L'allemand Hensoldt finalise l'acquisition de la pépite Nexeya

 |   |  267  mots
(Crédits : Hensoldt)
Le groupe d'électronique allemand Hensoldt a finalisé l'acquisition de la PME française Nexeya, présente dans les secteurs de l'aérospatiale, de la défense, de l'énergie et des transports.

Détenu par le fonds américain KKR, le groupe d'électronique allemand Hensoldt a finalisé l'acquisition de la PME Nexeya, un fournisseur français de solutions et de services dans le domaine de l'électronique ayant une clientèle industrielle et militaire. L'opération avait été annoncée en avril 2019. Nexeya, qui génère un chiffre d'affaires de 95 millions d'euros avec un effectif de 620 collaborateurs, développe, produit, teste et assure la maintenance de systèmes électroniques complexes pour les secteurs de l'aérospatiale, de la défense, de l'énergie et des transports sur trois grands sites opérationnels (Angoulême, Massy et Toulouse).

"Nexeya renforce notre base industrielle, principalement en France, non seulement en nous offrant un meilleur accès aux clients, mais également en élargissant notre portefeuille de produits", a affirmé le PDG d'Hensoldt, Thomas Müller.

En revanche, le périmètre de cette opération de rachat a exclu l'activité spatiale de Nexeya (Nexeya Space) et certaines activités de défense liées à la préservation de la souveraineté française. Soit au total 36 millions d'euros de chiffre d'affaires pour 200 salariés. C'est grâce au CNES que cette PME toulousaine a également pu lancer une filière de nanosatellites en France. Le ministère des Armées s'est donc opposé au rachat par un groupe étranger de ces activités critiques qui ont été regroupées dans une nouvelle société baptisée Hemeria et créée par les trois actionnaires historiques de Nexeya, Philippe Gautier, Jean-Yves Rivière, et Jérôme Giraud, PDG de Nexeya France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2019 à 20:07 :
Hensoldt semble se muscler côté français pour éventuellement contester le leadership de Thales dans le cadre des négociations autour du scaf, ou du drone Male européen Rpas: j'espère que nos responsables politiques et experts militaires ne se feront pas "dribler l'esprit" par ce jeu trouble des allemands
a écrit le 07/10/2019 à 19:02 :
De la pépite NEXEYA ....Hensoldt s’est bien fait roulé dans la Farine ...
a écrit le 07/10/2019 à 16:51 :
Il y a quelques semaines des bruits couraient comme quoi KKR voulait revendre Hensoldt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :