L'Airbus A380, le grand oublié de la commande iranienne ?

 |   |  502  mots
(Crédits : © Pascal Rossignol / Reuters)
Iran Air devrait signer cette semaine avec Airbus une commande portant sur 100 avions. Mais les 12 A380 qui figuraient dans le protocole d'accord signé en janvier dernier ne font pas partie de la commande, selon le PDG de la compagnie, cité par une agence de presse iranienne.

Le contrat iranien ne permettra pas à Airbus de mettre fin à l'inquiétant arrêt des commandes d'A380 depuis plusieurs années. Selon le PDG d'Iran Air, Farhad Parvaresh, cité par l'agence de presse iranienne Irna, Ia compagnie iranienne a ramené à 100 avions la commande qu'elle entend passer à Airbus, notamment parce qu'elle a renoncé à acquérir le très gros porteur A380.

"Bien que la valeur nominale du contrat pour 118 Airbus ait été annoncée à 25 milliards de dollars ( au prix catalogue, NDLR), les A380 ont été écartés de ce contrat. Aussi la valeur de notre contrat Airbus ne sera pas supérieure à dix milliards de dollars"(9,5 milliards d'euros), a déclaré Farhad Parvaresh.

En juin, l'agence Reuters avait annoncé que le projet d'achat de 12 A380 par l'Iran dans le cadre de sa méga-commande d'Airbus pourrait être remis en cause.

Protocole d'accord

Le protocole d'accord signé en janvier dernier entre Airbus et Iran Air lors de la visite en France du président iranien Hassan Rohani, portait sur 118 appareils de toute la gamme de l'avionneur, dont 12 très gros-porteurs.

Une mauvaise nouvelle pour le super Jumbo européen. Certes officiellement, avec la réduction de cadences de production à 1 appareil par mois à partir de 2018, les 119 exemplaires inscrits dans le carnet de commandes à fin novembre restants à livrer, assure à l'avionneur près de dix ans de production. Mais ce carnet est moins flatteur qu'il ne le paraît dans la mesure où de nombreuses commandes sont très fragiles et ont peu de chance d'être honorées. En retirant du carnet ces commandes considérées comme incertaines, il reste grosso modo 70 appareils livrer. Un niveau qui permet d'alimenter la chaîne jusqu'à 2021. Sauf en cas de nouvelles prises de commandes qui redonneraient une bouffée d'oxygène au programme.

Lire ici : Qui peut acheter acheter l'A380 aujourd'hui?

Pour autant, en interne chez Airbus, on reste confiant sur une commande ultérieure, une fois que l'aéroport de Téhéran disposent d'infrastructures capables de les accueillir. Iran Air n'a pas non plus pris de B747-8.

Signature dans les prochains jours

Le contrat Airbus avec Iran Air pourrait être signé d'ici quelques jours, a déclaré dimanche le ministre iranien des Transports.

"Nous espérons que le contrat final va être signé cette semaine", a déclaré Abbas Akhouhdi.

Ce contrat interviendrait peu après celui signé par Iran Air et Boeing pour l'achat de 80 avions américains d'une valeur de 16,6 milliards de dollars (15,9 milliards d'euros).

En novembre, les Etats-Unis avaient accordé à Airbus une seconde licence pour la vente d'appareils à l'Iran permettant à l'avionneur de poursuivre les négociations sur la finalisation de l'accord conclu en janvier. Même si Airbus est un groupe européen, les produits vendus à l'Iran équipés à plus de 10% de matériels américains doivent recevoir le feu vert des Etats-Unis. En septembre une première licence avait été accordée à Airbus pour la vente de 17 moyen-courriers A320 et des long-courriers A330.

Lire ici : A380 : pourquoi ça ne marche pas

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2016 à 16:23 :
La dernière annonce de la Malaysia Airlines a redonné de l’espoir à la direction d’Airbus, qui vient d’enregistrer l’annulation d’une commande de la part de la compagnie australienne Qantas. La compagnie aérienne asiatique a en effet fait savoir qu’elle utiliserait six Airbus A380 pour ses vols à caractère religieux. Autrement dit, elle dédiera ces six super-jumbos à l’acheminement des pèlerins et croyants malaisiens vers la Mecque et Médine, en Arabie Saoudite. Le PDG de Malaysia Airlines et les dirigeants du constructeur européen se sont réunis mercredi à Toulouse pour finaliser les derniers détails du projet, les deux parties assurant que les discussions ont été « très positives ». Airbus a de quoi se frotter les mains. La « niche » que représente les liaisons religieuses sont une source de revenus non seulement considérables, mais stables et garantis : il s’agit de vols récurrents, répartis tout au long de l’année (pour la Omra, le « petit » pèlerinage) et il est possible d’anticiper avec précision le nombre de passagers à transporter. D’autant plus bienvenu que les dirigeants de l’avionneur européen avaient informé en juillet dernier que son dernier-né n’aura été rentable que sur une courte période et que ses résultats plongeraient à nouveau dans le rouge en 2018 si de nouvelles commandes n’arrivaient pas. Outre la Malaisie, l’Arabie Saoudite et l’Indonésie ? Au niveau mondial, le transport de cette catégorie de passagers pourrait nécessiter quelque 20 gros porteurs comme l’A380 sur les cinq prochaines années. « On parle là d’un mouvement de personnes très, très grand », a confirmé Peter Bellew, le PDG de la Malaysia. La transaction, sur le point d’être officiellement conclue, permettra de mettre le projet en application « avant la fin de cette année », a précisé Bellew. Dans la lignée de la Malaysia Airlines, d’autres compagnies ont affiché leur disposition à s’équiper d’A380 pour transporter leurs pèlerins. Il s’agit notamment de la Saudi Arabian Airlines, qui affrète chaque année une douzaine d’avions pour transporter 2 millions de personnes à l’occasion de leur pèlerinage à la Mecque, mais aussi de Garuda Indonesia, la compagnie majeure du plus grand pays musulman au monde. Des intentions qui restent toutefois à concrétiser. il y a aussi le problème des moteurs Trent à régler par R. Royces. mais sinon c'est un super avion économique qui pourrait d'ailleurs être encore allégé et sa motorisation améliorée pour une plus grande capacité mais pour le moment çà nuirait aux ventes actuelles. Vu le nombre d'avions dans le ciel mieux vaut ce type d'avion sur les grandes lignes, c'est plus sécurisé et plus économique comme mieux pour l'environnement.
a écrit le 20/12/2016 à 8:19 :
Les motoristes et autres équipementiers Anglo-Saxons font grise mine ...rien que les réacteurs et leurs avionic , c'est 48 % environ du prix d'un Airbus 380..
a écrit le 19/12/2016 à 16:14 :
Chez Airbus on c'est trompé !!!
Il faudrait déjà l admettre

Avion trop gros pour les aéroports trop complique à remplir etc
a écrit le 19/12/2016 à 14:30 :
Dommage car pour les passagers, c'est de loin le plus confortable notamment en terme de bruit en cabine surtout si on compare avec le 777 (le 350 est moins bruyant mais reste quand même bien plus bruyant que le 380). Et heureusement qu'il y avait Emirates pour faire la moitié du carnet de commandes.
Airbus a peut-être eu raison trop tôt.
Réponse de le 19/12/2016 à 15:43 :
Ou trop tard! Il aurait pu concurrencer le 747 et le DC10 à l'age d'or des gros porteurs mais à cette époque Airbus n'avait pas les moyens de réaliser ce type d'appareil.
a écrit le 19/12/2016 à 14:22 :
Rien n'est dit (officiellement ) mais tous les intervenants sur l'A380 ; équipementiers, prestataires, sous traitants se préparent à l'arrêt de la production de ce modèle .
a écrit le 19/12/2016 à 13:04 :
L avion cargo amélioré A380 n est pas rentable, le taux de remplissage des passagers aléatoires ,une vrai perte d argent aux compagnies aériennes qui l'ont achetés .
Réponse de le 19/12/2016 à 16:03 :
AIRBUS doit honnètement Rembourser 75% du prix aux clients-compagnies trompées. Ou les reprendre gratuitement pour la casse.
a écrit le 19/12/2016 à 10:26 :
Il faut se rendre à l'évidence , le A380 meme rallongé ou remotorisé n'à plus d'avenir ; plombé par le 777 ( versions actuelles ou futures ) qui le plombe et le cerne de toute part .. les annulations sur le carnet de commande actuel ne vont que s'amplifier .
Airbus n'à pas d'autres choix que développer sa gamme A350 avec des versions plus longues à l'image de son concurent , ou crée la surprise en proposant un tout nouvel avion .
On ne peut que redouter l'avenir du trés gros porteur
Réponse de le 19/12/2016 à 13:12 :
Absolument. Qu'ils arretent celui-là ! et fabriquent seulement les pièces pour ceux vendus. QUEL GACHIS : inadapté aux énormes besoins mondiaux en aéronautique. MAIS L ORGUEIL GAGNERA.
a écrit le 19/12/2016 à 10:24 :
"les Etats-Unis avaient accordé à Airbus une seconde licence pour la vente d'appareils à l'Iran"..."les produits vendus à l'Iran équipés à plus de 10% de matériels américains doivent recevoir le feu vert des Etats-Unis."
... Et les avions américains équipés de produits européens doivent-ils recevoir le feu vert de l'UE? US GO HOME.
a écrit le 19/12/2016 à 9:59 :
Difficile de l'admettre mais l'A380 est un échec commercial. On n'ose même pas imaginer la situation sans Emirates qui a assuré la moitié du carnet de commandes. A l'image du Concorde, il restera une belle réalisation qui hélas n'aura pas trouvé son marché pour des raisons totalement différentes mais bien réelles.
a écrit le 19/12/2016 à 9:28 :
Ca commence à devenir inquiétant...
AIRBUS est en train de perdre son pari avec cet avion révolutionnaire et on constate que les compagnies traditionelles ne souhaitent pas avoir à tout prix un "paquebot des airs" comme AIRBUS l'avait envisagé au départ.
Le prestige de l'A380 et le comfort ne compensent plus son prix d'achat élevé et son prix d'exploitation élevé pour avoir une bonne rentabilité.
Pourtant, cet avion avait tout pour réussir (remplacer les B747 ) mais on avait oublié que l'immensité des passagers souhaitent avant tout aller d'un point A à un point B en payant le moins chère et cela peu importe le confort de l'avion étant donné que les nouveaux long courriers BI-MOTEURS offrent un confort tout à fait acceptable en classe éco . Et surtout, les compagnies ne perdent pas d'argent avec un B777 ou un A330 remplie au tiers contrairement avec un A380....
Bref, à moins d'une hausse vertigineuse du prix du petrole, je ne vois pas ce qui pourrait rebooster les ventes de cet avion...
Réponse de le 19/12/2016 à 13:58 :
et la tendance va au Low Cost long-courrier
avec des appareil rentables et plus petit , transatlantique pour relier JFK par exemple en A321 LR
Pour revenir au A380 , on peut se demander qu'elle va etre la réaction commerciale d'Emirates si Airbus abandonne le projet ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :