attention immédiate". Notamment des problèmes d'étanchéité entre les compartiments de la frégate KNM Helge Ingstad construite en 2009 par Navantia.

Coup dur pour Navantia. Après la collision le 8 novembre entre une frégate norvégienne, un bâtiment moderne d'environ 5.000 tonnes construit par le chantier naval espagnol, et le pétrolier maltais Sola TV, le Bureau d'enquête sur les accidents de la Norvège (AIBN) a identifié dans un rapport préliminaire public daté du 29 novembre, des "problèmes de sécurité critiques", qui nécessitent une "attention immédiate". L'AIBN a affirmé que le manque d'étanchéité entre les compartiments des frégates de la classe Nansen, est l'un de ces problèmes de sécurité. Il a déjà émis deux alertes de sécurité en attendant de poursuivre une enquête plus approfondie.

"C'est très dur pour une Marine de perdre un navire", a expliqué le chef d'état-major de la marine, l'amiral Nils Andreas Stensønes.

Construite en Espagne en 2009, la KNM Helge Ingstad avait participé aux opérations de désarmement chimique de la Syrie entre décembre 2013 et mai 2014.

Navantia pointé du doigt par l'AIBN

Ainsi, il recommande à l'Agence des matériels de défense norvégienne, en collaboration avec la Marine norvégienne et les autorités de la sécurité des matériels des forces armées norvégiennes (NAFMSA), de lancer des enquêtes sur les problèmes identifiés lors de l'enquête initiale et de mettre en œuvre des mesures nécessaires pour améliorer la sécurité des bâtiments de la marine norvégienne. Il recommande aussi à Navantia, le concepteur du navire, de procéder à des enquêtes similaires et de vérifier si ces défauts  peuvent également affecter d'autres navires. En outre, Navantia est tenu d'envoyer une notification aux chantiers navals concernés, aux propriétaires et aux exploitants, pour prendre les mesures nécessaires pour améliorer la sécurité des navires, et notamment aux quatre autres frégates de la classe Nansen.

"Il ne peut être exclu que le même défaut pour les navires d'une conception similaire délivrée par Navantia, ou que le concept de conception continue d'être utilisé pour les modèles de navires similaires", a expliqué l'AIBN.

L'AIBN se pose notamment des question sur l'étanchéité de certains compartiments du navire de guerre endommagé dans la collision avec le pétrolier maltais. Ainsi, le bureau d'enquête norvégien suppose que ses conclusions ne sont pas conformes par rapport à la norme de stabilité requise pour de tels dommages sur les frégates Nansen. Car l'eau a inondé trois compartiments étanches à bord de la frégate KNM Helge Ingstad : l'arrière salle du générateur, les quartiers de l'équipage du pont d'Orlob et la salle des magasins. L'AIBN a constaté que la voie d'eau est devenue beaucoup plus importante que celle provoquée par la collision. Fort de ce constat, l'équipage composé de 137 marins a décidé d'abandonner le navire et de préparer à son évacuation. La frégate a été évaluée comme ayant une "mauvaise stabilité".

"La KNM Helge Ingstad a subi des dégâts au-dessus et en dessous de la ligne de flottaison. Les dégâts étaient tels que la frégate n'était plus stable et n'avait plus assez de capacité de flottaison", avait déclaré le 8 novembre Sigurd Smith, officier de la Marine norvégienne, lors d'une conférence de presse.

Facteurs humains

La collision entre la frégate norvégienne et le pétrolier est largement due à des facteurs humains, ont par ailleurs indiqué les enquêteurs, qui excluent à ce stade une défaillance technique. De retour de l'exercice de l'OTAN Trident Juncture, la frégate KNM Helge Ingstad a subi une importante voie d'eau et s'était abîmée sur la côte après une collision avec le tanker maltais Sola TV aux premières heures de la journée (vers 4h00) du 8 novembre dans un fjord près de Bergen (ouest). L'accident a fait huit blessés légers parmi les 137 personnes à son bord.

"À nos yeux, il s'agit en grande partie de facteurs humains", a déclaré un responsable de le Bureau d'enquête norvégien sur les accidents, Dag Liseth, lors d'une conférence de presse organisée jeudi pour présenter un rapport provisoire d'enquête.

Selon le fil des événements retracé par les enquêteurs, l'équipage de la frégate a confondu le pétrolier avec la terre ferme car le tanker, alors à l'appareillage, avait le pont illuminé de sorte que son éclairage se fondait avec celui de son terminal de départ et masquait les feux de navigation. Autre malentendu, le bâtiment militaire a ignoré les appels radio du pétrolier l'invitant à virer par tribord pour éviter la collision, pensant qu'ils émanaient d'un autre navire remontant le fjord. "Aucun geste ou événement isolé n'a conduit à l'accident mais l'accident peut s'expliquer par une série de facteurs et circonstances complexes", a précisé l'AIBN dans son rapport préliminaire. Il a également expliqué n'avoir "jusqu'à présent aucune indication montrant que les systèmes techniques n'ont pas fonctionné comme ils le devaient jusqu'à la collision".

La KNM Helge Ingstad quasi immergée

Trois semaines après le naufrage, les autorités s'emploient toujours à essayer de relever la frégate d'environ 5.000 tonnes, qui s'est depuis enfoncée dans les flots et est quasi totalement immergée. La frégate norvégienne avait presque entièrement coulé après la rupture le 13 novembre des câbles d'amarrage qui la maintenaient en place. "Le navire gît maintenant immobile dans des eaux plus profondes", avait déclaré le responsable des opérations de sauvetage de la Marine norvégienne, Håvard Mathiesen. La KNM Helge Ingstad a d'abord reposé près du rivage où son équipage l'avait délibérément échouée, la jugeant inapte à poursuivre sa route.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2018 à 19:51 :
naval group, plusieurs siecles d'expérience
a écrit le 03/12/2018 à 12:49 :
On peut dire ce que l'on veut sur la nature de choc, la taille du bateau en face.

C'est quand même censé être assez résistant pur faire la guerre. Ou peut être "assez économique pour la guerre commerciale" ?

Sur ce coup là, on peut se demander si la perte n'est pas supérieure à l'économie réalisée ?
a écrit le 03/12/2018 à 12:01 :
Je trouve que ces bateaux destinés à subir des chocs me semblent anormalement fragiles et le défaut d'étanchéité entre compartiments est rédhibitoire. J'ai souvenir, il y a très longtemps, d'un escorteur Français passant sur des cailloux à 28 nœuds dans un temps de gueux, il était rentré au bassin avec une brèche de 35 mètres dans la coque et ses hélices avaient perdues leurs pales, ce bateau sera réparé..Souvenirs, Souvenirs, ce bateau s'appelait le Duperré, il y eut aussi l'escorteur Surcouf coupé en deux par un bateau avec des morts à la clé.
Réponse de le 03/12/2018 à 12:46 :
Quand j'étais dans la "Baille", j'ai aussi vu l'escorteur d'Estrées après une collision frontale, et qui n'avait pas coulé. On avait pu le récupérer et le moderniser en lance-missiles. Navantia a gagné beaucoup de contrats, en particulier en Australie et dans les pays du Golfe, par leurs bas prix. Mais
je me méfierais de leur fiabilité. Les Norvégiens, qui ont pourtant des chantiers navals, sont des NATO-fanatiques et n'aiment pas les Français, ni pour leurs frégates, ni pour leurs sous-marins.
a écrit le 02/12/2018 à 20:15 :
Il s'agit d'un rapport préliminaire. Le problème d'étanchéité concerne le passage de l'arbre de transmission au travers des cloisons sensés être étanches.

le choc avec un cargo est quand meme d'une autre nature que l'explosion d'une torpille, il est possible que ce choc ait conduit à plier l'arbre qui aurait alors arraché les supports étanches.
C'est de bonne guerre pour faire la promo comparative de Naval Group en bon francais.

Deux autres destroyer US ont fait des rencontres avec des cargos en asie, ça devient une habitude, ils n'ont pas coulé remarquez.
a écrit le 02/12/2018 à 17:13 :
Un navire de guerre qui coule suite à un "petit" choc avec un autre navire ?

Purée, ils sont en carton leurs navire ?

Heureusement que ce n'est pas la guerre, sinon la moindre torpille le foutrait à l'eau.
a écrit le 02/12/2018 à 17:02 :
Possesseur d' un permis bateau , je peu vous dire que le navire Maltais est prioritaire vu sont temps de réaction par rapport à sa masse Deuxièmement si l' oeil humain est perfectible les radars ne le sont pas....Troisièmement les experts qui ont validés le choix de ce navire ont ils fait correctement leur travail ? Maintenant les mariniers ont ils fermés.correctement les portes étanches dans leur empressement à quitter le navire ? Enfin la proximité de la côte , pourrait qu' ils est raclés un haut font déchirant la coque dans des endroits différents .
Réponse de le 02/12/2018 à 20:06 :
Moi, j'ai pas le permis bateau, mais si je ne gonfle pas assez les boudins de mon Zodiak, il prend l'eau...
Réponse de le 03/12/2018 à 11:52 :
Monsieur l'Amiral de Permibato, commandant d'un zodiac à la Grande-Motte, distille ses commentaires avisés de navigateur aguerri.
a écrit le 02/12/2018 à 14:32 :
Il faut savoir se réjouir des déboires des ses concurrents : Navantia n'est pas au niveau et Naval Group doit le faire savoir.
Réponse de le 02/12/2018 à 14:49 :
Sur quels points ?
a écrit le 02/12/2018 à 13:49 :
Le coup bas pour Navantia pour dévier les enormes incompétences des chefs et de l’equipage (17 noeuds ! de nuit près d’un port et des navires civils, montrer le flanc juste avant le choc..c’est démentiel) sur l’étancheité c’est quand même minable…si c’est le cas c’est les inspecteurs de la marine norvégienne qui ont tout supervisé, en même temps que le constructeur, qui devraient répondrent non en premier non ?
C’est pas plutôt que certaines forces armées de l’Otan sont devenus des club »de navigation par beau temps » et même des armées d’operette ?
Réponse de le 02/12/2018 à 16:09 :
@Captain Pastis
Wouais, mais enfin, les 4 derniers sous-marins espagnols qui ne peuvent pas plonger, parce qu'ils risqueraient de ne jamais remonter, c'est aussi Made by Navantia-etglouglouglou.
Réponse de le 03/12/2018 à 15:15 :
Que de terribles insinuations en 2018.
Comment osez vous dire que "l’équipage le plus féminin de l'histoire de la navigation", dixit la Marine norvégienne qui en faisait les louages quelques mois plus tôt ( https://forsvaretsforum.no/ForumDocuments/F2%202017.pdf Revue des forces armées norvégienne, c'est page 80), était grossièrement incompétent!
Et que du coup il faut vite leur trouver une excuse et que "c'est la faute à ces macho d'espagnols" ça sonne carrément mieux pour la très "inclusive" administration d'un pays nordique.

Pour votre crime politique veuillez immédiatement vous constituer prisonnier au commissariat populaire le plus proche pour purger votre sentence de 10 ans dans un centre européen de rééducation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :