Hélicoptères Caracal : les six gros mensonges de Varsovie

 |   |  1917  mots
Nous n'avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l'avons été par ce gouvernement, a affirmé le boss d'Airbus Group Tom Enders.
"Nous n'avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l'avons été par ce gouvernement", a affirmé le boss d'Airbus Group Tom Enders. (Crédits : Airbus Helicopters/Anthony Pecchi)
Le géant de l'aéronautique et de la défense contre-attaque. Ni le boss d'Airbus Group Tom Enders, ni le PDG de la filiale hélicoptériste Guillaume Faury n'acceptent la décision de la Pologne clouée au pilori.

Airbus contre-attaque. Dans une lettre ouverte à la Première ministre polonaise Beata Szydlo, le PDG d'Airbus Helicopters Guillaume Faury confirme bien la thèse selon laquelle l'actuel gouvernement ne voulait absolument pas des Caracal, pourtant sélectionnés par la précédente majorité. L'offre industrielle et financière dévoilée dans cette lettre ouverte par l'hélicoptériste européen était bien une offre que la Pologne ne pouvait pas refuser ou alors pour des raisons obscures, voire inavouables. Une lettre qui servira également à démentir les déclarations des ministres du Développement Mateusz Morawiecki et de la Défense Antoni Macierewicz, qui rejetaient la rupture des négociations sur Airbus Helicopters.

"À la lumière des récentes déclarations concernant l'appel d'offres portant sur l'hélicoptère multi-rôle en Pologne, Airbus Helicopters ressent le besoin de démentir un certain nombre d'allégations trompeuses rapportées dans les médias (polonais, ndlr). Il est de notre conviction que les citoyens polonais et les forces armées polonaises méritent une pleine transparence sur le processus de l'appel d'offres dans lequel Airbus Helicopters et Airbus Group ont été entièrement engagés au cours des quatre dernières années", écrit Guillaume Faury.

Dans la foulée de la publication de ce courrier de Guillaume Faury, le patron d'Airbus Group Tom Enders s'en est pris violemment mardi au gouvernement conservateur polonais qui a rompu les négociations exclusives engagées par l'équipe centriste précédente, affirmant qu'Airbus "n'a jamais été traité comme ça". Un gouvernement qui n'hésite pas à travestir grossièrement la vérité.

"Nous n'avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l'avons été par ce gouvernement", a-t-il expliqué dans une déclaration obtenue par l'AFP. "Nous allons demander réparation", a-t-il ajouté en indiquant avoir "l'impression d'avoir été menés en bateau pendant des mois par l'actuel gouvernement polonais."

C'est Varsovie qui a rompu les négociations

Pour Airbus Helicopters, c'est bien Varsovie, et plus précisément le ministère polonais du Développement, qui a pris la décision de rompre les négociations exclusives. "La décision de rompre le processus de négociation sur les offset (compensations industrielles, ndlr) a été prise unilatéralement le 4 octobre par le ministère polonais du Développement. Le ministère a déclaré que cette décision avait été prise parce que la prétendue proposition d'Airbus Helicopters sur les offset ne satisfaisait pas les intérêts essentiels de la sécurité de la Pologne". Premier gros mensonge de Varsovie...

"La Pologne considère comme terminées les négociations de l'accord offset avec Airbus Helicopters, relatives à l'achat des hélicoptères multirôle Caracal pour l'armée polonaise", avait pourtant précisé officiellement le communiqué du ministère du Développement daté du 4 octobre.

Jusqu'au bout Airbus Helicopters a négocié de bonne foi

Airbus Helicopters réfute "fermement" certaines allégations rapportées dans les médias à la suite de déclarations de responsables politiques polonais selon lesquelles il s'est engagé dans ces négociations "de mauvaise foi". Le constructeur de Marignane apporte même la preuve de sa bonne foi. Dans son courrier, Guillaume Faury révèle que "le 30 septembre, quatre jours avant la décision du ministère du Développement, Airbus Helicopters a accepté de prolonger la validité de son offre à la demande du ministère de la Défense jusqu'au 30 novembre".

En outre, écrit-il, "dans une lettre en date du 3 octobre, Airbus Helicopters a proposé de nouvelles concessions afin de parvenir à un accord dans le meilleur intérêt des deux parties". Le constructeur de Marignane s'est battu contre vents et marées pour obtenir ce contrat. D'autant que son offre était clairement favorable à la Pologne. Certainement beaucoup trop. Deuxième gros mensonge de Varsovie...

Une offre (trop) incroyable

C'est la goutte qui a fait déborder le vase aussi bien au sein des officiels français que chez Airbus quand la Pologne a affirmé que l'offre française sur les offset se limitait à "un simple magasin de peinture". Dans son offre, Airbus Helicopters souhaitait créer en Pologne avec la société polonaise WZL1 "la première chaine d'assemblage d'hélicoptères appartenant à l'État" polonais, qui aurait "eu une participation de 90%". Dans ce cadre, le constructeur allait dupliquer carrément "une ligne d'assemblage H225M Caracal" telle qu'elle existe en France à Marignane. Troisième gros mensonge de Varsovie.

"Cela aurait permis la production d'hélicoptères (Caracal, ndlr) aussi bien pour les marchés intérieurs (minimum 50 Caracal, ndlr) et à l'exportation, ainsi qu'un potentiel de croissance pour produire d'autres types d'hélicoptères à l'avenir, a expliqué Guillaume Faury. Notre offre comprenais un engagement ferme à livrer des hélicoptères fabriqués par WZL1 sur les marchés à l'exportation".

Outre la chaine d'assemblage complète de Caracal à Lodz, Airbus Helicopters avait l'intention d'installer dans le cadre de nouvelles demandes de Varsovie une nouvelle usine. Elle aurait été dédiée à la fabrication de rotors et de pièces complexes dans le système de transmission pour toute la gamme d'hélicoptères existants et futur du constructeur. Cet investissement initial s'élevait à près de 90 millions d'euros (370 millions de zlotys). Enfin, l'entretien et la réparation des hélicoptères étaient assurés par les entreprises polonaises ainsi que la modernisation des capacités du Caracal.

En outre, sur 10 ans, ce projet aurait généré un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros (1,7 milliard de zlotys) et plus de 47 millions d'euros de chiffre d'affaires (200 millions de zlotys) par an au-delà de la période de dix ans. "Ce projet exceptionnel dans le cadre des offset a été rejetée par le ministère du Développement", a regretté le PDG d'Airbus Helicopters. Au global, l'offre d'Airbus Helicopters aurait fourni à la Pologne au moins 30 ans d'activités pour les entreprises d'État polonaises à travers de multiples projets industriels.

Le jackpot raté... de la Pologne

"L'interlocuteur n'a pas présenté de proposition offset répondant à l'intérêt économique et la sécurité de l'État polonais", avait expliqué le communiqué du ministère du Développement. Pourtant, Airbus Helicopters revendique dans son courrier avoir présenté à la Pologne une offre globale qui répond aux intérêts de la Pologne et à sa sécurité, conformément à la réglementation européenne des offset. Et même bien au-delà. Quatrième gros mensonge de Varsovie....

"Notre offre d'offset aurait généré plus de valeurs en Pologne que les revenus générés par le contrat lui-même de fourniture des hélicoptères pour Airbus Helicopters", a d'ailleurs jugé Guillaume Faury.

Sur le plan économique, Airbus Group avait l'intention de créer 6.000 emplois en Pologne, dont 3.800 avec le projet d'Airbus Helicopters. Des emplois directs créés principalement à Lodz, Radom et Deblin (1.250 emplois) avec les chaines d'assemblage. En termes de valeur, les offset proposés étaient supérieurs à la valeur nette du contrat de fourniture des 50 Caracal (2,5 milliards d'euros hors TVA, ou 10,8 milliards de zlotys). Soit le chiffre d'affaires réel pour Airbus Helicopters.

Mais le ministère du Développement a demandé au constructeur de compenser 100% du  montant du contrat (2,5 milliards d'euros) et également de compenser le montant de la TVA polonaise. Soit 23% supplémentaires. Ce qui a conduit Airbus Helicopters à proposer des offset dont montant équivalent à 3,13 milliards d'euros (13,4 milliards de zlotys). Du jamais vu dans les négociations internationales...

Souveraineté renforcée de l'État polonais

Airbus Helicopters s'était engagé également à "préserver les intérêts essentiels de la sécurité de l'État polonais". Le constructeur et ses 28 partenaires majeurs internationaux prévoyaient "entre autres 45 transferts de technologies répondant aux exigences spécifiées par le ministère de la Défense et le ministère du Développement dans le cadre de l'appel d'offres en vue de préserver les intérêts de sécurité stratégiques essentiels de l'État polonais". En outre, la France avait autorisé le transfert des codes sources, des licences ainsi que les droits accordés pour moderniser les hélicoptères et leurs systèmes. Cinquième gros mensonge de Varsovie...

Cette offre, si la Pologne l'avait saisie, "aurait transformé" l'entreprise WZL1 appartenant à l'État polonais en un centre industriel de classe mondiale dans le domaine de l'hélicoptère allant de l'assemblage de la gamme d'Airbus Helicopters, jusqu'à la maintenance, la révision et la modernisation des Caracal en passant par la production de systèmes. En outre, ce centre devait répondre aux besoins de la Pologne et des marchés à l'international. Aujourd'hui, WZL1, qui appartient au groupe public PGZ, assure le maintien de hélicoptères russes d'ancienne génération.

Enfin, compte tenu du temps nécessaire pour opérer les transfert de technologies en Pologne, Airbus Helicopters avait prévu d'assembler en France une première tranche d'hélicoptères mais par des ouvriers polonais de WZL1. "Cela aurait assuré le transfert des compétences, le savoir-faire et de la technologie vers la Pologne", a estimé Guillaume Faury. Cette mesure était nécessaire dans le but de répondre "aux besoins opérationnels urgents des forces armées polonaises" et spécifiés dans l'appel d'offres.

Où est la préservation de la souveraineté polonaise dans l'achat des Black Hawk?

Le gouvernement polonais a annoncé mardi l'achat d'au moins 21 hélicoptères américains Black Hawk. La Pologne va prendre livraison cette année de deux hélicoptères Black Hawk assemblés dans le pays par Sikorsky Aircraft Corporation, filiale de l'américain Lockheed Martin, et huit autres suivront en 2017, a annoncé mardi le ministre polonais de la Défense, Antoni Macierewicz. Sikorsky a une usine à Mielec, dans le sud-est de la Pologne.

"Nous avons décidé qu'il y aurait déjà cette année la livraison d'au moins deux hélicoptères de Mielec et de huit autres l'an prochain", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Cette déclaration précise intervient à peine 24 heures après l'annonce par Antoni Macierewicz lundi qu'il allait "ouvrir dès cette semaine" des entretiens sur cette transaction. Elle laisse penser que des contacts avec Lockheed Martin ont été noués avant même l'abandon officiel des pourparlers avec Airbus annoncé par Varsovie le 4 octobre. Varsovie avait un plan. Un plan précis pour faire de la place à Lockheed Martin. Sixième gros mensonge (par omission) de Varsovie...

"Il n'y a pas de fabricants d'hélicoptères appartenant à l'État en Pologne, a d'ailleurs rappelé Guillaume Faury dans son courrier. Toutes les usines sont entièrement détenues par des grands groupes internationaux tels que l'italien Leonardo (ex-AgustaWestland) et l'américain Lockhhed Martin, a-t-il précisé. PZL Swidnik est une société de Leonardo, tandis que PZL Mielec appartient à Lockheed Martin. Ce qui est une approche industrielle très différente de celle d'Airbus Helicopters, qui confiait la fabrication du Caracal à une entreprise d'État polonaise (90% du capital).

En outre, il rappelle que ses deux concurrents n'ont pas remis d'offres conformes à l'appel d'offres "Malgré toute la communication effectuée par Sikorsky / Lockheed Martin et Leonardo depuis la sélection des Caracal, Airbus Helicopters reste la seule entreprise ayant fait l'effort de se conformer pleinement aux exigences du ministère de la Défense et du Développement" dans le cadre de l'appel d'offres, a-t-il estimé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2017 à 4:22 :
si il n'y avait que les polonais , mais regarder en Europe le nombre de nos voisins qui ont achetés américains !! Grecs , Belges , Hollandais et je ne parle pas des anglais ! pourquoi acheter un F16 , le Mirage 2000 était supérieur à cet avion low cost ! pourquoi acheter des F35 , avion minable et loupé , dont l'entretien va être exorbitant , le Rafale est bien meilleur , voir nettement meilleur ! oui oui , nous sommes , nous Français chauvin , et alors , les autres ne défendent - ils pas leurs engins de confection inférieur , il suffit de voir avec quel acharnement les américains ou les anglais défendent le F35 ! un comble !
a écrit le 05/05/2017 à 7:16 :
Les élites polonaises découvrent avec une grande naïveté les délicatesses du marketing du business de la défense "made in USA"...Dixit tu achètes (comme toujours avec eux) du American pride and vanity surtout sià termes cela affaibli toutes les tentatives de faire grandir l'Europe de la Défense. Car au bout du compte ce n'est qu'une affaire de fric avec ces nord-américains, rien avoir avec une dimension géostratégique... Cupidité ?
Les polonais n'ont ils pas choisi les Patriotes moins performants que le système Aster SAMP/T de MBDA...Quid des Rafales face au F16 et F18 ...Et c'est un allié va t'en guerre de l'OTAN !
a écrit le 08/11/2016 à 14:52 :
on peut supposer que le constructeur americain emploie la bonne vieille methode des petits cadeaux aux decideurs polonais dans le style du passe,a savoir le contrat du siecle
des chasseurs du benelux starfighter
a écrit le 20/10/2016 à 19:38 :
Rien de bien étonnant, il faut juste se remémorer 2002 et l'achat des F16 au détriments d'avions de chasses européens (épisode déjà scandaleux pour ma part) ! Les polonais pensent OTAN (donc USA) et non pas UE... D'un autre coté, quand on voit la cohésion politique et militaire européenne dans son ensemble...
a écrit le 20/10/2016 à 12:28 :
je pense que les autres dirigeants européens n'avaient pas à critiquer le gouvernement polonais élu démocratiquement, ni à aider à renverser le régime en Ukraine et provoquer Poutine en soutenant des néo nazis. C'est nous qui poussons la Pologne dans les bras américains car eux seuls peuvent les protéger s'ils craignent à nouveau la Russie.
De ce point de vue nous ne sommes pas crédibles. Leur décision sur les hélicoptères est purement politique et logique...
a écrit le 18/10/2016 à 21:56 :
On aide la Pologne , on envoie des Avions de chasse pour rassurer les polonais devant les menaces russes et ceux ci nous tournent le dos .Nos faibles dirigeants ne savent meme pas repondre a cette insulte !!!! Ils ont fait l'ENA mais n'importe quel chef d'etat meme celui de Monaco les ridiculiseraient .
On a refuser de vendre des bateaux aux russes et voici le remerciement . Moi je serai d'avis de faire ami ami avec Poutine .
a écrit le 18/10/2016 à 11:12 :
Pour faire simple, les plus grandes puissances mondiales (USA, Russie, Chine) ne veulent pas d'un concurrent supplémentaire qu'est l'Europe. Donc il feront le maximum pour aider les parties politiques eurosceptique, conservateur et nationaliste à prendre le pouvoir afin de la détruire. Et cette histoire est la conséquence d'un parti qui a été financé par la américains, sinon comme le sous entend l'article on ne comprendrait pas pourquoi l'achat d'hélicoptères américains Black Hawk serai si avancé. Et quand je vois des gens heureux que notre pays se referme sur lui même c'est géniale ! (mais faudra me des exemples de pays qui se développe sans vendre à l'étranger). Et pour les personnes qui étale l'histoire pour explique que la Pologne est un pays fort ou pas, il suffit de rester dans notre millénaire et regarder que le développement de la pologne ces dernières années est dû en grande partie son entrée dans l'Europe.
a écrit le 15/10/2016 à 8:19 :
@Ex-Moscovite:
1. Oui, certes. Par les decisions prises a la Conference de Jalta en 1945, les 3 grands Stalin, Churchill and Roosvelt ont decides de nos frontieres apres la Guerre. On nous a arrache l Est (Lviv, Vilnius) pour nous donner Wroclaw et Szczecin de notre agresseur l Allemagne. Ainsi les Polonais et les Allemands de l Est ont du tout quitter et fuire. L histoire difficile pour les 2 nations sauf que c est Hitler qui a finalement perdu. Vous voulez qu on parle de quel autre soub-ethnie?
2. Avant la Guerre les contacs avec l Allemagne etaient bons jusqu a signer meme le pacte Pilsudski-Hitler mais cela n a pas empeche Hitler de nous attaquer en 1939 sans meme de declancher la guerre. Tout sur Hitler.
3. Je ne defends pas nos elites politiques. Certes comme maintenant ils font des fautes. Tout de meme notre histoire depend toujours des Grands de l Europe, la Russie, l Allemagne , nos alliees qui ne le sont toujours que sur papier. Comparez notre histoire a l histoire du Portugal ou meme celle de la France. Ca fait plusiers fois que la Pologne n existait plus sur la mape et etait completement detruite de facon reelle. Il n y avait plus de Varsovie, inutile de parler des monuments. Mais la vie continue et soit belle😉
Réponse de le 16/10/2016 à 2:04 :
@Une Polonaise :
1. Et oui, cela ressemble bien à "valise ou cercueil".
2. Certes, Hitler était méchant, mais qui a annexé Cieszyn Silesia en 1938 lors du démantèlement de la Tchécoslovaquie ?
3. Vous continuez dans le discours victimaire. Il n’y a rien de particulier dans l’entourage de Pologne par rapport à la plupart d’autres pays de l’Europe continentale. Premièrement jusqu’au XVIII siècle la Pologne (Rzeczpospolita) faisait partie des grands pays de l’Europe, pas le plus puissant, certes, mais certainement pas le plus faible. Dans la même période le territoire de l’Allemagne actuelle a été ravagé par la guerre de Trente ans avec une perte de moitié de la population. En France il y a eu la guerre de Cent ans, plein d’autres guerres, même les guerres religieuses ont été beaucoup inspirées de l’étranger. Juste certains pays ont su rebondir et se transformer en Grands, tandis qu’en Pologne, c’est l’époque du déclin qui a commencé. Pourquoi ? La part hallucinante des nobles par rapport au reste de la population, « Liberum veto », le catholicisme fanatique etc.
Réponse de le 16/10/2016 à 19:03 :
@Ex-Moscovite
2. L Accord de Monachium a ete signe en 1938 par l Allemagne, la France, UK, l Italie. Suite a cela la Pologne a demande de restituer Zaolzie. Notre part au demantelement de la Tchecoslovaquie, sans doute notre erreur vue la suite de l histoire. Que dire des autres, surtout des signataires de l Accord? Innoccents? Inconscients? Moins coupables? Je pense que tous ces pays essayent juste de mener une politique "equilibree" avec Hitler.
2. La Pologne n est ni petite ni faible. Notre histoire est une preuve. Si nous sommes faibles maintenant c est parce que nous etions sous le regime russe jusqu a l annee 1989. Les nobles degrades, l intelligence cachee, la population controllee et sous pression. Les pays de l Ouest travaillaient a son compte de 1945. Maintenant c est toujours le temps de chercher notre place en Europe. Victimaire? Oui. Mais comment effacer ces annees perdues? On apprend a etre independant mais on fait des fautes. Puis les gouvernements changent, la vision change.Il y avait toujours 2 visions de notre pays, ca continue. C est pourquoi Liberum Veto n a pas apporte de bons resultas. Mainenant il y a aussi 2 groupes - conservatistes et aveuglement amoureux de l UE. Difficile a trouver une solution d or... Et voila!😉
Réponse de le 17/10/2016 à 2:15 :
2. Evidement, non innocents. J'ai mentionné cela uniquement pour vous montrer l'inutilité du discours victimaire. La Pologne a été un joueur comme les autres, donc, responsable en partie considérable pour ses problèmes.
3. J'ai parlé d'une époque bien plus lointaine, fin XVII et XVIII siècles, aucun rapport avec la période sous dominance soviétique. De quel "liberum veto" ou de quels problèmes liés à la trop forte proportion de noblesse peut-on parler dans l'histoire récente ? De plus votre vision de l'époque sous la dominance soviétique est assez unilatérale. Je ne sais pas exactement, mais il est fort probable que les usines polonaises d'hélicoptères, dont on parle dans l'article (ou au moins une), aient été construites dans cette époque (certainement pour affaiblir la Pologne).
Réponse de le 17/10/2016 à 10:38 :
@Ex-Moscovite:
2. Certes, la Pologne a été un joueur comme les autres. Et pourtant a quoi sert de signer des accords? Ou etaient nos alliees (FR, GB) en 1939?
3. Liberum Veto c`est evidamment XVIII s. Quant aux usines d`helicopteres, celle de Mielec a ete construite en 1938, Świdnik c`est deja l`epoque communiste. Je ne nie pas des acquis du PRL. Et pourtant l`impression est telle que nous sommes toujours soumis a une politique menee de l`exterieur. Maintenant ce la politique europeene du couple DE-FR. Vu notre retard du marche, c`est vous qui gagnez.
Réponse de le 17/10/2016 à 17:16 :
3. Oui, c'est cela. En 1989 il y a eu juste un changement des donneurs d'ordre. Bon, en France aussi beaucoup de gens ressentent qu'ils vivent soumis à une force extérieure.
Réponse de le 18/10/2016 à 20:22 :
@Ex-Moscovite
Merci pour cet echange. Un voeu pour nous tous: La paix! Salutations!😊
a écrit le 14/10/2016 à 12:46 :
A vrai dire ouf, nos bijoux ne seront pas produit dans un pays qui accueil des Nord Coréens réduit à l'esclave en pleine Europe ! Avec tous les risques d'espionage industriel d'un pays beliqueux.
a écrit le 13/10/2016 à 15:33 :
Reponse a Sadi Carnot
La chose n`est pas si simple qu`on pourrait croire... La Pologne est situee sur le carrefour de l`Europe et quoi qu`on fasse au cas d`un conflit nous sommes toujours la partie perdante... et seuls.
Nos allies nous quittent tout de suite s`il faut nous aider. C`etait aussi le cas de la II Geurre Mondiale ou nous etions delaisses aussi par la France.
Je ne suis pas si optimiste pour dire que la nation polonaise compte sur la France ou USA, comme vous le dites. Je dis juste que la Pologne ne peux compter que sur soi-meme et son independance. C`est pourquoi il est mieux de preserver nos postes de travail ici.
Quant a l`antisémitisme, ne repetez pas ce mensonge europeen parce que c`etaient les Allemands qui avaient extermine les Juifs, y compris ceux qui habitaient en Pologne. Maintenant vous essayez d`ecrire toute une nouvelle histoire de la Pologne. Je vous conseille de lire notre histoire.
Et enfin la religion... c`etait la France qui pendant des siecles etait la grande fille de l`Eglise. Ici la notre tradition est la meme, la meme qu`on partagait par de longues siecles... c`est notre partimoine culturel commun... nos memes valeurs sans meme y meler l`Eglise...
Réponse de le 14/10/2016 à 14:22 :
@Une Polonaise: J’aime bien les Polonais (beaucoup moins leur élite politique), mais si tout ce que vous critiquez est la propagande, pourriez-vous nous expliquer comment la Pologne est devenue un Etat des plus homogènes ethniquement (>95% de population de polonais ethniques), tandis qu’encore dans les années 30 ils étaient à peine 60%.
Réponse de le 14/10/2016 à 16:25 :
Oui, tout a fait. Vous avez raison. En 1931 la repartition ethique etait comme suit: Polonais 68,9%, Ukrainiens 13,9%, Juifs 8,6%, Belarus 3,1%, Allemands 2,3%, Autre 3,2%. Et maintenant consultez svp la mape de la II Republique (II Rzeczpospolita) et vous allez voir que les Ukrainiens et les Belarus vivent bien la ou il vivait avant la II Geurre Mondiale. La Pologne etait beaucoup plus grande que maintenent. Quant aux Juifs, leur histoire est tragique mais finie par les Nazis Allemands dans des camps de concentration ou forces de fuire. Un pays de passage... Vous etes heureux d`avoir les frontieres maritimes, croyez-moi.
Et puis... j`aime beaucoup les Francais... d`ou mon francais. Salutations!
Réponse de le 15/10/2016 à 0:19 :
@Une Polonaise : 1. C’est une explication un peu simpliste et partielle qui ne prend pas en compte les acquisitions de Pologne, quand même cela compense +de moitié de perte territoriale en faveur de l’URSS (à propos, où sont les Allemands de Pologne, surtout ceux des régions acquises après la guerre ?), mais uniquement les pertes. De plus certaines sub-ethnies ne sont pas mentionnées.
2. Votre discours sur l’histoire de Pologne est un peu victimaire, mais certains peuvent rappeler que le premier pacte avec l’Allemagne nazie a été conclu avec la Pologne, celui d’Hitler-Pilsudski de 1934.
3. Oui, j’aime bien les Polonais, mais mon avis sur les élites politiques polonaises est beaucoup plus sévère : depuis >300 ans elles sont les principales responsables de toutes les catastrophes que la Pologne a subi.
a écrit le 13/10/2016 à 11:28 :
Les decisions du gouvernement polonais sont prises pour preserver les postes de travail en Pologne. Black Hawks ne sont produits entierement qu`en Pologne. C`est la raison!
Puis il ne faut pas envisager du transfer de technologie parce que nous avons tout sur place (savoir-faire, service apres-vente etc) . Et encore il ne faut pas attendre a ce que vous proposez comme l`offset (cela ne marchait pas avec USA la derniere fois, on est mefiant) parce qu`on donne tout de suite le travail aux Polonais.
Les Polonais aiment beaucoup la France et les Francais mais ici ce ne sont pas nos sentiments qui comptent mais notre argent. Pourquoi payer plus et donner le travail a une nation autre que polonaise?
Il y une proverbe en polonais:
"Il faut que nous nous aimions comme des freres mais quant a l`argent if faut que nous reglions nos comptes comme des Juifs".
Tout pour dire que la France sait bien comment preserver ses interets nationaux. Pourquoi refuser le meme comportement a la Pologne? Nous somme juste votre bon eleve.
Réponse de le 13/10/2016 à 13:37 :
Le nationalisme polonais a toujours un vieux fond d'antisémitisme.
La question demeure de l'engagement européen d'une Pologne qui veut bien prendre les avantages mais pas les inconvénients. Dont acte mais soyez conséquents et sortez de l'UE, ramenez chez vous vos "bons" travailleurs polonais et agenouillez-vous devant vos prêtres, les Américains et les Russes! Bonne chance.
PS le choix des hélicoptères américains est une basse manœuvre politicienne du parti néo-conservateur que vous avez élus.
Réponse de le 13/10/2016 à 21:09 :
Il parait que la censure fonctionne tres bien en France parce que mon commentaire precedent n`est pas publie sans me ainsi donner la possibilite de defendre ma position...
Chere Sadi, pour commencer ne repetez pas de ce mensonge europeen que la Pologne soit un pays antisemite. Ce sont les Allemands (appelles aujourd`hui les "Nazis" sans indiquer l`origine) qui ont extermine la nation juive, y compis les Juifs qui vivaient en Pologne. Je vous conseille de faire la connaissance de notre histoire.
Puis vous dites que vous nous conseillez de quitter l`EU. Vous devez savoir que vos interets en Pologne son beaucoup plus vastes que vous n`y pourriez croire. Cela commance par le dense reseau des magasins de toute sorte qui font "exporter" les profits vers la France, puis on passe aux entreprises reprises presques gratuitement par les Francais, puis les usines qui ont ete achetees et fermees au nom de la "soidarite" europenne pour detruire la concurrence, puis les chantiers navals fermes a jamais par l`UE pour defendre vos interets. Si vous ne voyez pas de ces inconvenients, vous n`allez pas comprendre ma position.
Puis vous me rapprochez la religion... pendant que la France par de longues siecles etait appellee la grande fille de l`Eglise. C`est n`est pas la religion qui est en jeu maintenant. De toute facon, nous avons en commun le meme patrimoine europeen, culturel et religieux. Pensez-vous que c`est mieux d`en avoir honte?
La Pologne est situee au carrefour europeen et ce n`est pas vrai que nous avons choisi les Americains pour nous defendre. Nous ne pouvons compter ni sur les Americains ni sur la France qui nous a delaisse deja pendant la II Geurre Mondiale. Nous ne pouvons compter que sur nous-meme et c`est pourquoi nous voulons garder ce travail en Pologne. Et voila! Cordiales salutations!!! Une Polonaise
Réponse de le 18/10/2016 à 20:56 :
Bonsoir,
Votre message est plein de mensonges. Relisez l'article. Choisir Airbus aurait créé 6000 emplois. Et n'aurait rien coûté à la Pologne car Airbus était OK pour créer autant de richesse que le coût du contrat PLUS les 23% de TVA !
Vous avez pas besoin de transfert de technologie ? Alors pourquoi n'avez-vous pas de fabricant d'hélicoptère national ? Pourquoi volez-vous sur des vieux hélicoptères soviétiques ou des hélicoptères américains ?
Quoiqu'il en soit, on rigolera bien quand la Russie vous envahira de nouveau... J'espère bien que notre président supprimera unilatéralement toute aide militaire à la Pologne en cas de conflit. Après tout, demandez-donc aux américains de vous aider, vous qui aimez tant leurs hélicoptères !
a écrit le 13/10/2016 à 10:12 :
Les Polonais nous ressemblent, ils ont pris tous nos défauts, et quelques-unes de nos plus rares qualités, parmi lesquelles, je placerais en premier la résistance sous toutes ses formes mais qui peut être un défaut lorsque cette résistance est celle de l’attachement à des orthodoxies dépassées. Ils sont aussi comme nous inventifs et possèdent une forte capacité à la résilience. Quant aux défauts, ils sont nombreux et nous avons le choix en égal partage entre la suffisance, la prétention, l’inconstance, voire la nonchalance et l’attachement à des acquis d’autant moins légitimes qu’ils sont souvent le résultat des compromissions politiques. ....

....La dénonciation anecdotique, par la Pologne d’un contrat avec la France d’une cinquantaine d’hélicoptères Caracal faisant suite à l’insistance par celle-ci (et les US) de ne pas vendre les navires Mistral à la Russie, ce qui était une sorte de compensation, démontre deux aspects de notre faiblesse. Le premier est la légèreté de notre politique étrangère et européenne et singulièrement vers les pays de l’est auxquels nous ne portons qu’un intérêt très limité, en tout cas pas à la hauteur des enjeux. Le second aspect est celui de notre incapacité, mais nous ne sommes pas les seuls en Europe, à faire des choix clairs.

http://www.athena-vostok.com/pologne-europe-et-elections
a écrit le 12/10/2016 à 22:57 :
Qui a pu croire un instant que le gouvernement polonais saurait résister à l'administration américaine. Le bon élève de l'OTAN achète américain, mais surtout pas européen. C'est aussi cela l'OTAN!
C'est la perte d'indépendance, la soumission à la politique étrangère et de défense à une administration étrangère, c à d non européenne.

Défendre ses intérêts, est normal, c'est aussi défendre son peuple, promouvoir une Europe indépendante, c'est cela qui rassemblera les peuples. Mettre fin à la guerre froide que l'administration américaine et l'OTAN installe progressivement mais sans relâche en Europe. Le cauchemar américain: le rapprochement Union Européenne- Russie et Chine!
a écrit le 12/10/2016 à 22:16 :
La Pologne craint, avec raison, l'agressivité de la Russie.
Elle pense pouvoir se mettre sous le parapluie américain mais si Trump passe, ce parapluie va être troué.
Il ne reste que la France et la GB qui détient une force armée sérieuse en Europe.
La Pologne devra un jour s'en rappeler.
a écrit le 12/10/2016 à 18:08 :
M Hollande à déshonoré la France en livrent pas les mistrals ! On ne peut respecter un pays qui ne respect ces engagements ni contrat ! M Poutine et M Obama doivent bien rire ! La pire présidence c est en maintenant !
Réponse de le 12/10/2016 à 23:00 :
Tout à fait d'accord, il a affaibli notre pays,oublier nos intérêts, notre indépendance, boucher notre avenir.
a écrit le 12/10/2016 à 18:02 :
Précisément la Pologne ne peut bien pas se fier à la France, qui en août 39 lui demandait de ne pas mobiliser pour ... ne pas provoquer l'Allemagne. Aujourd'hui idem, les français de 1789 et laïcs sont hors réalité.
a écrit le 12/10/2016 à 17:18 :
L'union Européenne est un espace de droit. La commission doit s'emparer du non respect de la procédure d'appel d'offre, avec autant de vigueur qu'elle doit s'emparer du plan de secours misérable d'Alsthom Belfort;
Dans les deux cas, les dindons de la farce sont les citoyens qui vont surpayer un service pour que certains conservent leur rente.
a écrit le 12/10/2016 à 16:00 :
Que la Pologne ne vienne pas demander de l'aide lorsque les Russes auront repris le contrôle de l'Ukraine ,et qu'ils seront des voisins menaçants nous saurons nous souvenir de leur "solidarité" européenne. Ils font une erreur stratégique : jamais plus les Américains ne reviendront combattre en Europe et surtout pas contre les Russes .
a écrit le 12/10/2016 à 14:45 :
Il est habituelle pour la Pologne de ne pas respecter sa parole et d'inventer des excuses toutes fausses. Je souhaiterais que cette fois ci le France montre les dents afin de rappeler à d'autres pays de ne pas suivre le même chemin.
Car si on ne fait rien cela montre notre incapacité à réagir.
Apres tout la Pologne n'est pas un gros marché pour nous !
La Pologne n’achète que USA, ça a tjs été ainsi.
a écrit le 12/10/2016 à 13:50 :
bravo le plan économique de vrai libéral
Créer une industrie publique (polonaise) avec de l'argent presque "privé"
Vu le montant des compensations, quel est l'intérêt de fourguer des hélicoptères à un pays qui recevra plus d'argent qu'il n'en dépense... qui va payer ? La Deutsche Bank ?

ça ressemble de tous cotés (airbus comme concurrents) à de la belle économie de connivence.

concernant les appels d'offres, il serait mal venu de critiquer les polonais quand on voit ce que la France veut faire avec Alsthom (500 millions de "dons" pour éviter de transférer à 200 km - et non pas supprimer - 400 à 500 emplois... et encore)
a écrit le 12/10/2016 à 13:03 :
France mauvaise perdante ?

L'offre avait ce de bon que le travail se faisant en Pologne, n'etsig pas sujet aux grèves françaises.
Réponse de le 12/10/2016 à 15:16 :
Extrêmement intellectuel et hors sujet.

Pourquoi n'émigrez-vous pas en Pologne?
Réponse de le 12/10/2016 à 17:54 :
à MDLOL : perspicacité ou lunettes !

Rectification de frappes ::

"L'offre avait ça de bon que le travail se faisant en Pologne, n'était pas sujet aux grèves françaises."
a écrit le 12/10/2016 à 12:35 :
La Russie n'a pas obtenu de la France les deux porte-hélicoptères, quasiment finis, et qu’elle avait dument payés d'avance. Les Mistral, des navires qui avaient reçu même les noms de Vladivostok et Sébastopol. Obama a considéré cette non-livraison comme sa grande victoire. Pour la Russie cela n'a pas été considéré comme une tragédie car lors de la construction Moscou a reçu la documentation complète de chaque navire de ce type et elle pourrait en construire des semblables. En outre, l’État français, à part le remboursement, a du payer une amende de 1,1 milliard d'euros (officiellement quoique on parle extra-officiellement de 2.6 milliards) non sans en avoir subi le blâme des nations non-atlantistes.

La question est : pourquoi les Egyptiens avaient-ils besoin d’un bateau de combat sans équipement ? Or la Moscou a signé avec le Caire un contrat de fourniture de 50 hélicoptères de combat ultra modernes, tous adaptés aux BPC car ceux-ci ont été construits selon les exigences russes, et pas égyptiennes.

Maintenant, le dénouement de ce feuilleton a vu finalement le jour. Les navires ont été achetés par l'Egypte mais par l’entremise du milliardaire égyptien Nassef Onsi Sawiris, qui les a gardé en bonne et due forme dans une base naval. Ces jours, on apprend – en catimini – que ce milliardaire a vendu les deux navires a la Russie pour le prix symbolique de $ 1.0 par action !!

Bien sûr, l'opération a reçu la bénédiction du président égyptien Abdel Fattah El-Sisi. La télévision égyptienne a commenté comme une étape vers le renforcement de "grande amitié et de coopération" entre les deux pays, l’Egypte et la Russie.

Et la France de Hollande dans toute cette histoire ? vous avez dit le dindon de la farce ?
Réponse de le 12/10/2016 à 15:21 :
Vous avez des sources ?
C'est bien beau de baragouiner
a écrit le 12/10/2016 à 12:01 :
Les Polonais font bien ce qu'ils veulent, ils utilisent les subventions Européennes comme ils l'entendent . Mais ils ne sont pas fiables et menteurs. En cas d'appels d'offres futurs Polonais espérons que les sociétés auront la sagesse de ne plus répondre, c'est du temps de perdu de l'énergie gaspillée.
a écrit le 12/10/2016 à 10:30 :
C'est assez curieux de remarquer l'aisance qui possèdent certains rédacteurs à passer de l'éloge démesuré au dénigrement le plus âpre. Et dans l'espace d'une année à peine ! Bien entendu, je parle ici du fiasco de la vente des Caracal à la Pologne, vantée il y a une année comme une preuve de "la solide solidarité entre les pays de l'OTAN" et aujourd'hui comme un coup de Jarnac dans un tissu de mensonges ! la Pologne, grande amie de la France contre "la menace russe", a finalement montré sa vraie face. Tiens....

Toutes mes félicitations, M. Cabirol, somme toute, c'est la loi du mimétisme circonstanciel qui doit prévaloir dans le grand journalisme économique. Bonne journée.
Réponse de le 13/10/2016 à 11:04 :
Vous devez faire erreur, je n'ai jamais écrit ce que vous me faites dire. JAMAIS. : "je parle ici du fiasco de la vente des Caracal à la Pologne vantée il y a une année comme une preuve de la solide solidarité entre les pays de l'OTAN". Bien à vous Michel Cabirol
a écrit le 12/10/2016 à 9:52 :
La France rate une fois de plus une bonne occassion de se taire, signature du contrat avec un gouvernement sortant dans quelques semaines etait une stiupidite gigantesque, concrnant les ``monsonges polonaises``,.... quant c`est un francais qui en parle ... cela est ridicule
Réponse de le 12/10/2016 à 11:14 :
Et vous vous ratez une très bonne occasion de ne pas écrire : votre commentaire n'a rien à voir avec le texte. C'est AIRBUS, via son président allemand qui râle, dans cet article.
Comment vous dites : ridicule ?
Réponse de le 12/10/2016 à 13:25 :
C'est parfaitement ca, la politique de la France, changeante au gré des gouvernements, sacrifiant tout.
En Afrique en particulier.
A revoir donc "Le Professionel."
a écrit le 12/10/2016 à 9:46 :
J'allais oublié : renvoyons les plombiers polonais chez eux en helicoptere....une pierre 2 coups!
Réponse de le 12/10/2016 à 14:33 :
Épanchez bien votre coeur, éperdument, la réalité en est bien une autre....
a écrit le 12/10/2016 à 9:43 :
Plutôt que de s'énerver contre les polonais, car tout le monde sait qu'ils roulent pour les USA, le silence serait à mon sens le meilleur des mepris. Pauvre Pologne lors du prochain conflit avec les russes (en ce moment on nous rebat les oreilles avec cela), elle sera le dindon de farce....l'histoire de ce pays est ainsi : il a toujours été sous la coupe de puissances étrangères....
Réponse de le 12/10/2016 à 13:08 :
France syndicaliste à 40 heures n'a pu tirer le premier coup de feu que des mois après le 1.09.1939 échouant à tenir son engagement.
1914 : le premier soldat tombé sur le front en France était ... un polonais.
Réponse de le 12/10/2016 à 13:59 :
+1.

Les Polonais pense que les Americains vont les défendres, ils n'ont pas retenu les leçons de l'histoire.

La Pologne a toujours été abandonné par ses alliés... Peuple crédule et naif
a écrit le 12/10/2016 à 9:34 :
Nous Français avons gardé notre candeur européenne. Contentons nous d'un noyau dur de pays comme nous aurions dû le faire depuis longtemps et poursuivons l'intégration mais avec une vision politique. Coopérons grandement avec les pays périphériques s'ils le souhaitent mais avec des réciprocités et de la rigueur.
a écrit le 12/10/2016 à 9:20 :
La Pologne vitaminée par nos subventions achète américain, vous comprenez pourquoi nous devons arrêter de subventionner la pieuvre européo/américaine qui nous coûte notre pognon et nos emplois ..? !!

Frexit, vite ..

https://www.upr.fr/conferences/qui-gouverne-la-france
Réponse de le 12/10/2016 à 14:37 :
Pourquoi tant de haine envers nos amis (et protecteurs, rappelons-le) américains ? Tenez, prenez une sucrerie pour adoucir votre hargne envers eux. Salutations. -:)
a écrit le 12/10/2016 à 9:16 :
ouf !!!!! merci aux polonais de nous avoir épargné une grosse bourde. Est que ce contrat allait réduire le chomage en France ??????? on à toutes les raisons de penser qu'il allait l'accélérer. De toute façon toutes les entreprises francaises qui ont accepté ce type de transfert vont vers la fermeture il suffit de voir ALSTOM avec les transferts en CHINE. messieurs la pologne à sauvé des emplois en France merci.
a écrit le 12/10/2016 à 8:49 :
C'est là qu'on voit à quel point les Britanniques ont raison de se sortir de ce panier de crabs qu'est l'UE. Bien entendu qu'il est noirmal que chacun défende ses propres intérêts et on ne peut blâmer les autres pour l'incompétence et le manque de vision de nos dirigeants. Les Polonais ont en tout cas été plus malins que les Grecs, car à Varsovie, on constate de nets progrès et une utilisation intelligente de l'argent de l'UE :-)
a écrit le 12/10/2016 à 8:37 :
Quel est l'intérêt de la France de vendre des hélicoptères, des TGV ou des centrales nucléaires si c'est fabriqué par de la main d'oeuvre étrangère ? Que perd la France de ce contrat, car pour l'instant je n'ai aucune vision de l'enjeu pour notre pays ?
Réponse de le 12/10/2016 à 14:42 :
Le France se positionne ici sur le développement, la recherche. Ce qui n’empêche pas de faire des transferts de technologie ou des tranferts de production. Le tout c'est que ce soit bien maitrisé pour que l'entreprise francaise garde un coup d'avance sur l'innovation. Les emplois sont donc conservés en France et sont sur la valeur ajoutée, l’innovation,..
Et Contrairement à ce que vous dites de tels chantiers (TOT / TOP) génère de l'activité en france, car on ne transfère pas en claquant des doigts..
a écrit le 12/10/2016 à 8:34 :
Un contrat compensé à plus de 100%!!!! Mais quel interet pour Airbus? Je ne comprends pas...
a écrit le 12/10/2016 à 7:54 :
La Pologne est-elle devenue un Etat inutile entre l'Allemagne et la Russie ? C'est un Etat qui nuit objectivement aux intérêts de la France, en tous cas...
Réponse de le 12/10/2016 à 13:19 :
L'inutilité ne se détermine pas à l'aune des négociations perdues.
France chauvine une fois de plus.
Réponse de le 12/10/2016 à 18:39 :
Erreur Helvetor, l'inutilité se détermine bien à l'aune de nos intérêts. Il n'y a que les dirigeants français pour croire à un intérêt général européen ou mondial qui surpasse l'intérêt de la France... Cela n'a rien à voir avec le chauvinisme qui est la qualité la mieux partagée après le "bon sens".
a écrit le 12/10/2016 à 7:52 :
une question: de quel droit européen, un pays de l'union peut il imposer des compensations à 100%?
Est ce que la Pologne va compenser le flux des travailleurs déclarés et clandestins qui envahissent notre pays par milliers, dans le bâtiment et les travaux publics. Preuves à l'appui quand vous voulez (photo des camionnettes de transfert notamment). Ne les laissons plus passer les frontières.
Réponse de le 12/10/2016 à 13:16 :
Frontaliers français 100'000 par jour passent la frontière pour le seul canton de Genève. Sans le moindre respect ni pour la Suisse, les suisses, ni pour leurs employeurs. Vos residents du Maghreb ont par Schengen le droit d entrer en sus. Merci La France.
Le polonais a bien d'autres valeurs.
France, mauvaise perdante, balaye devant ta porte.
a écrit le 12/10/2016 à 7:48 :
Autant d'emplois qu'on gardera en France
merci la Pologne
Réponse de le 12/10/2016 à 16:23 :
Oui, d'autant que La France en a besoin vu son taux de chômage important, plus élevé ... qu'en Pologne..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :