L'armée danoise teste l'aviation militaire électrique avec le français Green Aerolease

Le Danemark a choisi Green Aerolease pour tester l’aviation électrique au sein de la Royal Danish Air Force. Deux Velis Electro seront livrés en septembre et testés lors des phases de formation initiale des pilotes. La société bretonne ambitionne de proposer 200 avions électriques en mode « Aircraft As A Service » d’ici à trois ans et d’attaquer le transport de passagers.

3 mn

L'aviation militaire danoise s'équipe de deux avions électriques. C'est la première fois en Europe qu'une armée de l'air intègrera ce type d'appareils légers dans sa flotte militaire.
L'aviation militaire danoise s'équipe de deux avions électriques. C'est la première fois en Europe qu'une armée de l'air intègrera ce type d'appareils légers dans sa flotte militaire. (Crédits : Green Aerolease)

Accord totalement inédit pour Green Aerolease. La jeune société brestoise, fondée par l'entrepreneur breton Charles Cabillic et dédiée à l'aviation électrique, a signé le 1er juin avec le gouvernement danois la location de deux Velis Electro à destination de la Royal Danish Air Force. La livraison des deux appareils aura lieu en septembre.

C'est la première fois en Europe qu'une armée de l'air intégrera des avions électriques dans sa flotte militaire. Ce partenariat vient asseoir Green Aerolease, filiale du groupe W3, dans son ambition de devenir un acteur majeur de la décarbonation du secteur aérien et du déploiement de l'aviation légère électrique en France et en Europe.

« Il s'agit pour le gouvernement danois de tester et d'évaluer les performances de ces nouveaux avions, notamment pour la formation initiale de ses pilotes » se félicite Charles Cabillic, également patron d'Openfly (location d'avions privés) et de la compagnie Finist'Air.

« Green Aerolease a pour vocation d'accompagner la décarbonation du transport aérien en proposant à la location des avions biplace électriques, le Velis Electro, auprès d'opérateurs du monde aérien (aéroclubs, écoles de pilotage, compagnies aériennes). Cet accord à l'échelle de l'Europe est la preuve que le secteur aérien de manière globale garde son esprit pionnier pour rester à la pointe des innovations. »

50 Velis Electro commandés, partenariat avec Wingly

Fondé sur le leasing, le système de location clé en main mis en place par Green Aerolease au prix de 2.500 euros HT, assurance et maintenance comprises pour 250 heures de vol, se veut attractif pour un secteur en pleine mutation et confronté à d'importants défis en matière de transition énergétique et écologique.

Les batteries du monomoteur, rechargées en 40 minutes, offrent une autonomie d'une heure de vol pour trois euros d'électricité, contre 30 à 50 euros de carburant pour un avion thermique d'aéroclub.

En janvier dernier, Green Aerolease avait démarré son activité en passant commande de 50 avions électriques auprès de Pipistrel Aircraft, seul constructeur européen doté de la certification de l'Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (EASA) pour cet avion léger électrique.

Depuis, la société a conclu plusieurs partenariats auprès d'acteurs du secteur aérien français comme les aéroclubs et la plateforme collaborative de co-avionnage Wingly.

Transport passager et discussions avec VoltAero

D'ici à trois ans, ce sont près de 200 avions électriques qui pourraient être proposés en mode « Aircraft As A Service » et déployés en France et en Europe, anticipe Green Aerolease, qui prévoit la livraison de deux à quatre avions par mois et vise 60 à 80 aéroclubs abonnés.

L'objectif de Charles Cabillic est aussi de proposer la location d'avions hybrides électriques pour le transport de passagers à horizon 2023. Green Aerolease se positionne déjà auprès des constructeurs, comme la startup française VoltAero qui a développé un prototype baptisé Cassio1. Le groupe motopropulseur de ce modèle équipera les futurs appareils, de quatre, six et dix places, annoncés pour 2023 et dotés d'une autonomie allant jusqu'à 1200 kilomètres.

Pour le dirigeant de Green Aerolease, l'aviation légère apparaît comme un moyen d'attirer de nouvelles PME et des chefs d'entreprises sur les territoires, alors qu'Air France se désengage de certains aéroports régionaux. Afin de faire décoller son projet, Charles Cabillic a entamé des discussions avec plusieurs collectivités régionales dont les Régions Bretagne et Pays-de-la-Loire afin de faire baisser le prix du forfait location.

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.