Airbus et Tata fourniront 56 avions militaires à l'Inde

 |   |  410  mots
Le gouvernement de Narendra Modi tente de moderniser l'ensemble de ses équipements de défense de l'Inde, notamment pour être en mesure de réagir aux initiatives de ses voisins et rivaux, le Pakistan et la Chine.
Le gouvernement de Narendra Modi tente de moderniser l'ensemble de ses équipements de défense de l'Inde, notamment pour être en mesure de réagir aux initiatives de ses voisins et rivaux, le Pakistan et la Chine. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
L'avionneur européen et le groupe indien viennent de décrocher un contrat avec New Dehli de la valeur de 1,6 milliard d'euros. Le comité chargé de négocier la commande de 36 Rafale a également été installé.

Le conseil d'acquisition du ministère indien de la Défense, organisme chargé d'approuver les contrats les plus importants, a donné son feu vert. L'offre conjointe du géant européen Airbus Defence and Space et du groupe indien Tata Advanced Systems pour fournir à l'Inde 56 avions de transport militaire a été approuvée, a indiqué jeudi 14 mai à l'AFP un haut responsable indien sous couvert d'anonymat.

Le contrat est estimé à 119,30 milliards de roupies, à savoir 1,64 milliards d'euros. Le contrat a été approuvé tard mercredi soir avec d'autres commandes d'un montant d'environ 766 millions d'euros, a précisé le responsable du ministère.

Des modèles vieillissants remplacés

L'offre d'Airbus et Tata était la seule en course. Le projet prévoit qu'Airbus livrera les 16 premiers appareils "prêts à voler" tandis que les 40 autres seront assemblés dans la ville d'Hyderabad (sud) par Tata, ce qui permettrait un transfert de technologie.

Les appareils, des C295, sont destinés à remplacer des modèles vieillissants. L'Inde tente en effet de moderniser l'ensemble de ses équipements de défense, notamment pour être en mesure de réagir aux initiatives de ses voisins et rivaux, le Pakistan et la Chine.

La fabrication sur place encouragée

Depuis son arrivée au pouvoir il y a un an, le gouvernement de Narendra Modi a donné son feu vert à une série de projets bloqués sous le précédent gouvernement, en partie en raison de soupçons de corruption. Modi, un fervent nationaliste hindou, veut que l'Inde perde sa place de premier importateur mondial d'armement conventionnel et souhaite fabriquer sur son sol 70% de ses équipements militaires d'ici la fin de la décennie.

Son gouvernement a relevé à 49% la participation que peut prendre un groupe étranger dans un groupe indien de défense.

D'autres commandes pour un montant de 766 millions d'euros

Les autres commandes approuvées mercredi soir portent sur 145 mortiers ultra-légers de BAE Systems, des missiles de croisières indo-russes BrahMos et 197 hélicoptères russes Kamov, selon le responsable indien.

Le conseil, présidé par le ministre de la Défense, Manohar Parrikar, a aussi installé le comité chargé de négocier le détail des 36 Rafale de Dassault que l'Inde a prévu de commander. Cette commande a été annoncée par Narendra Modi lors de sa visite en France mi-avril, une décision qui a mis fin aux négociations entamées en 2012 pour l'achat de 126 Rafale, dont 108 fabriqués en Inde.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2015 à 8:41 :
@Patrickb,

L'histoire de l'Ecureuil en Chine est bon exemple, CATIC a fait son propre hélico et a essayé de le revendre aux argentins!
http://www.china.org.cn/english/scitech/51916.htm

http://www.anac.gov.ar/anac/web/index.php/1/746/noticias-y-novedades/mision-oficial-de-anac-y-fa-de-a-sa-a-la-republica-popular-china

http://www.aeroespacio.com.ar/index.php/fuerza-aerea/249-muestra-del-z-11-pampero.html
a écrit le 15/05/2015 à 11:28 :
Si vous faites un article au sujet d'avions vendus, il faudra aussi montrer la bonne photo.
Réponse de le 16/05/2015 à 18:34 :
@ Bravo : n'ayez surtout pas d'attentes entre les textes et les photos à LT. ;-)
a écrit le 15/05/2015 à 10:55 :
Plus efficace que Dassault !
a écrit le 14/05/2015 à 19:46 :
Faute de commandes des pays européens qui préfèrent acheter du matériel américains, on va perdre la technologie et l'industrie va relocaliser les usines en dehors de l'Europe. C'est vraiment dommage de voir les transferts de technologies de pointe et des industrie stratégique et risquée en dehors de l'Europe car les asiatiques vont siphonner toute la production faute d'ambition européenne pour du matériel européen. Pourquoi toute l'Europe du Nord et l'Allemagne achète américains et participent aux démantèlement de cette industrie aéronautique militaire européenne ???....
a écrit le 14/05/2015 à 17:54 :
Comment ça "une décision qui a mis fin aux négociations entamées en 2012 pour l'achat de 126 Rafale dont 108 fabriqués en Inde"?
Cela sous entend que Dassault ne vendra "que" 36 Rafale? (et encore le contrant est en négociation)...
Réponse de le 14/05/2015 à 18:49 :
@skett: ce qui intéresse les Indiens (et le Chinois d'ailleurs), c'est le tranfert de technologie à moindre coût. Une fois que tu as dévoilé les secrets, ils n'ont plus besoin de toi. D'ici qu'ils nous vendent nos propres produits, il n'y a qu'un pas, car en plus, ils produisent à des prix défiants toute concurrence puisqu'il n'y a, entre autres, aucune protection sociale chez eux :-)
Réponse de le 14/05/2015 à 19:36 :
@ Patrick : Dans ce cas, qui sont les vrais dindons de la farce ?…. les Indiens ?… les Chinois ?…
Réponse de le 14/05/2015 à 20:55 :
@skett
Le contrat des 36 est en finalisation. Ou avez vous lu "que Dassault ne vendra "que" 36" Rafale? L'industrialisation en Inde, pour la suite, c'est une nouvelle négociation qui commence. L'objectif cible premier d'une industrialisation à 100% en Inde, s'orientera certainement vers un 40 à 60%, coutera moins chère à l'Inde, sera plus rapide à mettre en place, avec une fiabilité plus facile à assurer en bout de chaine, les systèmes les plus complexes restants sous la responsabilité des entreprises françaises. L'Inde aguerrirait tout de même un savoir faire non négligeable et obtiendrait ses chasseurs plus rapidement.
C'est une des tournures que le deal pourrait prendre.
Réponse de le 14/05/2015 à 21:05 :
@Patrick
Justement, ce que souhaitait les indiens , c'était construire le Rafale eux-mêmes et surtout que Dassault assume la qualité du Rafale "made in India". Mais Dassault leur a fait un beau bras d'honneur et leur a donné cette réponse tranchante :"Si tu veux que j'assure la qualité du Rafale indien, tu devras le construire avec mes OUTILS et suivre scrupuleusement mes process de fabrication !" Et coup, la facture du Rafale indien a été multiplié par deux et a refroidi les indiens. :)
Donc Rafale indien pas pour demain.
Réponse de le 14/05/2015 à 23:37 :
@Jason. Le gouvernement a superbement joué sur ce coup. Vente de Rafale sans transfert de technologie. Les Indiens en ont tellement besoin qu'ils ne peuvent plus poser aucune condition.
Réponse de le 15/05/2015 à 10:59 :
Vous et votre hystérie que les Chinois, les Indiens, les Russes, etc vont s'emparer du "savoir-faire français" à leur profit, c'est un discours vide, répétitif, partiel et tendancieux. Les USA ont toujours utilisé des moteurs russes pour leur fusées même militaires, si un jour ils décident de ne plus les acheter qui pourrait garantir qu'ils n'iront pas les copier ? Les satellites européens sont lancés par une fusée russe Soyuz; cherchez l'origine de beaucoup "d'inventions" françaises et occidentales et on va trouver toujours une idée venant d'ailleurs. La "nouvelle cuisine française" est calquée sur les cuisines orientales (thai, japonaise, chinoise) et personne ne dit rien. Le grand coup de chez nous c'est qu'on se tait quand il s'agit de récupérer des idées réussies des autres, un y met une petite touche à l'extérieur et le coup est joué, c'est "une invention française" ! toutefois dès qu'il s'agit des Chinois et des Indiens alors là on ouvre notre grande gueule en criant au scandale !
Des penseurs comme vous finiront pour ré-écrire l'Histoire en attribuant des "inventions françaises" telles la poudre, les feux d'artifice, la presse, l'ordinateur, les sous-marins et j'en passe. Tout le monde crée et tout le monde copie, voilà.
Réponse de le 15/05/2015 à 11:10 :
@Patriot9
Le gouvernement n'y est pas pour grand chose. C'est le "Team Rafale" qui négociait avec les indiens et comme le mentionne Alain dans son excellent post, les indiens vont probablement avoir un transfert de technologie pour les autres commandes de Rafales mais ce sera seulement pour les pièces les plus simples et les moins complexes. Les indiens se sont juste rendus compte que leur industrie de "pointe" actuelle ne pouvait construire le Rafale et que si il fallait qu'ils se mettent à jour, les investissements à faire allait forcément doubler la facture. En clair, ils ont eu les yeux plus gros que le ventre et ils vont revoir leur ambition drastiquement à la baisse vus qu'ils ne veulent pas en payer le prix.
a écrit le 14/05/2015 à 17:38 :
Comme quoi le mariage pour tous de Hollande fonctionne, ce mariage d'Airbus avec une tante (Tata dans le texte) va nous générer des pépettes :-)
Réponse de le 14/05/2015 à 19:37 :
+ 100 ;-)
a écrit le 14/05/2015 à 17:26 :
Illustration d'une pauvreté absolue, au lieu de montrer un avion commercial d'Airbus, La Tribune n'aurait pas pu trouver une image de l'avion vendu le C295?
Réponse de le 14/05/2015 à 21:06 :
Encore faut-il avoir une image libre de droit, disponible sous le coude.
Ou alors,....... € ou procès.
Ou joindre le département communication d'Airbus, s'ils sont cool......
Là, c'est réactif et ça ne coute rien, même si sur le fond je suis de votre avis et que la photo peu toujours être remplacée quelque heures plus tard.
a écrit le 14/05/2015 à 17:20 :
Bonne nouvelle pour nos voisins espagnols, qui ont bien besoin de retrouver le moral.
Bonne nouvelle pour la santé d'Airbus, qui manquait de commande sur cette référence
C'est une commande de plus que n'auront pas les US ou les russes.
Bonne nouvelle aussi, à un degré moindre pour Thales Avionics.
En attendant la suite

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :